Tag

fête des lumières

Browsing

Si je vous dis que j’ai trouvé l’édition 2017 de la Fête des Lumières particulièrement réussie, suis je crédible ? (je dis cela tous les ans ). N’empêche qu’entre le jardin aux papillons géants et cette invitation à la promenade place Bellecour, Unisson et ses kaléidoscopes sur la façade de la Cathédrale Saint Jean, Les Pikooks portés par le vent place de la République et la séance ciné place des Terreaux (liste non exhaustive), la ville de Lyon et ses illuminations nous a offert, une fois de plus, quelques heures de magie. 

Il y avait aussi beaucoup de poésie dans le spectacle, 20 000 mille lieues sous les mers que j’ai vu avec ma fille samedi après-midi au Théâtre des Célestins. Je n’ai jamais lu de livre de Jules Verne mais je connaissais les grandes lignes de ce roman d’aventures. Je crains toujours d’en dévoiler trop et de gâcher le plaisir de ceux et celles qui iraient voir cette pièce mais la mise en scène est conçue de sorte que dès les premières minutes le spectateur est plongé dans l’intrigue  sans qu’il y ait ce flottement qu’on ressent parfois avant d’entrer réellement dans l’histoire.

Nous voilà donc à bord du Nautilus, ce sous-marin imaginé et construit par le capitaine Nemo et voyageant de la mer rouge au pôle sud. A son bord en plus de l’équipage, 3 hommes, recueillis après avoir fait naufrage et plus captifs qu’invités. Comment vont ils s’adapter à cette vie sous-marine ? Que vont-ils découvrir, traverser ? C’est ce que nous raconte 20 000 mille lieues sous les mers avec beaucoup d’humour, des tableaux visuels très réussies (le ballet des poissons à travers le hublot grâce au talent de marionnettistes) et une troupe d’acteurs de la Comédie française qui capte l’attention du public (petits et grands) et ne la lâche plus jusqu’aux saluts.

crédit photo : Brigitte Enguerrand

Enfin en passant devant la vitrine du pâtissier Sébastien Bouillet, j’ai découvert ses jolies bûches sur le thème du cirque et je n’ai pas pu résister à en goûter quelques unes en format individuel. Parmi cette collection spéciale fêtes de fin d’année, il y en a une qui est faite pour mon fils, passionné de magie depuis quelques années déjà (tant et si bien qu’il est allé chercher quelques accessoires pour ma photo) :

le magicien est composé d’une mousse aux pommes vertes parfumées au citron vert, coeur de pommes poêlées et financier aux pommes à la farine de Sarrasin. C’est très frais, parfumé et cela passe, je pense, très bien même après un repas de fêtes.

La bûche Équilibriste est composée d’une mousse Dulcey, passion à la vanille de Madagascar, madeleine à la vanille et Duja croustillant. Plus régressive que la précédente, son mariage dulcey passion fonctionne très bien et j’aime son côté croustillant qui peut manquer (pour moi) dans certaines bûches.

La bûche Fauve est composée d’un chocolat noir Vietnam 73%, d’un crémeux à la vanille de Madagascar, d’un biscuit dacquoise aux amandes et d’un biscuit chocolat. Si vous aimez les desserts au chocolat, cette bûche est faite pour vous.

Et si je vous dis qu’après un petit déjeuner (presque) parfait, les becs sucrés lyonnais vont bûcher sérieusement très bientôt ? Hâte de vous raconter cela !

 

La semaine dernière, Fête des Lumières oblige, le récap en photos est passé à la trappe alors aujourd’hui c’est double dose avec un fil rouge : la lutte contre le froid. En effet si j’ai croqué dans un bonhomme de neige en chocolat (l’appuyer contre un mug rempli de boisson chaude comme sur la photo n’est pas l’idée du siècle…ça fond), si j’ai bu des cocktails chauds avec de la Suze, du thé et de la cannelle, si j’ai eu envie de piocher dans les grands vases remplis de papillotes  Révillon de la boutique éphémère (située rue Edouard Herriot à Lyon et qui vaut le coup pour ses vitrines comme pour son intérieur), si je me suis baladée d’illumination en illumination, si je me suis arrêtée devant la belle vitrine de la boutique Chokola de Sébastien Bouillet, si j’ai allumé des lumignons, si j’ai mis des couleurs sur du papier, si j’ai préparé une compotée pommes canneberges, si j’ai goûté le pain aux marrons d’Eric Kayser….c’est pour me réchauffer.

 IMG_20141204_201302semaine48 3semaine 48 5semaine 49semaine 49 2semaine 49 ter

Ces deux dernières semaines j’ai aussi beaucoup gardé ma fille qui n’arrive pas à se débarrasser des microbes saisonniers, j’ai reçu une super machine à café expresso, j’ai commandé une robe noir sur She inside parce qu’elle coûtait 18 euros et que si elle tombe aussi bien que sur le mannequin elle sera parfaite, j’ai voyagé jusqu’en Islande, j’ai goûté le très gourmand et équilibré Paris-Lyon de Sébastien Bouillet lors de la soirée #chaudementgentiane et j’ai trié mes photos de Collonge la Rouge (billet à venir).

Et pour continuer à se réchauffer, j’ai choisi une chanson qui envoie du soleil sur laquelle je m’éclate tous les mardis soir à la zumba :


D’autres photos de la semaine sur mon compte Instagram.

Je l’attends chaque année avec impatience, pour une fois je suis attentivement la météo en espérant qu’il ne pleuvra pas (et il était bien prévu de la pluie ces deux derniers jours ..encore perdu), je croise les doigts pour que personne ne soit malade à ce moment là …la Fête des Lumières a débuté à Lyon vendredi 5 décembre et se terminera demain soir. Alors pour ceux et celles qui n’y sont pas encore allés, voici un résumé ce que j’ai aimé et vu cette année et en bonus quelques conseils pour profiter pleinement de cette manifestation.

2 ou 3 choses à savoir sur la Fête des Lumières

Rien de plus désagréable que d’avoir froid en attendant ou en assistant à une illumination alors même si Lyon ce n’est pas le Québec, je fais en sorte de n’avoir ni froid aux pieds ni froid à la tête (par contre pas de gants pour moi, trop dur d’instagramer ou prendre des photos avec ). On aime ou pas mais pour moi ça fait partie du package, tous les ans je me réchauffe en buvant un verre de vin chaud.

Les différents spectacles commencent dès 18h et c’est à cette heure que j’y suis allée vendredi et samedi soir. Je pense qu’il y avait moins de monde sur ce créneau horaire pourtant la nuit est déjà là. Mis à part au marché de Noël où c’était l’asphyxie, j’ai circulé assez facilement en évitant les grosses artères. Je n’aime pas particulièrement les bains de foule (encore moins dans les lieux fermés comme les centres commerciaux) mais je n’ai pas trouvé que c’était affolant côté monde (peut-être aussi parce que je compare avec Paris où j’ai vécu quelques années). Bref ne comptez pas sur moi pour vous dire que Lyon est envahi et que c’était mieux avant : )

Si vous n’habitez pas trop loin du centre, circulez le plus possible à pied c’est bien plus simple que de perdre du temps à chercher les stations de métro (en particulier celle d’Hôtel de ville ou de Bellecour) et c’est tout à fait faisable en terme de distance.

Mon best of 2014

Cette année en deux soirs j’ai eu le temps de voir pas mal de choses même si j’ai une nouvelle fois renoncé au parc de la tête d’or trop excentré par rapport au reste et que je suis restée vraiment au centre de Lyon.

Les arts à l’honneur place des terreaux

Quand on vient pour la première fois, on peut trouver le plan de circulation autour de la place des Terreaux un peu compliqué mais ce serait dommage de faire l’impasse  sur cette animation car elle a su tirer partie des façades des bâtiments de l’Hôtel de Ville et du Musée des Beaux Arts avec une ampleur qu’on ne retrouve pas ailleurs. Peintures du musée, danseurs de tango puis de hip hop, final clin d’oeil au 8 décembre, on en prend plein les yeux et on ne sait pas où regarder en priorité tant est si bien qu’il faudrait le voir une seconde fois .

fête des lumières 2014 (4)

fête des lumières 2014 (5)fête des lumières 2014 (6)

 Les Anooki à l’Opéra

A deux pas de la place des Terreaux, sur une des façades de l’Opéra, cette animation amusante, poétique, rythmée, en musique a tellement plu aux enfants qu’on est resté une seconde fois pour assister aux facéties des Anooki. Ce que j’ai aimé aussi ici c’est la façon dont l’illumination joue avec le bâtiment qui se déforme, qui est envahi par l’eau ou dont la surface semble se déchirer.

fête des lumières 2014 (1)fête des lumières 2014 (2)fête des lumières 2014 (3)

Jeux de couleurs à la Cathédrale Saint Jean

Elle en voit de toutes les couleurs et ce n’est pas une cathédrale qu’on a l’impression d’avoir sous les yeux mais des dizaines. Cela magnifie l’architecture du bâtiment et on se laisse porter par le jeu des couleurs rythmé par la musique. En venant de la gare Saint Paul, c’était beaucoup plus simple en termes d’affluence qu’en venant de Bellecour : je conseillerais donc de venir ici après le spectacle place des terreaux en traversant la Saône.

fête des lumieres soir 2 (1)fête des lumieres soir 2 (2)fête des lumieres soir 2 (3)

La tête dans les étoiles et dans la lune à Bellecour

C’est par la place Bellecour qu’a commencé pour moi la Fête des lumières 2014 le vendredi soir. C’était là qu’avait lieu l’animation la plus longue (17 minutes) sur le thème de Saint Exupéry et des horizons lointains. Même si cela rend mal sur ma photo, j’ai beaucoup aimé les artistes à vélo  qui semblaient pédaler en direction de la lune. Pas loin sur la place Antoine Poncet, constellation, soleil de feu et ciel étoilé étaient au programme.

fête des lumières 2014 (7)fête des lumières 2014 (8)fête des lumieres soir 2 (9)

Au fil des pérégrinations, la Fête des Lumières invitait les visiteurs à redécouvrir la fontaine de la place des Jacobins transformée en veilleuse géante pour enfants…

fête des lumières 2014 (10)

à  se la jouer star rue de la république

fête des lumières 2014 (9)

à faire 3 trois vœux devant la lampe magique d’Aladin au Palais de la Bourse

fête des lumières 2014 (11)

à  suivre du regard les poursuites de lumière sur le théâtre des Célestins

fête des lumières 2014 (14)

A gagner le jackpot à la gare de Saint Jean

fête des lumieres soir 2 (6)

A danser sur des valses viennoises place Sathonay

fête des lumieres soir 2 (8)

A se faire des films sous les arcades de Perrache

fête des lumieres soir 2 (10)fête des lumieres soir 2 (11)

Bref une édition 2014 que j’ai trouvée très réussie et ça continue encore jusqu’à demain soir avec en prime les lumignons qu’allumeront les lyonnais avant de les déposer sur le rebord des fenêtres… à la maison c’est yaourts en pot à tous les repas depuis deux semaines ).

D’autres photos de la Fête des Lumières sur mon compte Instagram

Hier soir à peine la nuit tombée, on s’est précipité dehors pour partir à la rencontre de la Fête des Lumières 2012. L’équipement était de rigueur : collant sous les pantalons, grosses chaussettes, gants, bonnets, écharpes, on aurait cru qu’on partait au sport d’hiver mais ça caillait à Lyon (en tous cas pour une frileuse comme je le suis).

Au programme le quartier de la Croix Rousse, plateau et pentes, pratique car on y habite et suffisamment proche pour les petites jambes de la Miss. Une sorcière nous a accueilli dans un tout petit jardin public (dans lequel nous ne mettons jamais les pieds le reste de l’année). Elle a tendu aux enfants un bâton avec une mission : trouver dans la forêt 7 lutins. La Miss a compris qu’il fallait trouver ces bonhommes de bois dont les yeux et la bouche s’illuminaient lorsqu’on pointait dessus. Elle s’est prêtée au jeu avec cet enthousiasme enfantin si agréable et elle est retournée vers la sorcière, toute fière. Mon petit doigt me dit qu’on va repartir à la recherche des lutins d’ici dimanche.

Sur l’esplanade du gros caillou, l’ambiance avait un côté soirée disco et les spectateurs étaient invités à allumer eux mêmes les bouées éteintes. A ce moment j’ai cru entendre un papa dire à ses enfants « on ne va quand même pas y passer toute la nuit ? » Pourquoi pas ? il y a des choses pour lesquelles ils se lassent bien moins vite que nous ).

On a emprunté la rue des Pierres Plantées, les narines chatouillées par les odeurs de vin chaud et de crêpes (ça sonne un peu Amélie Poulain mais j’aime vraiment cette ambiance de tout le monde dehors ). Au passage, impossible de rater la vitrine chocolatée de Praline & Chocolat. En arrivant sur l’esplanade avec vue panoramique sur la Presqu’île, tout semblait un peu irréel, hors du temps avec ces bulles de lumière posées au dessus de la ville et ces silhouettes qui se découpaient dans la nuit…J’ai parlé anglais avec un couple d’espagnols..enfin j’ai essayé )

On a descendu les pentes de la Croix Rousse avec l’idée d’aller voir les  grandes poupées Kokeishi dans la cour de l’Hôtel de ville mais en arrivant tout en bas, on a appris qu’il fallait suivre un long détour (alors qu’on venait juste de passer devant la sortie où on aurait pu entrer aussi) et les enfants commençaient à fatiguer. Sous les immenses lampadaires devant l’Opéra, on a regardé les bâtiments et les visages changer de couleurs avant de se résoudre à rentrer  …

Ces quelques photos ne représentent qu’une toute petite partie de la fête des Lumières mais il reste trois jours pour découvrir tout le reste (ou presque). Bien au chaud dans mon lit, il m’en reste une impression de poésie que je n’avais pas ressenti  les années précédentes…à moins que je ne devienne gâteuse )

On y retourne ?

Hier soir, après avoir allumé quelques bougies et déposé des lampions aux fenêtres de l’appartement, je suis ressortie en famille découvrir mon quartier, la Croix Rousse, scintillant pour la fête des lumières 2011.

J’ai croisé une drôle de voiture transformée en aquarium géant avec un poisson rouge derrière la vitre, je suis allée écouter une histoire en ombre chinoise pendant que de grands papillons, souris et autres animaux en papier s’allumaient dans les arbres.

J’ai trouvé le manège de la place de la Croix Rousse un peu irréel à côté des sapins et du marché de Noël. J’ai filé jusqu’à l’esplanade du gros caillou voir l’installation s’embrasait en suivant un rythme bien précis.

J’ai suivi le chemin dallé du jardin d’Ivry pour le redécouvrir …arbres lumineux, feuilles bleutées et bruits de cloches dans les buissons donnaient un sentiment d’ailleurs bien agréable sans que la foule ne soit trop nombreuse pour cacher le plaisir.

En rentrant, j’ai levé la tête pour regarder tous les balcons, toutes les fenêtres où étaient posés les petits lampions du 8 décembre. L’air était plutôt doux, les enfants étaient ravis de la balade et les 3 millions de visiteurs attendus n’étaient montés jusqu’à plateau )

Et toi, tu as déjà eu l’occasion de venir à la fête des lumières?

Tous les ans pendant 4 jours, Lyon s’illumine pour le plaisir des petits et des grands…les locaux râlent car des milliers de touristes débarquent dans LEUR ville…les commerçants se plaignent de ne pas faire autant de chiffres d’affaires qu’avant…les éternels nostalgiques trouvent l’édition annuelle des festivités décevantes mais l’an prochain diront d’un ton assuré que l’an dernier c’était mieux…certains petits malins louent leur appartement à prix d’or…

Cette année je suis restée chez moi trop fatiguée pour affronter la foule et le froid…je me suis contentée de regarder des bouts de feu d’artifice sur mon balcon et je me suis sentie une âme d’enfant quand les  petits lampions se sont allumées une à une sur les rebords des fenêtres de mon quartier le 8 décembre.

Prendre des photos de la fête des lumières c’est aussi difficile que de se contenter d’un seul carreau de chocolat, rentrer dans une librairie et en ressortir sans livres. En plus, le cliché ne capte pas la magie de cette fête qui consiste à redécouvrir sa ville  sous d’autres facettes chaque année. Alors je me permets de mettre en ligne une photo prisr cette année place des terreaux qui n’est pas de moi mais qui vient du site lyon-photos.

Si tu as envie d’avoir des étoiles plein les yeux, je te conseille de filer sur le billet du jour de Virginie B.

Pin It