Tag

côte d’azur

Browsing

Après vous avoir parlé de Nice, de l’île Saint Honorat et de Saint Paul de Vence, je ne pouvais pas refermer cet épisode « riviera » sans tenter de dresser une liste (bien entendu non exhaustive) des choses à voir et à faire sur la Côte d’Azur. J’ai testé la plupart de ces suggestions, quelques unes correspondent à des idées à explorer pour un autre séjour.

1-Aller au marché

C’est un de mes incontournables quand je suis en voyage, j’aime aller voir l’ambiance, les couleurs, les produits locaux des marchés où je suis et à Nice entre le marché du cours Saleya (dont son beau marché aux fleurs) et le marché du quartier de la libération (avec tout au bout, des beaux étals de poissons), on en prend plein les yeux.

2-Découvrir la promenade du paillon à Nice

Si vous n’avez pas mis les pieds à Nice depuis plusieurs années comme c’était mon cas, alors vous découvrirez cette nouvelle coulée verte qui sépare le Vieux et le « nouveau » Nice appelée promenade du Paillon. Jeux d’eaux, de lumière, bancs pour bouquiner au soleil, palmiers, voilà l’endroit parfait pour se poser et ne rien faire si ce n’est profiter du lieu.

3- Jouer la carte de la street food locale

Venir sur la Côte d’Azur et ne pas goûter la fameuse socca (crêpe à la farine de pois chiches) ou le pan bagnat, c’est un peu comme venir à Lyon et bouder les pralines.

4-Se perdre dans les ruelles du Vieux Nice

Avant de partir dans un endroit que je ne connais pas, je passe pas mal de temps à lire des guides, des articles de blog, à glaner et noter des conseils mais une fois sur place, je n’aime pas rester la tête sur mon plan. Pour prendre le pouls du Vieux Nice, il n’y a rien de mieux que de tourner au hasard des ruelles typiques de ce quartier.

5-Rouler sur la promenade des anglais en Segway

J’ai testé le gyropode Segway avec Mobilboard pour la première fois à Nice. Étant donné mon degré de non-sportivité, juste avant de monter sur cet engin, j’étais en mode « j’y vais mais j’ai peur ». Je m’imaginais déjà tombant ou ne réussissant pas à manœuvrer l’appareil. Contre toute attente, il n’y a rien de difficile, pas besoin d’avoir l’équilibre, d’être douée en ski ou autre aptitude particulière. Avant de démarrer la balade, un des accompagnateurs vous forme (en 2 minutes chrono car c’est vraiment simple) aux mouvements de base et en voiture Simone.

C’est donc en mobilboard que j’ai redécouvert la promenade des Anglais sous un soleil insolent pour la saison (ah oui c’est vrai, là bas il fait tout le temps beau) avant de passer au marché Cours Saleya, dans le Vieux Nice et de finir par la promenade du Paillon.

Pour moi, c’est une très bonne façon d’avoir un premier aperçu d’une ville que l’on ne connait pas (plus rapidement qu’à pieds et de manière plus sympa qu’en transports en commun) et de repérer les coins où on a envie de revenir pour se balader à pieds cette fois, faire des photos, etc.

 

crédit photo : Travel me happy

6-Tenter les panisses

Eh non je ne connaissais pas encore les panisses, qui pourraient faire penser un peu à de la polenta mais avec de la farine de pois chiches. J’en ai finalement goûté grillées en apéro, bien assaisonnées c’est très bon.

7-…et la tourte de blettes sucrées

Autre incontournable culinaire de la région : la tourte de blettes qui se décline en version salée mais aussi sucrée. J’en ai vu dans la vitrine du pâtissier Pascal Lac mais c’est au restaurant de l’hôtel Baie des Anges à Antibes que j’ai cédé à la curiosité. Particulier mais pas mauvais.

 

8-Monter les escaliers du château pour admirer le coucher du soleil depuis là haut

Le spot gratuit pour regarder le soleil glisser dans la mer et la promenade des Anglais se dérouler à vos pieds ? La colline du château. On y accède soit par des escaliers soit en prenant un ascenseur (à certains horaires) et une fois là haut, on en prend plein les mirettes.

 

9-Commencer la journée par une vue panoramique

De l’hôtel Mercure Nice Centre Notre Dame où j’ai passé une nuit très reposante, je me souviendrai la literie super confortable (je veux le même matelas chez moi), la grande salle de bains, du plateau thé/café (eh oui j’ai l’habitude de ma petite tisane du soir),  mais aussi de la vue à 360° sur la ville depuis le rooftop de l’hôtel. Vous pouvez y boire un verre ou même aller vous rafraichir dans la piscine.

10-S’attabler chez Joyalife pour le brunch

Je vous ai déjà parlé de cette adresse dans un article spécial brunch : le buffet est à volonté et tout est frais, les jus de fruits et légumes sont délicieux, la déco n’est pas standardisée et si vous venez avec des enfants, un espace de jeux est prévu pour eux.

11-Visiter la fondation Maeght à St Paul de Vence

Se rend-t-on à la fondation Maeght pour le site ou pour les expositions et les collections? Les deux, mon Général : ) En arrivant, j’ai trouvé le lieu magique immédiatement avec sa végétation, ses oeuvres intégrées au bâtiment et à la nature (la cour Giacometti, le labyrinthe Miró peuplé de sculptures et de céramiques, la mosaïque murale de Chagall…) et son architecture. Pendant la visite on navigue entre salles intérieures, terrasses, cour et patio et c’est très agréable.

Christo et Jeanne Claude exposaient, à cette époque, une construction extérieure, haute de 9 mètres, longue de 17 et large de 9 . Ce « Mastaba » était tellement monumental que non seulement, il redéfinissait la cour Giacometti mais il s’intégrait totalement à l’architecture générale, se donnant à voir sous différents angles (par dessus, en fond, de loin) au cours de la visite.

Je doute que mes photos montrent combien on se sent dans une bulle dans cette fondation située à Saint Paul de Vence mais je peux vous dire qu’on a du mal à en partir.

 

12-Aller de galerie en points de vue dans le village de Saint Paul de Vence

Jusqu’il y a quelques mois, Saint Paul de Vence n’était qu’un nom de village pour moi, souvent évoqué dans des conversations familiales, lu dans des romans (je pense en particulier à Charlotte de Foenkinos). Imaginez un endroit perché, des maisons en pierre, un nombre de galeries assez dingue, des joueurs de pétanque, des histoires à propos des artistes qui ont habité ici, de la verdure autour et dans les ruelles, des panoramas qui laissent coi…et en images c’est ici.

13-Se prendre pour une star de cinéma sur la Côte d’Azur

Quand on pense à la Côte d’Azur, on pense forcément au festival de Cannes, aux starlettes et au tapis rouge mais les liens entre cette région et le cinéma sont beaucoup plus riches. De nombreux films ont été tournés sur la Côte d’Azur, il existe même une application Ciné Paca qui permet aux cinéphiles de découvrir les lieux de tournage des scènes mythiques du cinéma, tournées dans la région et qui propose un itinéraire à la carte.

Le Musée éphémère du cinéma à Cannes offre la possibilité au public de participer en créant son propre film en trois heures dans un studio de cinéma spécialement aménagé à cet effet.

Vous pouvez également vous mettre derrière le volant d’une décapotable grâce à la société Rent a Classic Car et vous la jouez star (on avait prévu les lunettes de soleil mais pas les foulards). Je n’y connais rien en voiture (et je ne conduis pas) mais allez lire le bel article de Denis, il en parle très bien.

14-Déconnecter sur les îles de Lérins

Juste en face de Cannes, existe un petit paradis où l’on se sent loin de tout et incroyablement bien : il s’agit des îles de Lérins. J’ai visité l’une d’elle, Saint Honorat  et j’espère avoir l’occasion de prendre le bateau un jour pour l’île Sainte Marguerite (j’ai une attirance pour les îles )).

 

15-Découvrir le Cannes Nature

En dehors des îles de Lérins, les façons de se mettre au vert autour de Cannes  ou de découvrir la ville dans sa facette « nature » ne manquent pas. Dans le guide « Cannes version nature » (disponible à l’Office du Tourisme), j’ai noté une balade en forêt dans le parc naturel de la Croix des Gardes, la promenade du canal de la Siagne (dont une partie sur les pas de Bonnard), la visite guidée historique des ruelles du Suquet, la visite de la villa Rostchild et de son jardin classé monuments historiques.

 

16-Poser ses bagages à OKKO Hôtel Cannes

J’ai eu l’occasion de dormir une nuit à OKKO hôtel Nantes Château  et j’ai retrouvé à OKKO hôtel Cannes, le « style » OKKO dans la chambre, à la fois épuré et douillet, design et très fonctionnel. La spécificité et le gros plus de cet hôtel c’est l’emplacement du club (la pièce où se tient le petit déjeuner mais dans laquelle on peut aussi déguster une planche apéro en soirée, avec le principe « faites comme chez vous », tout étant à la disposition du client), situé au dernier étage du bâtiment et baigné d’une lumière incroyable qui varie selon les heures du jour.

A part ça, gros coup de cœur pour le petit déjeuner, copieux, varié et qui propose toujours des produits de la région.

côte d'azur

Côté d'Azur

Je voudrais le même bain de lumière que dans le salon de @okkohotels de CANNES pour bien commencer la journée 🌞

Une publication partagée par Virginie (@chocoladdict69) le

17-S’installer au salon de thé de Jérôme de Oliveira

Il y a des pâtisseries qu’on n’oublie pas, même des années après, c’est le cas de celles dégustées au salon de thé Intuitions de Jérôme de Oliveira à Cannes où j’ai eu la chance d’aller une fois.

18-Se faire chouchouter à Antibes

Mon grand week-end sur la Côte d’Azur s’est terminé par une nuit à l’Hôtel Baie des Anges qui, comme son nom l’indique, surplombe la Baie des Anges et offre une vue à la fois sur les eaux bleues de la mer Méditerranée et sur le massif des Alpes du Sud (légèrement enneigé à l’époque). J’ai réglé mon réveil sur l’heure du lever du soleil et depuis la terrasse de ma chambre, j’ai admiré le spectacle.

La veille , j’avais profité de l’espace marin de l’Hôtel et en particulier du parcours marin intérieur d’eau de mer chauffée (équipé de cols de cygne bouillonnants -merveilleux pour se délasser les épaules et le haut du dos- et d’un jacuzzi ) et du hammam.

Côté cuisine, le chef  des restaurants, Lyes Abidi, travaille des produits de saison, sainement mais avec saveur. Le  lieu permet à la fois de prendre soin de soi (avec toute une gamme de soins à la carte), de se reposer et de profiter des beautés de la région (avec un système de navette gratuite pour se rendre dans le centre d’Antibes).

 

19-Emprunter le train qui longe la côte d’Antibes à Nice

Le train s’arrête partout, la durée du voyage est un peu longue mais que le trajet est beau d’Antibes à Nice, longeant la mer puis passant dans des paysages aux couleurs ocres. J’avais prévu de bouquiner mais finalement j’avais les yeux scotchés sur ce qui se déroulait derrière la vitre.

 

20-Se sucrer le bec chez …

Partout où je pars, je repère les adresses de pâtisseries (y a même des endroits qui sont recalés pour cela, j’avoue )) et sur la Côte d’Azur j’en ai au moins vu 3 que j’aimerais tester : la pâtisserie de Pascal Lac et la pâtisserie Canet à Nice, la pâtisserie Lilian Bonnefoy à Antibes (ah le chou poires gianduja posté sur Instagram par Travelling foodista j’en rêve)

Voilà je crois que j’ai fait le tour, non pas des richesses que propose la région Côte d’Azur mais de ce que j’en ai aperçu et qui m’a donné envie d’y retourner : )

Lorsque j’entends le mot « Cannes« , je pense d’abord à Jérôme de Oliveira et aux merveilleuses pâtisseries d’Intuitions ( j’espère y retourner bientôt) puis au Festival de Cannes et au tapis rouge que j’ai foulé en robe du soir, maquillée comme une voiture volée il y a fort longtemps (le fou de cinéma avec qui je vis avait gagné un concours et on avait même eu notre photo dans un magazine people !).

Le nom des îles de Lérins ne m’était pas inconnu mais je n’imaginais pas que Cannes laissait si vite au placard ses paillettes, ses starlettes et son agitation pour apparaitre sous un visage totalement différent. En novembre dernier, j’ai en effet découvert l’île de Saint Honorat en compagnie d’ Amélie de So Girly blog, de Denis, de Capucine et Thibault de Travel Me Happy après une traversée qui m’a paru (presque) trop courte (j’ai la même impression à chaque fois qu’il s’agisse de la navette Saint Malo-Dinard ou des trajets qui mènent à l‘île d’Arz ou l‘île aux Moines).

Déjeuner avec vue sur l’île Saint Honorat

Cette île appartient à l’Abbaye de Lérins (tout comme la compagnie de bateau et le restaurant ), la congrégation cistercienne (que l’on peut « reconnaitre » du fait de leur toge blanche recouverte d’un vêtement marron moins salissant pour le travail) s’est installée sur l’île en 1869 et produit aujourd’hui vins, liqueurs et huile d’olive.

En débarquant sur l’île de Saint Honorat, j’ai ressenti une sensation immédiate d’apaisement, cette sensation même que je ressens dès que je mets un pied en Bretagne. Avant de nous laisser un peu plus enveloppés par l’atmosphère du lieu, nous avons déjeuné au restaurant la Tonnelle. Entre la vue superbe sur les eaux turquoises, les massifs montagneux de l’arrière pays niçois depuis notre table et les saveurs méditerranéennes de nos assiettes (salade de poulpe, filet de loup accompagné d’un des vins produits par les moines), tous nos sens étaient en éveil.

île Saint Honorat

île Saint Honorat

île Saint Honorat un étroit chenal, le Frioul, sépare l’île Saint Honorat de l’île Saint Marguerite

île Saint Honorat

 

Le baba imbibé à la liqueur de mandarine ça dépote au restaurant de la Tonnelle sur l île de Saint Honorat

Une photo publiée par Virginie (@chocoladdict69) le

 Entre vignes, oliviers et sentiers en bord de mer

Après le déjeuner, nous avons emprunté un des sentiers de l’île Saint Honorat pour flâner dans cet endroit où la nature est reine (pas d’habitation à part l’Abbaye de Lérins) entre vignobles (pas moins de 6 cépages), oliveraie et rochers bordant la mer. Que ce soit pour l’huile d’olive, les vins ou les liqueurs, les moines pratiquent une agriculture raisonnable et n’emploient ni pesticides ni herbicides. île Saint Honorat

île Saint Honorat

île Saint Honorat

île Saint Honorat

île Saint Honorat

île Saint Honorat

île Saint Honorat

What a panorama !

Le monastère fortifié a été bâti en 1073 sur une pointe du rivage de la côte Sud pour protéger les moines des pirates sarrasins. Du XVe siècle jusqu’en 1788, les religieux y vécurent et y subirent de nombreuses attaques. L’originalité de cet édifice classé aux monuments historiques réside dans la dualité entre son aspect extérieur (architecture militaire) et les divers espaces religieux à l’intérieur (au 1er étage, le cloitre du travail, au second étage le cloitre de la prière). Pour l’anecdote, des ventes aux enchères s’y tiennent régulièrement et si un des acquéreurs est au téléphone, il faut être prêt à monter et descendre les différents étages pour capter du réseau : )

Au sommet du vieux Donjon, le panorama sur les îles de Lérins, sur la côte (de l’Estérel jusqu’à Antibes) et sur la chaîne des Alpes est magnifique.

île Saint Honorat

île Saint Honorat

île Saint Honorat

île Saint Honorat île Saint Honorat

île Saint Honorat

île Saint Honorat

Un air de Huerta del Cura

Malgré la présence des palmiers, les alentours du monastère m’ont évoqué plus le jardin du curé d’Elche (pas loin d’Alicante en Espagne) que la côte d’Azur. Plantes grasses et  bougainvilliers nous ont accompagné jusqu’à l’église ouverte aux visiteurs.

Sachez qu’à l’intérieur du monastère, l’hôtellerie permet aux visiteurs de faire une retraite spirituelle de deux jours à une semaine en vivant au rythme des moines et de la nature.

île Saint Honorat

île Saint Honorat

île Saint Honorat

île Saint Honorat île Saint Honorat

île Saint Honorat

île Saint Honorat

Je ne sais pas si les photos traduisent ce sentiment quasi d’irréalité qui émane de cette île mais après cette escale hors du temps, le bateau du retour vers Cannes était bel et bien à quai 🙂

Informations pratiques

Comment vous rendre sur l’île de Saint Honorat ? La compagnie Planaria assure des dessertes depuis le quai Leboeuf à Cannes (les horaires sont indiqués sur le site)

Où vous restaurer ? A quelques pas de l’embarcadère, se trouve le restaurant La tonnelle ouvert uniquement le midi (fermé un mois entre novembre et décembre), ainsi qu’un snack. Vous pouvez aussi emporter votre casse croute, plusieurs aires de pique nique sont aménagés sur l’île.

Et vous, vous connaissiez l’île Saint Honorat ?

Enregistrer

Saint Paul de Vence, j’en avais entendu parler comme un village où cela grimpe raide pour y parvenir (et je m’imaginais déjà au volant d’une voiture en train de caler )) , cela m’évoquait aussi un passage du roman Charlotte de David Foenkinos mais je n’avais encore jamais eu l’occasion de visiter cet endroit situé entre Nices et Antibes et à 15 minutes de la mer.

…la fameuse place du jeu de boules

La première chose que j’ai découverte en arrivant à Saint Paul de Vence est la place du jeu de boules avec son café (anciennement « la Résidence » où s’établit Jacques Prévert avant de poser ses valises à la Colombe d’Or), ses platanes et ses joueurs de pétanque qui investissent les lieux dès le milieu d’après midi.

J’ai même eu l’occasion de pointer et tirer, ce qui ne m’était pas arrivé depuis des années. Quand j’étais gamine, je suis partie en camping à Vias avec mes parents et j’ai le souvenir d’un tournoi de pétanque (probablement pour enfants) où j’avais fait équipe avec un garçon (dont j’ai totalement oublié le prénom et le visage, désolée )), tournoi que nous avions gagné. On avait eu droit en « cadeau » à une boisson gratuite et j’avais choisi un « feu » cacolac. Bref alors que je tentais de retrouver des gestes enfouis dans ma mémoire, ses souvenirs sont remontés à la surface.

saint-paul-de-vence-2

saint-paul-de-vence-3

saint-paul-de-vence-1

… une végétation luxuriante dans chaque rue et ruelle

Ce qui m’a frappé ensuite c’est l’omniprésence de la végétation dans les jardins, sur les façades, sur les pas des portes, dans les ruelles. Plantes grasses, lierres, citronniers, pins, pas de doute on est bien en méditerranée !

saint-paul-de-vence-11

saint-paul-de-vence-12

saint-paul-de-vence-9

saint-paul-de-vence-14

saint-paul-de-vence-13

saint-paul-de-vence-15

saint-paul-de-vence-18

saint-paul-de-vence-19

saint-paul-de-vence-27

saint-paul-de-vence-28

saint-paul-de-vence-31

….des maisons de pierres et des galets au sol

Au début des années 50, le maire de Saint Paul de Vence, Marius Issert, fit « calader » (=couvrir une voie de pierres, de graviers…) les ruelles du village avec des galets posés sur la tranche selon la tradition provençale. Les 1er galets proviennent de la plage de Cagnes sur Mer. Si vous passez devant l’école primaire où enseigna Célestin Freinet entre 1929 et 1933, vous verrez au sol des motifs originaux réalisés avec des galets par les enfants.

saint-paul-de-vence-32

saint-paul-de-vence-34

saint-paul-de-vence-23

saint-paul-de-vence-26

…des panoramas colorés et lumineux

Des villages perchés j’avais l’image surtout de ceux de la Drôme où j’ai habité plusieurs années. L’originalité de Saint Paul de Vence est qu’il n’est pas adossé à une montagne mais comme posé au milieu des collines, de la nature, avec des points de vue remarquables qui changent selon l’endroit où l’on se trouve. Au détour d’une ruelle, soudain, un horizon de montagnes s’offre à vous alors qu’en franchissant les remparts, votre regard se perd dans le bord de mer.

Les photos ont été prises en novembre et regardez comme cette nature reste très verte, comme si l’automne avait beaucoup moins d’emprise sur elle qu’à Lyon ou ailleurs.

saint-paul-de-vence-29

saint-paul-de-vence-20

saint-paul-de-vence

saint-paul-de-vence-5

saint-paul-de-vence-10

…Une effervescence artistique

Les couleurs de la campagne environnante, la lumière du midi ont attiré, à l’aube du XX° siècle, des peintres comme Signac ou Dufy à Saint Paul de Vence. Par la suite, ce lieu a été un bouillonnant foyer culturel. Marc Chagall a vécu dans le village de 1966 à 1985 et a peint de nombreux tableaux sur le thème de l’amour avec comme « cadre », Saint Paul de Vence. Il est enterré avec sa femme et son beau frère dans le cimetière du village.

saint-paul-de-vence-21

marc-chagall-les-amoureux-de-saint-paul-de-venceles amoureux de Saint Paul de Vence

marc-chagall_la-table-devant-le-villagetable dressée  avec vue sur Saint Paul de Vence

Jacques Prévert  y trouva refuge loin de l’agitation parisienne et y a vécu pendant 15 ans, exerçant ses talents de dialoguistes pour le cinéma et tissant des liens amicaux avec Pablo Picasso, Paul Roux (patron de l’auberge de la Colombe d’Or), Henri Georges Clouzot et André Cayatte (réalisateur et scénariste français).

saint-paul-de-vence-35la maison de Jacques Prévert est habitée aujourd’hui par des particuliers
qui l’ouvrent aux visites lors des journées du patrimoine

Aimé et Marguerite Maeght s’installèrent également ici et créèrent le lieu magnifique qu’est la fondation Maeght dont je vous parlerai dans un autre billet. Enfin c’est à Saint Paul de Vence et plus précisément à la Colombe d’Or en août 1949 qu’Yves Montant et Simone Signoret se rencontrèrent.

saint-paul-de-vence-36

Aujourd’hui l’art est partout dans les rues  avec des œuvres permanentes, l’exposition en plein ciel dite L’ARTENCIEL (une quarantaine d’œuvres d’art s’installent dans le village à cette occasion) et où que vous déambuliez, impossible de ne pas remarquer le nombre impressionnant de galeries d’artistes.

saint-paul-de-vence-24

 

saint-paul-de-vence-7

saint-paul-de-vence-6

saint-paul-de-vence-8

saint-paul-de-vence-16

saint-paul-de-vence-17

saint-paul-de-vence-22

saint-paul-de-vence-25

A Saint Paul de Vence, il y a aussi des fontaines, des terrasses comme celle du Tilleul où il est si agréable de s’attabler, des ruelles cachées et tant d’autres petits détails qui rendent ce village si charmant.

Comment se rendre à Saint Paul de Vence sans voiture ?

Si vous me suivez depuis un petit moment sur ce blog, il ne vous aura pas échappé que je fais partie des hurluberlus qui vivent sans voiture toute l’année (même pour les vacances). La bonne surprise est qu’il est possible de venir à Saint Paul de Vence sans voiture en prenant le train jusqu’à Cagnes sur mer puis le bus n°400 (15 min de trajet). Ce même bus prend se prendre depuis le centre ville de Nice (comptez alors 1h de trajet).

A suivre ….

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Lors de mon grand week end sur la Côte d’Azur, j’ai découvert une adresse au coeur de Nice, Joya Life Store, qui donne envie de dire environ toutes les deux secondes « mais que c’est joli ! ». C’est à la fois un restaurant, une boutique et un espace de travail collaboratif.

Les espaces « hybrides » sont, il me semble, de plus en plus nombreux. A Lyon je pense à Torü (une adresse à la Croix Rousse où l’on peut déjeuner, prendre un thé à n’importe quelle heure de la journée ou acheter du thé en vrac), mais aussi au Luminarium (un salon de thé où l’on peut aussi acheter des luminaires fabriqués sur place par le gérant et des objets de créateurs et d’artisans) ou bien encore à l’Effet Canopée ( boutique, salon de thé et à l’étage une salle qui accueille des ateliers).

Je me suis toujours demandée comment un salon de thé seul pouvait être rentable, c’est peut être un début de réponse ou une façon plus pertinente de « maximiser » un même espace, tout en mixant les publics et en s’ouvrant à d’autres univers.

brunch

brunch-2

brunch-10

Joya Life Store a sélectionné au rez de chaussée comme  à l’étage du mobilier (dont l’étagère sans vis de Stéphanie Marin parfaite pour la non bricoleuse que je suis), de la vaisselle (dont les jolies assiettes accrochées au mur près de l’entrée), des luminaires (je voyais très bien dans mon salon celui sur la photo ci dessous…bon d’accord cela aurait pris un peu de place dans la valise), des objets à s’offrir ou à offrir.

brunch-19

brunch-9

 A l’étage se trouve l’espace très agréable dédié au co-working avec également des bureaux fermés qui accueillent des créateurs et l’agence de communication « La langue du Caméléon ».

brunch-16

brunch-18

brunch-15

brunch-17

L’autre bonne idée de cette adresse est d’avoir aménagé un espace en bas pour les enfants avec des jeux, un coin « dessins animés ». Ainsi les parents peuvent profiter tranquillement de leur déjeuner sans stresser si les enfants en ont marre de rester à table.

brunch-3

brunch-13

brunch-12

L’heure du brunch

Le week-end, Joya Restaurant propose un brunch de 11h à 16h. Entre les viennoiseries, les pâtisseries, les crêpes (et ses toppings régressifs) et la fontaine de chocolat, le bec sucré que je suis avait les yeux qui pétillent ( je vous rassure il y a aussi des salades, des œufs brouillés, des plats façon wok, du fromage pour le côté salé).

brunch-8

brunch-7

brunch-5

brunch-6

brunch-205 fruits et légumes …si si la brochette de fruits frais sous le chocolat

Côté boissons, je vous conseille vivement de tester leurs jus de fruits et légumes pressés, j’en ai goûté deux et ils étaient vraiment excellents ! Quand à la tarte chocolat passion que vous apercevez, j’aurais bien piqué la recette.

Adresse gourmande
Joya Restaurant

1 place du Pin
Nice

Direction le MAMAC à Nice

A quelques pas de là, se trouve le MAMAC de Nice, aux grandes salles baignées de lumière faisant la part belle aux objets, au Pop’Art et au Nouveau Réalisme. J’ai découvert au MAMAC (musée d’art moderne et d’art contemportain de Nice), l’installation « la cambra de Ben » mais aussi un versant de l’œuvre de Nikki de Saint Phalle que je ne connaissais pas. Je n’avais vu jusqu’à présent de cette artiste que ses femmes girondes et colorées et la fontaine sculpture Stravinsky à Beaubourg. Le musée qui a reçu en 2001 une exceptionnelle donation de 190 pièces (dont le monstre du Loch Ness exposé sur le parvis du musée) présente des œuvres beaucoup plus sombres de l’artiste liées à son enfance.

musee

musee-bis

musee-3

musee-nice

musee-nice-2

En parallèle aux collections permanentes, le MAMAC accueille jusqu’au 8 janvier 2017 une exposition rétrospective consacrée à Ernest Pignon-Ernest, artiste très engagé et considéré comme le précurseur de l’art urbain. J’ai été particulièrement frappée par la force de ses portraits et par la puissance de son travail sur la prison de Saint Paul à Lyon ( photographie de bouteilles remplies de messages par les prisonniers,  linceuls au drapé si parfait ). 

musee-nice-3

musee-nice-6

musee-nice-4

musee-nice-5

Si vous prévoyez un week-end culturel à Nice, sachez qu’il existe un ticket individuel  48h qui ne coûte que 10€ et qui vous donne accès, pendant 48 heures à l’ensemble de musées et galeries municipaux dont le MAMAC, le Théâtre de la Photographie et de l’Image, le Musée Matisse, le Musée des Beaux-Arts, le Musée d’Art Naïf, le Musée Masséna, le Palais Lascaris (je me suis arrêtée devant l’entrée, le lieu a l’air vraiment à voir), le Musée d’Archéologie (site de Cimiez et site de Terra Amata), le Muséum d’Histoire Naturelle, le Prieuré du vieux logis….48h ne suffiront pas !

A suivre …

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Il y a le ciel, le soleil et la mer mais aussi le quartier si typique du Vieux Nice, les assiettes gorgées de méditerranée , de la couleur partout, des collines et des montagnes au loin, des places immenses, des joggers sur la promenade des Anglais et des amoureux sur la plage, les fameuses chaises bleues, des musées aux quatre coins de la ville et une empreinte italienne. C’est un peu tout cela que j’aime à Nice et en particulier :

Les ruelles du Vieux Nice

 Ruelles étroites, linges aux fenêtres, système d’aération extérieur, façades colorées, pour découvrir le Vieux Nice, il faut ranger son plan et accepter de marcher au hasard, accepter de se perdre, de repasser au même endroit. Peu importe qu’on ait l’impression d’être à Bastia, à Naples, en tous cas on est ailleurs.

nice-41

nice-42

nice-45

nice-46

nice-47

nice-53

La promenade du Paillon

La dernière fois que je suis venue à Nice, la promenade du Paillon n’existait pas. Ce nouveau parc urbain, qui permet à la vieille ville et à la ville du XIXème siècle de se faire face, a vu le jour en Octobre 2013 et s’étend sur 12 hectares du théâtre national de Nice jusqu’à la mer. Entre les palmiers, les reflets du soleil et de la végétation dans l’eau,  la couleur ocre des bâtiments qui bordent ce bandeau, le ciel bleu et les collines au loin, ce lieu de promenade est plus qu’agréable.

Aux miroirs d’eau succède une immense aire de jeux sur le thème marin (baleine, dauphin, pieuvre, tortue) avec des constructions en bois. Je pense être capable d’écrire un manuel spécial excuses parentales pour ne pas aller au square tant j’ai toujours eu cette activité -très prisée des enfants- en horreur (au début, naïve, j’emportais un livre mais j’ai vite compris que l’enfant exige que non seulement tu t’ennuies sur ton banc mais qu’en plus tu le regardes inlassablement) mais il faut bien avouer qu’ici le décor aurait pu peser sérieusement en leur faveur.

nice-21

nice-22

nice-23

nice-24

nice-25

nice-26

nice-27

nice-28

nice-29

nice-30

Ses grandes et petites places

J’ai une question très sérieuse à propos des grandes places dans une ville et je n’ai pas assez voyagé pour pouvoir y répondre moi même. Le nombre de places présent dans une ville est il proportionnel aux jours de beau temps ? Je me souviens avoir été frappée par la récurrence de ces grandes places à Venise comme à Rome. Quoi de plus agréable quand il fait soleil quasiment toute l’année de prendre un café en terrasse tôt le matin ou de trinquer à l’heure de l’apéritif ? Lors d’un précédent séjour niçois, je n’avais d’ailleurs pas pris de petit déjeuner à l’hôtel pour m’offrir le plaisir d’un café croissant sur la place Garibaldi.

J’aime autant l’impressionnante place Masséna avec sa perspective sur la Fontaine du Soleil, ses façades quasi rouges, ses volets verts et ses arcades qui me rappellent Turin que la place Rosetti dans le Vieux Nice.

nice-20

nice-19

nice-18

nice-35

Ses points de vue entre mer et montagnes

Colline du château, colline de Cimiez, Nice n’est pas une ville plate et il suffit de grimper un peu pour jouir de beaux panoramas sur les paysages environnants mêlant montagnes et mer. Je vous conseille également d’aller prendre un verre sur le toit de l’hôtel Mercure Nice Centre Notre Dame, la vue y est assez incroyable. Si vous aimez prendre de la hauteur, ne ratez pas les passerelles au dernier étage du Musée d’Art Moderne et d’Art Contemporain, elles offrent une vision à 360° sur Nice.

nice-34

nice-33

nice-36

nice-37

Enfin même si vous avez raté l’heure du dernier ascenseur du château (17h30 si mes souvenirs sont bons, on est donc arrivé avec Amélie, Denis, Capucine et Thibaud à 17h32)) et que vous êtes fatigués après vous êtes baladés toute la journée, montez à pied. Une fois en haut, quand le soleil glisse doucement dans la mer et que la promenade des anglais illuminée se déroule à vos pieds, l’instant est magique.

nice-62

Sa lumière sur le Cours Saleya et sur la promenade des anglais

A chaque lieu, sa lumière. Celle éclatante de Nice aux heures les plus chaudes de la journée puis différente en fin d’après midi m’a frappé. Ce n’est pas un hasard si de Marc Chagall à Henri Matisse en passant par Modigliani ou César, de nombreux artistes ont été séduits par cette ville. Sur le cours Saleya sans marchants puis sur la plage de galets, cette lumière nimbait de rose le ciel alors qu’au loin les lumières du Negresco scintillaient.

nice-54

nice-55

nice-56

nice-59

nice-61

nice-57

nice-60

Ses marchés et ses spécialités

Pour prendre le pouls d’un endroit, pour essayer d’en palper l’atmosphère, pour s’immerger, il n’y a rien de mieux que de se rendre le matin sur les marchés. Je connaissais celui du cours Saleya qui est un marché de fruits et légumes mais aussi un très beau marché de fleurs mais j’ai découvert celui du quartier Libération. Hormis sa palette de couleurs et le fait qu’il est un condensé des produits méditerranéens qu’on retrouve dans la cuisine niçoise, il propose un marché aux poissons et offre un certain dépaysement (non sur mon marché je n’ai pas des rangées infinies de kakis et pas de chayottes).

nice-14

nice-4

nice-15

nice

nice-16

nice-7

nice-8

Les bretons mangent bien une galette saucisse en faisant leur marché, pourquoi ne pourrait ton pas faire pareil à Nice avec le pan bagnat (qui signifie littéralement pain mouillé), ce pain rond blanc et dont la garniture n’est autre que la même que dans une salade niçoise ?

nice-10le pan bagnat du kiosque Tintin

Une autre spécialité de Nice incontournable mais que je n’avais jusqu’alors pas goûté est la fameuse socca, une galette à base de farine de pois chiches. Après avoir été cuite sur un immense poêlon, une part est découpée, repliée comme une crêpe et se déguste telle qu’elle. C’est croustillant et bon (et bien entendu j’ai mis dans un coin de ma tête, l’idée d’en refaire à la maison). La socca a même été déclinée en chips que je gouterai à mon prochain séjour.

nice-13La Socca du Tram, à déguster chaude en marchant

nice-11

Parmi les spécialités niçoises, on trouve également les petits farcis (je ne connaissais ni la version sardines ni le fait d’incorporer des blettes dans la farce), la pissaladière, la soupe au pistou, la tourte  aux blettes version salée et version sucrée (j’en ai goûté et j’ai trouvé cela surprenant mais bon ).

Je ne connaissais pas du tout les panisses, encore à base de farine de pois chiches, servies en forme de frites et dont le goût est assez proche de celui de la polenta.

J’ai dégusté ces spécialités mais également un plat italien (j’ai choisi la merda del can, malgré le nom peu engageant c’était délicieux), au restaurant Lu Fra Calin (qui a le label « cuisine nissarde » attribué aux restaurateurs qui œuvrent, entre autres, à la valorisation de la cuisine niçoise en s’engageant sur le respect des recettes, la qualité des produits et des matières premières utilisées ) et je me suis régalée.

nice-38

nice-39

nice-44

nice-43

nice-40

Cette fois, j’ai seulement pris quelques photos  dans la boutique du chocolatier pâtissier Pascal Lac mais avec la ferme intention de revenir goûter quelques unes de ses pâtisseries.

nice-50

nice-51

nice-52

A suivre…

Se rendre à Nice depuis Lyon

2 vols quotidiens avec Hop (avec un vue incroyable sur la baie des anges à l’atterrissage)
4h20 en train ( quand le TGV longe la mer, impossible de regarder ailleurs que par la fenêtre)

Merci à l’Office du Tourisme de la Côte d’Azur pour son accueil et à Caterina qui a su si bien nous transmettre son amour pour Nice !

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Pin It