Tag

épiphanie 2013

Browsing

Si vous lisez ce blog depuis un petit moment, logiquement vous devriez crier menteuse à la lecture du titre de ce billet. Je ne sais pas si c’est le gras de la pâte feuilletée souvent trop importante en quantité (une fois sur deux on manque s’étouffer avec les miettes, l’autre fois on est obligé de sortir l’aspirateur car il y en a partout par terre), le beurre dehors comme dedans (qui étrangement ne me gêne pas dans un kouig amann alors qu’il est même plus calorique) ou le fait de recracher la fève pour la brandir triomphalement mais me passer de galette des rois ne prive pas la gourmande que je suis. Néanmoins je suis entourée de fans de galettes soit pour son goût de frangipane soit pour son côté « qui sera le roi? » et c’est l’occasion de partager un moment convivial avec des amis ou de la famille. Année après année, je tente donc des nouvelles versions de galettes, provoquant des tollés d’indignation de la part des plus conservateurs.

Du coup j’ai dressé le portrait robot de ma galette des rois idéale :

Elle serait présentée non pas dans un sac en papier qui transpire le gras à peine en main mais dans une jolie boîte façon tourne disque comme le propose cette année, le pâtissier chocolatier Sébastien Bouillet et je choisirais chez lui la galette noisette, fruits secs, éclats de fleur de sel.

 

J’irais la déguster dans un endroit exceptionnel comme l’hôtel Crillon parce que la couronne de la galette de Jérome Chaucesse est en chocolat (et en plus dans la galette se trouve une onctueuse pâte à tartiner au chocolat).

 

Elle aurait la légèreté de la brioche des rois d’Angélina avec ses zestes d’agrume, marrons glacés et brisures de chocolat

Elle aurait un nom qu’on n’oublie pas comme l’accroc cacao (chocolat cannelle et lit de figues mi-confites) de Christophe Roussel…

ou la pralinium de Thierry Mulhaupt avec de la frangipane au praliné, dés de pommes et compotée d’abricots.

Elle me raconterait toute une histoire comme la galette Miss Liberté de Jean-Paul Hévin à la crème d’amande pistache et aux éclats de chocolat :

Elle aurait une fève très chocolatée comme celles proposées par la maison Bernachon :

 

A moins que pour une fois, la fève soit sur la galette et pas à l’intérieur comme pour la galette des roses (composée de coings pochés et de crème d’amande à l’eau de rose) de Christophe Michalak :

Enfin, en cette période post-fêtes, elle aurait la fraîcheur de la galette Ispahan (crème d’amande à la rose, litchis et framboises) de Pierre Hermé :

Et vous, laquelle vous tente ?

 

Pin It