Tag

diplome

Browsing

Si vous avez regardé trop de séries américaines comme moi, vous imaginez déjà le gymnaste reconverti en salle de danse avec boule à facettes, saladiers énormes de sangria et hug en veux-tu en voilà. La réalité est un poil différente (on est en France bon sang !) : la soirée de remise officielle du diplôme de master pro avait lieu hier soir sur le campus de Bron (imaginez un peu le bout du monde ? voilà vous y êtes )) dans une salle de classe et les anciens élèves en question, je les ai revu en partie il y a tout juste quelques mois.

Pas de mariage, divorce, naissance de triplés, prise de poids (mais une des filles a fondu…j’ai évité de me mettre trop à côté d’elle pour le côté Laurel et Hardy), perte de cheveux, changement radical de look  ou de quoi alimenter les conversations telles qu’elles pourraient être dans une vraie soirée d’anciens élèves où le jeu consiste à montrer aux autres combien tu  » as réussi » dans la vie (une expression employée par une personne proche que je ne nommerai pas et qui a le don de m’énerver….pas la personne, l’expression) …un peu comme Copains d’avant que j’ai toujours fui au temps où chacun se lançait dans un avis de recherche spécial collège et lycée.

Bref me voilà de retour parmi les préfabriqués après avoir attendu dans le froid et la nuit un tram qui est arrivé au moment où je pensais que j’allais perdre un orteil. Ce qui est rigolo (enfin il  y a des bonnes choses plus drôles, j’en suis consciente) c’est qu’il y a tout juste un an, je faisais partie de la promo en cours, celle qui avait accueilli les élèves de l’année précédente venus chercher leur diplôme en les harcelant pour savoir s’ils avaient trouvé du boulot…et voilà que je suis à mon tour la vieille (d’autant plus que j’ai facile 10 ans de plus que les autres), l’expérimentée, celle qui est passé par là et qui a survécu. Une aura m’ a enveloppé peut-être qui sait…

La nouvelle promo a l’air plus sérieuse que nous…au même moment il y a un an on pouffait comme des gosses en présentant notre travail, on avait un peu trop bu…je chuchote et je rie pour oublier ce pincement au coeur, la nostagie d’une page qui se tourne. Je suis passée championne en nostalgie du moment présent. J’aimerais bien critiquer un peu les nouveaux mais en vérité je reste discuter avec ma promo. On est content de se revoir, rassurés peut-être de constater que la situation n’est idyllique pour personne vu le contexte économique.

Ah il est l’heure d’aller récupérer ce petit bout de papier, témoin de ces quelques mois où j’ai cru que je n’allais jamais y arriver niveau rythme. Finalement je l’ai eu ce master à trente ans bien tassés et deux enfants plutôt jeunes…j’aimerais bien qu’il débouche sur quelque chose, que les sacrifices que cela a entraîné n’aient pas servi à rien.

Je noie mes doutes dans une coupe de champagne et puis il faut quitter les lieux, la grille du campus se ferme (et ce n’est pas qu’une image).

Allez on trinque ?

 

Pin It