Tag

dans l’air du temps

Browsing

Glop : Mon homme est imbattable sur le terrain des jeux-concours et des lots de valeur ou pas, là n’est pas la question…moi aussi je joue un peu….et perds souvent mais il arrive exceptionnellement que je gagne !! Grâce à Cassandra et son blog Dans l’air du temps, j’ai reçu récemment au courrier ce coffret bodyshop aux couleurs cranberries. Pour l’instant j’ai seulement allumé la bougie parce que c’est le petit détail qui vous change une ambiance en un mouvement. Le reste est encore dans sa boîte, en tous cas l’odeur est très agréable !

Pas glop : Je sais qu’on en a déjà pas mal parlé sur la blogosphère (ici ou ) et je n’ai pas la prétention d’avoir un point de vue plus original à ce sujet que ceux déjà lus mais j’avais juste envie de rebondir sur l’admiration suscitée par la reprise du travail à J+5 par Rachida Dati (qu’elle soit Rachida Dati d’ailleurs ou Tartanpion), admiration nullement partagée par votre serviteur. Pas convaincue par ce fameux « instinct maternel » qu’auraient les femmes en naissant, je crois plutôt qu’on ne naît pas mère, on le devient mais quid de l’attachement quand on ne prend même pas le temps d’un congé maternité normal (déjà court, car 2mois et demi c’est tout petit)? Ne pas pouvoir se passer plus de quelques jours de son boulot m’est de plus totalement étranger) Quand on voit les photos de Rachida Dati sortant de la maternité super manucurée, maquillée et avec le brushing de la mort, on imagine qu’elle a engagé une armada de nurses pour s’occuper de son rejeton et pour se lever la nuit à sa place mais même avec un staff d’enfer, je n’aurais  échangé mes séances de peau à peu avec mon chérubin contre rien au monde…

Glop : après deux semaines à la maison, j’avais un peu peur que le retour à la crèche soit difficile pour le chérubin. Que nenni, mardi pas une larme, pas un geignement il était même content de retrouver la personne qui s’occupe de lui (dans le jargon  petite enfance on dit « sa référente ») et ses petits camarades. Par contre, il contrôle sérieusement mes fréquentations : sollicitée par une petite fille qui m’a tendu un jouet, j’ai commencé à dialoguer avec elle mais aussitôt ma chère tête blonde s’est collée à moi (plus près tu peux pas à moins d’être une moule sur un rocher) et a tenu à rappeler une vérité basique « c’est MA maman » ! Je doute qu’à ces conditions un rapprochement avec le charmant papa, fraîchement séparé et déjà évoqué fin décembre, soit possible.

Pas glop : on n’est pas tous égaux face au froid et moi, ma résistance aux températures avoisinant les zéros elle est ridicule. J’ai beau mettre ma doudoune, mes gants et mon écharpe (puis prier pour ne pas rencontrer Jude Law au coin de la rue car là mon sex-appeal en prend un coup), j’ai beau boire des litres de thé, d’infusion (je songe à faire installer un siège avec urinoir incorporé dans mon bureau si je continue à ce rythme), j’ai beau joggé avec ma poussette le matin pour emmener le chérubin jusqu’à sa crèche, j’ai passé mes journées à frissonner, à râbacher sur le sale temps et à croiser les bras pour m’auto-réchauffer cette semaine. Pendant ce temps-là, je croise des jeunes femmes avec des blousons très légers et des chemisiers en dessous, des jeunes filles avec des mini-jupes et j’en conclus que notre thermostat interne est totalement différent. Le soir, au moment de me glisser sous la couette, j’opère en deux temps : 1) je me glisse dans le lit et me dissimule sous les couvertures (je repense à l’énorme édredon chez ma grand-mère) 2) je plaque mes pieds ultra gelés contre les jambes chaudes de l’amoureux tout en essayant de créer une diversion…peine perdue, il me renvoie dans mon territoire sans une once de pitié pour ma circulation sanguine défaillante )

Sur ce, je vous souhaite un très bon week-end au chaud !

Pin It