Tag

complexe

Browsing

15° degrés ce week-end à Lyon et voilà que je serais prête à déclarer officiellement l’arrivée du printemps mais c’est surtout le prétexte pour vous raconter que comme chaque année, les magazines féminins vont bientôt sortir leur numéro spécial maigrir …et qu’il y a fort à parier que je vais les acheter. Les régimes à l’intérieur sont souvent du grand n’importe quoi, c’est le prétexte du plus grand placement produit de l’année mais je ne peux pas m’empêcher de les lire. On ne sait jamais, au cas où on aurait invité la pilule miracle qui permette de manger des pâtisseries quand on veut sans les poignées d’amour et les kilos en trop en prime et que j’aurais raté cette info essentielle. Ça tient du réflexe de Pavlov je crois, un peu comme lorsque je ne peux pas m’empêcher de lire mon horoscope alors qu’il est idiot de penser que toutes les vierges de la planète peuvent avoir les mêmes soucis, les mêmes questionnements, le même caractère… c’est ma part d’irrationnel.

Bref tout ça pour vous dire que lundi j’ai acheté Femme actuelle parce qu’il y avait en couverture un dossier « Je veux de jolies jambes« . Bien entendu la nana illustrant ce sujet brûlant possède des jambes absolument parfaites d’1m80 donc n’est pas concernée, le message étant plutôt »lis ce magazine couillonne de consommatrice et toi aussi tu auras les jambes de Julie Roberts dans Pretty Woman » (vous vous souvenez ? en fait il ne s’agissait pas des jambes de l’actrice mais de celles d’une mannequin)…et ça marche avec celles qui complexent sur leurs jambes comme moi. Alors quoi de neuf au rayon de la rétention d’eau, de la peau d’orange et autres joyeusetés qui jamais ne seront le lot des tracas masculins ? Pas grand chose de révolutionnaire si ce n’est que les choses qui, à mon avis, marchent vraiment demandent un budget (cellu M6, séances d’acupuncture, cure de thalasso) que la plupart d’entre nous n’avons pas …sinon on aurait toutes un coach sportif et un cuisinier diététicien à domicile et on ressemblerait toutes à des déesses.

De mon côté, je vais continuer à surélever mon matelas, faire des cures de marronnier et de vigne rouge,  bouger avec mes cours de danse et de zumba, marcher autant que je peux, ne plus goûter tout ce ce que je prépare (j’ai une grande confiance en mes goûteurs officiels que j’assomme avec mes questions à chaque fois qu’ils croquent dans un de mes desserts), arrêter le grignotage (on y croit, on y croit…tout ce que vous montre sur Instagram je ne le mange pas hein )) et tester en avant première le gel minceur PHYT’S (certifié bio et 100% d’origine naturelle) à la caféine et à l’huile de poivre rose (j’ai commencé ce week-end, je ferai un bilan dans 28 jours) :

cookies 043

Le plus intéressant finalement dans ce magazine n’est pas le dossier jambes sublimes mais l’interview d’Agnès Jaoui (une actrice que j’aime beaucoup) qui confie que vieillir elle trouve ça « épouvantable, d’une violence folle, surtout pour une femme ». Il est plutôt de bon ton de dire que vieillir c’est génial (en tous cas c’est le discours dominant sur les blogs) c’est peut-être vrai si on est totalement détachée du regard des autres mais moi je suis comme Agnès Jaoui « vieillir ça me fait chier ».

J’aurais 20 ans de moins, je n’aurais pas entendu le médecin que j’ai fini par aller voir, mes douleurs à la main ne passant pas toutes seules, qu’il pouvait s’agir d’une arthrose du pouce (je vous laisse imaginer ma tête à ce moment précis)…ok c’est l’hypothèse la moins optimiste. Il s’agit plus probablement d’une simple tendinite que j’espère soigner rapidement en rectifiant mes postures devant l’écran (merci Sophie) et des anti-inflammatoires. Et le médecin d’insister sur mon prochain changement de dizaine.

20150224_121915

Un coup à manger du chocolat ( et du bon de préférence comme celui de Jean-Paul Hévin ci dessus pour Ma‘) ce genre de réflexion :- ) J’avais envie de lui répondre que j’avais 15 ans dans ma tête et que j’espérais les conserver encore longtemps.

Je vous laisse avec une chanson de Jeanne Cherhal qui est peut-être du signe astrologique vierge vu tous les points communs qu’on a :- ) …et je vous souhaite une bonne semaine !

Alors on va tout de suite dissiper les doutes, au cas où quelques unes se diraient que j’écris des articles sur les jambes moches alors que les miennes ne le sont pas, celles sur la photo ne m’appartiennent pas. Quelques petits indices pouvaient vous mettre la puce à l’oreille. A part en trichant avec de l’autobrozant, je ne serai jamais bronzée comme ça même après deux mois à faire la crêpe à Ibiza pour la simple et bonne raison que j’ai une peau de rousse (mais sans la chevelure flamboyante, Dame Nature toujours et encore). D’ailleurs je me suis pris un petit coup de soleil malgré la crème solaire fort indice. L’autre invraisemblance est le cocktail à la main : à la piscine municipale, les boissons se prennent à la buvette et puis le plan détente totale avec des enfants mieux vaut oublier …au moins pour quelques années (on laisse donc les livres et magazines à la maison, ça sera toujours cela de moins à porter).

Je ne sais pas comment vous vivez les sorties à la piscine municipale mais quand on est complexée, c’est le genre de choses pour lesquelles il faut prendre sur soi. Cela dit, avec la maturité dirons-nous (Thomas si tu lis ces lignes, tu vois je n’ai pas dit vieille )), je vis ces épisodes avec plus de décontraction …sauf lorsque je mets mon maillot à l’envers (sur l’échelle de la honte, un bon 9 sur 10).

D’abord j’ai arrêté la technique dite de la serviette ou du tee-shirt ample et long sensé camoufler un maximum. Allez ne me dites pas que vous ne vous êtes jamais enroulé dans votre serviette de bain, la posant la plus près possible du bord avant de vous précipiter à l’eau ? L’ennui c’est qu’avec le recul je crois que cela avait exactement l’effet inverse parce qu’on ne passe pas particulièrement inaperçu à vouloir marcher de manière à ce qu’elle ne tombe surtout pas.

Bon j’évite quand même le maillot deux pièces …c’est déjà assez compliqué comme ça de marcher naturellement sur le carrelage glissant des vestiaires sur lequel on n’a pas le droit de garder des chaussures ou sur le revêtement qui fait mal aux pieds avant de rejoindre la pelouse…. si en plus il faut penser à rentrer le ventre : )

Ensuite il suffit de regarder deux secondes autour de soi pour voir que le monde n’est peuplé que de bombasses sur les chaînes de clip à la télé et qu’elles intéressent surtout les maitres nageurs (bon ok ils n’ont jamais éveillé le moindre intérêt chez moi ….faudrait qu’ils me prouvent qu’ils ont de la conversation et de l’humour : ).

J’étais assise dans l’eau comme sur la photo mais sans le cocktail, limite décontractée, quand un papa a commencé à m’aborder (drague à la pataugeoire, ça envoie du rêve hein ?). Bon en vrai j’ai vu le gars en question enchaîner une autre nana 10 minutes plus tard (et quand un homme aborde tout ce qui a des seins autour de lui, c’est tout de suite beaucoup moins flatteur) mais ça m’a changé de ma période camouflage.

Lors de cette sortie piscine, je suis restée en grande partie dans l’eau mais même quand j’étais dehors, je n’ai pas eu particulièrement envie de me cacher derrière les frites en mousse (par contre je garde toujours mes lunettes de soleil, je me sens comme « protégée » avec …va comprendre). Bref de « peut mieux faire », je suis passée à « en progrès  » : )

crédit photo : We heart it

 

C’est probablement has been de parler de ses requêtes google en 2014 (en tous cas je ne vois plus de blog qui le fasse) mais je m’amuse régulièrement à regarder par quels mots clefs les gens arrivent sur mon blog et si certaines recherches n’ont rien de folichon (beaucoup de demandes de recettes), d’autres sont plus surprenantes.

Est ce l’été, les hormones mais les demandes concernant André Agassi (qui est quand même aujourd’hui très très loin physiquement du joueur de tennis aux cheveux longs et tenues flashy qui exaspéraient les commentateurs de Roland Garros mais que je supportais au point d’avoir un poster de lui dans ma chambre d’ado) ou Jon Kortajarena (dans un moment d’égarement, j’ai du en parler un jour ici) sont en augmentation, celles concernant les activités à Lausanne et les voyages organisés dans l’Ouest américain connaissent un grand succès (je suis d’ailleurs prête à me dévouer pour approfondir la question si un gentil organisateur passe par là ) mais les requêtes  qui reviennent le plus régulièrement concernent les jambes !

 « Quel habit pour gros mollets » (un truc long, très long )

« chaussures qui affinent les chevilles » (évitez tout qui est plat si j’ai bien suivi les conseils de Cristina Cordula, le souci étant de supporter et savoir marcher avec des talons)

« chevilles épaisses« 

« gros mollets quelle jupe ? » (on a de la chance cet été les jupes et les robes longues sont de retour)

« jambes poteau » (ça sent la coupe du monde)

« j’ai de grosses cuisses » …il semblerait que je sois devenue LA spécialiste des jambes moches.

Il est vrai que j’ai déjà évoqué ici les mollets qui ne rentrent pas dans les bottes cavalières, les genoux replets et le cellu M6 et que si, une bonne fée apparaissait maintenant en me demandant ce que j’aimerais changer en priorité dans mon physique, je répondrais les jambes en intégralité. Si j’ajoute que dès que le thermomètre dépasse les 27°, je passerais volontiers les journées sous le jet d’eau froide de la douche ou les pieds en l’air contre un mur, frappée du syndrome dite des « jambes lourdes », vous comprendrez que je maîtrise assez bien le sujet.

Face à la détresse des complexées de la jambe, l’idée de créer une page Facebook (pour le titre, j’hésite encore entre S.O.S gambettes et Je n’aime pas mes jambes mais je me soigne …je fais appel à votre imagination pour tout autre proposition) m’a effleuré l’esprit. On lancerait des défis comme on en voit fleurir sur la toile « des mollets de coq en un mois », « des cuisses fuselées en 3 semaines » , on se raconterait notre quotidien de porteuse de jambes rondes façon VDM, on se moquerait des conseils des magazines féminins « mettez en valeur vos atouts, misez tout sur le décolleté ».

J’ai pensé aussi à un blog qui s’appelerait Big legs avec les conseils d’une personal shopper qui ne mettrait que du 36 mais qui toutes les semaines, looks à l’appui, apprendrait à nous les malheureuses de la guibole, comment s’habiller pour affiner nos genoux, nos mollets, nos chevilles. J’aurais un partenariat avec une marque très connue de chaussures en ligne avec des sélections « curve ». Il y aurait une rubrique Miracle ou arnaque ? avec les crèmes, exercices, méthodes testées et des témoignages « j’ai des gros mollets mais je suis heureuse ».

Bref vous qui, un jour, dans un moment de détresse, avez tapé dans la barre de recherche google « jambes pas belles » dans l’espoir peut-être de trouver LA réponse, je crains de ne pas l’avoir mais sachez que vous êtes loin d’être seules alors ne faites pas comme moi, assumez vous, c’est bien plus reposant : )

 (crédit photo : We heart it )

complexée des jambes

Je suis plus proche des 40 ans que des 30 (mais dans le descriptif je mets toujours que j’ai la trentaine, c’est psychologique..ou une coquetterie) et je suis super complexée des jambes (non, non c’est pas Confessions intimes..à la fin du billet rien n’aura changé ). Il y a quelques jours j’ai vu passer la gambette box lancée par My little (à quand la néné box, là au moins j’ai du potentiel) avec de jolis collants, à pois, en couleurs, rayés, bref des produits parfaits par les filles avec des jolies jambes ou au moins potables et ce complexe que j’essaie d’oublier est ressurgi de sa boîte.

Ah si vous saviez comme j’ai galéré pour trouver une illustration à cet article. J’allais quand même pas vous montrer mes mollets, rappelez vous je fais partie de celles qui ne rentrent pas dans la plupart toutes les des bottes proposées dans les magasins de chaussures (et qui revient de ces virées totalement déprimée). Sur we heart it, où j’ai finalement choisi sans grande conviction la photo d’adolescentes (probablement américaines en train de jouer à Justin a dit), toutes les filles ont des jambes fines, sublimes, fuselées ou juste normales. Aucun genou cagneux à l’horizon, aucune cheville pas gracieuse….en même temps c’est logique : on montre ce dont on est fière.

Je crois que j’ai toujours eu de vilaines jambes…même enfant. Je me souviens en cours de danse, j’ai très vite switché du classique au jazz et contemporain, en voyant mes mollets et ceux des autres gamines. Pas le physique de l’emploi comme on dit. Adolescente je n’ai pas le souvenir d’une seule robe ou jupe dans ma penderie.

En vieillissant l’envie d’être plus féminine (quoique cela se discute est ce qu’être féminine c’est forcément avoir les cheveux longs, des jupes ?) est plus insistante mais mon complexe m’arrête net. Je m’interdis beaucoup de choses : vous ne me verrez jamais en short, ni en bermuda, ni avec un vêtement arrivant au dessus du genou. Les sorties piscine, surtout si c’est avec des amis (bon en même temps j’ai peu d’amis qui ont une piscine) sont un calvaire pour moi, pas parce que je n’aime pas me glisser dans l’eau quand il fait 30° dehors mais parce que je sais qu’il va falloir montrer mes jambes.

Mes journées de la jupe se comptent sur le doigt d’une main. Le collant le plus opaque possible surtout, on ne sait jamais que cela me fasse gagner quelques centimètres. Puis vient la question de la chaussure : les ballerines je trouve ça super jolies et confortables mais avec des jambes normales, les boots ça casse encore plus le mollet épais, les talons hauts je ne sais pas marcher avec. Une fois dehors, ma paranoïa se met en route : j’ai l’impression que tout le monde regarde mes jambes avec effroi ….vite tendez moi un pantalon !

Côté modèles, j’ai repéré un paquet de chouettes robes sur monshowroom (et un code promo pour avoir 10 euros de réduction à la première commande sur  www.reduc.fr)  en particulier dans la boutique Vila mais je vous assure qu’il n’y a pas un seul modèle long. Je voulais mettre des photos mais on ne peut les enregistrer qu’en vignettes de minipouce alors si vous avez le courage de cliquer j’aime bien cette robe ou celle-là par exemple.

Ah c’est vrai j’ai pas parlé de sport, solution moins radicale que la chirurgie (en même temps je doute qu’on opère des mollets et des genoux). Je m’étais lancée avec enthousiasme dans la zumba, parce que c’était peu cher et assez ludique pour que je n’ai pas envie d’abandonner au premier coup de froid. Le cours n’existe plus (une sombre histoire de circulaire que seule la prof de mon quartier a l’air d’appliquer si j’en crois toutes les associations qui continuent de zumber). Il me reste la piscine avec des mini-palmes au pied…mais qui dit piscine, dit maillot de bain )

A défaut de changer de jambes, vous savez où on peut trouver des robes longues qui ne ressemblent pas à des tenues de soirée ou des jupes qu’on ne confond pas avec des double rideaux ?

Qui me jettera la première à la tête sa serviette de plage? Pas toi la fille complexée qui a usé et abusé de l’usage de la serviette, s’enroulant dedans pour le trajet vestiaire-gradins de la piscine municipale ou voiture-coin de sable ….le but étant de cacher 1) des jambes trop blanches 2) de la cellulite 3) des kilos en trop (réels ou pas).

L’opération consistant à rejoindre le bassin ou le bord de mer s’avère plus délicat…impossible d’abandonner sa serviette près de l’échelle ou sur le sable mouillé…alors au pas de course (mais sans courir parce que le gras quand on court ça ballote), il s’agit de rejoindre l’eau en oubliant tous les regards (imaginaires ou pas) braqués sur soi….

Jusqu’au jour où j’ai réalisé que l’emploi de la serviette de bain comme dissimule-corps ne faisait que focaliser l’attention sur les personnes qui souhaitaient avant tout passer le plus possible inaperçues….

Alors cette année boubou, tee-shirt, paréo, quelle est ta stratégie? (à moins que tu t’assumes)
 


Je sais vous attendiez votre rdv du vendredi matin avec une certaine impatience (si, si faites un effort, faites-moi plaisir)…aussi quelle ne fut pas votre déception, en trouvant le même billet que la veille.

Si je vous dis que j’ai préféré le moelleux de mon oreiller hier soir à la dureté de mon clavier, vous m’excusez?

Glop : Cette semaine, j’ai osé LA tenue féminine…ben oui maintenant que j’ai les bottes faites rien que pour moi, j’ai fait péter la petite robe en laine et le legging. Vu que je suis abonnée aux pantalons, mes yeux ont eu un temps d’adaptation par rapport à la longueur de la robe bien en dessus du genou. J’ai demandé 10 fois à l’homme si c’était pas trop court pour aller au boulot (lui « ben non à part si ton boulot c’est le couvent ») et puis j’ai décidé que malgré mes genoux cagneux, mes jambes un peu dodues, ma plastique non de rêve, j’avais envie moi aussi de m’habiller en fille et que si les gens étaient indisposés par mon physique, ils n’avaient qu’à détourner le regard.
Verdict? aucune plainte déposée à mon encontre jusqu’à aujourd »hui, des compliments de certaines de mes collègues féminines et une satisfaction à avoir dépassé mes complexes temporairement.

Glop : Le nombre de personnes qui est descendu dans la rue Jeudi et pour une fois pas que des fonctionnaires, ce qui coupe court aux réflexions désagréables habituelles (et je sais de quoi je cause, je suis fonctionnaire)….j’en connais un qui ne pourra plus fanfaronner sur le fait qu’en France quand il y a une grève, on ne s’en aperçoit pas.

Pas Glop : Seulement 16 personnes pour répondre au questionnaire du siècle ? ….va falloir se réveiller dans la blogosphère, appeler un ami, faire du buzz, linker comme des malades, sinon je pars bouder !) 

Glop : votre môme est sportif, casse-cou ? votre neveu est un pro des cascades? votre filleul ne cesse de faire le pître? Prenez-le en photo et gagnez peut-être une Wii ! Ca se passe sur le blog Allez on bouge et vous avez jusqu’à dimanche 1er février inclus.

Allez sur ce, reposez-vous bien et  profitez du week-end !

Pin It