Tag

glamour

Browsing

Le jour de la fête des mères, j’ai mis une robe décolleté …bon ok je ne ressemblais pas vraiment à Monica Cruz, même de dos dans le noir mais mon fils l’a tout de suite remarqué et m’a complimenté « maman, tu es belle » et l’homme de renchérir.

Sauf que je ne les ai pas cru…ou plutôt  j’avais envie de leur dire : « oui mais vous c’est pas pareil ! …même en jogging, le cheveux gras et la peau terne, vous ne me trouveriez pas moche..Ou vous oseriez pas le dire « . Oui, je sais je suis pénible.

Je n’ai jamais été une tombeuse, une bombe. Dans la rue, on n’a jamais parlé de moi, les hommes n’ont jamais été nus, ne se sont jamais jetés sur moi pour m’arracher ma vertu (copyright Balavoine).

Pourtant avant que je devienne maman, j’avais quelques prétendants, les mots doux et la cour qui avec, quelques admirateurs même si je n’étais pas célibataire et ma foi, cela était loin d’être désagréable.

Depuis 5 ans, je suis devenue totalement transparente, je ne croise pas l’once d’un regard charmeur, je n’ai droit à aucun plan drague même totalement ringard, personne ne veut mon numéro de téléphone si ce n’est les cuisine Vogica.

Je ne me balade pas tout le temps une poussette greffée dans les mains, je ne parle pas de ma progéniture après 2 minutes de conversation en dégainant les photos, je me maquille et mets des bijoux, j’essaie de rester féminine.

C’est vrai que j’ai un peu oublié mon corps, que je n’en prends pas soin comme il faudrait. Je le camoufle souvent car je le trouve trop rond et trop mou de partout. Mon budget fringue n’existe plus depuis que leurs armoires sont à remplir régulièrement.

J’ai abandonné la danse faute de temps…il y a quelques jours j’ai testé l’Urban dance avec Coachclub et j’espère persévérer, je continue de lire Zermati sans brûler les étapes. Peut-être qu’il faut que je me réapproprie un peu plus tout ce qui est en dessous de ma tête et que le jour où je me trouverais jolie… mais la route est longue.

J’ai toujours envie de séduire, de rire pour des bêtises entre copines à la terrasse d’un café, d’écouter les histoires de cœur de mes amies célibataires….derrière la mère, la femme est toujours là mais faut croire qu’elle est totalement planquée.

et toi, tu arrives à être femme et maman?

Le jour où, en consultant la liste des choses à emporter dans la valise pour la maternité, j’ai découvert l’existence des slips jetables, j’ai pensé à cette citation de Woody Allen Si Dieu existe, j’espère qu’il a une bonne excuse.

Le jour où j’ai enfilé pour la première fois un slip jetable, j’ai connu un grand moment de solitude et je me suis dit qu’un homme avait du concevoir ce produit pour se venger de ne jamais connaître les joies de la grossesse.

Non parce la photo ne montre pas le rendu que cela aura même sur la plus bimbo des bimbos, à savoir l’effet rosette (nom d’un saucisson lyonnais pour celles qui ne connaissent pas) en beaucoup moins appétissant. Démonstration ci-dessous :

Demeure une question essentielle : quelle est l’utilité du fameux filet qui laisse passer notre fessier bien flasque après ces quelques mois d’inactivité (sauf si on suit les conseils d’E-Zabel et de son coach sportif) ?

Hypothèse 1 : l’objectif est de passer toute envie à votre gars de remettre le couvert devant la beauté de votre nouveau-né si jusque là son désir n’a été émoussé ni par les auréoles XXL de vos seins, ni par vos cheveux gras spécial après-accouchement, ni par vos cernes bleus qui pourraient faire de la concurrence à celles de Guy Bedos, ni par votre penchant consistant à éclater en sanglots au premier mot non mûrement réflêchi.

Hypothèse 2 purement médical : l’idée est de pouvoir atteindre la partie charnue de la fesse en cas de soins par piqure en un temps un mouvement

Hypothèse 3 : le filet coûte moins cher car on utilise moins de matière première (je n’ose pas dire tissu, ce n’est même pas le cas)

Hypothèse 4 : le filet tient mieux en place les serviettes maxi spéciales lochies (rien que le nom, ça fait envie)…non seulement tu as l’impression d’être incontinente avec ta couche façon Tenia mais en plus tu ressembles à gigot.

Je veux bien admettre que le jetable permette d’économiser lessive, lavage à la main en cas de tâches à un moment de ta vie où tu as envie de tout sauf de te retrouver penchée au-dessus de ton évier à frotter comme une malade. Je suis bien conscience que suite de couches ne rime pas avec féminité et  glamour.

Mais pourquoi le slip jetable doit-il forcément être hideux? quelques motifs rigolos (faut voir), zen ou nature ça relève de l’impensable?…… Je crois qu’un marché s’ouvre à moi, ça va en jeter sur mon CV….

Et vous, avez-vous connu un grand moment de solitude? ou le slip jetable? ou les deux?

Y a des filles qui se marient pour porter, au moins une fois dans leur vie, une belle robe de princesse…Y en a d’autres qui rêvent du jour où elles seront enceintes car elles pourront enfin porter une salopette !

Confort ultime? quand on sait que la contenance de notre vessie pendant 9 mois est l’équivalent d’un dé à coudre, j’en doute. Régression? souvenir refoulé de notre petite enfance pendant laquelle notre mère nous habillait ainsi ? Symbole absolu de la grossesse?

Néanmoins le port de la salopette nécessite un minimum requis : mieux vaut être grande voire très grande et ne prendre du poids qu’au niveau du ventre…car oui la salopette a beau être large, une fois enfilée, la salopette, il faut l’avouer…. fait un gros cul ! et sous prétexte de dissimuler des hanches généreuses elle nous rajoute 5 kilos sur la photo.

Non seulement la salopette ne passera pas par moi mais jusqu’à présent j’ai boudé les rayons future maman des enseignes spécialisées ou pas. La mode est avec moi puisque cette année, les tuniques, les blouses et les robes longues et vagues fleurissent. Ainsi pour une fête familiale récente, j’ai déniché chez Etam cette tenue portée avec un caraco de la même couleur que le bandeau du milieu :


J’ai quand même fini par me laisser tenter par deux petits hauts de la collection Envie de fraises dont la boutique en ligne concilie modèles pas trop mémères et prix raisonnable (oui parce que si j’avais des sous, je pourrais m’habiller chez Véronique Delachaux ou 1 et 1 font 3).

J’ai trouvé un tee-shirt sympa sans écrit dessus  » fille ou garçon ? », « c’est pour quand? » ou autre niaiserie du genre (avant de constater que lors de ma première grossesse, j’avais acheté deux tee-shirts avec ce genre de message !!…un moment d’égarement ou les hormones sûrement) :


et une blouse blanche que je trouvais très estivale et féminine sur la jeune femme de la boutique en ligne mais qui, une fois sur moi, me donne l’air d’une montgolfière :

Les joies de la vente par correspondance…

Et vous, vous êtes du genre salopette ou pas ?

Edit 1 : aujourd’hui mon article a été sélectionné par le site brèves de filles, dans la catégorie tellement mamans

La grossesse c’est formidable… pour tous les oeufs au plat qui se retrouvent avec un joli décolleté même sans leur soutien-gorge push up. 

Pour celles, qui ont ,comme moi, à la base des seins déjà magnifiques (pour une fois qu’il y a quelque chose chez moi qui me plaît, permettez-moi de me la péter un peu), la grossesse n’apporte pas forcément une valeur ajoutée à cette partie de l’anatomie féminine. Une poitrine généreuse c’est joli, une poitrine trop grosse ça vire vite vulgaire.

En plus, depuis que je suis enceinte mon réseau sanguin mammaire n’a plus aucun secret pour moi. Çà me fait penser au sketch de Florence Foresti quand elle parle de carte routière…moi aussi j’ai un vrai parcours fléché sur la poitrine avec que des autoroutes (bleues).

Y en a au moins qui n’est pas gêné par la taille de ma poitrine en ce moment c’est mon homme. Extrait d’une conversation hautement philosophique un soir au lit :
Lui : qu’est ce qu’ils sont beaux !
Moi : euh gros tu veux dire ?
Lui : ils sont superbes !
Moi : Gros !

Quant aux soutiens gorge spécial poitrine qui explose pour cause hormonale, c’est un peu l’équivalent de la gaine de grand-mère. Tu veux du confort? alors ne demande pas en plus quelque chose de sexy ! (pour être tout à fait juste certaines marques proposent des modèles plus glamour mais pas du tout dans la même gamme de prix)

C’est une punition pour avoir gagné un bonnet c’est ça?

Je n’ai pas allaité le chérubin et malgré le consensus médical, bloguesque, amical à ce sujet je ne le ferai pas non plus pour le second…mais j’imagine que j’aurais pu alors postuler, en m’achetant une perruque blonde et en forçant ourtragement sur le maquillage de la bouche, pour le sosie officiel de Lolo Ferrari.

M’enfin s’il y a parmi vous des plates du néné malheureuses, je suis prête à faire don d’un bonnet mais faut accepter aussi 3-4 kilos en trop )

Et vous, vos seins ils vous plaisent comme ils sont ?

C’est un secret de polichinelle, je suis une fille coquette/superficielle : j’aime bien ma salle de bains, j’aime bien les fringues et les bijoux….oui je sais la vraie beauté est intérieure même que c’est Angun, gros thon notoire, qui nous l’a affirmé lors de l’élection de Miss France 2009, concours pendant lequel on juge de cette beauté intérieure en faisant défilé les candidates en bikini ).

Oui je sais tout ça n’est qu’artifice : n’empêche que qu’on ne ressemble pas à Helena Christensen même dans le noir, même de dos, ben faut bosser un minimum pour avoir l’air présentable.

Tout ça pour vous annoncer que pour mon anniversaire, mon homme m’avait offert un cours de maquillage (vous inquiétez pas c’était pas un message de sa part, mais bien une demande de la mienne) et samedi dernier, je me suis retrouvée entre les mains expertes de Karine qui m’a donné plein de conseils et d’astuces et qui m’a métamorphosé en 1h chrono. Bien entendu rares sont celles qui ont une heure devant elles pour se faire une beauté mais j’ai appris quelques bons gestes que je vais tenter de vous faire partager :

la base du maquillage c’est le fameux blanc universel de Chanel, l’illuminateur magique qui capte la lumière grâce à ses paillettes et pour lequel Mamzellescarlett est prête à parcourir tout Paris )

– il parait qu’Yves Saint Laurent pourrait vivre rien qu’avec le pinceau anti-cernes touche éclat (il s’en vend un toutes les minutes dans le monde). Attention il faut le poser vraiment en dessous de l’oeil et pas trop bas et l’étirer au doigt (et pas tapoter comme je le faisais). Avec ça, les nuits difficiles laissent moins de traces sur votre visage.

– Il faut choisir un fond de teint de la même carnation que sa peau (dessus de la main) ou même légèrement au-dessous mais surtout pas supérieure (comme j’avais tendance à le faire en espérant avoir bonne mine). Il s’étale à l’éponge ou à la main (technique préférée par Karine) en commençant par la zone médiane et en étirant vers l’extérieur. On en passe même sur les paupières si jamais on ne met pas de fard à paupières ensuite, on fait attention aux démarcations (cou, cuir chevelu).
Quand Karine m’a demandé si une marque avait ma préférence, j’ai répondu Chanel en toute simplicité. ) Leur fond de teint fluide innocence a vraiment un résultat naturel et magnifique, loin de l’image de plâtre couvrant que j’avais de ce genre de produit.

– La conquête d’un teint unifié et de pêche se poursuit avec l’application au gros pinceau d’une poudre (libre si elle reste chez vous ou compacte si vous vous voulez faire une retouche au bureau). Mêmes principes que pour le fond de teint en ce qui concerne le choix de la couleur et de son application.

– Je voulais des yeux charbonneux car cela met en valeur les yeux clairs et la palette éphémère 4 couleurs de Chanel a vraiment un résultat superbe. Il faut commencer par appliquer la couleur neutre (blanc ou ivoire) sur toute la paupière. Le gris est posé sur la partie mobile de la paupière et il faut dessiner une banane dans le creux de la paupière. On finit avec la couleur la plus foncée dans le coin externe de l’oeil et au ras des cils du bas. Pour les yeux verts-bleus, le taupe, le violet sont les couleurs qui mettent le plus en valeur. Pour les yeux marrons, les bleus et les roses sont jolis selon Karine.

– Pour appliquer le mascara, passer d’abord au dessus des cils puis au dessous en faisant un léger mouvement de zigzag pour bien séparer les cils.

– Pour l’effet bonne mine, un peu de blush est indispensable. La couleur doit être choisie en fonction de ce qui a été mis sur les yeux (des couleurs chaudes avec des couleurs chaudes, des couleurs froides avec des couleurs froides). Dans mon cas, le noir s’accorde avec tout et Karine a opté pour une teinte rosée (toujours chez Chanel) vraiment sympa. Attention à ne pas appliquer le blush trop bas sur les pommettes, effet vieille peau garanti selon Karine !

– Comme j’avais mis le paquet sur les yeux, au niveau bouche le léger était de mise. Karine a commencé par redessiner le contour des lèvres au crayon (couleur la plus neutre) en partant des commissures des lèvres pour aller au centre (jusqu’à l’arrondi de la lèvre supérieure) et puis elle a posé un peu de gloss, toujours celui de Chanel qui ne colle pas même si c’est un gloss.

Après ça, je me suis sentie comme une starlette avant de monter les marches à Cannes, j’avais gagné 5 ans en une heure pendant laquelle je n’avais pensé qu’à moi. Un grand merci à Karine !

Cet article n’est pas sponsorisé par Chanel mais s’ils veulent que je teste leurs produits, je n’y vois aucun inconvénient )

Edit : oui oui pour une fois c’est une photo de moi en illustration !

Pin It