drôme Archives - Chroniques d'une Chocoladdict
Tag

drôme

Browsing

Cette semaine dans mon smartphone, il y a eu quelques fleurs du Parc de la tête d’or, des vitrines remplies de sujets en chocolat, la librairie spécialisée dans les voyages Raconte moi la terre, , un dessert improvisé crêpes dentelle/pommes poêlées avec du sirop de pomme à la cannelle /chantilly, une balade dans le village de Sauzet dans la Drôme provençale et les champs de fruitiers en fleurs aux alentours.

semaine 7

semaine 1

semaine 5

semaine

semaine 6

 

dessert express pommes 2

semaine 15

semaine 13

semaine 12

Bonne semaine !

Je crois que la première fois que j’ai aperçu le nom de Pierre Chauvet c’est en tombant sur ses carrés chocolithiques à l’époque où l’on parlait beaucoup de la grotte Chauvet-Pont d’Arc (deux fois plus anciennes que celles de Lascaux) et de sa reconstitution/réplique, la caverne Pont d’Arc. Pierre Chauvet travaille le chocolat à Aubenas en Ardèche (ceci explique cela) : a t-il joué avec l’actualité ? ou avec son nom ? En tous cas, mammouths et bisons se dessinent alors sur ses carrés chocolithiques et l’idée avait attiré mon attention.

chauvet

Mais avant ses carrés, Pierre Chauvet est cité dans le numéro 2 du magazine Bottin Gourmand parmi les 100 meilleurs pâtissiers chocolatiers pour sa spécialité, le mille feuilles. Ce carré de 9 cm sur 9 cm et de 5 mm seulement d’épaisseur se décline selon différentes saveurs et associations, se pare de divers motifs et est présenté dans une jolie boîte en assortiment de plusieurs « feuilles ».

Carré lait et noir céréales grillées riche en cacao, carré noir thé à la bergamote, carré praliné gianduja, carré lait écorces d’orange, carré lait feuilletine..chaque motif correspond à un mariage différent. J’ai particulièrement craqué pour les créations autour du chocolat au lait mais chaque feuille est une belle surprise. J’aime bien l’idée aussi du grand carré, à partager à deux ou plus (et puis on peut en reprendre c’est plus fin qu’une tablette )).

chauvet 3en photo au dessus carré noir Ceïba 64% Bio Équitable, éclats nougatine coriandre, citron confit

chocolat chauvet 2Carré lait caramel, noix de cajou à la fleur de sel (difficile de s’arrêter)

Pierre Chauvet propose d’autres produits gourmands en dehors du chocolat comme cette pâte à tartiner ultra noisetée (non le mot n’existe pas mais tant pis, je voulais essayer de vous traduire la puissance de la noisette quand le bout de votre langue se pose sur la petite cuillère). Je vous assure qu’après avoir plongé dans ce pot, les pâtes à tartiner industrielles (dont la plus connue) vous paraissent bien insipides.

chauvet 2

Je n’ai jamais couru après les pâtes de fruits mais la poire-gingembre ou la pomme-cannelle m’ont fait réviser mon jugement car elles ont l’avantage par leur association de saveurs d’être moins sucrées que les pâtes de fruit habituelles.

chocolat chauvet 3

C’est peut-être péché que d’avoir utilisé, dans une recette (le cake au chocolat et aux caramels mous) les caramels Folies de l’Ardèche à la crème de marron..heureusement il en restait encore pas mal à laisser fondre tout doucement dans la bouche.

chocolat chauvet 5

chocolat chauvet 7

Je me suis demandée pourquoi Pierre Chauvet avait choisi un motif tâcheté façon guépard pour sa boîte de chocolats. A ma connaissance, les félins ne sont pas encore arrivés en Ardèche : ). J’ai alors appris que le chocolatier avait passé une partie de son enfance en Afrique et qu’il avait ensuite eu l’occasion d’y retourner plusieurs fois.

En tous cas, cette découverte gourmande m’a donné envie d’aller un jour visiter l’une de ses boutiques à Vallon-Pont d’Arc (pas loin de la grotte), Valence ou Aubenas pour goûter ses autres douceurs dont ses glaces servies à la spatule, parait-il (je mets une option sur le citron vert gingembre et sur la glace au chocolat et aux épices).

Pierre Chauvet
42 boulevard Gambetta
07 200 Aubenas

3 place des Clercs
26 000 Valence

16 rue Roger-Salengro
07 1560 Vallon Pont D’Arc

*produits offerts

Elle sème des cadeaux dans les boîtes aux lettres des blogueuses, elle partage ses créations, ses lectures avec la même générosité, elle fête les 3 ans de son blog et habite un village de la Drôme…l’as tu reconnu?

1) Quel plat/aliment pourrais-tu manger tous les jours sans te lasser?
Forcément le thé…mais les pâtes aussi j’aime les coquillettes au beurre à la folie!!!

2) De quel plat as-tu un souvenir d’enfance marquant?
L’omelette aux truffes…
J’ai eu la chance de grandir dans une maison où il y avait des chènes truffiesr et un bon chien, tous les dimanche on avait droit à la traditionelle « omelette aux truffes »/salade, oeuf des poules de la maison et salade du jardin…j’ai le souvenir de petite dire « Hum!!!! c’est bon le z’olives maman… » je ne savais pas…
Et les beignet de cervelle que me faisait ma maman…

 
3) quel plat aimerais-tu faire goûter au monde entier?
La soupe « MISO » mais la vrai hein! pas celle en sachet celle que tu fait toi à la maison avec de la bonite du wakamé et un bon miso, celle dans laquelle tu rajoute du tofu, des herbes et des rondelles de légumes finement ciselé…tous les soir à la maison j’en mange un petit bol (bon pas l’été) c’est un petit rituel cocon…
4) quel plat ne peux-tu plus manger ? (parce qu’il t’a rendu malade, ou parce que cela t’écoeure aujourd’hui,…)
Les Raviolis à la tomate et la Moussaka!!!!  (Le 1er parce qu’enfant j’ai refusé de manger à la cantine à cause des produits en boite et le second car je n’aime pas l’aubergine…
5) quel plat ferais-tu manger à ton pire ennemi?
Un tablier de sapeur…beurk!!!!!!

6) Y-a-il quelqu’un ou quelque chose qui a influencé ton rapport à la cuisine aujourd’hui?
Oui forcément, je vis et j’ai toujours vécu à la campagne donc qui dit campagne dit jardin, poules, lapins, arbres fruitiers, légumes maison, (ma maman était une très bonne cuisinière je crois que j’ai attrapé ce don sauf pour la patisserire) donc moi et l’industriel on est pas copain copain!!!

7) Quel aliment emporterais-tu sur une île déserte?
Des abricots secs…(mon fruit préféré, nutritif et sans cuisson)

8 ) si tu devais être un aliment ou un plat, lequel serais-tu?
Sans aucune hésitation LE COUSCOUS, partage, généreux, j’aime le faire pour les gens que j’aime! et je dois dire que je le réussis à merveille même si il me faut la journée pour le préparer! c’est vraiment un plat qui me ressemble!

9) Quel plat rêverais-tu de savoir faire?
Là actuellement…un Nabé (pot au feu Japonais) car ceux de ma voisine sont de pures merveilles mon plat coup de coeur!

10) Ton blog rime-t-il avec gourmandise?
Parfois…mais j’oublie trop souvent de photographier mes essais culinaires…

11) une adresse gourmande à conseiller pour finir? (restaurant, salon de thé, chocolatier, glacier…)
Un resto ou plutôt bistro Japonais à Lyon: Chez Terra dans le 6eme…une vrai cuisine japonaise traditionnelle et pas de façade du vrai de vrai!!!

Un grand merci Val pour la bonne adresse de bistro japonais même si je t’avoue que je ne connais pas grand chose à la cuisine asiatique de manière générale et j’espère que si tu as l’occasion de venir à Lyon, nous passerons du virtuel au réel..à moins que tu ne m’invites à venir goûter ta soupe Miso chez toi cet hiver.

Si tu as aussi envie de partager tes coups de coeur culinaires, tes souvenirs d’enfance à table ou tes plats préférés, n’hésite pas à me contacter.

Ah les crocrocro les crocrocro les crocodiles, sur le bord du Nil ils sont partis n’en parlons plus…même pas vrai, Alligator junior a lancé l’idée d’un apéro sur twitter et ils se sont tous retrouvés à la ferme aux crocodiles de Pierrelatte.

Je te rappelle que je suis phobique des serpents mais aussi de tout ce qui a, pour moi, une tête de reptile : tortues, lézards voire verre de terre. Bref voilà une visite qui m’enchantait d’avance mais pour un enfant, une mère est prête à se dépasser, n’est ce pas? (si cela avait été l’île aux serpents c’était no question).

Après avoir honteusement grillé la file qui attendait dehors sous la pluie, sous prétexte que nous avions déjà les tickets, me voici face à des aquariums géants à chercher parmi les branchages s’il y a moyen de ramener un souvenir : un sac ou une paire de bottes par exemple.

Je tombe sur le croco albino d’entrée de jeu, particulièrement hideux à mes yeux :

il vient de Floride..y-a-il un crocodile dans l’avion? tu imagines…

Les serres sont aménagées comme si le visiteur était dans une forêt tropicale..je suis sur mes gardes : auraient-ils poussé le vice jusqu’à intégrer des boas dans les bananiers?

J’avance sur un parcours en bois (est-ce bien solide? ) alors que sous mes pieds nagent deux ou trois crocodiles. La plupart des participants à l’apéro sont immobiles, l’oeil fixe :

Trois jours qu’ils n’ont pas mangé (ils mettent du temps à digérer il parait) alors vaut mieux pas tenter la baignade.

Sans le vouloir, nous arrivons pile poil pour l’heure du repas (le goûter devrais-je dire car il était 15h)…la légende veut que les animaux se battent quand les soigneurs lancent des carcasses de poulet dans le bassin, que ça saigne comme dans un duo stop ou encore C Jérôme. La foule d’ailleurs se presse aux endroits stratégiques, les réflex sont tous pointés vers les gueules entre-ouvertes de nos amis les bêtes…finalement la becquée a lieu dans la plus grande courtoisie « après vous, je vous en prie…je n’en ferai rien… ». La foule est déçue.

Mon fils, déjà misanthrope à 4 ans, se plaint du monde alors j’accélère un peu la visite direction la nurserie. J’ai comme la désagréable impression que certains me regardent d’en haut avec mépris :

La nurserie est l’endroit préféré du chérubin qui s’extasie sur les bébés tortues (peut-être aussi parce qu’il peut les voir de près contrairement aux crocodiles) :

Même petits, je les trouve répugnants

Là je ne sais pas ce qui se passe dans ma tête mais je décide de toucher un crocodile, je veux savoir s’il a la peau douce ou pas…apparemment il ne connait pas la crème hydratante (j’ai pas mis la photo ..trop impressionnante)

Après le bébé croco, la maman croco qui doit sentir que je commence à trouver ça un peu rengaine et qui me sort le grand jeu en ouvrant sa gueule en grand :

une visite chez le dentiste s’impose je crois

Verdict : le prix de l’entrée est cher par rapport au temps de la visite, surtout si tu n’es pas passionnée par les caïmans et les alligators qui, la plupart du temps, sont immobiles (pas de salto arrière, pas de bras déchiqueté, pas de prise à la crocodile dundee, nada).

Néanmoins, pour  le décor particulièrement soigné, pour le nombre de crocodiles et d’espèces différentes (pas à l’étroit), pour la nursery, la Ferme aux crocodiles est une visite incontournable qui laissera des souvenirs à toute la famille (cauchemars garantis).

Et toi, les zoos, tu aimes?

Les gens du Sud ils nous font croire qu’il fait toujours beau chez eux…t’as vu le ciel juste en dessous? et je te raconte même pas le vent qui soufflait samedi dans les rues de Mirmande, village perché de la Drôme. J’espère que tu apprécieras quand même la ballade avec les photos que j’ai prises ce jour-là :


Vue pas dégueulasse


Mirmande a l’appellation de village fleuri et tu comprends vite pourquoi


Une montée d’escalier super pratique avec la poussette


Quelles belles portes !


Ici on est loin de l’ambiance Baux-de-Provence (que j’aime bien aussi)…quelques potiers et rien d’autre


tu commences à les entendre les cigales ?


Tu la sens l’odeur de la lavande?


Tu es prêt(e) à t’attabler sur une terrasse au soleil

Et toi, tu connais un beau village de France?

(ceci est ma participation un peu tirée par les cheveux au défi photo de Virginie B)

Non mais qu’est-ce qu’il lui prend à celle-là de nous balancer du Chimène Badi dès 8h du matin?

En plus, je ne viens pas vraiment du Sud : née à Paris, j’ai pas mal déménagé enfant et posé mes valises à Montélimar en CM1 jusqu’à ma terminale. J’en ai gardé un très léger accent (mes « o » ressemblent à des « a »), un plaisir inconditionnel pour les barbecues et pour les repas en terrasse ou dehors, un frémissement devant les champs de lavande,les paysages de la drôme provençale et le champ des cigales (ça fait cliché, je n’y peux rien), une aversion pour la pluie et le froid.

Et si je vous dis Montélimar, vous pensez à quoi? comment ça à rien?) au nougat bien-sûr ! le vrai, celui fait avec un pourcentage maximum d’amendes et de pistache, pas les saletés qu’on vend sur les aires d’autoroute ou dans les fêtes foraines par pitié. Alors si un jour d’aventure, vous passiez par Montélimar et que vous aviez une envie irrésistible de nougat, étant donné que les enseignes fleurissent, allez chez Arnaud Soubeyran, adresse testée et approuvée par votre serviteur.

Etudiante, j’y ai travaillé  comme guide-vendeuse, faisant des visites aux touristes dans cette usine pour leur montrer la fabrication, encore artisanale ici (de plus en plus rare, il faut bien le souligner) en français et en anglais. Ensuite les gens se baffraient comme des goinfres dégustaient quelques spécialités de la maison et en général en boutique ils ne repartaient pas les mains vides.

Depuis le magasin s’est agrandi, il propose un salon de thé fort agréable avec une cheminée :


et un musée du nougat, peut-être un peu folklorique dans le côté reconstitution (j’ai toujours un peu peur de tomber dans le « c’était mieux avant! ») mais qui permettront aux plus curieux de jeter un œil dans les coulisses et pour les enfants de pénétrer dans une ruche géante :


Si vous n’êtes pas trop fauchés (va falloir se calmer sur les prix quand même, messieurs les propriétaires de l’enseigne) ou si vous êtes d’incurables gourmands, vous ne saurez plus où donner de la tête dans la boutique mais au niveau qualité croyez-moi ici c’est le nec plus ultra en matière de nougat.

A tout hasard, sachez qu’ils ont une boutique en ligne

Pin It