Tag

Grand Hôtel Dieu

Browsing

J’avais l’espoir de publier ce billet dimanche soir mais j’ai profité de chaque miette de lumière dimanche après-midi jusqu’à ce que le ciel se teinte de rose et que le jour ne finisse par tomber totalement. Dimanche ou lundi peu importe, voici les j’aime de la semaine :

A la poursuite de la reine du crime

Anne Martinetti est une spécialiste d’Agatha Christie. Elle a consacré plusieurs ouvrages à la reine du crime dont Crèmes et châtiments, recettes délicieuses et criminelles d’Agatha Christie et Agatha, la vraie vie d’Agatha Christie, un roman graphique que j ‘espère trouver en bibliothèque.

A la poursuite d’Agatha Christie est un vrai faux carnet de voyage : faux car il ne s’agit pas d’un carnet de voyage qu’aurait tenu Agatha Christie; vrai car il s’appuie sur des éléments biographiques de cette écrivaine qui était une globe trotteuse infatigable.

Lieu de naissance, lieux de vacances, lieux où Agatha Christie habita (saviez vous qu’elle avait vécu deux ans à Paris quand elle était adolescence), lieux de voyage, avec ce guide, Anne Martinetti nous invite à un véritable tour du monde soulignant les liens entre la vie de la reine du crime et les incidences que cela a eu dans ses romans.

J’ai lu pas mal d’Agatha Christie quand j’étais jeune mais celui qui m’a le plus marqué est les dix petits nègres (à l’époque je n’avais absolument rien deviné). Je ne suis pas une spécialiste de cette auteure mais j’ai aimé passer côté coulisses avec A la poursuite d’Agatha Christie.

Le Grand Réfectoire et l’Officine

Jeudi soir, dans les bâtiments historiques du Grand Hôtel Dieu, c’était répétition générale. La pièce se jouait en trois actes, le décor n’était pas tout à fait prêt mais l’essentiel était calé pour accueillir le public le 14 novembre prochain.

Acte 1 : découverte de la grande salle du restaurant le Grand Réfectoire (qui doit son nom au fait que les soeurs prenaient leur repas dans cette pièce) et atelier pour deviner les parfums des 3 champagnes Billecart-Salmon qui seront servis au bar.

Acte 2 : changement d’atmosphère au premier étage du Grand Réfectoire où se trouve le bar à cocktails L’Officine. Le clou du spectacle ? La terrasse avec vue superbe sur le grand dôme, à moins que la vedette ne soit la carte élaborée par Marc Bonneton avec par exemple La Lyonnaise, ce cocktail signature à base de vodka, hibiscus et fraise.

Acte 3 : plongée en coulisses, dans celles de la cuisine précisément  dont le chef étoilé, Marc Ravin, a pris la tête pour imaginer une carte à la fois lyonnaise et aux influences caribéennes. Le résultat ? des plats savoureux qui font danser les papilles !

Après avoir eu un aperçu de ce nouveau lieu en soirée, je suis curieuse de le découvrir de jour, baigné par la lumière que entrera par les vitraux présents dans la grande salle. Peut être pour un petit déjeuner car le Grand Réfectoire accueille le public dès 8h30.

pain de Bruce, une sorte de petit bain brioché délicieux 

oeuf cuit à basse température, manioc, espuma fruits de la passion, truffes 

 

entremet façon bounty (mousse très légère à la coco, base biscuité cacao)

Du chocolat, encore du chocolat !

Je n’ai pas pu aller au Salon du Chocolat à Paris cette année (dommage car c’est l’occasion pour la provinciale que je suis de voir dans un périmètre limité plein d’adresses impossibles à caser dans un même séjour) mais je suis quand même allée faire un tour à son édition lyonnaise.

Forcément j’ai été obligée d’acheter un peu de chocolat : je vous montrerai lesquels sur Instagram mais en attendant voici quelques images pour vous envoyer du magnésium par écran interposé :

Florent Thevenon

Bernachon 

Florent Thevenon 

Sébastien Bouillet 

Philippe Bernachon 

Sébastien Bouillet 

Karen Chocolat 

Bertrand Chocolatier 

Guillaume Flochon 

Je veux tes yeux

Je dois avoir des atomes crochus avec les belges. Après Virginie Elfira, j’ai un coup de coeur pour Angèle (je partage la chanson la plus connue parce que le clip me plait aussi mais il faut écouter le reste de son album).

Je vous souhaite une bonne semaine (de 4 jours du coup )) !

C’est l’événement de la semaine (de l’année ?) à Lyon : Grand Hôtel-Dieu, l’ancien Hôtel Dieu, a ouvert ses portes, après 7 ans de travaux. Je ne vais pas vous la jouer nostalgique, je n’ai jamais eu l’occasion d’aller à l’hôpital de l’Hôtel Dieu n’ayant eu personne à y visiter et fuyant le plus possible ce genre d’endroit..qui aurait plutôt tendance à me rendre malade qu’à me guérir.

N’empêche que ce lieu a vécu en ses murs tellement de choses (j’ai lu dans La Tribune de Lyon qu’il avait abrité une boucherie juste en face des malades jusqu’à ce qu’on se dise que ce n’était pas très hygiénique (vraiment ?) et des blessés pendant la première guerre mondiale, que des bombes étaient tombées par chance sur des lits vides et que le dome avait été incendié pendant la seconde guerre mondiale, les alliés pensant qu’il abritait des miliciens allemands ) que j’étais plus que curieuse de passer enfin de l’autre côté.

J’ai l’impression de n’avoir connu que la façade du futur Grand Hôtel-Dieu côté Rhône conçue par Soufflot (oui le même architecte que celui du Panthéon) avec des grues et des échauffaudages. Alors hier, malgré la crainte de la foule (notion toute relative, ce que j’appelle « pas énormément de monde » après avoir vécu à Paris, est « beaucoup de monde » pour d’autres), je n’ai pas pu résister à jeter un coup d’oeil rapide pour revenir plus tard, flâner tranquillement et découvrir les expositions en cours.

J’ai circulé librement de cour en cour (vers midi rien à voir avec les grands soirs de piétinement pendant la fête des Lumières ) mais j’ai pris peu de photos car j’avais trop de lyonnais dans mon objectif : )

Tout n’est pas ouvert encore au public au Grand Hôtel-Dieu mais je n’imaginais pas cela aussi grand et impressionnant.  En déambulant (furtivement) de cour en cour et dans les coursives qui bordent le cloître, j’ai trouvé que la réhabilitation a réussi son pari de conserver l’histoire de ce lieu tout en le rendant plus « fonctionnel ».  Je suis moins « fan » de la partie verrière avec les boutiques présentes dans cet espace.

Jusqu’au 21 juin, une programmation 100% gratuite et ouverte à tous est proposée avec des animations pour découvrir ou redécouvrir ce site. J’ai essayé de m’inscrire à une visite guidée mais à priori elles sont toutes complètes. Je téléchargerai probablement l’audioguide Grand Hôtel-Dieu.

A l’occasion de la réouverture de ce site, était distribué le mag My Presqu’île (et si vous n’étiez pas au Grand Hôtel-Dieu ce jour là, pas de panique, 35 000 exemplaires vont être distribués dans divers points de Lyon). Côte contenu, outre l’actualité du quartier, j’ai aimé :

– l’idée de parcours de créateurs en créateurs
– la rubrique « suivez le guide » avec 3 secrets concernant l’Hôtel de ville
– le dossier consacré au Grand Hôtel Dieu
– la double page « Mon week-end en Presqu’île » avec des idées de choses à faire et des bonnes adresses
-le tuto spécial vin (et les bonnes associations mets/vins)
– l’agenda jusqu’en octobre qui centralise toutes les infos qu’on trouve habituellement un peu partout

Bref on est loin du magazine publi-reportage de la Croix Rousse (quand est ce qu’on fait pareil ?)

Vous pouvez aussi télécharger le mag (dont le prochain numéro sortira à l’automne) sur le site de My Presqu’île.

Et vous, vous avez un souvenir particulier qui vous lie à l’Hôtel Dieu ?

 

 

Pin It