Tag

gâteau école

Browsing

Rose comme la bande sur la couleur de mes baskets achetées il y a 5 ans pour la cure de thalasso maman bébé que j’avais eu la chance de vivre à Saint Malo (voyez comme je suis économe …ou peu sportive), baskets que je remets depuis plus d’un mois maintenant pour suivre des chorégraphies, travailler les cuisses (avec cette joie un peu étrange de redécouvrir que là et là j’ai des muscles, ceux  qui tirent douloureusement le lendemain) et constater qu’en quelques semaines déjà -non je ne me suis pas forgée le corps de Beyoncé – j’ai le sentiment d’avoir progressé et ça c’est plutôt gratifiant.
Rose comme les objets rassemblés le temps d’une photo pour un client d’oeil à Octobre rose ou comme la boîte dans laquelle j’ai ramené les gâteaux confectionnés le temps d’un après midi au Gâteau École de Sébastien Bouillet.
Rose comme cette gelée de pétales de rose retrouvée dans un placard et dont j’ai parsemé une tarte aux pommes maison. J’ai comme l’impression que les dépenses et les entrées caloriques ne sont pas tout à fait équivalentes à la vue de ce que je viens d’énoncer (mais je n’ai pas encore touché à une seule tablette de chocolat…pas encore ).

semaine 41semaine 41 (1)semaine 41 (3)

★ Le dernier film de Xavier Dolan, Mommy, n’est pas vraiment rose mais s’il faut aller voir un film en ce moment c’est bien celui là. Je me suis installée à la séance du matin, dans la salle 1 du cinéma de quartier où j’ai mes habitudes, dans la rangée que j’aime bien, celle où il n’y a que deux sièges et où je suis sûre que personne ne viendra s’assoir à côté de moi (mode ours ON). Je me suis laissée embarquer par l’histoire, les acteurs vraiment exceptionnels, les dialogues, la bande son, les effets de mise en scène. Ça m’a secoué, sonné, ému (beaucoup !) …j’ai retrouvé le lyrisme du jeune réalisateur, cette capacité de surprendre le spectateur scène après scène et je suis sûre qu’il fera partie des films, comme Laurence Anyways, dont je me souviendrai longtemps malgré ma mémoire de poisson rouge.

★ Et pour la pause musicale du dimanche soir, j’ai cherché quelque chose de dansant, une musique qui commence par faire bouger les orteils, un peu les épaules et puis qui finit par convaincre le corps de se lever pour danser, bien ou mal, peu importe, l’essentiel est de se laisser porter sur Gust of Wind de Pharrell Williams :

D’autres photos de la semaine, avec ou sans rose, sur Instagram.

Gâteau école : rien que l’évocation de ce nom me mettait l’eau à la bouche. Alors quand les nouveaux locaux de l’école de pâtisserie de Sébastien Bouillet ont ouvert leurs portes à la Croix Rousse (le quartier devient un véritable triangle d’or du chocolat avec la boutique Chokolat et la pâtisserie ), j’étais dans les premières à découvrir les lieux.

Pierres apparentes, parquet, marbre et équipements dernier cri, le décor mêle tradition et modernité, fonctionnalité et confort. L’immense baie vitrée vitrine qui court tout le long de la pièce principale la rend très lumineuse (parfois quelques curieux s’arrêtent sur le trottoir et observent le cours) et chaleureuse. Ici vu l’espace, tu te ne sens pas à l’endroit et les grandes photos dans le fond de la pièce sont un clin d’oeil gourmand qui te donne envie de passer ton tablier (ou de te mettre à table, ce qui est possible aussi dans la seconde pièce de cette école).

 

le gâteau en forme de kouglof aux marrons était à tomber par terre ..juste pour information )

Ici tu as la place pour cuisiner, le placard ne va pas te tomber sur les pieds, la table n’est pas bancale comme dans la pub,  tu as tout le matériel professionnel à ta disposition et en plus, une fois que tu as terminé de préparer tes macarons, ton fraisier, ton dessert à l’assiette, tes tartes ou tes verrines, tu n’as pas besoin de te lancer dans la vaisselle.

Je le sais parce qu’après cette première visite, je suis revenue au Gâteau École pour un cours autour du chocolat. Imagine des sacs entiers de pistoles de chocolat, imagine l’odeur du chocolat fondu, ça y est tu es dans l’ambiance ?

L’idée pour ce cours était de réaliser son chocolat de Pâques en dessinant d’abord sa future création sur un papier. J’ai d’abord tracé ce qui était sensé ressembler à un chat puis je suis partie sur une autre idée..que je te laisse deviner sans tricher en regardant la photo finale et avec les petits indices que je vais semer d’ici la fin de ce billet.

Comme j’avais dans l’idée de déguster ce chocolat en famille, j’ai décidé de réaliser le sujet avec du chocolat au lait. Comme j’étais la seule du cours, j’ai surveillé le chocolat comme du lait sur le feu pendant car je t’assure que ce n’est pas une mince affaire. En effet le chocolat se moule quand il est à 29°, pas plus, pas moins.

Brice, le chef qui a encadré ce cours, a commencé à nous montrer comment travailler le chocolat sur le marbre afin que celui-ci n’incorpore aucune bulle d’air et que la cristallisation s’opère correctement.

Ca peut paraitre assez incongru mais il a utilisé ces spatules habituellement réservées aux bricoleurs (pour la tapisserie il me semble)

L’étape suivante consiste à remplir à ras bord un moule, puis à le vider ..à le retourner sur une feuille de papier cuisson, à gratter le tour du moule puis à recommencer avant de mettre au frigo pour que le moulage prenne…ça parait simple mais ça a pris pas mal de temps chacun des participants ayant des moules différents, des envies créatives opposées et pas vraiment le nez sur le thermomètre pour surveiller le chocolat et sa bonne température.

Voici le chocolat au lait : oui j’avoue je n’ai pas pu m’empêcher de le goûter à ce stade..c’était vraiment trop tentant pour une accro comme moi :

 

Voici les moules que j’ai utilisés : ça t’aide ? )

et voilà un premier élément en chocolat de mon futur sujet…

un second élément pendant l’étape de démoulage (non ce n’est pas ma main mais celle de Brice)

Ensuite j’ai « collé » mon sujet sur un carton doré en faisant fondre la base tout simplement et en griffant le support avec un couteau, j’ai assemblé les différentes parties (sauf les bras qui étaient plus délicats), j’ai poudré mon sujet pour qu’il soit plus beau, brillant (et aussi pour qu’on ne voit pas les éventuelles traces de doigts)

Le résultat ?

 

euh non ce Pikachou n’est pas le mien

ça non plus

cette fleur n’est pas à moi

et voilà le travail : un Monsieur Macaron comme celui que tu as vu sur la première photo de ce billet et qui m’a fait craquer (il te plait Anne-Laure?)

Le cours a duré plus de 3h30 mais j’étais vraiment contente du résultat…d’ailleurs je n’ai pas pu m’empêcher de le montrer à plusieurs personnes sur le trajet de la maison. Je ne te raconte même pas la tête de mon fils, je crois que j’ai pris 10 points de plus dans la case admiration d’un seul coup. Limite on n’osait pas le goûter tellement on le trouvait trognon mais finalement on s’est attaqué à ses pieds puis ses bras et au niveau goût, il est vraiment très fin, excellent.

Même si je ne suis pas une blogueuse culinaire, j’ai adoré cet atelier donc je peux confirmer qu’il n’y a pas besoin d’être une pro pour participer au cours de gâteau école, il suffit d’aimer la pâtisserie et la cuisine. Brice, le chef qui nous a montré tous les gestes, expliqué toutes les étapes et nous a appris plein de choses sur le chocolat, est un modèle de patience et de gentillesse.

Depuis je suis allée sur le site de l’école et j’ai repéré un cours autour de la pâte à choux : éclair au chocolat et religieuse..oui je sais je suis incorrigible )

Un grand merci à Sébastien Bouillet et à Romain qui m’ont permis de vivre ce beau moment gourmand !

Gâteau école
5 rue de Nuit
9004 Lyon
site internet avec planning des cours : http://gateau-ecole.com/

Et toi, tu as déjà suivi un cours de pâtisserie ou de chocolat?

Pin It