Tag

corse

Browsing

Une nuit sur un ferry direction Bastia

Passer la nuit sur un ferry, voilà comment à commencer mon séjour en Corse, après seulement 3h de TGV pour rejoindre Toulon. J’avoue que j’étais moyennement rassurée quant à l’état potentiel de la mer. J’avais d’ailleurs emporté des médicaments pour le mal de transport avec l’idée de m’assommer en cas de mer démontée (optimiste en somme).

Quand j’ai aperçu le ferry jaune et blanc de loin, énorme avec sa soute à voitures grande ouverte telles deux énormes bouches, je me suis dit qu’un tel engin ne pouvait pas bouger. C’était sans compter sur les mots du commandant, croisé au moment de l’embarquement et qui nous annonça quelques remous aux abords de Bastia.

Gloups ! trop tard j’avais déjà un pied sur le ferry et l’envie de découvrir cette île tant vantée était plus forte que le reste …

 En m’éloignant du quai et en prenant l’escalator menant au pont 5 du ferry, j’avais l’impression d’être dans un épisode de la Croisière s’amuse (les uniformes du personnel y étaient pour quelque chose)… j’étais curieuse de découvrir à quoi ressemblait une cabine de ferry.

 On ouvre la porte ? (un peu déçue de ne pas avoir eu la 6017)

Un petit conseil si l’idée de toute cette eau sous toi ne t’enchante pas plus que cela, évite d’ouvrir les rideaux et de regarder en bas par la fenêtre …je le sais je n’ai pas pu m’en empêcher )

Après avoir dit adieu à ma famille au téléphone (le syndrôme Titanic sans doute), direction le bar du ferry ( les couloirs ont la nette tendance à tous se ressembler soit tu as un très bon sens de l’orientation soit tu te déplaces en groupe..j’ai opté pour cette seconde solution ) pour l’apéritif  :

Attention plusieurs indices corses se cachent dans les photos qui suivent à toi de les retrouver :

Comme tu peux le constater, dès le début du séjour, l’assiette était gourmande et malgré la crainte de ne pas résister au roulis de la mer, j’ai finis mon dessert )

Puis tout le monde regagna sa cabine (la team Sue Ellen n’en était qu’à ses balbutiements), l’heure de rendez-vous le lendemain matin étant à 6h15. Cela dit, le matin tirer ses rideaux pour découvrir un ciel rosé bordant la mer ça vaut le coup de mettre son réveil de bonne heure.

La nuit avait été calme, une fois couchée je me suis sentie bercée et me suis vite endormie. Après une douche un peu étrange quand le sol tangue, je suis sortie sur le pont pour voir les côtes de la Corse s’approcher.

Nous avons eu ensuite la chance de visiter la salle des machines alors que le soleil se levait peu à peu …

Devine les mètres d’eau qu’il y a sous mes pieds….brrr

Le premier visage de la Corse s’est dessiné peu à peu à travers la vitre alors que le commandant garait son ferry accostait avec l’aide d’un capitaine du port de Bastia qui, peu de temps avant l’arrivée, monte à bord pour aider à la manoeuvre…visiblement le moment du créneau est toujours un peu délicat, il faut calculer le nombre de mètres (le commandant se repère aussi aux lampadaires sur le quai !).

Quelques instants plus tard, nous avions tous un pied sur le sol Corse….

Un grand merci à Corsica Ferries pour cette nuit insolite ! et à tous ceux sans qui ce séjour n’aurait pas été possible ni aussi magique (Jean-Christophe, Jean-Michel, Sylvie, Pierre, Marie, François, Jean-Marie et ceux dont je vous parlerai au fur et à mesure du voyage)

Tu l’as compris je n’étais pas seule sur le ferry : Gazelle, Shalima, Camille d’Essayage, Jeff, JulyCocoon, HelloValentine, 100Driine, Benjamin, Marcia, Marie-Laure, Sandra et notre nounou aux petits soins et toujours présent Emmanuel de l’agence Eluère étaient du voyage.

 Dans le prochain billet, je t’emmène à Bastia, tu me suis ?

Un pied sur l’île de beauté

A l’heure où tu lis ces lignes, normalement, si tout va bien, je devrais avoir accosté sur ce petit bout de terre qui mêle si bien mer et montagne.

Je serai peut-être encore à bord du bateau, un café à la main, le port de Bastia dans mon champ de vision, prête à découvrir, en compagnie de 11 autres blogueurs (un seul homme mais cela suffit pour écrire blogueurs et pas blogueuses), les richesses et les merveilles de la Corse.

Au programme visite des plus beaux coin, gastronomie corse, balade en raquettes, spa, chants corses..bref immersion totale pendant 3 jours !

Vais-je me ridiculiser lors de la randonnée? vais-je aimer les oursins? ramènerai-je un disque de polyphonie corse ?

Tout, tout, tout, tu seras tout dès mon retour et d’ici là j’enverrai peut-être, si mon Blackberry est coopératif,  quelques instantanés corses sur twitter ou facebook.

Et toi, la Corse tu connais ?

Mama corsica (glop/pas glop)

Pendant que tu reprenais le boulot, transpirais dans les transports en commun, essuyais les larmes du petit dernier qui ne voulait pas rester à l’école, je me prélassais délicieusement en Corse, pas loin d’Ajaccio (et cette année vu mon programme cela ressemble fort à ma vision de la paresse, Sandra)…résumé :

Glop :  J’ai été subjuguée par la beauté du cadre dans lequel j’ai passé une semaine de vacances…côté pile la montagne, côté face la mer transparente et le mariage des deux est juste à couper le souffle

Pas glop :  Partir sur l’île de beauté et ne faire aucune excursion, c’est un peu stupide, non? sauf qu’avec une enfant de 11 mois et un garçon de 4 ans qui est malade au moindre virage, bizarrement cela ne m’a pas tenté…je ne vais donc pas t’inonder de photos cette fois-ci…et puis  cela me fait une excuse pour y retourner en amoureux et visiter vraiment cette région magnifique

Glop : l’avantage c’est que je me suis retrouvée souvent toute seule dans la piscine pour quelques longueurs …idem pour la plage, seule dans une mer à 26° avec comme uniques compagnons des petits poissons ça se rapproche du paradis

Pas glop : les contacts avec l’autochtone ont été peu concluants, les commerçants étant aussi sympathiques que des gardiens de prison…le corse s’apprivoise-t-il? n’aime-t-il pas le touriste et/ou le métropolitain? le corse est-il ouvert? je m’interroge…


du chocolat

un carré de sucre avec l’emblème corse


si tu n’as pas compris que le miel vient de Corse,
c’est que tu y mets beaucoup de mauvaise volonté

Glop ou Pas glop ?: en même temps quand on voit la façon dont ils mettent en avant leur identité, on a déjà une partie de la réponse

Glop  : l’insulte suprême visiblement là-bas c’est « fais pas ton parisien », sous-entendu sois pas pressé…on pourrait leur retourner l’argument « fais pas ton corse » sous-entendu, bouge toi un peu mais quand on voit leur cadre de vie, on se dit aussi  qu’il serait dommage de courir

Glop : fiadone, charcuterie et fromages corse, veau à la corse servi avec une polenta à tomber par terre, filet de loup à la tapenade et au thym frais, bisque de crevette, gratinade de courgettes et de tomates, beignets au brocciu… côté gastronomie, il n’y a pas à dire les corses assurent

Pas glop : assistant à un concert de polyphonies corses, je me suis demandée si la main sur l’oreille c’était pour le folklore ou pas…les gars entre deux chants affichaient une mine de six pieds de long comme Yves Mourousi du temps où il présentait le journal du 13h…les corses, un peuple martyr?

Glop : je pensais bêtement que les paillotes ressemblaient un peu à la maison de paille d’un des trois petits cochons mais pas du tout ce sont des vrais restos en bord de mer où il est plus qu’agréable de s’attabler…

Pas glop : encore que la présence de Miss Zen transformée en Miss Ronchon quasiment pendant tout le séjour, suite à une poussée dentaire, de la fièvre et une bronchite a un peu gâté l’ambiance (elle pourrait pas être malade en silence?))

Pas glop : quand j’ai vu arriver le médecin, j’ai cru que c’était le plombier…bourru et taciturne, il a fait pleurer Miss Zen du début à la fin de l’examen , elle qui ne moufte jamais lors des visites chez la pédiatre

Pas glop : dans ces cas là, loin d’être une mère dont on loue la patience à toute épreuve, j’ai plutôt tendance à penser intérieurement « pourquoi ai-je fait des enfants? étais-je vraiment faite pour? »…devant ma mine un brin exaspérée, une maman m’a suggéré de faire comme elle, payer les vacances à la nounou et l’emporter en Corse…ben voyons )

Glop : le fiston s’est trouvée une petite copine plus belle selon lui que le coucher de soleil sur la plage (et pourtant boire une sangria dans ce cadre ça efface tous les soucis)…mais c’est encore à moi qu’il a offert les fleurs honteusement coupées dans les espaces communs )

Voilà j’espère que mon appartement ne va pas être plastiqué suite à ce billet…demain toutes les participations en ligne du concours Laissez parler vos petits carnets et le nom de la gagnante après tirage au sort !

Mama corsica

Après l’Italie et la grosse pomme, aujourd’hui retour en France dont je connais bien certains coins et très peu d’autres (Jean-Pierre Pernault sort de ce corps)…c’est en Corse que j’aimerais m’envoler … ma seule expérience corse est gustative, un restaurant parisien dans le Marais qui servait du capri fondant et délicieux (pourtant je ne suis pas très portée sur la viande) et un millefeuilles de crêpes aux marrons à tomber de sa chaise.

Tu as bouclé ta ceinture? alors c’est parti…



Voir les falaises de Bonifacio (en écoutant I Muvrini?)



Rester bouche bée à Girolota



Me promener sur la plage de Santa Julia à Porto Vecchio



Paresser en terrasse à Ajaccio



Et en plus, il parait qu’on y mange bien

Suite de la ballade demain…

Et toi, as-tu déjà mis les pieds en Corse?

Edit 1 : qui sait de qui est le titre de ce billet (sans regarder dans google bien-sûr) ? attention c’est du lourd!

Pin It