Tag

appartement

Browsing

Le noir résiste à toutes les modes, s’adapte à toutes les occasions, peut donner une certaine classe et surtout il a l’immense avantage de ne pas rajouter 2 ou 3 kilos à ma silhouette  pas vraiment longiligne. J’ai donc une garde robe qui pourrait s’apparenter à celle d’une veuve sicilienne et j’ai cherché un endroit à vivre dans lequel je pourrais me fondre parfaitement.

Pour la chambre, j’y suis allée mollo…mais pour les autres pièces, je suis raccord :

j’y pense rarement mais j’aime beaucoup les portraits en noir et blanc

impossible d’imaginer un appartement sans bibliothèque..le petit détail : les lampes avec des profils noirs

une cuisine très pop

une salle de bain black and white (celles qui a laissé ses chaussures est priée de les récupérer, je ne sais pas marcher avec de tels talons)

Et toi, tu portes du noir, un peu, beaucoup, pas du tout ?

(ceci est ma participation au nuancier de Libelul)

Quand viennent les mauvais jours, les ciels bas et sombres, le froid, les réveils difficiles, je troque les terrasses et les jardins dans ma tête pour des pièces remplies de coussins, de tapis moelleux, de couettes sous lesquelles s’enfoncer, de cheminées près desquelles se réchauffer et bouquiner. Mon home sweet home idéal devient un vrai cocon dans lequel je ne frissonne jamais, où je peux marcher pieds nus sans avoir les orteils gelés.

Pas de place aux couleurs froides : du ocre, du marron, du vieux rose…

 

Des canapés partout, même dans la cuisine et toujours une théière et une tasse à portée de main …

 

Une chambre acidulée comme un pied de nez à la grisaille et un édredon aussi efficace que l’était ceux de ma grand-mère…


Et toi, ton nid douillet il se matérialise comment?

En matière de cuisine, je me suis embourgeoisée (qui a dit « et pas qu’en cuisine »?). J’ai connu ce qu’on nomme de manière euphémique une kitchenette qui se résume dans la réalité à un bac, deux plaques électriques et avec un peu de chance un placard sous l’évier. J’ai vécu des périodes à Paris sans four et aujourd’hui en y repensant, je me demande comment cela était possible (en tous cas je ne me nourrissais pas de gâteaux ).

En arrivant à Lyon, la cuisine, à l’image de l’appartement, a changé de dimension mais il était toujours impossible de manger dedans. Enfin lors de mon dernier déménagement, bien que locataire, je me suis lancée dans le montage en kit d’une cuisine Ikéa (depuis ce jour là les voisins ne m’adressent plus la parole) histoire de ne pas cuisiner ou dîner par terre.

A l’époque, j’imaginais déjà un ilot central sur lequel je pouvais poser bols, saladiers, robots et ingrédients comme dans les émissions de cuisine ou les séries américaines…dans la réalité,  je me suis contentée d’un plan de travail contre le mur mais dans ma tête la cuisine idéale, je la vois comme ça :

avec un meuble dédié uniquement à la préparation des plats

avec un frigo américain

avec des tabourets autour

avec des roulettes sous le ilot car pour le ménage c’est plus pratique

Et toi, ta cuisine elle ressemble à quoi?

Aujourd’hui ta mission si tu l’acceptes, est de te laisser convaincre que le violet est une couleur sur laquelle miser côté décoration. Tout d’abord, admet qu’une porte violette te facilitera grandement la tâche quand il faudra indiquer ton adresse à quelqu’un…il ne pourra pas la rater !

 

Un canapé violet c’est comme deux bras qui se tendent vers toi en te criant « viens, viens » et ça craint bien moins les tâches qu’un certain nombre de couleurs.

 

Dans une cuisine, le carrelage violet avec un petit rappel dans les boîtes à rangement ou le linge de table, ça casse l’effet clinique des meubles blancs et c’est tout de suite plus chaleureux, non?

 

Si je te dis « Oh que j’aime cette chambre » ça n’a pas valeur d’argument je suppose ? ))..le couvre-lit et le rideau violet avec le paravent et le fauteuil c’est doux, c’est chaud, cela a un côté boudoir et romantique à la fois ..un appel à la luxure !

 

Côté bureau, le violet apporte une touche de modernité et donne du peps à l’ensemble ..ça réveille !

Alors convaincu(e) ?

(ceci est ma participation au nuancier de Libelul )

En cette fin janvier je rêve de ciels roses, de cornets de crème glacée à la fraise dégustés en terrasse de retour de la plage quand le sel tire la peau, de livres de poche de la collection cosmopolite stock lu à l’ombre à l’heure de la sieste, de France rose (et vraiment rose, pas celui totalement délavé de DSK!)

Et si on mettait un peu de couleur dans ce dimanche ?

bohème, british ou contemporain, la salle à manger-salon ?

cuisine fushia ou rose pâle?

hors du temps ou moderne, la salle de bains?

bureau de petite ou de grande fille?

plaisirs régressifs ou dernière création d’un chef pâtissier ?

rose enfantin, liberty ou girly ?

( Ceci est ma participation au challenge nuancier Rose de Libelul )

Edit : après tirage au sort par list randomizer, voici les noms gagnants (merci de m’envoyer rapidement vos coordonnées)

– Les 3 gagnants pour 2 invitations pour le film d’animation Le marchand de sable sont : thenewme, misschocorêve et madamezazaofmars.

– La gagnante de la crème pour les mains Amilab et du lot de sticks pour les lèvres est Sophie (les couloirs de mon temps).

Dans la série « vis ma vie », aujourd’hui je te propose une plongée dans le monde merveilleux des cuisines personnalisables à l’excès d’Ikea. Avoir une grande cuisine mais un seul meuble en tout et pour tout sous l’évier c’est un peu ballot. Tu pensais pouvoir cuisiner en t’étalant tout ton saoul et tu te retrouves à jongler avec une poêle et une casserole. Tu t’imaginais nue sous ton sablier et tu manges des sandwichs dans ta robe de chambre. Tes courses sont posées à même le sol faute de placards et tu es sensée organiser un grand repas pour les fêtes.

Fly, Alinéa, Castorama, But, et Ikea tous te proposent de télécharger un logiciel pour composer la cuisine de tes rêves selon les dimensions de la pièce, l’emplacement des fenêtres, portes, prises et appareils électro-ménagers. Après t’être énervée quelques heures sur des modélisations en 3D, tu te contentes de mesurer l’espace libre une fois que tu as casé machine à laver, four et frigo.

Tu rêves d’une cuisine rouge ou d’une cuisine bois et acier avec un îlot central et des tabourets hauts comme dans les films au cinéma…tu vas faire un tour sur le site du géant suédois, tu cliques sur les articles de ton choix, tu deviens verte en voyant  combien cela va te coûter et tu redeviens raisonnable…tu choisis la gamme la moins chère…tu miseras sur les accessoires, la décoration plus tard.

Avant de te rendre dans le magasin le plus proche de chez toi, si tu es une fille organisée comme moi , tu imprimes la liste des produits qui composent la future cuisine de tes rêves et cela te fait gagner un temps précieux. …car une fois sur place, il faut te rendre au comptoir des cuisines ! Coup de bol, tu as choisi un plan de travail standard et tu n’as pas prévu d’acheter plus de cinq éléments, tu grilles donc tout le monde et le vendeur peut rentrer tes produits dans son ordinateur magique pour la transformer en une liste de références.

C’est à ce moment précis que les choses se corsent. Tu crois que tu as fait le plus gros du boulot mais le plus stressant reste à venir : te balader avec un chariot qui ne roule jamais droit et qui pèse très vite une tonne d’allées en allées pour aller récupérer tes portes, tes devants de tiroir, tes placards, et prier pour ne rien oublier.

Après le passage en caisse qui s’apparente à une séance de mémo (tu es sensée aider la caissière à retrouver sur ton chariot les articles sur la liste imprimée par le vendeur cuisine..tu suis?), tu trouves soudainement que le berlingot n’est plus une voiture hideuse mais formidablement pratique et surtout qui te permet d’économiser un voyage parking d’Ikéa-appartement.

Tu appréhendes le montage des meubles vu ton absence totale de logique et de capacité manuelle mais sous la houlette de ton beau-frère transformé pour l’occasion en cuisiniste, tu te transformes en bricol-girl. Tu serais prête à siffloter et à enfiler un bleu de travail si tu ne découvrais pas que le mur porteur, celui dans lequel tu as choisi de suspendre les éléments muraux est en béton armé doublé de cailloux. Percer un trou dans ce mur se révèle rapidement un véritable cauchemar…et il faut en faire 6 !

Ton beau-frère à la fin de la journée est sourd pour le restant de sa vie, ses mains sont prises de tremblements incontrôlables, tous les copropriétaires ont organisé une réunion en urgence pour nuisance sonore, tes voisins te haïssent 15 jours après ton installation et ta fille jusque là surnommée Miss Zen s’étrangle de fureur.

Heureusement tous tes efforts sont récompensés car après deux jours de dur labeur, la cuisine telle que tu l’avais imaginée est là sous tes yeux. Tu peux te suspendre aux placards (sans grand intérêt n’empêche que c’est solide), ouvrir les tiroirs sans que la poignée te reste dans la main, prendre une pose suggestive sur le plan de travail…ou tout simplement commencer à cuisiner avec plaisir ) 

Et toi, ta cuisine elle est comment?

Pin It