Tag

contraception

Browsing

Quelle idée d’habiter au pied d’une pharmacie? plusieurs fois par semaine, je passe à pied accompagnée du chérubin devant le distributeur de préservatifs et à chaque fois il me demande (comme pour voir si cette fois je vais ENFIN dire la vérité) :

Lui « Maman c’est quoi ça contre le mur?  »

Moi, la mère menteuse  » C’est une machine qui distribue…des médicaments »

Lui, le fils qui me teste «  des médicaments pour papa? »

Devant cette déduction, j’ai eu l’espace d’une seconde un moment de doute : son père est infidèle et il lui raconte tous les détails ! …puis je me suis rappelée que l’homme ne se déplace jamais sans son minimum vital médicamenteux et qu’il sème régulièrement sur son passage, des dolipranes, des spasfons, des sachets de smecta, etc…

Moi, la mère qui noie l’affaire  » pas que pour papa, pour les gens quand la pharmacie est fermée…oh regarde le chat/ le chien/ le sachet de bonbons dans la main de la petite fille/ le feu passe au vert/ « 

Comment on ne fait pas les bébés, maman?

Quand j’ai commencé à inscrire au planning de mes réjouissances annuelles le rendez-vous chez le gynécologue, mon choix s’est tourné vers une femme. L’idée de se retrouver écartelée sur un fauteuil avec quelqu’un qui joue au spéléologue avec ton anatomie ne va déjà pas forcément de soi alors en cas de pudeur (mal placée peut-être mais ça ne se commande pas) autant ne pas en rajouter une couche en découvrant que  celui que tu ne connaissais pas il y a 2 minutes et qui a maintenant la tête entre tes jambes  ressemble étrangement à Olivier Sitruk.

Ma gynéco n’est pas parfaite. Elle a souvent du retard. Je me retrouve alors  à feuilleter des vieux  Elle d’il y a deux ans avec autant de conviction que s’il s’agissait d’un livret « Dieu peut changer ta vie » distribué par les témoins de Jéhovah. Au bout de 20 minutes  d’attente, et alors que j’élabore dans ma tête toutes les excuses les plus invraisemblables pour m’enfuir, le visage de ma gynéco apparait dans l’encadrement de la porte, elle  prononce mon nom et je la suis avec autant d’entrain que si elle me conduisais à l’abattoir. Comme je suis aussi douée pour cacher mon anxiété que pour parler le mandarin, ma gynéco s’adresse à moi avec douceur,  un peu comme si  j’étais malade. Elle me demande toujours de me relaxer avant le début de l’examen ou me raconte ses vacances pour tenter de détourner mon attention (mais je suis pas  dupe,  je l’ai vu s’équiper de sa petite lampe frontale et de ses  gants).

Enceinte, les choses empirent  carrément. A toi l’échographie endo-vaginale en cas de pépin ou de grossesse trop précoce…les touchers vaginaux n’ont plus de secret pour toi, ils sont plus fréquents que tes rendez-vous chez le coiffeur.

Et puis au bout du 6ème mois, ma gynéco (n’étant pas obstétricienne) m’a lâchement abandonné  pour les consultations de la maternité. C’est là qu’une de mes idées reçues s’est écroulée : les gynécologues hommes ne sont pas forcément plus doux !

C’est toujours ce que j’ai cru ou entendu autour de moi, jusqu’à ce que je rencontre le Dr C., la cinquantaine bien tassée, plutôt sympathique au demeurant mais aussi délicat que s’il était maçon et qu’il actionnait une bétonnière. La première fois j’ai eu de la chance, il s’est contenté de superviser la visite effectuée par une sage-femme élève. La fois suivante, je me suis dit qu’il était fatigué, déconcentré. La dernière fois (et ultime fois heureusement), je me suis demandée s’il avait perdu son alliance et s’il n’étais pas  en train de la chercher…serrant les dents, j’ai eu une pensée pour  Mister Bean en train de farcir une dinde pour Noël puis fouillant à l’intérieur pour récupérer sa montre….on s’accroche à ce qu’on peut dans ces cas-là.

Et toi, ton gynéco ou la personne qui s’occupe de ta contraception c’est un homme ou une femme?

Pin It