Tag

galette des rois

Browsing

Au départ je voulais écrire un billet avec les hauts et les bas de cette semaine de reprise et puis je suis tombée sur un édito de Géraldine Dormoy annonçant son cancer du sein et sa mastectomie. Elle concluait qu’elle ne trouvait pas cela si grave. Forcément je me suis trouvée ridicule avec mes petits tracas hivernaux, mes déceptions professionnelles en 2017 (et mes doutes éternels), mes inquiétudes parentales, mes déboires avec windows 10…alors je n’ai gardé que les jolies choses de cette semaine de reprise.

Disney sur glace

Mercredi on a été voir en famille le dernier spectacle de Disney sur Glace, le voyage imaginaire*, l’occasion de revoir des classiques Disney sur glace, de ré-entendre des chansons connues mais aussi pour les adultes d’admirer les prouesses techniques des danseurs qui enchaînent pas de danse, portés, sauts, pirouettes et autres figures classiques du patinage artistique.

Les enfants dans la salle, eux, ont accueilli avec enthousiasme Mickey, Minnie, Donald, Daisy et Dingo. Ces derniers reviennent pour introduire chaque dessin animé Disney dansé et mise en scène dans ce spectacle. Au Roi Lion succède Peter Pan dans une première partie puis après l’entracte, vient La petite sirène suivie de la Reine des Neiges (oui Délivrée Libérée )).

Ce qu’on a préféré ?

-le niveau technique des patineurs
-Peter Pan avec des décors et des tableaux d’ensemble particulièrement réussis
-les tableaux de groupe de La petite sirène avec mention spéciale pour les costumes étoile de mer et requins
-la neige qui tombe, les belles robes d’Elsa et d’Anna dans la Reine des Neiges ( la fameuse magie de Disney)

et bravo au danseur ou à la danseuse qui interprète le rhinocéros puis le chien Nana et qui patine en grande partie penché en avant, les deux bras sur la glace pour les pattes de devant !

La galette à la praline rose de la maison Sève

Je ne vous chanterais pas « j’aime la galette, savez -vous comment.. », j’ai du en manger des trop grasses, trop beurrées par le passé, trop réchauffées (à priori une bonne galette ne se réchauffe pas, on évite ainsi de faire ressortir le goût du gras) mais l’association pâte feuilletée /frangipane ne me fait pas danser sur les tables.

Et puis jeudi un inconnu ne m’ a pas offert des fleurs mais la galette aux pralines roses de la maison Sève. Rien qu’à l’aspect, on devine qu’on ne va pas finir par balayer toutes les miettes dispersées sous la table. Vient le moment de couper des parts et d’entendre le couteau émettre un crac au contact du sirop vanillé de marrons qui forme comme un léger vernis sur le dessus, de croquer dans un feuilletage délicat qui ne s’émiette pas  en bouche et dans une garniture aux vraies pralines roses avec plein de morceaux d’amande….un délice !

Mon fils a eu la fève deux fois (pourtant c’est sa sœur qui choisissait, les deux fois, à qui allait quelle part) : un toaster et un batteur au look vintage. Pour ses 70 ans, la marque Kenwood s’est associée à la maison Sève. Ainsi les galettes de la maison Sève abritent une collection inédite de 16 fèves représentant les modèles iconiques de la marque.

Parmi ces fèves, un modèle permettra aux 15 heureux détenteurs de ces précieux sésames de recevoir en cadeau un robot chef Titanium Kenwood. Une raison supplémentaire d’espérer tomber sur la (bonne) fève !

Je finis avec une pluie de paillette ou plutôt un slime mêlant arc en ciel et paillettes. Obélix est tombée, petit, dans la marmite de potion magique, ma fille est tombée, en décembre dernier, dans le slime. Assez mystérieusement la mousse à raser, les pipettes de sérum physiologique, la lessive disparaissaient jusqu’au jour où j’ai compris …il parait que cela la détend )) .

Je vous souhaite ainsi une année 2018 colorée, licornée, drôle (souvenez-vous une journée sans rire est une journée foutue), gourmande et sucrée bien-sûr : ) Et merci à vous qui, depuis plus de 11 ans,  passez ici, régulièrement ou pas, qui commentez ou pas !

*invitations

Certaines choses changent et d’autres pas. Je ne cours toujours pas…après la galette (bon si Cédric Grolet m’invite à goûter sa galette 2016, je ne dirai pas non )) mais comme autour de moi, les fans de galette sont nombreux, année après année, je tente de nouvelles versions. La dernière galette était à la crème frangipane (crème d’amande + crème pâtissière, l’ajout de la crème pâtissière donnant une garniture que je trouve moins bourrative et sèche) nature. Je suis repartie sur la même base en aromatisant ma crème pâtissière avec de la pâte de pistache pour une galette des rois à la pistache.

Ingrédients

pour la crème pâtissière à la pistache

50 cl de lait
100 g de sucre
80 g de pâte de pistache
4 jaunes d’oeufs
30 g de maïzena
15 g de farine

pour la galette des rois

deux pâtes feuilletées prêtes à l’emploi
50 g de beurre pommade
80 g de sucre
2 oeufs
150 g de poudre d’amande
1 jaune d’oeuf

Et maintenant qu’est ce qu’on fait ?

1) La crème pâtissière à la pistache

Commencez par réaliser la crème pâtissière à la pistache. Avec les quantités indiquées plus haut, vous obtenez beaucoup plus de crème que pour une seule galette (le quart suffit). Vous pouvez donc diviser les quantités en deux (et vous aurez de quoi garnir deux grandes galettes) ou utiliser le reste de crème pâtissière à la pistache pour préparer une délicieuse glace maison (il suffit de laisser turbiner votre crème le lendemain pendant 20 minutes dans votre sorbetière mise au congélateur toute la nuit ).

Pour la pâte de pistache, plus elle est pure, mieux c’est. Vu les prix, peut-être qu’il est plus intéressant d’acheter des pistaches en vrac (reste à trouver un endroit où cela ne coûte pas un bras) et de réaliser la pâte de pistache soi-même.

Dans un saladier, mélangez le sucre avec les jaunes d’oeufs puis ajoutez la farine et la maïzena tamisées. Chauffez le lait dans une casserole jusqu’à ce qu’il frémisse et versez-en la moitié dans votre saladier (contenant le mélange oeuf+sucre+farine+maïzena) sans cesser de mélanger. Reversez le tout dans la casserole. Laissez porter à peine à ébullition, en mélangeant sans cesse jusqu’à ce que la crème épaississe. Incorporez alors hors du feu la pâte de pistache.

Filmez au contact votre crème pâtissière et laissez la au frigo jusqu’à ce qu’elle refroidisse.

2) La crème frangipane

Battez le beurre pommade avec le sucre puis ajoutez les œufs l’un après l’autre puis la poudre d’amandes. A ce stade, vous obtenez une crème d’amandes. Ajoutez alors le quart de votre crème pâtissière à la pistache et réservez votre crème frangipane 30 minutes au frigo.

3) Le montage

Étalez les deux pâtes feuilletées (normalement un disque doit être plus petit que l’autre -celui du dessous- mais je ne l’ai pas fait). Badigeonnez le pourtour (3cm environ) de jaune d’œuf de la pâte feuilletée du dessous puis étalez votre garniture (avec une poche et une douille pour que cela soit impeccable, ici je l’ai fait à la cuillère).

Placez une fève avant de recouvrir de la seconde pâte. Soudez les deux pâtes sur tout le tour avec une fourchette. Badigeonnez le dessus de votre galette avec du jaune d’œuf dilué dans un peu d’eau puis laissez la galette 30 minutes au frigo. Badigeonnez à nouveau et dessinez des motifs avec la partie non tranchante d’un couteau. ( j’ai aussi parsemé très légèrement le dessus de la galette de sucre roux au gingembre plus pour le visuel que pour le goût).

Enfournez  la galette dans un four préchauffé à 210° pour 10 minutes de cuisson puis baissez la température de votre four à 180° pour 15 à 20 minutes. Dégustez tiède.

 

 

galette 3

galette 4

Verdict ?

Un jour vous oublierez votre tête Monsieur Dus…j’ai donc oublié de mettre une fève à l’intérieur mais ma tête de linotte s’en est souvenue juste avant de glisser la galette au four …ouf : )

Bien entendu si vous faites la pâte feuilletée vous même, c’est meilleur (mais avec les temps de « pause » au frigo, la recette est déjà assez longue je trouve).

D’après mes goûteurs, la saveur de la pistache reste assez discrète mais leur « miam » entre deux bouchées tend à prouver que cette nouvelle version a été validée pour les adorateurs de galette des rois.

mon mercredi gourmand

Street / une rue que j’aime bien dans mon quartier avec des maisons ▲
Something beginning with T / mon vieux téléphone et sa skin Buzzebizz made in England ▲
Paper / un calendrier DIY trouvé dans le dossier d’Hellocoton ▲
One O’clock / l’heure de mettre à sécher les doudous après un passage en machine plus que nécessaire ▲
Water / Elixir d’hiver bu au Mokxa Café ▲
Surprise / des fèves musicales sur lesquelles j’ai cru voir Glenn Meideros…c’était Elvis ) ▲
Circle / Galette des rois ▲

J’espère publier un peu plus de photos en extérieur la semaine prochaine..

Le week-end dernier, j’ai vu passer sur twitter une conversation entre foodista qui remettait en cause la composition de la galette des rois telle que je l’imaginais jusqu’à présent à savoir deux pâtes feuilletés avec un intérieur frangipane. Or il semblerait que cette version soit contestée par une partie de la blogosphère pour laquelle dans la vraie galette des rois, il y a en plus de la crème d’amandes, de la crème pâtissière. Ni une ni deux j’ai réalisé dès le lendemain  la recette de Confessions d’une gourmande et si visuellement c’était si artisanal que je n’ai pas osé vous la montrer, c’est beaucoup moins bourratif, plus parfumé (j’irai presque jusqu’à plus léger mais n’exagérons pas ) que la version sans crème pâtissière.

Quant à la galette des rois en photo juste au dessus, elle m’a été offerte par le pâtissier chocolatier lyonnais Sève. Première surprise : son feuilletage vraiment très fin (même plus que les millefeuilles de Jacques Genin c’est pour dire) et pour quelqu’un qui, comme moi, ne raffole pas de cette double pâte feuilletée ça donne envie de finir sa part sans craindre de  mourir étouffée. J’étais très tentée de photographier le peu de miettes que ce feuilletage laisse dans l’assiette (ou par terre pour les enfants) après dégustation par rapport à une galette classique, la différence est frappante (mais bon c’était pas très glamour comme photo).

Outre la finesse de la pâte, le côté sec qu’on trouve parfois est évité grâce au glaçage au sirop de marrons glacés. La galette est fourrée à la frangipane et aux pralines roses concassées et je m’attendais à quelque chose d’assez sucré (trop même). Ce n’est pas du tout le cas, le goût de l’amande étant bien présent  avec une très légère pointe d’amertume. Le croquant des morceaux d’amande mêlé au fondant de la frangipane est très agréable. Pour une fois que je déguste de la galette sans la trouver trop grasse, j’ai même eu la fève )

Et vous, dans votre cuisine avez vous fêté les Rois ?

Pour Chocololita la galette est faite maison et la fève au chocolat

Chez Arwen c’est l’homme qui prépare la galette des rois

La galette est une une couronne briochée pour l’Instinct des thés 

Les Petites Canailles ont sorti leurs plus belles fèves

Pas de galette chez Lucky Sophie, mais une chouquette party

Rendez vous samedi prochain pour parler soldes en cuisine )

Si vous lisez ce blog depuis un petit moment, logiquement vous devriez crier menteuse à la lecture du titre de ce billet. Je ne sais pas si c’est le gras de la pâte feuilletée souvent trop importante en quantité (une fois sur deux on manque s’étouffer avec les miettes, l’autre fois on est obligé de sortir l’aspirateur car il y en a partout par terre), le beurre dehors comme dedans (qui étrangement ne me gêne pas dans un kouig amann alors qu’il est même plus calorique) ou le fait de recracher la fève pour la brandir triomphalement mais me passer de galette des rois ne prive pas la gourmande que je suis. Néanmoins je suis entourée de fans de galettes soit pour son goût de frangipane soit pour son côté « qui sera le roi? » et c’est l’occasion de partager un moment convivial avec des amis ou de la famille. Année après année, je tente donc des nouvelles versions de galettes, provoquant des tollés d’indignation de la part des plus conservateurs.

Du coup j’ai dressé le portrait robot de ma galette des rois idéale :

Elle serait présentée non pas dans un sac en papier qui transpire le gras à peine en main mais dans une jolie boîte façon tourne disque comme le propose cette année, le pâtissier chocolatier Sébastien Bouillet et je choisirais chez lui la galette noisette, fruits secs, éclats de fleur de sel.

 

J’irais la déguster dans un endroit exceptionnel comme l’hôtel Crillon parce que la couronne de la galette de Jérome Chaucesse est en chocolat (et en plus dans la galette se trouve une onctueuse pâte à tartiner au chocolat).

 

Elle aurait la légèreté de la brioche des rois d’Angélina avec ses zestes d’agrume, marrons glacés et brisures de chocolat

Elle aurait un nom qu’on n’oublie pas comme l’accroc cacao (chocolat cannelle et lit de figues mi-confites) de Christophe Roussel…

ou la pralinium de Thierry Mulhaupt avec de la frangipane au praliné, dés de pommes et compotée d’abricots.

Elle me raconterait toute une histoire comme la galette Miss Liberté de Jean-Paul Hévin à la crème d’amande pistache et aux éclats de chocolat :

Elle aurait une fève très chocolatée comme celles proposées par la maison Bernachon :

 

A moins que pour une fois, la fève soit sur la galette et pas à l’intérieur comme pour la galette des roses (composée de coings pochés et de crème d’amande à l’eau de rose) de Christophe Michalak :

Enfin, en cette période post-fêtes, elle aurait la fraîcheur de la galette Ispahan (crème d’amande à la rose, litchis et framboises) de Pierre Hermé :

Et vous, laquelle vous tente ?

 

Lundi je parlais régime et mercredi je mets en ligne une recette de galette des rois pur beurre, je sais je suis une fille contradictoire. Que veux-tu,  cette galette on me l’a réclamé à corps et à cris à la maison alors quand j’ai trouvé dans Saveurs une variation aux marrons glacés, j’ai obtempéré.

Qu’est-ce qu’il te faut ? 2 pâtes feuilletées pur beurre (au passage j’ai souvenir de pâte feuilletée à base de petits suisses mais je n’arrive pas à retrouver cela sur internet ); 250g de crème de marron (j’ai ajouté deux grosses cuillères de dessert de châtaigne dont j’ai parlé récemment pour accentuer le goût après avoir lu sur le blog de Châtaigne qui a aussi testé cette recette que le marrons n’était pas assez prononcé pour elle); 2 œufs; 60g de beurre fondu; 250g de poudre d’amande (je me suis contentée d’un paquet soit 180g); 100g de brisures de marrons glacés (j’ai acheté une boîte peu coûteuse mais peut-être que cela vaut le coup de prendre des bons marrons)

Et maintenant qu’est ce que tu fais ?

Prépare la frangipane en mélangeant le beurre fondu, la poudre d’amande, la crème de marron, les brisures de marron glacé et un œuf. Bats l’autre œuf dans un bol avec une cuillère à soupe de lait.

Dispose une des pâtes feuilletée sur une plaque recouverte de papier sulfurisé et avec un emporte-pièce (j’ai pris un moule à tartelette) découpe des cercles. Passe de l’œuf battu sur le pourtour du cercle avec un pinceau, dispose la frangipane au centre, étale là mais sans aller jusqu’au bord de la pâte et mets une fève ou pas (les enfants ont mis une fève dans chaque mini-galette, c’était le clou de la recette pour eux).

Recouvre avec un second cercle de pâte feuilletée en scellant les bords avec le pouce. Fais un décor avec la pointe d’un couteau et passe de l’œuf battu au pinceau sur toute la surface. Recommence jusqu’à épuisement de la pâte et de la frangipane. Avec les quantités données, j’ai fait 7 galettes et il me restait un peu de frangipane, tu peux donc séparer les quantités par deux et obtenir 4 mini-galettes.

Mets au four pour 30 minutes environ, dès que la pâte feuilletée est dorée, tu peux sortir les mini-galettes.

 

Verdict ? étrangement tout le monde a été Roi ou Reine ce jour là …mes amateurs de galette pourtant très  » de la frangipane sinon rien » ont apprécié le goût de châtaigne bien présent sans que l’intérieur soit sec.

( Ceci est ma participation aux mercredis gourmands d‘Anne-Laure T et à la douceur du mois de Virginie B.)

Pin It