Tag

bonnes adresses

Browsing

Vous ne partez pas pour les vacances de Pâques et vous bavez devant toutes les photos de destinations étrangères que vous voyez défiler sur votre fil Facebook ou Instagram ? (toute ressemblance avec une situation vécue n’est pas purement fortuite) ? Voici deux adresses pour voyager sans quitter Lyon.

Un tea time au Bourbon’s house

Le Bourbon’s house propose depuis peu, sur réservation, une formule tea time comme à Londres. La formule comprend 3 sandwich salés (ce jour là un à l’oeuf curry, un brie chutney d’oignon rouge, un asperge coriandre bressaola), 4 pièces sucrées (mini tarte citron, brownie noisettes, millionnaire shortbread..), une verrine (trifle aux fruits rouges), 2 scones (un nature, un aux raisins secs) servis avec de la confiture d’orange et de la confiture framboise maison (très bonne) et du thé à volonté.

Cette escale outre-manche coûte 20 euros (27 euros avec une coupe de champagne en plus) et est située à seulement 5 minutes à peine de l’Opéra. Il n’y a plus qu’à trouver un(e) ami(e) anglais pour vous accompagner : )

Bourbon’s house
22 rue gentil
69002 Lyon

Une escale au Portugal au Café Lisboa

On quitte le frog, les bus impériaux, la garde royale et la reine Elisabeth pour le soleil, les trams jaunes, les azulejos avec le Café Lisboa qui a ouvert, en lieu et place du polo club (qui était branché english food d’ailleurs).

Avec sa devanture verte, sa petite terrasse dans une rue peu fréquentée par les voitures, ses nappes et ses coussins colorés, son patron avec un accent charmant et sa carte avec des plats qui se partagent, le Café Lisboa est une adresse où on a envie de revenir. Je ne suis pas une spécialiste de cuisine portugaise mais je me suis régalée avec la Bacalhau à Bràs (une spécialité à base de morue).

Les pastéis de nata peuvent être dégustés sur place en dessert mais aussi un peu plus tard dans l’après midi. Vous pouvez également les emporter (dans ce cas là faites les très brièvement réchauffer, cela se déguste tiède) et légèrement saupoudrés de cannelle, ils m’ont transporté à Lisbonne !

Café Lisboa
9 rue des Quatre Chapeaux
69002 Lyon

Une série de billets « Le monde à Lyon  » ça vous intéresserait ?

Je vous ai dit combien j’aimais mon quartier. Plateau ou pentes, je ne me lasse pas de m’y balader et quand je le peux, je teste aussi de nouvelles adresses . Alors attention il ne s’agit pas de toutes nouvelles adresses qui sentent encore la peinture sur les murs (j’ai renoncé à cette course entre blogueurs ou city guides en ligne pour être LE premier à parler d’un nouveau lieu …ça me fatigue )) mais elles sont tout de même relativement récentes. Et puis si vous êtes lyonnais et que vous les connaissez déjà toutes, ces 3 lieux serviront peut être à des non-lyonnais de passage dans le plus beau quartier de Lyon.. la Croix-Rousse bien-sûr !

Tortilla chips, guacamole maison et tacos à Go Mex Cantina

On commence par une adresse sur les pentes de la Croix-Rousse, presque à deux pas de l’Hôtel de Ville : Go Mex cantina, qui se définit comme les cantines qui existent au Mexique. Si vous voulez être dans la salle du haut (que je trouve plus agréable), je vous conseille de réserver, surtout si c’est le week-end mais y compris pour le midi.

La déco des murs et des luminaires joue sur les couleurs vives, les motifs tropicaux, les assiettes sont colorées…dans un mois de janvier très gris après un mois de décembre très gris, on apprécie.

On nous demande, une fois notre choix fait, si on veut la « version » épicée ou « non épicée ». On se la joue prudent pour cette fois mais la prochaine fois j’essaie avec épices.

Ce que j’ai aimé :
-la salle du haut
-les tortillas chips cuits maison (rien à voir avec ceux qu’on achète en grandes surfaces)
-le guacamole maison trop bon (il n’a pas fait un pli)
-les tacos (on en a pris différents : échine de porc confit/dinde marinée /boeuf braisé et nous nous sommes tous régalés)
-les prix : 5.90 l’assiette de tortillas et guacamole à partager ; 7.90 les deux tacos ou 10.90 € les 3Pourquoi y retourner ? parce que tout est frais, fait sur place, la viande est délicieuse et aussi pour goûter le reste de la carte : les ceviche, les quesadillas et pourquoi pas une petite tequilla : )

GoMex Cantina
Place de Forez
69001 Lyon
leur page Facebook

Pancakes à volonté, tartines et œuf cocote au Chien Perché

Le dimanche midi, de temps en temps, on s’offre le luxe de mettre les pieds sur la table le temps d’un brunch. Je sais qu’il y a des anti-brunch (à chacun ses combats hein )) mais si ce n’est pas votre cas, sachez que dans la montée de la Croix-Rousse une adresse familiale et conviviale propose les dimanches une formule à 20 € (tout est fait maison et avec des produits frais) comprenant des œufs fermiers cocotte au comté, pommes de terre grenaille rôties au thym et salade verte de Caluire (juste à côté), une tartine au choix (j’ai pris l’hivernale au potimarron rôti, châtaigne et reblochon), un fromage blanc aux sablés et caramel au beurre salé, des pancakes à volonté avec des confitures maison et un caramel maison , une boisson chaude au choix et un verre de jus de fruits artisanal au choix.

Ce que j’ai aimé :
-la vaisselle anglaise dépareillée (je n’ai quasi pas pris de photos mais il y a plein de chouettes théières )
-l’accueil des enfants à qui a été proposé un panier avec des jeux pour occuper le temps. Même si maintenant les miens sont grands et patients, ils étaient contents d’avoir quelque chose pour jouer
– les paniers en tissu dans lequel est servi le pain qui viennent de la Fabrique à côté (c’est chouette de faire travailler les commerçants voisins )
– une formule avec des plats chauds
-les pancakes à volonté (dès qu’il n’y en a plus, ils en remettent ) et pas de nutella : ) Pourquoi y retourner ? parce qu’on a bien mangé, que l’accueil était souriant et que je suis curieuse de goûter à leur cuisine familiale en dehors du brunch

Au chien perché
108 Montée de la Grande-Côte
69001 Lyon
Leur page Facebook

Carrot cake et ateliers de pâtisserie au salon de thé Tonka

Encore plus près de chez moi et sur le plateau de la Croix-Rousse cette fois, le salon de thé Tonka a ouvert ses portes à la fin de l’année 2017.  Le lieu propose des cupcakes (sans crème au beurre remplacée par de la chantilly), un banoffee (que je n’ai pas goûté car je n’aime pas les desserts à la banane), un carrot cake (oui celui en Une de ce billet et il est aussi bon que beau), des cheesecake en pots mais aussi une formule déjeuner avec une tarte ou une soupe, un dessert et un expresso pour 8 euros.
Le menu change toutes les semaines. Tonka va bientôt proposer un brunch, des places en terrasse (quand on aura fini d’avoir froid) et des ateliers divers avec des intervenants ponctuels. Gaëlle fait l’accueil en salle, Marine est en cuisine et comme elle est spécialisée en cake design, elle confectionne des gâteaux licorne, des pop cake arc en ciel et autres gourmandises thématiques pour les anniversaires.

Ce que j’ai aimé :
-l’accueil super gentil
-le prix de la formule du midi avec des légumes qui viennent du potager du papa de Gaëlle, du pain qui vient du Fournil des Artistes (plus local c’est pas possible)
– le carrot cake très peu sucré, moelleux, avec des gros morceaux de noix (et en plus Gaëlle m’a demandé si je voulais emporter ce que je n’avais pas fini …moi qui déteste jeter de la nourriture, j’ai apprécié )
-les ateliers pâtisserie en comité très restreint : j’en ai suivi un pendant lequel nous avons préparé une tarte au citron meringuée et si la meringue italienne me faisait un peu « peur », je pense avoir compris tous ses secrets
-Sonos, la station de radio anglaise en fonds sonore (c’est peut être anecdotique mais après des chansons plutôt pop, le speaker parle anglais et c’est chouette )

Pourquoi y retourner ? pour discuter avec Gaëlle parce qu’entre passionnées de pâtisserie, nous avons toujours des choses à nous dire, pour reprendre une part de carrot cake, pour tester un atelier de pâtisserie enfant pour ma fille.

Tonka
Place Bertone
69004 Lyon
Leur site internet

Comme la Croix-Rousse est le quartier que je connais le mieux à Lyon, je lui ai dédié une rubrique spéciale que vous retrouvez dans le menu sous la catégorie Lyon City Guide. J’ai déjà quelques idées d’articles pour faire grandir cette nouvelle catégorie.

Est ce des articles spécial Croix Rousse, cela vous intéresse ?

En mai dernier, j’ai passé un long week-end à Lille et il faisait très très chaud (je regarde par la fenêtre, le ciel est plombé, gris, il pleut, le temps est humide …soupirs). J’avais prévu de ramener des chocolats de Quentin Bailly, élu champion du monde de pâtisserie en 2013, mais cela aurait été de la mousse au chocolat en arrivant à Lyon.

J’ai quand même été visitée la boutique ouverte en mars 2017, la personne présente en boutique m’a proposé plusieurs produits  en dégustation qui m’ont donné envie de revenir et, à défaut, n’étant pas vraiment à côté de Lille, de commander à distance.

La boutique de Quentin Bailly à Lille

Dans la boutique située rue des arts, Quentin Bailly propose des ganaches, des pralinés, des tablettes, des gourmandises à grignoter, des macarons et à ce moment là des petits sujets en chocolat trop mignons. Je mets au défi n’importe quel fou de chocolat de rester stoïque devant les étagères remplies de douceur.

Quentin Bailly a travaillé notamment chez Un dimanche à Paris et à la pâtisserie Philippe Rigollot à Annecy mais il est originaire du Nord. Il fait donc quelques clins d’œil à sa région dans ses produits : les briquettes du Nord sont des petites briques au chocolat au lait caramélisées au goût de spéculoos, les croustillos sont des palets au chocolat noir ou au chocolat au lait, spéculoos, praliné et chicoré.

attention vous mangez une sphère, vous en avez envie d’une seconde ! Les coffrets de chocolat de Quentin Bailly

J’ai attendu que l’été passe (à Lyon, c’est souvent synonyme de canicule et les bonnes conditions de dégustation d’un chocolat sont 18° pour la conservation et 22° pour la consommation), la folie de la rentrée et j’ai enfin  commandé un assortiment de chocolats fins sur le site du chocolatier.

Quentin Bailly La gamme proposée par Quentin Bailly est vraiment variée, toutes les ganaches et pralinés ne sont pas présentés dans le format de la boîte que j’ai choisi mais en voici quelques-uns : Quentn Bailly Menthol : ganache noire rafraîchissante et puissante à la menthe fraîche Quentin Bailly Tangerine :ganache lactée aux zestes et jus de mandarines fraiches Quentin Baillyattention ne passez surtout pas à côté de « fresh green » une ganache lactée au parfum frais et puissant du citron vert du Brésil ! Il explose véritablement en bouche, tout en étant très équilibré. J’ai vraiment regretté qu’il y en ait un seul dans la boîte. Quentin BaillyAmazone : praliné au noix du BrésilTek : ganache lactée infusée à la fève tonka (dans mon top 5 !)Quentin Bailly Salty : ganache lactée légèrement salée (dans mon top 5 aussi)Ma cacahuète : praliné à la cacahouète salée Verbena : ganache noire infusée à la verveine fraîche Arabica : ganache noire à l’infusion d’arabica colombienAmandier lait : praliné amandes et vanille de Madagascar saupoudré d’amandes grilléesPorange : praliné amandes et noisettes aux zestes d’oranges fraîches (dans mon top 5)Casse noisette : praliné aux noisettes du Piémont et vanille de TahitiPécan nuts : praliné aux noix de pécan

Fut un temps où je ne me serais pas aventurée dans les ganaches fruitées, la faute à After Eight (beurk !) et autres tablettes industrielles avec du fruit. Et puis un jour j’ai goûté les merveilleuses ganaches fruitées de Fabrice Gillotte et j’ai compris qu’un très bon artisan pouvait me faire changer d’avis. D’ailleurs mon gros coup de cœur va à la ganache lactée au citron vert du Brésil qui est très fraîche, puissante mais qui « n’écrase » pas le chocolat.

Les pralinés, qui sont toujours les chocolats vers lesquels je vais en premier, sont également très très bons.

Bref, si vous êtes de passage à Lille et que vous aimez le chocolat, ne manquez pas la boutique de Quentin Bailly :

♥ Quentin Bailly ♥
65 rue des arts
59800 Lille
www.quentinbailly.com

 

Ma liste spéciale  » pâtisseries parisiennes à tester » est bien trop longue par rapport à la durée et à la fréquence de mes séjours parisiens mais à chaque fois que « je monte à la Capitale », j’essaie au moins d’en tenter une. Quand j’ai su que j’accompagnais mon fils à la remise du prix du jury du Journal de Mickey dont il faisait partie et que celle-ci avait lieu à la fnac des Ternes, j’ai vite regardé quelle pâtisserie se trouvait dans le coin. Oh miracle, juste derrière, à quelques pas, se trouvait La Pâtisserie Poncelet de Cyril Lignac. Cela aurait été dommage de passer à côté d’autant plus que je salivais depuis un bon moment devant le baba, la tarte au citron et autres  créations du pâtissier.

Je ne sais pas s’il faut être originaire du Sud-Ouest pour travailler dans les boutiques de Cyril Lignac, toujours est-il que la personne qui nous a accueilli avait un accent très chantant et qu’elle était trop sympathique pour être parisienne (je viens de perdre 40 % de mes lecteurs ).

Quand on entre dans une pâtisserie et qu’on est un bec sucré, le plaisir commence bien avant la dégustation (un peu comme, pour moi, le voyage commence bien avant le départ…vive les préliminaires )). On embrasse la vitrine une première fois du regard, on parcourt les étagères toutes garnies de choses merveilleuses, parfois on a le luxe si on est seule de pouvoir prendre tout son temps avant de choisir et de discuter un peu, comme ce jour là, sur ce qui se dresse sous nos yeux.

Il y a toujours un petit déchirement à choisir, surtout lorsqu’on sait qu’on n’aura peu d’occasions de revenir et puis on pointe le doigt vers telle ou telle pâtisserie.

Il faisait un temps rêvé pour moi : ni trop chaud ni trop froid, assez doux pour s’installer en terrasse de la Pâtisserie Poncelet et profiter de l’agitation des commerces environnants. Mon fils a choisi Noisette composé d’un biscuit amande recouvert d’une  crème à la noisette, enrobé d’une fine couche craquante de chocolat au lait et amande et décoré d’une ganache au gianduja lait noisette. C’est gourmand, régressif et cela a été plébiscité par le principal intéressé.Si je n’avais du prendre qu’une seule pâtisserie, j’aurais choisi celle-là, la première pâtisserie signature de Cyril Lignac et de Benoît Couvrand, l’Équinoxe. Celle-ci est composée d’une crème légère à la vanille Bourbon, d’un cœur au caramel beurre salé sur un biscuit croustillant au spéculoos. J’en attendais beaucoup comme tout ce dont on entend parler depuis longtemps (et forcément j’avais un peu peur d’être déçue) et j’ai savouré chaque bouchée  (enfin celles que m’a laissé mon fils, on a tout partagé à 2). Gros coup de cœur avec cette association de saveurs que j’avais pas encore goûtée !

Enfin étant donné mon goût pour les pâtisseries avec une pâte à choux, je ne pouvais pas repartir sans choisir le Paris-Brest de la maison (la version non individuelle est déjà une merveille visuellement ). Pâte à choux ni trop sèche ni trop molle, onctuosité de la mousseline praliné qui renferme un praliné coulant maison aux noisettes de Piémont …sur les notes noisettes j’avoue que je préfère le Paris-Brest à la Noisette (peut être moins « léger » pour moi). Il parait que la recette se retrouve dans le livre qu’a publié il y a peu Cyril Lignac aux éditions de la Martinière. Cela se tente ?Qui a dit qu’on ne retournait jamais deux fois aux mêmes adresses étant donné le nombre de pâtisseries parisiennes ? Il faudra bien faire une exception pour plonger ma cuillère dans la crème chantilly chocolat du baba de la maison ou pour me faire avis sur le flan chocolat.

En tous cas, ce moment là, gourmand et croquant, à la Pâtisserie Poncelet, on sera deux à s’en souvenir.

♥ La Pâtisserie Poncelet  ♥
9 rue Bayen
75017 Paris

Après vous avoir parlé de Nice, de l’île Saint Honorat et de Saint Paul de Vence, je ne pouvais pas refermer cet épisode « riviera » sans tenter de dresser une liste (bien entendu non exhaustive) des choses à voir et à faire sur la Côte d’Azur. J’ai testé la plupart de ces suggestions, quelques unes correspondent à des idées à explorer pour un autre séjour.

1-Aller au marché

C’est un de mes incontournables quand je suis en voyage, j’aime aller voir l’ambiance, les couleurs, les produits locaux des marchés où je suis et à Nice entre le marché du cours Saleya (dont son beau marché aux fleurs) et le marché du quartier de la libération (avec tout au bout, des beaux étals de poissons), on en prend plein les yeux.

2-Découvrir la promenade du paillon à Nice

Si vous n’avez pas mis les pieds à Nice depuis plusieurs années comme c’était mon cas, alors vous découvrirez cette nouvelle coulée verte qui sépare le Vieux et le « nouveau » Nice appelée promenade du Paillon. Jeux d’eaux, de lumière, bancs pour bouquiner au soleil, palmiers, voilà l’endroit parfait pour se poser et ne rien faire si ce n’est profiter du lieu.

3- Jouer la carte de la street food locale

Venir sur la Côte d’Azur et ne pas goûter la fameuse socca (crêpe à la farine de pois chiches) ou le pan bagnat, c’est un peu comme venir à Lyon et bouder les pralines.

4-Se perdre dans les ruelles du Vieux Nice

Avant de partir dans un endroit que je ne connais pas, je passe pas mal de temps à lire des guides, des articles de blog, à glaner et noter des conseils mais une fois sur place, je n’aime pas rester la tête sur mon plan. Pour prendre le pouls du Vieux Nice, il n’y a rien de mieux que de tourner au hasard des ruelles typiques de ce quartier.

5-Rouler sur la promenade des anglais en Segway

J’ai testé le gyropode Segway avec Mobilboard pour la première fois à Nice. Étant donné mon degré de non-sportivité, juste avant de monter sur cet engin, j’étais en mode « j’y vais mais j’ai peur ». Je m’imaginais déjà tombant ou ne réussissant pas à manœuvrer l’appareil. Contre toute attente, il n’y a rien de difficile, pas besoin d’avoir l’équilibre, d’être douée en ski ou autre aptitude particulière. Avant de démarrer la balade, un des accompagnateurs vous forme (en 2 minutes chrono car c’est vraiment simple) aux mouvements de base et en voiture Simone.

C’est donc en mobilboard que j’ai redécouvert la promenade des Anglais sous un soleil insolent pour la saison (ah oui c’est vrai, là bas il fait tout le temps beau) avant de passer au marché Cours Saleya, dans le Vieux Nice et de finir par la promenade du Paillon.

Pour moi, c’est une très bonne façon d’avoir un premier aperçu d’une ville que l’on ne connait pas (plus rapidement qu’à pieds et de manière plus sympa qu’en transports en commun) et de repérer les coins où on a envie de revenir pour se balader à pieds cette fois, faire des photos, etc.

 

crédit photo : Travel me happy

6-Tenter les panisses

Eh non je ne connaissais pas encore les panisses, qui pourraient faire penser un peu à de la polenta mais avec de la farine de pois chiches. J’en ai finalement goûté grillées en apéro, bien assaisonnées c’est très bon.

7-…et la tourte de blettes sucrées

Autre incontournable culinaire de la région : la tourte de blettes qui se décline en version salée mais aussi sucrée. J’en ai vu dans la vitrine du pâtissier Pascal Lac mais c’est au restaurant de l’hôtel Baie des Anges à Antibes que j’ai cédé à la curiosité. Particulier mais pas mauvais.

 

8-Monter les escaliers du château pour admirer le coucher du soleil depuis là haut

Le spot gratuit pour regarder le soleil glisser dans la mer et la promenade des Anglais se dérouler à vos pieds ? La colline du château. On y accède soit par des escaliers soit en prenant un ascenseur (à certains horaires) et une fois là haut, on en prend plein les mirettes.

 

9-Commencer la journée par une vue panoramique

De l’hôtel Mercure Nice Centre Notre Dame où j’ai passé une nuit très reposante, je me souviendrai la literie super confortable (je veux le même matelas chez moi), la grande salle de bains, du plateau thé/café (eh oui j’ai l’habitude de ma petite tisane du soir),  mais aussi de la vue à 360° sur la ville depuis le rooftop de l’hôtel. Vous pouvez y boire un verre ou même aller vous rafraichir dans la piscine.

10-S’attabler chez Joyalife pour le brunch

Je vous ai déjà parlé de cette adresse dans un article spécial brunch : le buffet est à volonté et tout est frais, les jus de fruits et légumes sont délicieux, la déco n’est pas standardisée et si vous venez avec des enfants, un espace de jeux est prévu pour eux.

11-Visiter la fondation Maeght à St Paul de Vence

Se rend-t-on à la fondation Maeght pour le site ou pour les expositions et les collections? Les deux, mon Général : ) En arrivant, j’ai trouvé le lieu magique immédiatement avec sa végétation, ses oeuvres intégrées au bâtiment et à la nature (la cour Giacometti, le labyrinthe Miró peuplé de sculptures et de céramiques, la mosaïque murale de Chagall…) et son architecture. Pendant la visite on navigue entre salles intérieures, terrasses, cour et patio et c’est très agréable.

Christo et Jeanne Claude exposaient, à cette époque, une construction extérieure, haute de 9 mètres, longue de 17 et large de 9 . Ce « Mastaba » était tellement monumental que non seulement, il redéfinissait la cour Giacometti mais il s’intégrait totalement à l’architecture générale, se donnant à voir sous différents angles (par dessus, en fond, de loin) au cours de la visite.

Je doute que mes photos montrent combien on se sent dans une bulle dans cette fondation située à Saint Paul de Vence mais je peux vous dire qu’on a du mal à en partir.

 

12-Aller de galerie en points de vue dans le village de Saint Paul de Vence

Jusqu’il y a quelques mois, Saint Paul de Vence n’était qu’un nom de village pour moi, souvent évoqué dans des conversations familiales, lu dans des romans (je pense en particulier à Charlotte de Foenkinos). Imaginez un endroit perché, des maisons en pierre, un nombre de galeries assez dingue, des joueurs de pétanque, des histoires à propos des artistes qui ont habité ici, de la verdure autour et dans les ruelles, des panoramas qui laissent coi…et en images c’est ici.

13-Se prendre pour une star de cinéma sur la Côte d’Azur

Quand on pense à la Côte d’Azur, on pense forcément au festival de Cannes, aux starlettes et au tapis rouge mais les liens entre cette région et le cinéma sont beaucoup plus riches. De nombreux films ont été tournés sur la Côte d’Azur, il existe même une application Ciné Paca qui permet aux cinéphiles de découvrir les lieux de tournage des scènes mythiques du cinéma, tournées dans la région et qui propose un itinéraire à la carte.

Le Musée éphémère du cinéma à Cannes offre la possibilité au public de participer en créant son propre film en trois heures dans un studio de cinéma spécialement aménagé à cet effet.

Vous pouvez également vous mettre derrière le volant d’une décapotable grâce à la société Rent a Classic Car et vous la jouez star (on avait prévu les lunettes de soleil mais pas les foulards). Je n’y connais rien en voiture (et je ne conduis pas) mais allez lire le bel article de Denis, il en parle très bien.

14-Déconnecter sur les îles de Lérins

Juste en face de Cannes, existe un petit paradis où l’on se sent loin de tout et incroyablement bien : il s’agit des îles de Lérins. J’ai visité l’une d’elle, Saint Honorat  et j’espère avoir l’occasion de prendre le bateau un jour pour l’île Sainte Marguerite (j’ai une attirance pour les îles )).

 

15-Découvrir le Cannes Nature

En dehors des îles de Lérins, les façons de se mettre au vert autour de Cannes  ou de découvrir la ville dans sa facette « nature » ne manquent pas. Dans le guide « Cannes version nature » (disponible à l’Office du Tourisme), j’ai noté une balade en forêt dans le parc naturel de la Croix des Gardes, la promenade du canal de la Siagne (dont une partie sur les pas de Bonnard), la visite guidée historique des ruelles du Suquet, la visite de la villa Rostchild et de son jardin classé monuments historiques.

 

16-Poser ses bagages à OKKO Hôtel Cannes

J’ai eu l’occasion de dormir une nuit à OKKO hôtel Nantes Château  et j’ai retrouvé à OKKO hôtel Cannes, le « style » OKKO dans la chambre, à la fois épuré et douillet, design et très fonctionnel. La spécificité et le gros plus de cet hôtel c’est l’emplacement du club (la pièce où se tient le petit déjeuner mais dans laquelle on peut aussi déguster une planche apéro en soirée, avec le principe « faites comme chez vous », tout étant à la disposition du client), situé au dernier étage du bâtiment et baigné d’une lumière incroyable qui varie selon les heures du jour.

A part ça, gros coup de cœur pour le petit déjeuner, copieux, varié et qui propose toujours des produits de la région.

côte d'azur

Côté d'Azur

Je voudrais le même bain de lumière que dans le salon de @okkohotels de CANNES pour bien commencer la journée 🌞

Une publication partagée par Virginie (@chocoladdict69) le

17-S’installer au salon de thé de Jérôme de Oliveira

Il y a des pâtisseries qu’on n’oublie pas, même des années après, c’est le cas de celles dégustées au salon de thé Intuitions de Jérôme de Oliveira à Cannes où j’ai eu la chance d’aller une fois.

18-Se faire chouchouter à Antibes

Mon grand week-end sur la Côte d’Azur s’est terminé par une nuit à l’Hôtel Baie des Anges qui, comme son nom l’indique, surplombe la Baie des Anges et offre une vue à la fois sur les eaux bleues de la mer Méditerranée et sur le massif des Alpes du Sud (légèrement enneigé à l’époque). J’ai réglé mon réveil sur l’heure du lever du soleil et depuis la terrasse de ma chambre, j’ai admiré le spectacle.

La veille , j’avais profité de l’espace marin de l’Hôtel et en particulier du parcours marin intérieur d’eau de mer chauffée (équipé de cols de cygne bouillonnants -merveilleux pour se délasser les épaules et le haut du dos- et d’un jacuzzi ) et du hammam.

Côté cuisine, le chef  des restaurants, Lyes Abidi, travaille des produits de saison, sainement mais avec saveur. Le  lieu permet à la fois de prendre soin de soi (avec toute une gamme de soins à la carte), de se reposer et de profiter des beautés de la région (avec un système de navette gratuite pour se rendre dans le centre d’Antibes).

 

19-Emprunter le train qui longe la côte d’Antibes à Nice

Le train s’arrête partout, la durée du voyage est un peu longue mais que le trajet est beau d’Antibes à Nice, longeant la mer puis passant dans des paysages aux couleurs ocres. J’avais prévu de bouquiner mais finalement j’avais les yeux scotchés sur ce qui se déroulait derrière la vitre.

 

20-Se sucrer le bec chez …

Partout où je pars, je repère les adresses de pâtisseries (y a même des endroits qui sont recalés pour cela, j’avoue )) et sur la Côte d’Azur j’en ai au moins vu 3 que j’aimerais tester : la pâtisserie de Pascal Lac et la pâtisserie Canet à Nice, la pâtisserie Lilian Bonnefoy à Antibes (ah le chou poires gianduja posté sur Instagram par Travelling foodista j’en rêve)

Voilà je crois que j’ai fait le tour, non pas des richesses que propose la région Côte d’Azur mais de ce que j’en ai aperçu et qui m’a donné envie d’y retourner : )

C’est la saison des bêtisiers et des best of, étant donné la haute teneur (calorique?) de ce blog, je me suis dit que j’allais vous en servir un 100% sucré. Sortez les fourchettes à desserts, éloignez les personnes au régime et c’est parti pour un mini tour de France croquant et gourmand.

à Paris

Je ne vais pas très souvent à Paris mais à chaque fois, j’essaie de tester une des adresses sucrées repérées sur les internets. C’est accompagnée de mon amie Sophie de Turbigo gourmandises, que j’ai goûté les pâtisseries si élégantes et parfaitement équilibrées de Nicolas Bacheyre au salon de thé d’Un Dimanche à Paris. Je continue de suivre ce chef pâtissier sur Instagram et chacune de ses créations me donne envie d’y revenir.

Pause gourmande au salon de thé Un @dimancheaparis (pâtisseries de @nicolas_bacheyre ) sur le blog www.chocoladdict.fr

Une photo publiée par Virginie (@chocoladdict69) le

(j’en avais parlé plus en détail ici)

Et à mes autres escapades parisiennes, j’associe :

La tarte au citron de François Perret réalisée sous mes yeux lors des scènes sucrées d’Omnivore. Non seulement ce pâtissier arrive à nous replonger en enfance tout en nous surprenant dans ses réalisations mais en plus il est drôle et sa tarte au citron toute en légèreté est un vrai bonheur.

Nina, François et les autres, retour sur les scènes sucrés du festival @omnivoreworld sur le blog www.chocoladdict.fr

Une photo publiée par Virginie (@chocoladdict69) le

La tarte aux figues de Yann Couvreur qui m’a vraiment surprise. Pourtant quand je suis rentrée dans sa boutique ouverte en 2016, c’est peut être la pâtisserie que j’aurais choisie en dernier. Il se trouve que Sophie (la même oui )) a pris cette tarte.
Ne sous estimez jamais la puissance gustative d’une tarte imaginée par Yann Couvreur : il a eu l’excellente idée d’associer la figue et les noix et  sa crème au shiso (première fois que j’en goûtais) m’ont mis une grande claque. Son kouign amann au sarrasin est excellent (alors que la plupart du temps je trouve cela trop beurré, trop gras, trop sucré, trop sec), son kouglof allie croustillant et moelleux et il est très parfumé, son baba au rhum renferme une surprise que je vous laisse découvrir. Bref un sans faute.

Aujourd’hui j ai beaucoup marché. …jusqu à la pâtisserie de @yanncouvreur 😉

Une photo publiée par Virginie (@chocoladdict69) le

Le chou Hommage Marron poires de Pierre Hermé (dont j’ai parlé sur Only Choux) qui n’est qu’équilibre des saveurs et des textures, un délice ! (et gros bonus pour moi car cela n’est pas toujours le cas, même à Lyon, la gentillesse de l’accueil qui ne vous prend pas de haut si vous ne correspondez pas à une certaine clientèle diront nous)

Les barres chocolatées de Cyril Lignac (en particulier celle aux cacahuètes qui est le meilleur remède contre tous les coups de blues du monde )

à Dijon

J’ai eu l’occasion, à l’automne 2016, d’écrire quelques articles gourmands  pour la destination Bourgogne et de retourner alors chez Pierre Hubert mais aussi de visiter son laboratoire (je me serais bien assisse dans un coin pour les regarder toute la journée, un vrai ballet) et son corner à choux à la Toison d’Or.
Le pâtissier dijonnais venait de « sortir » ces nouvelles créations saisonnières dont Le trésor de Perse (composé d’un streusel croquant imbibé d’huile d’olive, crémeux citron, mousse au citron, émulsion de citron noir) à la fois très léger et gourmand, aérien et onctueux.  A ne pas rater !

à Nantes

Je connaissais les p’tits beurres de Vincent Guerlais (mettez les très en hauteur sinon vous les finirez trop vite) mais j’ai profité d’un passage à Nantes pour ramener ses guerlinettes. C’est régressif, c’est gourmand et cela me donne envie de tester la prochaine fois ses pâtisseries.

Le prétexte du jour pour croquer dans une guerlinette ? J ai une semaine chargée : )

Une photo publiée par Virginie (@chocoladdict69) le

à Saint Brieuc

La grande découverte chocolatée de mes vacances à Saint Brieuc est le chocolatier Johann Dubois . Si je ne devais retenir qu’une seule chose (mais ce serait très réducteur) c’est son association chocolat sarrasin qui fonctionne à merveille. Non seulement ses chocolats sont très fins, équilibrés mais en plus je trouve ses prix vraiment abordables pour un artisan chocolatier (malgré le coût des matières premières).

(j’en avais parlé plus en détails ici )

à Lyon

Je vous renvoie à mon article récent sur mes 10 adresses sucrées préférées à Lyon en 2016. (j’ajouterais que le bichon au citron de Bruno Saladino, avec une petite croute sucrée qui croustille, est à tester absolument).

Et en 2017 ? J’espère découvrir de nouvelles adresses sucrées en France et peut être ailleurs (mais chut )) et les partager ici.

Enregistrer

Enregistrer

Pin It