Tag

campus

Browsing

La lecture du mot campus chez tous ceux et celles qui ont trop regardé de séries américaines dans leur adolescence est indissociablement liée à des images d’espace verdoyant et boisé avec des bâtiments imposants, des colonnes grecques ou des briques rouges et quelques bancs sur lesquels les étudiants sont assis en groupe entre deux cours.

En arrivant sur le campus de Bron, si tu as toujours ces clichés en tête, tu risques d’avoir un mini-choc. D’abord le lieu se trouve totalement excentré de tout lieu de vie sympa (café, librairie..) et lorsque mes camarades de classe m’ont proposé comme lieu de rendez vous cet endroit un jour où je n’avais pas cours, un vague sentiment de désespoir (ou de panique?) m’a envahi.

Niveau architecture, on est loin, mais alors très loin de Cambridge. C’est plutôt esprit préfabriqués années 70, l’endroit le plus laid étant pour moi la bibliothèque (oublie encore une fois les petites lampes vertes sur les tables) avec son dédale de salles imbriquées les unes dans les autres d’une façon qui parait anarchique, ses places assisses totalement pas cosy et une atmosphère générale qui ne me donne pas envie d’y rester plus longtemps que le temps d’un emprunt.

La première fois j’ai été un peu déconcertée par le plan général : j’ai tournée 30 minutes avant de trouver le bâtiment B planqué derrière le K, j’ai appris ensuite qu’il fallait retraverser tout le campus jusqu’au distributeur automatique, j’aurais aimé me poser deux secondes pour profiter d’un petit rayon de soleil mais les murets étaient très convoités en l’absence de bancs.

L’endroit stratégique, après les points principaux de ravitaillement et les machines à café, reste bien entendu les toilettes. Une fois je me suis retrouvée, erreur du débutant, dans des WC immondes à la turque …re-sentiment de désespoir. Alors je suis partie à la recherche de la signalétique hommes/femmes, poussant les portes avant de me décider à mettre un bout de chaussure à l’intérieur, vérifiant la présence de papier (l’étudiant doit toujours avoir au moins un paquet de mouchoirs avec lui).

Quelques mois plus tard, je connais le chemin les yeux fermés pour me rendre en salle L207, je sais ce que signifie maison de l’étudiant, j’ai trouvé l’endroit pour faire relier des travaux écrits, j’ai mis les pieds dans mon secrétariat, je suis une habituée de la salle informatique bref si un nouveau arrive sur le campus je pourrais lui servir de guide (mais seulement s’il ressemble à Jude Law ou à Riccardo Scamarcio )

Et toi, le campus ça t’évoque quoi?

La cafétéria de la fac ne ressemble pas vraiment à celle d’Hélène et les garçons. Tu te souviens de Chez Alfredo ?  : ambiance quasi silencieuse, organisation de soirée rock (enfin à la sauce de la série), chandeliers sur les tables, menu gastronomique et repas interminables d’étudiants qui n’en rament pas une. Du pas crédible du tout en somme.

Tu as l’image en tête? eh ben c’est pas du tout ça ! Ici les couverts sont en plastiques, les plats principaux varient entre paninis et croque-monsieur chaud sur les bords mais encore surgelé à l’intérieur, tu as rarement plus de 20 minutes pour déjeuner (qui se réduisent parfois à 10 quand la file d’attente s’étire jusqu’à la porte). La dame derrière sa caisse a oublié son sourire dans une autre vie sauf quand elle arrête d’aboyer pour parler à son collègue. On nous bassine avec la malbouffe mais je n’ai jamais vu une feuille de salade, un fruit ou un yaourt dans les victuailles proposées. Pour le dessert, tu as le choix entre barre chocolatée ou croissant )

Pourtant j’ai une certaine tendresse pour cette cafétéria : le café est meilleur ici qu’au distributeur et à l’intercours je file chercher mon expresso histoire de tenir le coup. Parfois je m’assois avec une ou deux filles de la classe à une table, je croque dans mon morceau de pizza gelée, je ne reconnais plus la mienne quand elle ressort du micro-ondes en même temps que d’autres, j’écoute des petits bouts de leur vie, je parle un peu de la mienne avant de repartir vers une salle de classe.

La prochaine fois je te parle du resto U…non je plaisante ) (quoique)

Tiens en parlant d’Hélène et les garçons, est-ce que certain(e)s parmi vous ont eu la curiosité de regarder la série qui est revenue en février dernier, 18 ans après (avec comme promesse, je cite « plus de sexe, plus de gros mots et d’actions …parce que les fans ont muri »)) ? Si oui, raconte j’aurais bien aimé me marrer (enfin j’espère) au moins une fois.

Pin It