Tag

humeur

Browsing

D’habitude ici tout n’est que légèreté et dérision, je joue très bien à celle qui prend la vie et ses emmerdes avec philosophie et humour. Ce billet j’aurais peut-être du l’écrire sur un coin de table..n’est-il pas indécent de se plaindre de ses petits malheurs quand les choses plus graves ne manquent pas et remplissent les journaux ? et puis je me suis dit que mes mots trouveraient peut-être quelques échos et qu’entre poisseuses et déprimées de saison on finirait par se tenir chaud.

Il parait que l’on s’habitue à tout au bout d’un moment ...en 7 mois passé à mon boulot, il n’y a pas un seul jour où je ne me suis pas demandée « mais qu’est ce que je fais dans cette galère », le sentiment d’être la mauvaise personne au mauvais endroit et au mauvais moment je l’éprouve tous les jours. Je passe mes journées, non pas dans l’ennui (au moins j’aurais du temps pour bloguer), mais dans les tableaux, les pourcentages, les factures, les chiffres, les budgets…moi la littéraire née, plongée dans les livres depuis toujours, j’ai l’impression d’être la victime d’une erreur de casting.

Il y a 7 mois et quelques jours, m’apercevant très vite que ce job n’était pas fait pour moi, je me suis dit que c’était maintenant ou jamais, le tournant de ma vie, la réorientation professionnelle. Le plus dur c’est que 7 mois après rien n’a bougé d’un iota. J’ai l’impression d’être un hamster tournant dans sa roue sans pouvoir l’arrêter. Je cours dans un labyrinthe me lançant avec enthousiaste dans des voies qui me semblent des sorties de secours mais je me prends de plein fouet la vitre à chaque fois.

Mon humeur joue les montagnes russes : parfois j’arrive à faire comme si cela n’avait pas d’importance, je m’auto-persuade que l’essentiel est ailleurs…et puis soudain, sans prévenir, c’est la chute libre, j’ai beau me raccrocher aux sourires et aux mains de ceux que j’aime, je tombe dans un puits d’idées noires. Je ravale mes larmes pendant 7h30 et maudis ces toilettes mixtes dont les lavabos ont vue sur le couloir le plus fréquenté de l’étage.

Manquerait plus que je me paie un ulcère….

Edit 1 : peut-être qu’un jour je réaliserai mes rêves d’enfant et que je serai.

Pin It