Tag

antilles

Browsing

Je ne sais pas comment tu vis les 1er janvier mais pour moi cela a toujours été le jour le plus déprimant de l’année et je ne sais même pas vraiment pourquoi…alors une fois dans ma vie j’aimerais commencer la nouvelle année de cette façon :



Me réveiller dans une chambre sur pilotis avec vue sur l’eau turquoise


Ecouter le clapotis de la mer depuis mon lit


Bouquiner sur un transat avec vue paradisiaque


Déjeuner sur la plage


Barboter pour digérer


Diner en compagnie inhabituelle


 Admirer le coucher du soleil

Demain dernière et ultime étape du voyage….

Et toi, tu as passé des vacances sur une île paradisiaque?

Aujourd’hui, je vous sers du réchauffé avec un billet publié en janvier 2006 au lendemain d’un réveillon du Nouvel an mémorable :

Passez la nouvelle année aux Antilles ! Le programme était plutôt alléchant : menu antillais, orchestre pour assurer l’ambiance musicale, contexte idéal pour sympathiser avec des lyonnais qui accepteraient de nous causer. L’amoureux et moi nous nous fîmes donc beaux comme des acteurs hollywoodiens…l’année précédente, à la même date, nous avions
réveillonné devant une soupe tous légumes et avions péniblement tenu
jusqu’à minuit pour cause de gastro, on s’était donc dit que cela ne pourrait être que mieux cette année….

Nous ne fumes pas déçus :

– Configuration insolite des locaux c’est à dire enfilade de petites salles peu pratiques toutes plus froides
les unes que les autres (si bien que des clients s’éclipsèrent 10 minutes
après notre arrivée, d’autres clients gardèrent leur manteau sur le dos toute la
soirée );

– toute escapade aux toilettes évoquait vaguement une excursion en Sibérie…à priori le petit coin était dans une cour mais cela était bâti d’une manière tellement étrange que l’on ne peut pas être catégorique

– les musicos
au look de maçons plutôt que d’artistes étaient
coincés dans une toute petite salle et seules les quelques tables les
plus proches ont eu le privilège de les entendre massacrer la bohème (nous
étions coincés en mezzanine et avions droit à une autre ambiance
musicale à la Franky Vincent)…à minuit lors du décompte de la
nouvelle année, les musiciens décidèrent de faire…. une pause ) )

– le patron, dans l’espoir de voir les clients fraterniser en ce soir de 31 décembre, avait composé des tables de 8 personnes et nous nous retrouvâmes avec une chance inouïe à côté du couple le plus sinistre du restaurant (nous remercions chaleureusement le second couple qui nous a rejoint plus tard et qui a un peu sauvé cette soirée !)

– hormis les accras de morue, les plats furent au mieux sans saveur, sans odeur et au pire franchement immangeables : foie gras-mangue très proche d’une mousse de canard écœurante, assiette de gambas nageant dans une sauce à l’ananas inappropriée et accompagnée de légumes froids et de riz sec, petits fours sucrés décongelés…..une heureuse surprise à la fin du repas néanmoins : une coupe de fruits frais exotiques !

– Pour faire oublier la médiocrité de la cuisine, nous étions noyés sous l’alcool : planteur très
dosé en apéro, pas moins de quatre bouteilles de vin différents ensuite
(dont 2 du Chili vraiment infectes), champagne, mare de rhum dans
laquelle flottent les fruits exotiques déjà cités, digestif avec
l’addition….

Nous sommes restés quand
même jusqu’à 3h du matin car le repas s’éternisait et pour ne
pas congeler sur place, nous tentions parfois une escapade jusqu’à
l’orchestre dit cubain …au moins cette soirée-là on s’en souvient encore !

Allez, par solidarité, racontez-moi votre pire réveillon de Nouvel An !


Je suis une femme superficielle. Un inconnu m’offre des fleurs et hop j’oublie la pluie, la grève des transports en commun, la rentrée difficile du chérubin à la crèche, l’ennui au taf et mes éternels kilos en trop.

Bon ok l’inconnu ne m’a pas VRAIMENT offert des fleurs. Il s’est contenté d’un compliment sur mon charme ravageur et a engagé la conversation me draguant gentiment. Je suis une fille superficielle mais mon ego, piétiné par la grossesse et la maternité, a repris du galon. Quoi je pouvais ENCORE plaire?
Vous vous faîtes peut-être accoster à chaque coin de rue, vous trouvez peut-être des messages sur votre pare-brise ou dans les pages « transport amoureux » de Libération mais pour moi ça relève plutôt de l’évènement (au point d’y consacrer un billet!)

Et quand ça arrive, il y a de très fortes chances pour que l’intéressé en question soit…antillais comme celui qui m’a abordé ce jour-là. D’ailleurs ce jeune homme était persuadé – quand j’ai brisé tous ses espoirs en lui révélant mon non-célibat (je n’ai pas parlé du chérubin, pas la peine de passer fissa de l’état désirable à l’état intouchable !) – que je sortais avec un black. Si sur Lyon, la communauté antillaise n’est pas assez nombreuse pour que je puisse vérifier ma théorie (prochainement j’aurais testé pour vous une soirée en boîte de nuit antillaise)), mon pouvoir de séduction a atteint son summum auprès de mes collègues des DOM-TOM dans mon précédent poste à Paris.

Quoi je représenterais la femme idéale pour les antillais? et pourquoi? auraient-ils une nette préférence pour les brunes rondes? (va falloir que je revoie ce jeune homme pour éclaircir le mystère))
à moins que le lyonnais ne soit pas dragueur pour un sou alors que la drague est aux Antillais, ce que les tapas sont aux Espagnols? 

Et vous, attirez-vous toujours le même type d’hommes?

Pin It