Tag

fourvière

Browsing

Tea time à Fourvière Hôtel

C’était un vendredi après-midi, le temps était doux, la colline de Fourvière se parait de couleurs automnales et j’avais rendez-vous pour un tea time à Fourvière Hôtel. Avant d’entrer, je me suis assise quelques instants sur un des bancs présents dans le jardin public. J’ai admiré la façade de cet ancien couvent édifié par Pierre-Marie Bossan en 1854 pour les soeurs de la Visitation.

Saviez-vous que ce couvent a ensuite abrité un pensionnat de jeunes filles, accueilli des blessés durant la seconde guerre mondiale puis qu’il a abrité une école d’infirmières et le dépôt des Archives de l’Hôtel Dieu ? Tout ça en un seul siècle !

J’étais déjà venue à Fourvière Hôtel pourtant j’ai été surprise de la même manière que la première fois en passant les portes d’entrée et en découvrant la réception. En effet les concepteurs du lieu, Jean-Luc Mathias et Marianne Borthayre, ont eu la volonté de conserver la chapelle du Couvent telle qu’elle existait. Elle a été intégralement restaurée à l’identique par l’Atelier Royal de septembre 2013 à juillet 2014.

Entre la lumière qui transperce les vitraux et baigne les lieux d’une atmosphère quasi irréelle, la richesse ornementale partout où le regard se pose, la voûte et son bleu associé à Bossan (vous le retrouvez à la Basilique de Fourvière et il se dit que pour lui, la chapelle était un brouillon), l’ébahissement est au rendez-vous.

Pour moi, Fourvière Hôtel a réussi à équilibrer très judicieusement patrimoine et modernité, à dessiner son identité tout en préservant un héritage, à s’inscrire dans une continuité tout en offrant le confort et les services d’un hôtel 4 étoiles.

Cela s’exprime par le choix du mobilier : par exemple la collection Crown-Design Laval apporte un côté chaleureux à la chapelle-lobby qui pourrait être un peu « impressionnante » du fait de ses dimensions.

Cela se traduit également par les oeuvres contemporaines de Pablo Reinoso présentes à Fourvière Hôtel comme ce nuage de bois qui commence dans la chapelle-lobby et se poursuit dans la niche surplombant le couloir qui mène aux péristyles.

Je suis très sensible, de manière générale, à la luminosité d’un paysage, d’un lieu (et c’est d’ailleurs pour cette raison que les jours gris pèsent rapidement sur mon moral). Une des choses très agréables à Fourvière Hôtel est justement la façon dont la lumière pénètre les différents espaces (lieux de travail, véranda, péristyles, chambres) et leur apporte comme une enveloppe de douceur.

Fourvière Hôtel est en plein cœur de Lyon, juste au dessus du quartier le plus touristique, le Vieux Lyon, mais son emplacement, au milieu de la verdure, et en hauteur des arènes, donne l’impression d’être ailleurs. Ici aucune pollution sonore, juste le bruit des oiseaux, le clapotement du couloir de nage, l’écho des pas sur les carreaux posés au sol (fabriqués dans le Beaujolais).

Le dialogue entre passé et présent se poursuit dans les chambres réparties sur trois niveaux. A l’extérieur, sur chaque porte, est dessiné le portrait d’un lyonnais qui a marqué l’histoire culturelle, scientifique. A l’intérieur de chaque chambre, le mobilier contemporain est signé Stellar Works.

tea time à Fourvière Hôtel
tea time à Fourvière Hôtel

Si Fourvière Hôtel est un lieu magique, cela repose aussi sur son organisation autour du jardin du cloître, ce carré parfait de 700 m2 dessiné par les péristyles. Selon le temps et les saisons, on peut apprécier son calme, son harmonie depuis les espaces intérieurs en buvant un verre ou en déjeunant, à l’extérieur, depuis la terrasse présente à l’étage ou carrément en s’installant dans le jardin.

Tous les 3ème jeudis du mois, Fourvière Hôtel propose des concerts aux personnes extérieures à l’hôtel comme aux clients présents (la programmation de ces jeudis musicaux se trouve sur leur page Facebook) et j’y vois une excellente occasion de découvrir le cloître de nuit.

tea time à Fourvière Hôtel
tea time à Fourvière Hôtel
tea time à Fourvière Hôtel

C’est dans ce cadre magique que vous pouvez venir vous poser le temps d’un tea time à Fourvière Hôtel les vendredi-samedi-dimanche de 14h30 à 18h. Assise à l’une des tables du restaurant Les Téléphones, avec vue sur le jardin, j’ai découvert les douceurs du chef pâtissier Mathieu Masson. J’avais été séduite par l’originalité de ses propositions sucrées lors du Lyon Street Food Festival et j’étais curieuse de goûter ses pâtisseries.

tea time à Fourvière Hôtel
tea time à Fourvière Hôtel

Le tea time « Plaisirs gourmands » se compose de trois pâtisseries maison, d’une théière mariage frères ou un double expresso, d’un thé glacé ou d’une eau aromatisée création du bar Les collection (tarif 19 euros).

Les trois pâtisseries à la carte en ce moment sont un cruffin à la praline (un croisement entre le croissant et le muffin), un cake au chocolat Valrhona et une tarte valbonnaise (pâte sablée, compotée de figures, crème d’amandes).

tea time à Fourvière Hôtel
tea time à Fourvière Hôtel
tea time à Fourvière Hôtel
tea time à Fourvière Hôtel

Si vous êtes très gourmand, vous avez la possibilité de prendre, en plus un dessert à la carte. Le plus dur sera de choisir parmi des intitulés qui m’ont mis l’eau à la bouche :

-religieuse au praliné
– Brownies cassis, mousse marron, meringue spéculoos, glace sarrasin grillé -Baba pain d’épices, poire pochée au vin rouge
-Sablé beurre salé, pomme confite et glace vanille macadamia/ caramel
-rectangle Azélia cacahuètes (en photo ci dessous)

tea time à Fourvière Hôtel

Verdict du tea time à Fourvière Hôtel ? En dehors du cadre qui, pour moi, fait totalement partie de ce moment gourmand qu’on s’offre, j’ai beaucoup apprécié l’équilibre des pâtisseries dégustées.

Quand je lis « pralines » dans un dessert, je m’attends à quelque chose de (trop) sucré et ce n’est pas du tout le cas ici.

Pour la mousse au chocolat du cake (cachée sous son joli dôme), le chef pâtissier a choisi un chocolat puissant, presque amer, ce qui permet de déguster un dessert gourmand visuellement mais peu sucré.

Même agréable surprise à la dégustation de la tarte valbonaise.

J’espère que les propositions du chef pâtissier vont suivre les saisons, cela me fera une belle occasion de revenir pour m’offrir une autre parenthèse hors du temps.

Tea time à Fourviere Hôtel
23 rue Roger Radisson
69005 Lyon

Merci à l’équipe de Fourvière Hôtel pour ce délicieux moment et pour leur accueil.

Lyon vu d’en haut

Si on allait siffler là-haut sur la colline avec un bouquet d’églantine pour notre RTT amoureux, ai-je suggéré à l’homme, mardi dernier en me levant? Lui, pragmatique, m’a fait remarqué qu’il neigeait et qu’on se les gelait mais ce que femme veut, femme a alors en début d’après-midi, nous sommes partis direction le Vieux Lyon et en particulier le quartier St Georges.

au début ça grimpe tout doucement, parfait pour se réchauffer …

ensuite la pente est un peu plus raide mais en se retournant on a une belle vue sur la cathédrale de St Jean

Alors que je m’extasiais sur les inscriptions et les façades des maisons à coup de « mais que c’est joli ! » façon les Bronzés font du ski hébergés par des locaux lors d’une tempête de neige ….

 

…l’homme, lui,  cherchait une sortie de secours, obsédé par l’idée de se poser autour d’une boisson chaude ….

Finalement vaille que vaille, j’arrivais à le traîner jusqu’au bout de notre escapade…

moi « ça valait le coup, non?
lui « faudrait juste couper les branches« 

Avant de redescendre, nous sommes passés devant le restaurant de l’étoile Christian Têtedoie…à ‘l’intérieur bien au chaud, des hommes d’un certain âge, en smoking festoyaient. Nous avons salivé devant la carte, nous n’avons pas compris si Testa d’Oca, son restaurant italien, se trouvait là ou pas.

Alors que le visage de l’homme s’illuminait en découvrant une entrée de métro, je prenais encore quelques photos…

ça change de l’ambiance Nuits de Fourvière, l’amphithéâtre sous quelques flocons, non ?

Laï, laï, laï, la ….

Et toi , les RTT amoureux ça t’arrive ?

Edit : en vrai, l’homme n’est pas un râleur (ou alors quand il a faim) mais sinon c’était pas drôle …

Party time


Cette semaine, j’ai enchaîné les sorties ! Hasard du calendrier, exploitation de belle-maman venue sur Lyon pour garder les enfants ou envie d’en profiter avant une période probablement beaucoup plus monacale ? même si j’ai accumulé pas mal de fatigue, j’ai eu l’impression de retourner quelques années en arrière et c’était loin d’être déplaisant.

Samedi : pourquoi lorsque mon fils répète mes phrases, je trouve ça rapidement agaçant alors que lorsqu’il s’agit de Miss Zen je m’extasie ? ..il y a discrimination maternelle je sais mais mon petit perroquet m’attendrit )

Dimanche : après une courte averse, les nuages se sont dispersés et le « battle » qui a opposé plusieurs groupes de hip hop et de breakdance dont les Pockemon crew  a commencé dans les arènes de Fourvière : un DJ qui a assuré aux platines, des danseurs qui m’en ont mis plein la vie, j’en parle plus en détails bientôt.

Lundi : écrire ma lettre de demande de mise en disponibilité ce n’est pas dire « au revoir Monsieur le président » (parce que je n’ai malheureusement pas gagner au loto et que je vais passer d’un demi-salaire à pas de salaire du tout) mais c’est tout de même très jouissif surtout quand on sait qu’on quitte un boulot qui ne plait pas du tout pour une formation enthousiasmante…promis je te dis tout cette semaine

Mardi : se retrouver dans une boutique de déguisements aussi grande qu’un loft new-yorkais avec des chapeaux, des costumes, des accessoires en pagaille quand on a un fils qui passe sa journée avec des oreilles de lapin sur la tête (véridique) ou un gilet de cow-boy, c’est un peu la caverne d’Ali baba par procuration !…non on n’a pas prévu de trip docteur/infirmière ou policier/prisonnière avec l’homme (car avouons que les rayons adultes sont très souvent tendancieux) mais on a trouvé une chouette panoplie de magicien au chérubin pour son anniversaire

Mercredi : avoir l’occasion de sortir à trois, l’homme, le grand et moi c’est plutôt rare alors en présence de la baby-sitter familiale, on a sauté sur l’occasion pour aller applaudir le cirque Romanes dont j’ai aimé l’esprit familial, les numéros plein de poésie, l’ambiance festive avec un orchestre sur la piste du début à la fin…je ne suis pas une grande fan de cirque mais ici pas d’animaux et des artistes qui mettent des étoiles dans les yeux des petits et des grands !

Jeudi : reprendre message in a bottle avec au moins 4000 personnes, frissonner en attendant « every breathe you take » ou «  fragile« , redécouvrir An Englishman in New York ou Roxanne grâce à l’orchestre philharmonique, être bluffée par la voix de Sting, touchée par un duo avec la chanteuse présente sur scène (mais dont j’ai bêtement oublié le nom),  admirer la jeune femme qui dirige l’ensemble des musiciens avec une fougue incroyable…l’homme n’a peut-être pas une paie extraordinaire mais grâce à son CE on en profite chaque année des nuits de Fourvière )

Vendredi : arriver comme une fleur dans le bureau des collègues de « mon » service, voir croissants, pains au chocolat, café et jus de fruit sur une petite table et toutes les personnes que j’aime bien au boulot dans la pièce , m’assoir tranquillement, voir quelqu’un me tendre un cadeau et comprendre enfin que c’est une surprise organisée pour mon départ …euh c’est un message pour que je parte avant fin septembre? ils ne me supportent plus? non sans blague, cela m’a fait très plaisir )

Et toi, bientôt sur le départ, de retour, pas de congés cet été ? la semaine de Virginie B; la semaine de Cla

Qui ne saute pas n’est pas lyonnais

Virginie B. m’a demandé de dévoiler 7 choses que tu ne sais pas  sur moi..comme il me semble avoir répondu à un TAG similaire il y a peu et que je ne voudrais pas donner l’impression de radoter, j’ai mis ce billet à la sauce lyonnaise :

– J’aime imaginer qu’on m’embrasse fièvreusement dans une des traboules du Vieux Lyon

– J’aime me promener sur les berges du Rhône un jour de semaine quand il n’y a pas foule et m’allonger sur un transat en bois avec mon meilleur ami pour parler de tout et de rien

– J’aime flâner au parc de la tête d’or, observer les écureuils et enchaîner avec une séance ciné à la cité internationale juste à côté

– J’aime m’assoir dans les gradins des arènes de Fourvière et assister à un spectacle à la nuit tombée

–  J’aime dîner dans un bouchon même si je ne suis pas une amatrice de cochonnaille (oublie tout tes à priori sur les quenelles avant d’avoir goûté les quenelles lyonnaises)



– J’aime vivre dans mon quartier de la Croix-Rousse avec son grand marché, le meilleur pâtissier de la ville  Bouillet, les appartements de Canut et l’histoire liée, les parcs, son mur peint….

– J’aime feuilleter des livres dans les libraires Le passage, A titre d’ailes ou Badiane

Et toi, qu’est-ce que tu aimes à Nantes, Lille, Marseille, Toulouse….?

Pin It