Tag

famille

Browsing

Beau temps pour un enterrement

J’avais tout prévu dans ma valise pour les vacances…sauf une tenue pour un enterrement.

J’avais prévu le répulsif spécial moustiques mais pas le coup de fil annonçant ton décès juste quelques heures après mon arrivée.

J’avais prévu mon permis mais pas de conduire mon père enterrer son petit frère.

J’avais prévu un seul paquet de mouchoirs.

J’avais prévu le soleil, la chaleur, le bruit des vagues et pas le froid de la chambre funéraire et toi allongée dans un cercueil.

J’avais prévu la trousse de médicaments mais rien contre cette angoisse qui tord le ventre, la gorge serrée comme si les amygdales étaient gonflées et ces nuits à chercher le sommeil quand la tête sur l’oreiller je pense à toi.

J’aurais peut-être du prévoir ton départ alors que ce putain de crabe ne te lâchait plus….dans la famille, on le connait bien : 4 combats, 4 K.O.

J’avais pas prévu d’être touchée par la présence, le jour de tes funérailles, de ces aides-soignantes, infirmières, kiné, médecin généraliste qui t’ont accompagné à domicile….faut dire que les oncologues, les chirurgiens t’ont traité comme un numéro plutôt que comme un patient, que t’as subi un tas d’examens inutiles et douloureux.

J’avais prévu la phrase toute faite « C’est la vie« , celle qu’on prononce quand on est à court de mots comme pour combler le silence trop pesant…mais est ce la vie d’enterrer son enfant, même s’il a 56 ans?

J’avais prévu des billets légers pour ceux qui viennent me lire ici et pas de plomber l’ambiance estivale (c’est un peu la double peine pour celles qui n’ont pas bougé) mais coucher sur le papier ce qui tourne là-haut dans ma tête tous les soirs m’évitera peut-être le lexomil.

J’avais prévu que tu t’enfonces peu à peu dans ce long sommeil pas que tu supplies qu’on en finisse, la morphine a endormi la douleur jamais la conscience de ton état.

J’avais pas prévu le beau temps le jour de ton enterrement…dans les films et dans les livres, il pleut souvent. Peut-être était ce un clin d’œil insolent de ta part face à nos mines de papier mâché, une façon de nous convaincre que tu étais enfin soulagé même si l’absence est une plaie à vif, une tape sur l’épaule pour nous exhorter à nous rassembler dans des occasions moins funestes, à fêter, à rire, à s’enivrer, à danser -toi qui aimait la musique gitane-, à aimer, à goûter la vie de mille et une façons pour oublier une seconde, un instant, quelques heures qu’en avançant dans la vie on est forcément orphelin.

Ciao Sergio…

Annecy : de la vieille ville au château

partir quand on habite à Lyon, qu’on ne se déplace pas en voiture, qu’on veut partir en famille et qu’on veut avoir un minimum de dépaysement ? à Annecy ! 1h30 en TER, un lac entouré de montagnes et plein d’activités pour les enfants.

♥♥♥ le quartier de la vielle ville est vraiment charmant

♥♥♥ à l’horizon, point d’immeubles mais les montagnes

♥♥♥ les commerçants sont accueillants, souriants (je sais j’ai dit la même chose pour Strasbourg mais c’est vrai et ce n’est pas le cas partout)

♥♥♥ l’office du tourisme propose 4 promenades à pied pour découvrir vraiment la ville, les canaux, les coins un peu plus insolites

♥♥♥ le marché du dimanche matin et les produits régionaux


J’ai moins aimé ..le monde ! impossible quasiment de prendre une photo sans touristes dessus. Si tu as le choix de la date pour venir visiter Annecy, évite l’été. Il y a 6 ans j’étais déjà venu dans ce coin et c’était plus agréable de circuler le long des canaux sans piétiner les pieds de personne.

La suite de l’escapade à Annecy jeudi…

Et toi, Annecy tu connais?

 

Saga playmobil : départ en vacances (siège auto à gagner inside)

Fiston, ne bois pas trop de lait, tu sais que tu crains la voiture

 

t'as pas l'impression qu'on a pris trop de trucs pour une semaine?

 

 

Maman, j'ai envie de vomir !

 

Heureusement que ton père s'est arrêté à temps, les sacs plastiques sont bannis par les playmobil

 

Tu noteras au passage qu’en termes de confort et de sécurité pour leurs enfants, les parents playmobil assurent pas une cacahuète puisqu’ils voyagent sans siège auto !

Je leur suggère à l’avenir de s’équiper  :


 

soit du kiddy Guardian Pro 2 Groupe 1/2/3 d’une valeur de 289,90 euros

Le kiddy Guardian Pro 2 évolutif (Groupe I /II / III) est conçu pour les enfants d’un poids compris entre 9 et 36 kg. Il possède une très bonne protection aux chocs latéraux, une bonne protection aux chocs frontaux avec un risque très faible de mauvaise utilisation. Le Kiddy Guardian Pro 2 a été testée dans le cadre d’une démarche qualité par la « Stiftung Warentest », association allemande de protection des consommateurs  et par l « AGRe.V » (Campagne pour des dos en meilleure santé) et est sorti vainqueur de sa catégorie avec une note de 1.8.

soit du  Kiddy Cruiserfix Pro Groupe 2/3 avec système Isofix d’une valeur de 189,90 euros

Le kiddy Cruiserfix Pro (Groupe 2/3 avec système Isofix) est également un siège qui évolue avec l’enfant pour une adaptation parfaite. Il possède une très bonne protection aux chocs latéraux, avec un risque très faible de mauvaise utilisation grâce aux nouveaux systèmes de fixation k-fix de kiddy pour une attache facile au système ISOFIX de la voiture. Le kiddy Cruiserfix Pro a reçu la note remarquable de 1.7. de la part de la « Stiftung Warentest ».

Un des deux sièges auto que je viens de présenter est à gagner sur ce blog si mon billet est élu « histoire la plus drôle, ou la plus décalée  » par l’équipe Parole de Mamans . Pour multiplier tes chances de remporter un siège auto, va jouer aussi sur les autres blogs qui proposent ce concours comme Virginie B, Cranemou ou Lucky Sophie par exemple. 

Tu as jusqu’au mercredi 29 juin à 16h pour me raconter en commentaire une anecdote sur le thème des voyages en voiture en famille !

Edit : tu peux également tenter ta chance ici

http://lavisdemaman.wordpress.com/2011/06/20/comme-un-parfum-de-vacances-fourre-au-concours-kiddy/

http://lolitaaa.canalblog.com/archives/2011/06/19/21437831.html

http://maviedemere.over-blog.com/article-nos-voyages-en-voiture-concours-inside-77219753.html

http://la-tribu-de-juju.net/2011/06/ma-vie-dans-la-voiture-possibilite-de-cadal-dedans/

http://www.ladybutterfly.fr/2011/06/20/le-jeu-de-l%E2%80%99oie-du-depart-en-vacances/

http://www.misscz.com/article-en-voiture-simone-77195793.html

http://www.mamanbobo.fr/2011/06/19/voyager-en-famille-et-en-2cv-avec-pitetre-un-cadal-endans/

http://www.une-coccinelle-sur-une-etoile.com/article-lea-la-voiture-et-nous-avec-cadeau-dedans-peut-etre-j-espere-77267146.html

http://cestabou.over-blog.com/article-pare-pour-le-voyage-concour-inside-77259539.html

http://auxpetitstresors.over-blog.com/article-3-minis-en-carrosse-concours-77212979.html

http://lemondedenesquicka.wordpress.com/2011/06/20/petit-concours/

http://www.lemondemerveilleuxdesbebes.com/2011/06/debut-du-jeu-concours-venez-vous-inscrire-pour-gagner-un-siege-auto-kiddy/

http://www.untibebe.com/article-kiddy-qui-veut-gagner-un-siege-auto-cadeau-76891798.html

http://danslapeaudunefille.blogspot.com/2011/06/une-histoire-de-siege-auto-avec-kiddy.html

http://mamanblablate.over-blog.com/article-en-voiture-simone-cadeau-inside-77179911.html

http://www.mamafunky.fr/2011/06/ma-fille-et-son-siege-auto/

http://thalieaparis.canalblog.com

http://www.labougeotteenfamille.com/

http://lamiteorange.blogspot.com/

http://www.walea-blog.com/

Un petit deuxième, pourquoi pas ?

Je voudrais dissiper un malentendu récent : en écrivant le billet 1, 2 enfants c’est pareil, même pas vrai, je n’avais pas du tout l’intention de prôner la politique de l’enfant unique.  En réalité on devrait pouvoir s’affranchir des normes : un enfant, une famille nombreuse ou pas du tout d’enfant, chacun devrait mener sa barque comme il l’entend quelque que soit les discours, les recommandations, et les modèles environnants.

Je n’exprimais aucun regret par rapport à la naissance de ma fille ni aucune nostalgie quant à l’époque où nous n’étions que 3. Je soulignais juste le chamboulement organisationnel occasionné par cette seconde naissance et le constat selon lequel j’avais tracé une croix sur certaines choses (peut-être de manière temporaire) comme il faut, je crois, faire le deuil de certains repères ou habitudes quand on décide de lancer un couple dans l’extraordinaire aventure de la parentalité.

Si tu te poses mille questions, si le papa freine des 4 fers, si la situation semble avoir atteint un point d’équilibre formidable à 3 mais que l’envie de remettre le couvert te chatouille le bas-ventre, voici quelques raisons qui te convaincront peut-être de sauter le pas :

– avoir un autre enfant c’est répartir la pression qu’on leur met consciemment ou pas sur les épaules

– quand leur père et moi  nous serons vieux et insupportables, nos enfants pourront se téléphoner pour se plaindre de nous

– si la venue au monde de sa sœur n’a pas été forcément synonyme de joie immédiate pour le chérubin détrôné de son siège, il est aujourd’hui son plus grand défenseur…qu’un enfant s’approche trop de la poussette, que le papa ou moi grondions Miss Zen  et  c’est touche pas à ma sister !

– vu leur 3 ans d’écart, ils jouent ensemble, ils font les pitres ensemble…et toi pendant ce temps, tu quittes tes habits de gentil organisateur

– le grand est un moteur pour le second…bon ok elle ne marche TOUJOURS pas mais elle colle des gommettes depuis pas mal de temps, elle l’imite en train de dessiner, jouer à la dinette, parler, chanter..

– les discours sur le partage se retrouvent confrontés à la réalité quotidienne : ils se chamaillent, veulent souvent la même chose mais peu à peu prêter devient plus systématique et surtout quand j’achète quelque chose pour le grand, il me demande toujours si j’ai pensé à sa sœur

– un second enfant c’est l’invention après le book-crossing,  du game-crossing : les jouets ont une seconde vie et même l’aîné les redécouvre !

– les voir se câliner et s’embrasser ça me met par terre à chaque fois

– on parle souvent de régression de l’aîné à l’arrivée d’un nouveau-né…sur le long terme j’ai plutôt constaté que cela avait aidé mon fils à grandir

– même si ma fille ne supporte ni les barrettes dans les cheveux, ni les chapeaux sur la tête, je prends un plaisir fou à l’habiller (attention je ne garantis pas le sexe de l’enfant en cas de seconde grossesse)

Et toi, quelle expérience as-tu des relations fraternelles?

Edit : le point de vue de Virginie B., 3 sinon rien !

1 ou 2 enfants, c’est pareil…même pas vrai !

Tu as encore le ventre qui ressemble à un flamby, une nuit sur deux tu te lèves pour une dent, la fièvre, la sucette qui s’est perdue dans la turbulette, tu as l’impression d’être devenue la femme invisible pour ta famille, tes amis, ton amoureux tant le bébé focalise toutes les attentions et déjà certains osent te demander quand est-ce que tu mets en route le petit frère, la petite sœur.

Ces gens-là sont fourbes, ils sont prêts à t’affirmer qu’un ou deux enfants, c’est kif-kif bourricot, du pareil au même. Maintenant tu sais changer une couche, provoquer un rot, donner le bain sans avoir peur de lâcher ta crevette, remplir un sac à langer pour toute sortie…cette fois tu ne t’affoleras pas à la moindre rougeur, aux pleurs qui persistent, à un appétit qui varie…la même chose ils te disent !

Je ne te parle pas de la chance d’avoir un garçon puis une fille, le fameux choix du roi ou la complicité qui grandit chaque jour entre eux, mon propos n’est pas aux regrets, j’ai toujours voulu deux enfants mais sache que :

– la sieste ne signifie plus les galipettes pour toi car il y a des chances pour que le plus grand ne veuille plus dormir la journée

– les conversations entre adultes à table deviennent difficiles…le plus grand a un stock inépuisable d’anecdotes à te raconter sur sa journée alors que la plus jeune s’amuse avec la nourriture, repeint le mur, se barbouille la figure ou pioche dans ton assiette

– au moment du bain, ils veulent sortir, être essuyés et mis en pyjama en même temps…et tu n’as toujours que deux bras en stock

– les restaurateurs (certains), ceux qui te regardaient d’un sale œil en te voyant arriver avec une poussette, font carrément la gueule quand tu débarques avec un jeune enfant et un bébé

– les matins ressemblent souvent à une course d’obstacle chronométrée, la ligne d’arrivée étant l’école maternelle pour l’un et les bras de la nounou pour l’autre

– les frais de garde s’additionnent et plus généralement le budget enfant grandit …même si les vêtements et les jouets de l’aîné peuvent resservir, j’avoue que j’ai fait une croix sur pas mal de dépenses depuis que ma fille est née

– les enfants adorent partager leurs microbes

– laisser pleurer le bébé avec la fameuse méthode des 5-10-15 minutes ça signifie réveiller le grand puisque celui -ci entend une mouche péter

– tu passes ton temps à jongler d’une activité à une autre et de manière très concrète je constate que je suis bien plus souvent fatiguée qu’à l’époque de l’enfant unique

Bref tu l’auras compris je vais m’arrêter là même si la vue d’une femme enceinte ou d’un tout petit me remplit toujours le ventre de papillons…

Et toi, avec ou sans enfant? enfant unique ou tribu?

 

Moi dans la maison vide, dans la chambre vide

Les billets pas très gais sont rares ici car j’essaie de tourner mes petites misères à la dérision  comme si le verre était toujours à moitié plein alors que dans la vraie vie, j’aurais tendance à le voir à moitié vide..et puis parfois pourquoi ne pas écrire ce qui empêche de dormir et tant pis si ça fait tâche au milieu des bonnes résolutions et de l’humeur nouvelle année…

Pas de panneau planté dans le jardin mais la maison où j’ai vécu  quelques années a bien été vendue. Je n’ai jamais été attachée aux pierres ni aux objets pourtant j’ai du mal à envisager le fait que je n’y remettrai plus les pieds.

Cette maison est remplie de souvenirs. Dans ma chambre d’adolescente tapissée de posters à l’époque, j’en ai passé des heures à répéter des chorégraphies de danse, à compiler mes morceaux préférés sur des K7, à coller des photos d’Amérique sur une armoire, fascinée par l’immensité et la diversité de ce pays, à écrire et à lire des lettres qui remplissaient un cartable entier. En ouvrant ma penderie, je ne trouvais quasiment que des chemises très larges…sans le vouloir, j’avais adopté le look Parker Lewis.

Je me souviens aussi de l’hystérie provoquée par l’intrusion dans la salle à manger d’un lézard mesurant au bas mot 5 cm, de l’odeur de la paëlla qui mijotait toute la journée lors de fêtes de famille, des repas et des barbecues sur la terrasse dès que les températures étaient assez douces.

Un jour en franchissant le portail de cette maison, j’ai entendu les mots « grand-père  » « cancer » « fin » et j’y ai repensé à chaque fois que j’ai poussé la petite porte en bois.

Cette maison, je l’ai quitté juste après le bac et depuis ce jour là, j’ai eu l’impression, à chaque fois que je revenais les week-ends, les vacances qu’elle continuait à vivre sans moi et que j’étais devenue comme une invitée de passage.

Mes enfants ont dormi dans ma chambre, se sont réchauffés auprès de cette cheminée dont je ne décollais pas, ont trouvé des jouets gardés malgré de nombreux déménagements dans les armoires.

Il a fallu trier, vendre tout ce qui partait, se débarrasser de ce qu’on entasse en pensant que cela pourra toujours servir un jour…deux enveloppes remplies de photos préparées par ma sœur, bien plus forte que moi, voilà ce qu’il reste de cette maison…

Accepter de donner un tour de clef définitif c’est accepter de tirer un trait sur toute une période, sur une union familiale qui n’existera plus et  grandir tellement qu’on devient un peu, par la force des circonstances, les parents de ses propres parents…

Pin It