Tag

dessert

Browsing

Je me demande s’il y a des gens qui ne mangent des crêpes QUE et UNIQUEMENT pour la Chandeleur (les Bretons vous ne jouez pas, vous êtes hors catégorie). Non parce que franchement s’offrir seulement une fois dans l’année le goût d’une crêpe au sucre et au citron (ma préférée …eh non ce n’est pas au chocolat) cela serait quasiment une punition, non ? Bref si les crêpes reviennent régulièrement chez vous, voici une recette de crêpes sans lactose .Pas d’intolérance à déclarer même si je ne digère pas le lait de vache en boisson mais j’avais envie de varier et j’étais curieuse de savoir ce que mes goûteurs attitrés en penseraient.

Ingrédients pour une vingtaine de crêpes sans lactose

600 ml de lait de riz (ou un autre lait végétal, l’avantage de ce dernier est qu’il est plus « neutre » en goût que le lait d’amande par exemple)
250 g de farine
1 CS d’huile végétale
2 CS de sucre
3 oeufs
1 pincée de sel
1 CS d’extrait de vanille

Et maintenant qu’est ce qu’on fait ?

Pour éviter les grumeaux, faites tiédir le lait avec l’extrait de vanille.

Dans un récipient mélangez les ingrédients secs : la farine, le sucre et le sel. Dans un autre récipient mélangez les ingrédients liquides : les œufs battus, le lait tiédi, l’huile végétale.

Versez très progressivement le mélange liquide dans le mélange sec en fouettant bien. Si jamais vous avez des grumeaux, un petit coup de mixer plongeant et votre pâte sera toute lisse.

J’ai laissé reposer la pâte 30 minutes avant de les faire cuire dans une poêle anti-adhésive légèrement huilée.

Pour cuire mes crêpes sans lactose, j’ai utilisé une  Crêpière en Céramique Ø 28 cm, collection BARCELONA GreenPan* dont le revêtement anti-adhésif est en céramique sain garanti sans PFOA, PFTE, plomb et cadmium. Le revêtement est renforcé de diamants afin de résister aux ustensiles coupants ou métalliques. Elle peut se mettre au four jusqu’à 220° et est compatible avec toutes les sources de chaleur.

crêpes sans lactose

Je l’ai d’abord trouvée un peu plus lourde que ma crêpière habituelle mais les crêpes n’ont jamais accroché dessus  je m’y suis vite habituée. Elle se lave très facilement (attention à ne pas laver avec le côté abrasif de l’éponge) et étant donné sa solidité,  je vais la garder très longtemps.

Faites cuire vos crêpes environ 2 minutes de chaque côté, de manière à ce qu’elles soient dorées. Pour qu’elles restent bien moelleuses jusqu’à la dégustation, recouvrez vos crêpes, au fur et à mesure, de la cuisson, d’un papier aluminium.

crepes sans lactose Selon mes testeurs, les crêpes sans lactose étaient plus légères que d’habitude et encore plus savoureuses.

Et  chez vous, les crêpes c’est souvent, très régulièrement, ou seulement pour la Chandeleur ?

 

*partenariat avec Cuisine addict

Après une tarte aux pommes fantôme très bonne mais trop moche pour que je puisse publier une recette (la photo est sur mon compte Instagram)), j’ai cherché une autre idée de dessert qui soit dans l’ambiance Halloween. Comme ce sont les vacances scolaires et que c’est toujours un peu chaud en tant que freelance sans nounou, il me fallait une recette rapide et c’est ainsi que j’ai pensé à des Mont Blanc express avec des meringues fantômes.

Ingrédients pour 4 Mont Blanc express et plein de meringues fantômes

pour les meringues fantômes
110 g de blanc d’oeuf
110 g de sucre semoule
110 g de sucre glace
un peu de chocolat noir fondu pour les yeux et la bouche (je n’ai pas pesé mais quelques carreaux suffissent)

pour les Mont Blanc
une brique Crème au mascarpone Elle & Vire (ou 25cl de crème liquide entière et 2 CS de mascarpone)
20 g de sucre glace
4 grosses cuillère à café de confiture de marrons

Et maintenant qu’est ce qu’on fait ?

La veille préparez vos meringues fantômes.

Dans le bol de votre robot, mettez les blancs d’oeuf et faites bien mousser avant d’ajouter le sucre semoule en pluie et en plusieurs fois. Fouettez jusqu’à ce que vos blancs soient bien fermes et lisses (la meringue doit bien tenir au fouet et former le fameux bec d’oiseau ).

Ajoutez le sucre glace tamisée à vos blancs d’oeuf et incorporez-le très délicatement à la maryse.

Mettez vos blancs montés dans une poche à douille et formez vos meringues sur une plaque recouverte de papier sulfurisé avec une douille unie. Mettez dans le four préchauffé à 100° pendant 1h30 (un peu moins si votre four comme le mien chauffe plus au fond, dans ce cas vos meringues risquent de jaunir).

Une fois que les meringues sont froides, dessinez des yeux et une bouche en trempant un cure dent dans du chocolat noir fondu.

Le jour J, mettez un saladier et les fouets de votre batteur au frigo pour une heure. Versez la crème au mascarpone (froide) dans le saladier, ajoutez le sucre glace et montez avec votre batteur en chantilly.

Dressez vos verrines en commençant par la chantilly (avec une douille c’est plus joli) puis ajoutez la crème de marrons et une ou deux meringues fantômes. Booh c’est prêt !

mont blanc express mont blanc express mont blanc express Pour casser le côté sucré de ces Mont Blanc express, ajoutez un coulis de myrtilles ou quelques myrtilles entières (décongelées vu la saison).

Et en plus, vous pouvez réaliser les meringues fantômes (j’ai suivi la recette de Sophie) avec un enfant (un peu patient ).

Une autre idée ? Le moelleux fruit de la passion chocolat au lait

Il paraît que le gâteau de Plouhinec est originaire de Guéret dans la Creuse. Je crois que là comme ça si je vous dis creuse, vous n’imaginez pas forcément l’endroit où vous rêvez de partir en vacances. En ce qui me concerne, j’y ai de joyeux souvenirs d’enfance, ma tante ayant été quelques années intendante dans un établissement scolaire à Guéret. Avec l’amie qui m’avait accompagné à Guéret (j’habitais alors à Châteauroux), on traversait des bâtiment déserts en s’inventant des histoires qui faisaient peur. Nous avions un terrain de jeu, qui, avec mes yeux d’enfant, me paraissait immense. Il faudra que je demande à ma tante si elle connait ce fameux gâteau de Plouhinec à base de poudre de noisettes, parfait pour les goûters maison sans passer des heures aux fourneaux.

Ingrédients pour un gâteau de Plouhinec

4 blancs d’oeufs
200 g de sucre semoule
100 g de beurre
1 pincée de sel
100 g de farine de blé
100 g de noisettes en poudre +20 g pour le moule

Et maintenant qu’est ce qu’on fait ?

Préchauffez votre four à 170°C (th.5-6).

Avec un batteur, montez les blancs en neige, sans trop les serrer, en ajoutant régulièrement le sucre. Versez très délicatement sur les blancs montés, le beurre fondu (mais froid) puis la farine, les noisettes en poudre et la pincée de sel. Incorporez délicatement avec une maryse (je vous ai mis un lien vers la photo d’une maryse car 1) mon correcteur d’orthographe ne connait pas ce mot 2) récemment je pâtissais ailleurs que chez moi et j’ai demandé la personne dont je squattais la cuisine si elle avait une maryse et elle m’a regardé comme si je lui parlais chinois)

Versez dans un moule préalablement beurré et enduit de poudre de noisettes. Saupoudrez de sucre glace et enfournez environ 30 minutes.

 

Verdict ?

Le gâteau de Plouhinec est super moelleux (et il ne s’émiette pas comme on a l’impression sur les photos), il est bien parfumé et peut se déguster aussi bien au goûter qu’au petit déjeuner. J’ai utilisé des noisettes en poudre de base (celles qu’on trouve en supermarché), il est évident que si vous avez sous la main des noisettes en poudre de meilleure qualité, le goût s’en ressentira. Pour les plus gourmands, on pourrait imaginer une version avec un glaçage chocolat )

Edit : le vrai nom de ce gâteau est le creusois. Il a été rebaptisé le gâteau de Plouhinec (qui est une commune du Morbihan) par l’auteur du livre qui est breton et qui en donne sa version.

Source : Vive les desserts ! Eric Jubin

Voilà les vacances c’est fini. Si je n’ai pas trouvé le retour particulièrement difficile (le beau temps attendait à Lyon cela aide beaucoup…je me souviens d’un retour sous un temps dégueulasse, froid et gris à Paris en septembre pourtant après un séjour ensoleillé en Guadeloupe, là le moral retombe de suite ), c’est un peu plus compliqué de faire comprendre à ceux qui ne travaillent pas et qui ne reprendront l’école que dans quasi 1 mois (non, non je compte pas), que non ils ne peuvent pas venir chahuter juste à côté de mon coin bureau, oui il va falloir attendre avant que je leur prête un peu d’attention (c’est pas comme si on venait de passer deux semaines ensemble quasi 24h sur 24h), que MOI je dois bosser et que j’ai un minimum de calme. L’autre côté chouette de la reprise est que je peux pâtisser à nouveau et c’est dans le livre Vive les desserts d’Eric Jubin, chef breton, que j’ai pioché adaptant un grand classique pour réaliser ce far aux figues.

Ingrédients pour un far aux figues

5 oeufs
100 g de sucre de canne
1 pincée de sel
120 g de farine
50 cl de lait entier
20 cl de crème
8 cl de rhum brun
25 g de beurre
une dizaine de figues fraîches

Et maintenant qu’est ce qu’on fait ?

Dans un saladier, fouettez les œufs avec le sucre et le sel. Ajoutez la farine tamisée et mélangez vivement de manière à ce qu’il n’y ait pas de grumeaux. Délayez peu à peu avec le lait, le rhum et la crème.

Beurrez généreusement un plat à gratin (rectangulaire et plus grand que le mien qui est plus un plat à soufflé), déposez au fond des quartiers de figues, versez par dessus votre appareil et mettez au four pour 40 minutes environ à 165° (à adapter selon votre four, le dessus doit être légèrement doré et l’appareil ne doit plus être tremblotant).

Laissez refroidir à température ambiante et dégustez (ou laissez quelques heures au frigo, personnellement je le préfère ainsi).

far aux figues

 

Verdict ?  Ce far aux figues est bien onctueux (la cuisson aurait été plus uniforme avec un moule plus large), pas sec. Si vous ne craignez pas que la couleur de votre flan soit un peu plus brune, n’hésitez pas à remplacer le sucre de canne par du sucre muscovado, avec les figues cela se marie très bien.

Si pour vous, le far c’est aux pruneaux et c’est non négociable, je vous invite à reprendre cette recette (qui est pour moi, pour le moment, la meilleure recette jamais testée de far, oui rien que cela) ou en version gourmande avec du salidou.

Et vous le far, vous aimez cela ? comment ?

J’ai beaucoup hésité avant de publier cette recette de cheesecake aux fraises. Je fais partie des gens qui doutent comme dans la chanson d’Anne Sylvestre (que je préfère chantée par Vincent Delerm, Jeanne Cherhal et Albin de la Simone), de celles qui trouvent que les autres font toujours mieux, de celles qui se comparent sans cesse même s’il parait qu’il ne faut pas (et c’est rarement en ma faveur).

Des recettes de cheesecake j’en ai déjà testé beaucoup, des meilleures que celle-ci que je trouve imparfaite (manque de hauteur, pâte pas assez croustillante). A la dégustation, si personne ne s’est évanoui de plaisir, ce cheesecake a tout de même bien plu et arraché quelques « c’est bon ».  Alors je publie ou pas, me-suis-je demandée ? Bon en même temps si je devais publier seulement les articles avec des photos aussi parfaites que …(fill the blank), le blog aurait cessé depuis longtemps (et mon compte Instagram aussi qui n’a aucune cohérence visuelle ou thématique…il faut peut être y voir une logique, j’ai toujours été incapable de me ranger dans une case « food » « voyages » « lifestyle » « littéraire » d’où ce sentiment prégnant de n’être à ma place nulle part). Alors voilà je suis une blogueuse/instagrameuse en carton qui partage une recette de cheesecake aux fraises pas parfaite mais assez bonne pour qu’il me semble, vous puissiez la refaire chez vous, si vous en avez envie.

Ingrédients pour un cheesecake aux fraises

Pour la base biscuitée
200 g de spéculos
70 g de beurre
30 g de sucre en poudre
2 citrons verts bio

Pour l’appareil à cheesecake
400 g de fraises (+quelques unes en déco)
300 g de fromage frais de type philadelphia
300 g de lait concentré sucré
3 gros oeufs

Et maintenant qu’est ce qu’on fait ?

Râpez les zestes de deux citrons verts et pressez le jus d’un seul d’entre eux. A l’aide d’un rouleau à pâtisserie ou d’un pilon, réduisez en poudre grossière les spéculos. Mélangez les avec le beurre fondu, le sucre et les zestes de citron vert.

Tapissez le fond d’un moule à charnière beurré avec cette pâte en tassant bien. Si vous voulez que votre cheesecake soit haut (pas comme le mien car je n’ai pas de moule à charnière de cette taille), il vous faudra utiliser un diamètre tout petit (16 cm maximum). Mettez au frigo pendant 20 minutes.

Retirez le pédoncule des fraises. Mixez les fraises avec le jus de citron vert, de manière à obtenir un coulis. Réservez du coulis pour la décoration (4 à 5 cc et un peu pour servir avec le cheesecake).

Dans un saladier, mélangez le fromage frais, le lait concentré sucré et le coulis de fraises. Ajoutez les œufs un à un en mélangeant à chaque fois. Versez l’appareil dans le moule à charnière sur votre base biscuitée. Ajoutez un peu de coulis sur le dessus en créant des zébrures avec la  pointe d’un couteau.

Enfournez le cheesecake dans un four préchauffé à 150° pour 50 minutes. Laissez le refroidir dans le four puis mettez le au frigo au minimum 12 h (24 h c’est mieux !) . Servez le cheesecake avec un coulis de fraises.

 

Et vous, quel est votre cheesecake préféré ? avez vous trouvé LA recette parfaite ?

Après ce long et si pénible silence (je me demande comment la blogosphère a pu survivre en mon absence; faut-il ouvrir une cellule psychologique ?), je suis de retour avec une recette très simple, très rapide à réaliser et ultra fondante pour me faire pardonner. Sortez les petits verres pour le thé à la menthe, j’arrive avec une part de gâteau aux amandes.

Ingrédients pour un gâteau aux amandes

3 œufs
1 yaourt nature ou vanille (le pot sert d’unité de mesure comme dans le gâteau yaourt)
1, 5 pot de sucre (moins 2 CS)
2 pots de farine
1 pot d’huile
125 g d’amandes en poudres
2 CS d’eau de fleur d’oranger
1 sachet de levure chimique
des amandes effilées

Et maintenant qu’est ce qu’on fait ?

Séparez les blancs d’œuf des jaunes et réservez les blancs au frigo. Dans un saladier, mettez tous les ingrédients (sauf les blancs d’œuf et les amandes effilées) et mélangez.

Battez les blancs d’œuf en neige en commençant à petite vitesse. Augmentez ensuite la vitesse du batteur. Quand ils commencent à prendre ajoutez une pincée de sel et 2CS de sucre et continuez à les monter jusqu’à ce qu’ils soient bien fermes.

Préchauffez votre four à 160°C. Incorporez délicatement les blancs d’œuf à votre pâte puis versez celle-ci dans un moule à manquer beurré et fariné (ou bien mettez au fond du papier cuisson comme ici). Enfournez pour 25 minutes environ (pour vérifier la cuisson, enfoncez un cure dent dans votre gâteau, il doit ressortir sec).

Laissez refroidir avant de démouler et de servir.

gâteau aux amandes

gâteau aux amandes

Verdict ?

Très moelleux, aussi rapide à préparer qu’un gâteau yaourt mais plus parfumé et plus savoureux avec son goût d’amandes et de fleur d’oranger.

J’ai repris, en la modifiant légèrement, une recette du livre Tunisie Gourmande de Jacqueline Bismut aux éditions de la Martinière (photographies Céline Anaya-Gautier). Au menu de ce livre, des potages et des soupes, des ragouts et légumes farcis, des couscous et des desserts (tarte au café, salade d’oranges, cigares aux amandes…), le tout accompagné de photos colorées des marchés de Tunis pour aiguiser les papilles.

Pin It