Tag

animations

Browsing

Hier soir, après avoir allumé quelques bougies et déposé des lampions aux fenêtres de l’appartement, je suis ressortie en famille découvrir mon quartier, la Croix Rousse, scintillant pour la fête des lumières 2011.

J’ai croisé une drôle de voiture transformée en aquarium géant avec un poisson rouge derrière la vitre, je suis allée écouter une histoire en ombre chinoise pendant que de grands papillons, souris et autres animaux en papier s’allumaient dans les arbres.

J’ai trouvé le manège de la place de la Croix Rousse un peu irréel à côté des sapins et du marché de Noël. J’ai filé jusqu’à l’esplanade du gros caillou voir l’installation s’embrasait en suivant un rythme bien précis.

J’ai suivi le chemin dallé du jardin d’Ivry pour le redécouvrir …arbres lumineux, feuilles bleutées et bruits de cloches dans les buissons donnaient un sentiment d’ailleurs bien agréable sans que la foule ne soit trop nombreuse pour cacher le plaisir.

En rentrant, j’ai levé la tête pour regarder tous les balcons, toutes les fenêtres où étaient posés les petits lampions du 8 décembre. L’air était plutôt doux, les enfants étaient ravis de la balade et les 3 millions de visiteurs attendus n’étaient montés jusqu’à plateau )

Et toi, tu as déjà eu l’occasion de venir à la fête des lumières?

Si on m’avait dit, il y a 5 ans (Jacques Chirac, sors de ce corps) qu’un jour je me retrouverais à organiser des courses de sac ou des chasses au trésor, j’aurais haussé les épaules et j’aurais pouffé. Pourtant à l’occasion de la première fête d’anniversaire de mon fils, après avoir sollicité les unes et les autres via Hellocoton (merci pour vos idées !), j’ai joué à l’animatrice un samedi après-midi avec l’homme.

J’avais prévu d’inviter 5 petits camarades (George Marchais sors de mon corps) mais novice sur la question, je ne savais pas que, dans la classe du chérubin en tous cas, la mixité n’est pas de mise pour les anniversaires …du coup j’ai essuyé deux défections féminines et je me suis retrouvée avec une copine et deux copains, ce qui, pour une première, n’était pas plus mal.

En effet il faut en avoir de l’énergie pour répondre à celle débordante des enfants. On a commencé par une course aux œufs, le but étant de marcher le plus vite possible mais pas trop sinon l’œuf en équilibre dans la cuillère tombe et c’est perdu. On a tracé une ligne de départ et d’arrivée dans la cour devant l’immeuble (on attendait le mot des copropriétaires dans l’ascenseur le lendemain mais visiblement les grincheux étaient de sortie et surtout le gardien absent), on a donné une cuillère de couleur différente à chaque enfant (leçon numéro 2 : ne jamais demander quelle couleur ils veulent…tous la même !) et c’était parti pour le départ. On a enchaîné sur une partie de chaise musicale dans l’appartement (sans chaussures c’est mieux) en prévoyant pour le vainqueur une petite surprise comme dans le jeu précédent.

Puis clou du spectacle, l’homme a présenté deux tours de magie qu’il avait testés avec moi plusieurs fois…c’était la première fois qu’il s’essayait à cet exercice mais franchement il a assuré, les enfants assis sagement sur le canapé étaient ravis. Le numéro du cafard a fait un tabac (même les mamans l’ont réclamé).

Je pensais naïvement que le moment du goûter serait l’occasion d’une pause pour les gentils organisateurs que nous étions devenus…sauf que trop pressés de jouer, les enfants ont à peine touché le gâteau (mais ont descendu les réserves de bonbons) au chocolat. L’un avait soif, l’autre s’était essuyé sur son tee-shirt, la troisième avait envie d’aller aux toilettes…le quotidien des repas des jeunes parents multiplié par 4.

Que serait une fête d’anniversaire sans pêche aux canards? j’ai découvert à cette occasion les mains collantes, les boîtes à prout et autres babioles à glisser dans des pochettes et à ramener au bout de son hameçon.

Le temps d’un orchestre improvisé (chéri, où tu as mis le nurofen?), d’un concours de bulles dehors et les parents étaient de retour (j’ai faillé écrire « étaient DEJA de retour » mais non finalement )).

David Copperfield a enlevé sa cape, l’appartement a semblé soudain vide et silencieux..je crois qu’on est rôdé pour l’an prochain )

Et toi, organiser des fêtes c’est ton truc ou pas?

Et pourquoi pas des supermarchés pour les petits vieux exclusivement (au moins ils ne voudraient plus me passer devant sous prétexte qu’ils n’ont trois fois rien EUX ), des lotissements pour seniors (ça existe aux Etats Unis je crois), des créneaux dans les piscines municipales réservés aux différentes confessions, des métros pour femmes enceintes seulement (au moins on serait sûres d’avoir une place assise) ?

Vivre en société ce n’est pas apprendre à vivre ensemble malgré nos différences? sauf que je voyage en train quasiment exclusivement depuis maintenant 5 ans avec des enfants et que quand tu débarques dans un wagon avec un bébé, tu as le droit quasiment systématiquement à des regards lourds, quand ce n’est pas à des réflexions (pourvu qu’il ne passe pas le trajet à pleurer entendu à peine un pied posé dans le train…le genre de phrase qui te détend tout de suite). Sauf qu’un enfant, même s’il est sage, même si tu l’occupes, même si tu as prévu coloriage, goûter, histoires, petits jouets, ça parle et parfois un peu fort. Sauf qu’un bébé, même fatigué, ne dort pas à coup sûr et que quelque soit l’heure à laquelle je prends le TGV j’ai l’impression que tous les dormeurs diurnes et adorateurs de la sieste se sont donnés rendez-vous dans mon wagon. En conséquence, je ne sais pas comment tu vis ça si tu es dans mon cas mais j’espère toujours intérieurement qu’ils ne vont ni crier, ni hurler, ni piquer une crise surtout quand on est la seule famille présente. Je ne suis pas à mon niveau maximum de détente pour résumer la situation.

Alors le TGV family qu’est ce ça change ?

Quand la porte du wagon s’est ouverte, une animatrice nous a accueilli avec une pancarte et nous a indiqué où il y avait de place pour les bagages et ça quand on déborde chacun de sacs, valises, poussette, enfant c’est plus qu’appréciable (Messieurs de la SNCF si cela pouvait être le cas pour tous les wagons au moins lors des vacances scolaires et des gros week-end en employant des étudiants par exemple, cela éviterait la panique à pas mal de monde).

Puis nous avons vite compris que dans notre espace, il n’y avait que des parents avec des enfants plutôt jeunes voire des bébés. Un papa baladait un tout petit dans ses bras pour l’endormir, d’autres bambins circulaient, d’autres encore étaient rassemblés ensemble au fond du wagon et tout de suite je me suis sentie beaucoup plus relax qu’à l’accoutumée.

Les enfants étant assis, l’animatrice leur a donné un coloriage et des crayons de couleur et leur a proposé de venir la rejoindre quand ils en avaient envie. Elle m’a précisé que, pour ma fille, elle avait des jouets plus adaptés à son âge dans sa grande valise ouverte. Elle lui a d’ailleurs apporté par la suite un Monsieur Patate et une ardoise magique. Comme mon fils jouait au timide de service, elle a un peu insisté et il a fini par rejoindre le groupe de fillettes pour une séance ciné puis un atelier ballons. Il n’a plus quitté le chat qu’elle avait gonflé pour lui alors que sa soeur réclamait une fleur.

Au final, le trajet ne leur a pas paru long et ils étaient ravis qu’on s’occupe d’eux tout le temps. Des revues étaient même prévues pour que les parents bouquinent tranquillement.

Malheureusement le service TGV family concerne assez peu de TGV et seulement les week-end pendant  les périodes scolaires. Note aussi qu’il te faudra débourser 5 euros supplémentaires par billet de train y compris pour les adultes (ce qui me chiffonne un peu car même si par ricochet on apprécie le service, il concerne les enfants).

Verdict : pour les longs trajets, je dis OUI au TGV family car cela m’a permis de voyager sans penser « vivement qu’on arrive! »

Et toi, qu’en penses-tu ?

Pin It