Tag

bretagne

Browsing

Je ne regarde jamais la météo…sauf lorsque je suis en vacances. Or lorsqu’on est en vacances en Bretagne, cela ne sert quasiment à rien car d’un jour à l’autre et même presque d’une heure à l’autre, les prévisions changent. Tout ça pour vous dire qu’il n’était pas sensé pleuvoir le jour où nous sommes partis pour Locronan.

Nous nous sommes dits d’abord que c’était juste une petite averse et qu’il suffisait de se réfugier dans une ou deux boutiques à l’entrée du village. Après avoir comparé tous les biscuits au caramel, toutes les variétés de cidre et lu tous les prénoms sur les bols de petit déjeuner (fort potentiel à dispute le bol, y a jamais le prénom de ma fille et toujours celui de mon fils), on a jeté un coup d’œil dehors …cela ne s’était pas du tout calmé.

Alors nous avons couru jusqu’à l’église et attendu sous le porche comme à peu près tous les touristes présents ce jour là. On a scruté le ciel pour détecter le moindre rayon de soleil, on s’est rappelés de ce dicton qui veut qu’en Bretagne il fait beau et il fait soleil plusieurs fois par jour et puis la pluie est devenue bruine et on a enfin pu aller fouler les pavés de Locronan.

locronan

locronanRien n’avait vraiment changé (si ce n’est nous)) depuis la dernière fois où on était venus ici il y a plus de 10 ans, pas étonnant dans ce village qui a servi de décors à de nombreux films historiques (Chouans !, Tess qui a permis à la commune d’enterrer toutes les lignes électriques, Un long dimanche de fiançailles). Nous nous sommes éloignés du cœur historique pour emprunter un des circuits de visite conseillés (guettant toujours un peu la prochaine ondée, vu la couleur du ciel ) avant de flâner dans des ruelles plus empruntées.locronanlocronanlocronanlocronanlocronanlocronanlocronanlocronanlocronanlocronanlocronanlocronanlocronanlocronanNon seulement l’eau ça mouille comme chantaient Charlie et Lulu mais en plus l’eau ça creuse alors nous sommes allés nous ravitailler dans la boulangerie sur la place centrale. Non notre choix n’a pas porté sur le kouign amann parce que nous sommes des mécréants qui préférons ceux parfumés (comme ceux trouvés à Audierne).

J’ai été une nouvelle fois déçue par le far breton. Peut être que j’attends de cette spécialité quelque chose qui n’existe pas, à savoir une onctuosité, un crémeux. Quasiment à chaque fois je trouve cela trop sec et pas assez parfumé. J’en ai dégusté un, UNE FOIS, fabuleux, dans une boulangerie à Saint Briac.locronanS’il n’y avait pas de quoi faire un flan du far, la tarte amandine fruits rouge, elle, était délicieuse et presque assortie aux hortensias derrière.

Après cette pause goûter, nous avons continué à nous promener dans ce qui ressemble à un espace spatio-temporel à part.locronanlocronanSi jamais vous voyagez sans voiture, sachez que vous pouvez venir à Locronan en bus depuis Douarnenez (4 personnes  au retour et à l’aller..nous !).

Avez-vous déjà visité ce village classé parmi l’un des plus beaux villages de France ?

 Audierne est un des nombreux endroits qui m’envoûtent lorsque je suis en Bretagne. Vous allez penser que j’exagère mais là, juste en regardant les photos qui suivent, je me sens tout de suite plus sereine. Est ce cette lumière si particulière, ces nuances de bleu ou la privation prolongée de soleil qui me font délirer ? 🙂

Audierne est une station balnéaire où il fait bon se balader aussi bien sur le port, sur le quai qui suit (bordé de nombreux restaurants) que dans les petites ruelles qui serpentent derrière le quai principal.

Certaines plages sont au cœur de la ville (mais la grande plage de sable fin est celle de Trescadec et va d’Audierne à Esquibien) et on peut aussi voir passer régulièrement des bateaux de pêche qui rentrent au port.Ce jour-là on s’est posé un long moment près d’une petite plage peu fréquentée. Deux ados sautaient dans l’eau depuis la passerelle et remonter inlassablement en faisant quelques saltos au passage, quelques enfants (bretons ou du Nord fort probablement )) se baignaient comme si l’eau était délicieusement bonne, les rayons du soleil miroitaient sur l’eau créant un tableau quasi hypnotique, le bruit des voitures était totalement absent, seuls quelques éclats de voix (les ados en sautant, les enfants en s’éclaboussant….il y en a 2 qui suivent )) brisaient le silence. C’était d’une quiétude incroyable.

En contrebas de la maison blanche sur la photo ci-dessous, il y avait aussi du sable et deux femmes assises, une mère et sa fille, qui discutaient. Elles attendaient l’une le retour du mari, l’autre du père. Elles ont reconnu le bateau très loin, lorsqu’il n’était qu’un point à l’horizon et elles ne l’ont plus quitté des yeux. Je me suis demandée si elles faisaient cela tous les jours, si elles connaissaient l’angoisse quand la mer était moins bonne, si chaque retour était un soulagement.

Parvenu à leur hauteur, le mari/père a agité les bras dans sa cabine. Ils ont échangé quelques mots par téléphone portable interposé (qu’est ce qu’on mange ce soir? du poisson bien-sûr…je brode )) et puis le bateau a fini par accoster un peu plus loin. Les deux femmes se sont allongées sur leur serviette pour profiter du soleil.C’est moi ou le climat breton réussit particulièrement aux chats ? Extérieurement cela peut ressembler à un magasin pour touristes. Pour les bretons, c’est peut être un magasin pour touristes mais pour une lyonnaise, c’est un fantastique panorama de la culture bretonne : musique bretonne, contes bretons, livres pour enfant spécial Bretagne, bijoux celtiques, livres de photos…on y trouve plein de choses pour prolonger ses vacances ou en apprendre plus sur cette belle région.J’ai gardé le plus gourmand pour la fin, avec ces kouign amann parfumés (oui je sais, cela va en faire frémir certains mais vous fermerez les yeux )) que je préfère (pas taper, pas taper) aux kouign ammann classiques car le goût dominant n’est pas le beurre et le sucre mais la pomme ou la pistache. Ils sont caramélisés juste comme il faut, pas de risque d’y laisser vos plombages : ) et ils viennent de la boulangerie pâtisserie Ti Forn (on les a trouvés tellement bons qu’on avait presque envie de revenir juste pour cela )). Aller à Audierne sans voiture : la ligne de bus 52 permet d’aller à Audierne depuis Douarnenez en environ 25 minutes (l’arrêt est juste devant l’Office du Tourisme de Douarnenez). C’est à partir d’Audierne qu’un autre bus vous emmène jusqu’à la pointe du Raz.

Et vous, Audierne vous connaissez ?

Cela ne doit pas être tout à fait un hasard si j’attends l’hiver, en pleine période de grisaille, pour trier enfin mes photos de vacances en Bretagne. Après avoir été jusqu’au bout du monde chez Monsieur Papier, je reprends ma série de billets spécial Finistère Sud avec 10 choses à faire, à voir, à goûter à Quimper (oui la proportion de choses à manger est légèrement disproportionnée par rapport au reste ) . Vous me suivez ?

1-Longer l’Odet

Avant de pénétrer dans le coeur historique de Quimper, nous avons longé l’Odet de ponts en ponts fleuris admirant les fortifications de la ville et repérant une adresse Le Sistrot, bar à cidres et restaurant où tout semble délicieux, pour une prochaine fois.

2- Flâner autour de la Cathédrale

On avait l’idée de flâner sans but dans les rues aux alentours de la cathédrale quand les enfants ont remarqué dans la cour du musée Breton, une initiation au golf dans le cadre du festival « Les enfants sont des princes » (des animations gratuites pour les enfants dans divers points de la ville).

Je me suis quand même éclipsée pour aller jusqu’à la rue Kéréon qui est  non seulement charmante mais accueille deux adresses gourmandes : les macarons de Philomène et le chocolatier C. Chocolat.

C. Chocolat
17 Rue Kéréon
29000 Quimper
t
eh oui j’ai craqué : )

3-Ramener des céramiques de Cornouailles

La faïence est à Quimper, ce que le nougat est à Montélimar. Vous pouvez même en apprendre plus sur l’histoire de la faïence en visitant le musée de la faïence. Ce n’est pas forcément le type de vaisselle que je verrais chez moi (et puis en voyageant sans voiture c’est un peu compliqué) mais il y a plusieurs beaux magasins consacrés à cet artisanat dans Quimper.

4-Se balader autour de la place au beurre

5- S’attabler à la crêperie La Krampouzerie

A un moment donné, tout le monde a crié famine et il a fallu trouver vite un endroit où se sustenter. J’avais repéré quelques adresses avant de venir et nous sommes retournés sur la place au beurre à la crêperie la Krampouzerie. En plein mois d’août, sur une des places les plus célèbres de Quimper, nous n’étions pas tout seuls loin de là. Je ne sais pas s’il y autant de tables hors saison mais là, sans tendre l’oreille, j’avais l’impression de manger avec mes voisins et le volume sonore dans la salle était élevé.

Malgré cela, je vous recommanderais cette crêperie (hors saison, si vous avez la possibilité de voyager en dehors des vacances scolaires) pour la qualité des produits utilisés, la composition de la carte (on y trouve des galettes très traditionnelles et d’autres plus originales) et pour la saveur des crêpes et des galettes.

Je n’ai pas noté la composition de ma crêpe salée (la suggestion du jour) mais elle était aussi délicieuse que ma galette de blé noir garnie de caramel au gingembre.

La Krampouzerie
rue du Salé
Place au Beurre
29000 Quimper

6- S’offrir une bouffée d’exotisme au jardin de la Retraite

Dans la série « nous sommes bourrés de contradictions », on aime bien le tourisme urbain et une fois dans les villes, on part systématiquement à la recherche des jardins. C’est ainsi que nous avons atterri au jardin de la Retraite. Celui-ci a la particularité d’être très calme car protégé de la ville par de grands murs. Une fois en son sein, on a vraiment l’impression d’être ailleurs du fait de sa végétation (palmiers, plantes à feuilles tropicales).

7-Suivre un des circuits piétonniers pour découvrir Quimper

Pour éliminer les galettes, nous avons poursuivi notre exploration de Quimper en suivant, sans trop de discipline, les parcours suggérés dans une brochure par l’Office du Tourisme, découvrant au passage, façades colorées, jolies places et halles à cette heure là quasi désertes. 8-Rêver dans le jardin du Prieuré de Locmaria

Nous avons pris ensuite la direction du quartier de Locmaria (je crois qu’on avait déjà largement dépassé les 10 000 pas par jour préconisés) pour une pause bucolique dans le jardin du prieuré situé au bord de l’Odet. Il a été pensé dans l’esprit des jardins de monastère à l’époque d’Anne de Bretagne aussi bien dans son aménagement intérieur que par les plantes aromatiques et médiévales que l’on peut y trouver.

Comme vous pouvez le constater, il n’y avait pas grand foule et nous avons pu nous assoir près de la fontaine sous le kiosque pour écouter le bruit de l’eau doucement clapoter.

9-Assister à la fabrication des crêpes dentelles

A quelques pas de là, toujours dans le quartier historique de Locmaria, on est passé par  la biscuiterie de Quimper où l’on peut assister  à la fabrication en direct des crêpes dentelles. Sur une plaque très chaude, une pâte qui semble aussi liquide qu’une pâte à crêpe est versée avant d’être découpée en bandes qu’il faut enrouler autour d’une spatule. Ma fille voulait essayer mais il vaut mieux avoir le coup de main pour ne pas se brûler.

Biscuiterie de Quimper
8 Rue du Chanoine Moreau
29000 Quimper

10 – Goûter les pâtisseries des macarons de Philomène

Enfin quand on a comme idée de s’offrir un tour de France des adresses sucrées, il n’est pas concevable de repartir de Quimper sans quelques unes des pâtisseries proposées par la boutique Les macarons de Philomène.

Comme son nom l’indique, la grande spécialité de la maison ce sont les macarons qui sont assez différents de ceux qu’on trouve habituellement : d’abord ils existent en « grande taille » et la ganache -en tous cas celle au caramel- est beaucoup plus crémeuse.

Si jamais vous lisez ce billet et que vous connaissez cette boutique, j’aurais besoin de votre aide pour retrouver le nom de la pâtisserie au chocolat en dessous (de l’inconvénient d’écrire mes billets de voyage, 6 mois après).

L’éclair aux fruits rouges était bien parfumé mais je me souviendrais surtout de ce macaron géant à la coque à la fois croquante et moelleuse et à la garniture très généreuse.

Macarons de Philomène
13 Rue Kéréon
29000 Quimper

Décrochage « voyageurs sans voiture » : depuis Douarnenez, le bus 51 du réseau Penn-Ar-Bed fait la navette jusqu’à Quimper (ce qui est bien pratique, en dehors du fait de visiter la ville, puisque les trains depuis Paris, s’arrêtent à Quimper). Le trajet dure environ 45 minutes et coûte 2 euros (1.50 € pour les moins de 25 ans ).

Vous connaissez Quimper ? que rajouteriez vous dans cette liste de 10 choses à faire, à voir, à goûter à Quimper ?

 

J’ai découvert les cahiers et autres articles de papeterie de Monsieur Papier l’an dernier chez Les Filles de la Baie à Saint Brieuc. J’étais rentrée sur Lyon avec un petit carnet dans ma valise, petit carnet que je n’ose pas utiliser car je le trouve trop joli (oui c’est un peu pathologique). Depuis je suivais sur Instagram cet atelier de création qui semblait posé au milieu de nulle part, à quelques mètres de la mer en Bretagne avec une véranda où je m’imaginais en plein hiver avec un bon bouquin, un thé …et un petit carnet.

Cet été, profitant de vacances dans la région, c’est dans cette véranda que j’ai prévu une pause goûter et c’était aussi unique que dans mes rêveries.

Un atelier-café historique à la Pointe du Raz

Pour la petite histoire, ce café-papeterie était autrefois le Relais de l’Ile de Sein. Dans les années 50, les passagers du Santez Anna prenaient leurs billets pour la traversée vers l’Ile de Sein dans ce bar-restaurant. A la fin des années 70, alors qu’il était question d’installer une centrale nucléaire dans un port-abri voisin, le Relai devint l’un des QG de la résistance bretonne. Par la suite et jusque dans les années 90, il resta un lieu de rencontre incontournable des gens du coin.

Après deux mois de travaux, ce lieu, après plusieurs années de fermeture, a ré-ouvert en tant que café-papeterie Monsieur Papier en décembre 2015.

Monsieur Papier

 

Monsieur Papier

Impossible de louper Monsieur Papier : le café-papeterie se situe juste avant l’arrivée sur le grand site de la Pointe du Raz (un incontournable de la région du Finistère).

Les horaires de bus (#teamsansvoiture) depuis Douarnenez ne sont pas très bien conçus (selon moi) : il y a un aller le matin très tôt avec plus d’une heure d’attente avec changement de bus à Audierne et un autre en début d’après-midi. N’étant pas des » morning miraclers », nous avons choisi la seconde option mais le temps sur place est très court, le trajet retour se faisant moins de 3h plus tard. Pas le temps de randonner sur le GR34 jusqu’à la baie des Trépassés (on peut même aller jusqu’à la pointe du Van) mais assez pour goûter chez Monsieur Papier : )

Monsieur Papier

 

Monsieur Papier

 

Monsieur Papier

 

Monsieur Papier

 

Monsieur PapierQuoi on pourrait marcher de la Pointe du Raz  jusqu’à Venise ?
Fumisterie ? Du tout ! Certains ont parcouru cette distance de 3000 km à pieds

 

Monsieur Papier

 

Monsieur Papier

 

Monsieur Papier

Cela ne se voit pas forcément sur mes photos mais la Pointe du Raz était très fréquentée ce jour là. Je m’imaginais cheveux au vent, seule ou presque, me roulant dans la bruyère (ou pas), la mer déchaînée 70 m plus bas et mon premier contact avec ce site dit sauvage  fut le parking immense et rempli à l’entrée, les nombreuses boutiques et les touristes en masse (la faute au beau temps, une bonne averse et on aurait été déjà beaucoup moins nombreux )).

J’ai eu l’occasion, il y a quelques années, d’aller à la Pointe du Van (juste en face). Le site est aussi beau, beaucoup moins fréquenté, gratuit si vous venez en voiture (pas de parking payant) et je me souviens d’une chapelle qui ajoutait encore à l’ambiance « bout du monde ». Bref si c’était à refaire j’irais me balader à la Pointe de Van, j’emprunterais un sentier de randonnée jusqu’à la baie des Trépassés et je finirais ma balade chez Monsieur Papier.

Monsieur Papier, une boutique au milieu des landes

Attention la boutique lumineuse de Monsieur Papier, avec vue en veux-tu en voilà sur les landes, est le genre d’adresse où si on aime la papeterie et les objets liés à la papeterie, la jolie vaisselle, la déco, on risque de faire chauffer sa carte bleue. J’étais prête à embarquer planches à découper, assiettes, théières, calendrier …avant de me rappeler que je voyageais en train (cela apprend à voyager plus léger)). Je vous défie de ne prononcer aucun « mais que c’est joli ! » intérieur en flânant de présentoir en présentoir.

Rentrée oblige, il se peut que je craque pour un de leurs agendas (super qualité de papier, modèles pas distribués massivement ) en passant par leur boutique en ligne. Le seul souci est de savoir si j’oserai écrire dedans (pathologique le retour).

Monsieur Papier

Monsieur Papier

 

Monsieur Papier

Monsieur Papier

 

Monsieur Papier

Monsieur Papier

Monsieur Papier

Monsieur Papier, un café avec vue sur la mer et pâtisseries maison

Le « clou du spectacle », pour moi, est la véranda et la terrasse extérieure avec vue sur la mer. C’est ici que les yeux dans les bleus du ciel et de la mer, nous avons commandé deux pâtisseries maison faites sur place par Maï Line. Les pâtisseries changent tous les jours, cet après midi-là, nous nous sommes laissés tenter par un éclair caramélisé (avec sa coque qui craque sous la dent et sa crème pâtissière ultra onctueuse) et par une tarte aux abricots tout aussi délicieuse.

Monsieur Papier propose également des assiettes salées avec des produits locaux pour le déjeuner.

Monsieur Papier

 

 

Monsieur Papier

 

Monsieur Papier

 

Monsieur Papier

 

Monsieur Papier

 

Certains lieux se ressemblent de ville en ville, celui-là est vraiment atypique, aussi bien par son emplacement, sa vue que par son atmosphère et par la sélection des articles de la boutique. Un gros coup de cœur de mes vacances en Bretagne et un beau souvenir qu’on emporte avec soi.

Monsieur Papier
59 rue des langoustiers
Lescoff
29770 Plogoff

Non, non, non, je ne suis pas allée à Paimpol depuis Lyon dans un claquement de doigt (j’aimerais bien !) mais quasiment 8 mois après mes vacances dans la Baie de Saint Brieuc, je me suis dit qu’il était temps de refermer ce carnet de voyage et qui sait peut-être que cela donnera envie à quelques personnes de partir l’été prochain dans ce coin.
Le jour où nous avons décidé de découvrir Paimpol, le temps était très mitigé (plutôt gris avec cette fameuse petite bruine qui te flingue ta coiffure en 5 minutes). Les mauvaises langues sont probablement en train de penser qu’il pleut toujours en Bretagne…et bien continuez de le penser, cela évitera qu’il y ait trop de monde dans cette magnifique  région (d’ailleurs la campagne Passez à l’Ouest est tellement bien faite que j’ai un peu peur pour l’été prochain ).

Bref tout cela pour vous dire que mes photos ne rendent pas forcément hommage au charme de ce port rendu célèbre par Pierre Loti (ou comment s’auto-saborder en 30 secondes, je suis championne en ce domaine).

Se rendre à Paimpol sans voiture

Aller à Paimpol sans voiture n’était pas un gage ou un pari. Nous faisons partie de cette espèce rare -mais peut-être -avant-gardiste, de personnes qui ne conduisent pas. Jamais. D’ailleurs si depuis plusieurs étés, on aime poser nos bagages en Bretagne, c’est aussi parce que c’est une région où il est tout à fait possible, en se renseignant un peu, de se déplacer sans avoir de voiture. Les réseaux de bus me semblent beaucoup plus développés là bas qu’ailleurs.

Depuis Saint Brieuc, on a pris un premier train jusqu’à Guimgamp et ensuite une sorte de T.E.R qui mène de Guimgamp à Paimpol en suivant sur la dernière partie du trajet, l’estuaire du Trieux avant qu’il ne se jette dans la mer. Par la fenêtre, défilent champs de vaches, petits villages, forêts avant que la voie ne surplombe l’eau.

Pour moi, cela vaut clairement le voyage par contre c’est un peu l’anti-thèse du TGV : aux croisements, vous avez le temps de voir les pépés bretons en mobylette, les gens à bord de leur bateau voguant sur le Trieux vous saluent pendant plusieurs minutes et vous avez souvent le sentiment que si vous rouliez à vélo à côté du wagon (il n’y en a qu’un !), vous iriez plus vite. A réserver donc à ceux qui savent être patients : )

paimpol

paimpol

paimpol

paimpol

Galettes et sculptures

Nous sommes arrivés à Paimpol en fin de matinée et comme il pleuvinait et que les petits estomacs commençaient à crier famine, nous nous sommes attablés dans une crêperie, le Penn Ty. J’ai choisi une des spécialités de la maison : La Trieux à la truite fumée de la ferme marine du Trieux, crème de roquefort et citron. Excellente !

En dessert, j’ai partagé avec mon fils La Triskell composée de trois boules de glace (caramel au beurre salé, blé noir, sablé breton), coulis de caramel, éclats de crêpes dentelle et chantilly. Indécente et tellement bonne. (et si vous vous demandez comment je me souviens aussi bien de la composition 8 mois après les avoir dégustées ces galettes, je suis cette fille qui prend en photo les cartes des restos partout où elle va parce qu’on ne sait jamais, un jour, cela peut servir )).

 

paimpol

paimpol

 

Crêpe sucrée de compétition (glaces caramel, blé noir, sablé breton)

Une publication partagée par Virginie (@chocoladdict69) le

 

Il était temps d’aller marcher pour éliminer nos galettes bretonnes et la découverte du centre de Paimpol a été accompagnée de celles de sculptures installées un peu partout dans la ville.

paimpol

paimpol

paimpol Vertèbres d’Irène Le Goaster

paimpol Magno Anulo de Jean Divry

paimpol

paimpol

Un peu par hasard, nous sommes tombés sur une exposition (gratuite !) consacré à la mode de Trégor-Goëlo, l’occasion de voir des costumes et des coiffes typiques de la région de 1880 à 1900 mais aussi d’aborder le côté contemporain de la broderie avec les créations vestimentaires et les tableaux de broderie du brodeur-styliste Pascal Jaouen.

paimpol

paimpol

paimpol

paimpol

paimpol

paimpol habits de …mariage !

paimpol

paimpol

paimpol

paimpol

paimpol

paimpol

paimpol les mouettes de Yannick avec chacune leur caractère

paimpol une autre idée de souvenir à ramener

Nous avons aussi flâné vers le port typique avec ses bateaux de pêche colorés. J’avais dans l’idée de marcher vers la mer, voir d’aller à pied jusqu’à l’Abbaye maritime de Beauport mais tout le monde s’est ligué contre moi avec une seule envie : se mettre à une terrasse de café et humer l’ambiance du moment.

paimpol

paimpol

paimpol

paimpol

paimpol

paimpol

paimpol

De toute façon, il faudra que je revienne pour visiter ce paradis sur terre qu’a l’air d’être l’île de Bréhat …Bref je n’ai pas fini de m’émerveiller en terres bretonnes.

Et vous, Paimpol, vous connaissez ?

Je ne savais pas avant de m’attabler au Recommandé (même si le nom aurait pu me mettre la puce à l’oreille) que ce salon de thé était avant une annexe de la poste et que les propriétaires avaient transformé ce lieu (déjà j’aime bien l’idée de donner une nouvelle vie à un lieu plutôt que de le détruire complètement ) tout en jouant avec son passé. Coussins en toile de jute (ceux qui contiennent le courrier), boîte aux lettres/distributeur de papier, meuble pour classer les missives (qui devient un présentoir à brochures touristiques) sont quelques uns des clins d’oeil de cette adresse gourmande.

J’ai peut être été particulièrement sensible à cet univers car un de mes oncles a été facteur (j’ai baigné dans les histoires de vélo, celles de chiens qui montrent les crocs et mordent parfois les mollets) et j’ai toujours une tendresse particulière pour la poste.

recommande-12

recommande-10

recommande-9

recommande-11

recommande-8

recommande

collage-recommande

collage-recommande-bis

Cependant ce qui m’avait amené au Recommandé ce n’était pas le lieu en lui même mais ses pâtisseries dont m’avait parlé Lalydo. Tant est si bien que j’ai insisté pour revenir une seconde fois à Pléneuf Val André (l’occasion aussi d’une belle randonnée). Quand on est gourmand, on est prêt à bien des détours : )

 

recommande-2

recommande-3

recommande-4

recommande-5

recommande-6

recommande-7

C’est à l’heure du déjeuner que nous nous sommes installés au Recommandé, l’occasion de déguster une belle assiette de fromages (cette adresse travaille avec des producteurs locaux, encore un bon point) avant de passer au dessert.

recommande-14

Le moment de choisir une pâtisserie a été particulièrement délicat, la vitrine étant particulièrement bien garnie (difficulté renforcée par le fait qu’habitant très loin de Pléneuf Val André, je savais que je ne pourrais pas revenir pour goûter d’autres choses). On a fini par se décider pour un entremet à la goyave (original et très parfumé), une religieuse au caramel au beurre salé (onctueuse et gourmande) et pour un moelleux au chocolat qui était absolument délicieux (fondant au milieu, moelleux dessus dessous et tout en hauteur alors que généralement les gâteaux fondants au chocolat sont plutôt plats).

recommande-15

recommande-16

recommande-17

recommande-18oui c’est presque la même photo mais il était tellement bon !

Bref si vous êtes en vacances dans le coin de Pléneuf Val André, si vous voulez reprendre des forces après une balade en bord de mer ou si vous cherchez un endroit où vous posez, je vous conseille le Recommandé (fallait que je la fasse celle là )).

A défaut d’y retourner (et si on partait en Bretagne l’été prochain ?), je les suis sur les réseaux sociaux et ils proposent des desserts différents régulièrement. Pas du genre à s’endormir sur leur laurier mais du style à vous donner envie d’y revenir.

♥ Adresse gourmande♥

Le Recommandé
3 rue Amiral Charner
22370 Pléneuf Val André

(je ne vous ai pas encore parlé de Paimpol, je suis partie en août, on est en décembre, on est dans les temps )).

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Pin It