Tag

Le meilleur pâtissier

Browsing

Hier soir c’était déjà la finale de l’émission culinaire 100% pâtisserie, le meilleur pâtissier et cela a démarré avec l’épreuve qui m’a peut-être mise le plus l’eau à la bouche depuis le début de la compétition : le gâteau star. Chaque candidat devait réaliser un gâteau digne d’une finale et cela s’est traduit par divers entremets que j’aurais bien goûtés (financier à la framboise avec mousse citron et mousse framboise pour Delphine, Choc exotique pour Amandine, 3 chocolats en forme de tablette en or pour Sébastien, Royal à l’américaine pour Elodie, Macaron géant à la pêche pour Thomas).

Le jury commence par déguster le macaron de Thomas et est étonné par la saveur de la pêche mais Cyril lui reproche de ne pas avoir mis assez de fruits. Le gâteau de Delphine manque de croustillant pour Cyril et est trop simple pour Mercotte. Celui d’Elodie ressemble à un gâteau de mariage (comme à chaque fois non? ) et la pâte à sucre lui est reprochée. Le choc exotique a de petites imperfections, la mousse coco s’effrondre un peu à la découpe et Cyril Lignac aurait préféré une mousse au chocolat au lait à une mousse au chocolat noir. Faustine, à côté, ne goûte jamais, elle a péché dans une vie antérieure ? Le gâteau de Sébastien plait beaucoup car pas trop sucré ni trop chocolaté.

 La deuxième épreuve de la finale est l’épreuve technique avec la réalisation d’un Saint Honoré en 2h30 et l’oubli de certaines étapes dans la recette laissée par Mercotte sur les plans de travail. Le Saint Honoré est considéré comme le plus technique et le plus difficile à réaliser de la pâtisserie française. Il demande de maîtriser la pâte feuilletée, la pâte à chou, la crème pâtissière et une parfaite caramélisation de choux réguliers. Thomas enfourne ses choux à 280° au lieu de 180°, autant dire qu’ils sont légèrement cramés et le voilà qui recommence…respect ! Ceux de Sébastien sont vraiment jolis.

Fourrer un choux n’est pas facile sera LA phrase de la soirée ).

Le Saint Honoré le plus raté est celui d’Élodie, celui de Sébastien est jugé hors sujet car il l’a réalisé en forme de rectangle. C’est Amandine qui a réalisé le meilleur Saint Honoré, bonne surprise alors que dans les émissions précédentes elle donnait l’impression d’être un peu en dessous techniquement.

Pour l’épreuve créative, on demande aux candidats de réaliser 30 éclairs de 3 parfums différents et la guest star est Christophe Michalak. La régularité est primordiale (Christophe Michalak les dresse avec une réglette !) et chaque éclair doit être bien creux pour être bien garni. Delphine prépare des éclairs au citron meringuée, aux figues fraîches et d’autres au caramel au beurre salé. J’attends avec une certaine impatience la dégustation des éclairs de Thomas vu ce qu’il a choisi : fruit de la passion, carotte, rose plait (et la pâte est craquelée comme j’aime)/ l’avocat, banane, chocolat emballe moins / la framboise-poivron plait beaucoup à Michalak et pas du tout à Lignac.

La finale est 100% masculine puisque les deux candidats qui s’affrontent en finale sont Thomas et Sébastien. Pour ce face à face, ils doivent réaliser leur version de la pièce montée en la modernisant mais avec des pièces identiques. Sébastien part sur des macarons (avec 3 parfums différents : chocolat/pain d’épice; chocolat cerise griotte; caramel beurre salé). Thomas lui reste sur les choux qu’il garnira de crème pâtissière aromatisée au jasmin, fleur d’oranger, verveine et rose …Miam ! Les coques de Sébastien ne sont pas assez cuites ou cassées pour certaines, sa ganache se fige. Du côté de Thomas, rien n’est joué non plus puisqu’il doit faire tenir ses 200 choux avec du caramel sur le cône qui forme la pièce montée. L’épreuve dure quand même 5h au total, de quoi craquer physiquement. Je suis mieux sur mon canapé )

Visuellement je préfère celle de Thomas même si elle est plus traditionnelle. Gustativement les candidats ne m’ont malheureusement pas envoyé d’échantillon pour que je me prononce  mais les macarons de Sébastien sont moelleux et plaisent au jury. Le chou au jasmin de Thomas est jugé trop fort, la fleur d’oranger et la verveine ont plus d’éloges.

Finalement, c’est Thomas qui l’emporte ! on l’avait parié non ?

Ce que j’ai aimé dans cette émission :

– la courtoisie du jury, certains diront qu’ils étaient trop gentils mais j’ai arrêté de regarder la dernière saison de Masterchef suite au ton très méprisant de certains envers les candidats. On peut être un génie dans son domaine, cela autorise t il pour autant à être odieux en cuisine et dans la vie ?
– le nombre limité d’épisodes et le format moins long de chaque émission
– l’absence de débriefing à quelques exceptions près ..vous savez ces séquences où on demande inlassablement aux candidats de commenter ce qu’on vient juste de voir et si possible d’essuyer une larme au passage
– le 100% sucré, on ne se refait pas )
-le fair play des candidats qui ne semblaient pas se tirer dans les pattes (peut-être parce que l’enjeu est moins important que pour d’autres émissions)

Ce que j’ai moins aimé :

– la musique qui m’a donné envie régulièrement de couper le son
– le manque de relief de chaque épisode avec toujours les mêmes épreuves dans le même ordre
– l’absence d’explication de gestes techniques : j’aurais aimé voir Mercotte ou Cyril Lignac réaliser les desserts techniques demandés plutôt que de devoir attendre la seconde émission (que je n’ai d’ailleurs jamais regardé vu son horaire).
– ne rien pouvoir goûter…limite inhumain )

On se donne rendez vous pour la version pâtissiers professionnels sur France 2 ?

Ce qu’il y a de pas mal avec le Meilleur Pâtissier, c’est que cette émission ne dure pas trop longtemps, pas de le temps de se lasser en tous cas (enfin j’imagine que pour quelqu’un qui n’aime pas la pâtisserie c’est aussi passionnant que si on m’obligeait à regarder de la formule 1 un dimanche après-midi) puisque les candidats ne sont déjà plus que 6 et que la semaine prochaine ce sera la finale.

Cette semaine, le thème général c’est les gâteaux de famille et dans l’épreuve signature, les candidats sont sensés réaliser le gâteau du dimanche qui les représente le mieux. Je me demande vraiment ce que j’aurais fait car je n’ai pas de classique, je tente à chaque fois un nouveau dessert. Le cheesecake et les multiples variations du gâteau au chocolat reviennent souvent mais le cheesecake c’est bon seulement après 24h au frigo alors on oublie )

Au programme, gâteau roulé framboise et vanille, Paris Brest, fraisier framboisier et macaron géant framboise-pistache. Le Paris Brest de Thomas plait beaucoup au jury, il a même réalisé le fameux craquelin qu’on retrouve aujourd’hui sur beaucoup de pâte à choux. Je ne suis pas fan de la décoration des gâteaux d’Elodie, ça a un côté très mariage kitch mais visiblement au niveau du goût c’est top. Le gâteau de Delphine est celui que j’aurais aimé le plus goûté pour l’alliance des saveurs et des textures et à voir les têtes de Cyril Lignac et de Mercotte au moment de la dégustation ça a l’air plus que pas mal.

L’épreuve technique tourne autour du baba et ils l’ont un peu tous dans le baba les candidats, n’ayant visiblement jamais réalisé ce classique de leur vie de pâtissier amateur (exception faite pour Thomas qui est élu du coup meilleur pâtissier de la semaine). C’est le moment de l’émission où le mot « imbiber » est prononcé le plus de fois, on dirait limite que c’est un challenge que Mercotte s’est lancée ).

Connaissiez vous l’expression gâteau caché ? c’est un gâteau à l’américaine avec des décorations extérieures et une surprise à l’intérieur quand on tranche le gâteau, un gâteau dans le gâteau. Quand on aime ni la génoise, ni la crème au beurre, ni la pâte à sucre, l’épreuve a nettement moins d’attrait et je comprends tout à fait le peu d’enthousiasme de Thomas qui le paie en présentant une création jugée hors sujet (n’empêche qu’elle est appétissante). Elodie est dans son élément et présente une sorte de cage pour oiseaux avec débauche de pâte à sucre (mais il parait qu’on n’est pas dans le trop…faudra m’expliquer ce qu’est le trop). La phrase de l’émission revient à la candidate qui s’exclame « les papillons sont au rendez vous » en découvrant que les motifs qu’elle a insérés à l’intérieur sont bien visibles. Sébastien s’en sort plutôt bien avec son gâteau damier ainsi que Sylvie avec son Ying Yang aromatisé au thé matcha.

L’épreuve carte blanche de la semaine qui met en compétition les 3 moins bons candidats a pour thème la bûche de Noël qu’il s’agit de revisiter, entendre par là ne pas présenter en forme de bûche (c’est fatal à Sylvie) ou en évitant la composition traditionnelle. La production, à ce moment là, nous met en sous-titre ce qui se passe sur l’écran comme si le choc des 3 nominés à cette épreuve nous avait privé temporairement d’audition.

C’est le moment le plus stressant de l’émission…même depuis mon canapé. Chacune des candidates galère à sa façon, on aurait envie de leur filer un coup de main (ce qui aurait d’ailleurs probablement l’effet inverse) : Sylvie s’entête à présenter un roulé transformé en nems tout en comprenant trop tard qu’elle joue ainsi son élimination, les dômes de mousse légère au chocolat au lait d’Amandine restent collés au moule et elle ne peut présenter qu’une bûche individuelle, Delphine est obligée de couper en deux sa couche de crème brûlée au dernier moment.

Après un suspense insoutenable, Faustine annonce qu’Amandine et Delphine restent toutes les deux pour la finale. C’est LE twist de la soirée )

La semaine prochaine c’est déjà la finale (et je serais bien étonnée que Thomas ne gagne pas) avec comme invité bonus Christophe Michalak.

Et vous, quel est votre gâteau de famille préféré ?

Vous avez aimé les tartes la semaine dernière ? vous aimerez peut-être cette seconde émission autour des biscuits. Dès le début, on est plongé dans l’ambiance avec des sablés chocolat / vanille, des cookies, des cornes de gazelle, des shortbred aux noix de macadamia, des navettes provençales et des financiers. Jusque là, tout me parait réalisable (et pourtant quand je la regarde …oui oui je sais toujours les mêmes références) mais les choses commencent à se corser avec la seconde épreuve autour d’une charlotte aux fruits rouges.

On constate au passage en arrière plan que la météo est véritablement pourrie : le chapiteau subit des bourrasques de vent, Mercotte est décoiffée, Cyril Lignac a sorti la doudoune. On est en juin..à Paris )

Avant que les candidats tentent de suivre la recette qui est posée sur les plans de travail (avec des passages entiers enlevés sinon c’est pas drôle), Mercotte montre sa version et autant sa tarte conversationnelle ne me tentait pas, autant là je salive et j’aimerais bien qu’elle me mette une part de côté.

C’est aussi la minute culturelle de l’émission avec l’origine de la charlotte à savoir l’Angleterre, la bavaroise étant remplacée à l’époque par de la compote et le dessert servi avec une crème anglaise (bref ça n’avait rien à voir).

Je pars dans une intense réflexion entre moi et moi sur le dessert que je vais pouvoir préparer pour le réveillon de Noël qui sera à la maison cette année. Certaines des personnes présentes n’aiment que le chocolat, d’autres pas du tout…pratique )

Une fois toutes les charlottes terminées (avec biscuits à la cuillère home made s’il vous plait à saupoudrer de sucre glace avant cuisson pour apporter du croustillant ), la dégustation a lieu à l’aveugle. Est ce que cela a de l’allure ? est ce que c’est bon? est ce que la mousse se tient ? une seule charlotte tient vraiment la route.

Puis vient le moment de l’épreuve créative avec les macarons jugés par Guy Krenzer (de Lenôtre) en plus du jury habituel. La difficulté principale réside dans le fait que les candidats doivent présenter 100 macarons avec la même régularité. Macaron au caramel beurre salé, framboise et citron, macaron chocolat noir fruit de la passion, macaron barbe à papa et pomme d’amour, je me demande si les personnes se concertent car il n’y a jamais les mêmes parfums proposés.

Élodie n’est pas contente d’elle pourtant elle est désignée chef pâtissier de cette semaine..comme quoi on n’est rarement un bon juge pour soi-même.

 

L’épreuve éliminatoire finale voit s’affronter les  trois candidats jugés les moins bons à savoir Eric, Stéphane et Amandine. Cyril Lignac leur demande de créer quelque chose d’original avec des petits beurres sans cacher le goût de ceux-ci. Il présente comme exemple des cake pops, ces gâteaux en forme de sucette qui plairaient j’en suis sûre aux enfants mais qui ne m’emballent pas plus que ça côté goût.

Stéphane se lance dans un café gourmand ambitieux vu le temps imparti (1h30) avec banoffe, cheesecake, millefeuille à base de petits beurres. Eric improvise un entremet mousse au chocolat noir, mousse au chocolat blanc sur une pâte crumble. Amandine prépare un entremet pistache framboise. Au moment du démoulage, on frôle le drame mais finalement son dessert l’emporte sur celui des deux concurrents.

Ouf avec tout ça, j’ai résisté à l’envie de grignoter….limite un exploit )

La semaine prochaine, les gâteaux de famille sont au programme…je vais peut-être trouver mon idée pour Noël )

Et vous, vous avez préféré quel biscuit hier soir ? 

Pin It