Tag

adresses sucrées

Browsing

Ma liste spéciale  » pâtisseries parisiennes à tester » est bien trop longue par rapport à la durée et à la fréquence de mes séjours parisiens mais à chaque fois que « je monte à la Capitale », j’essaie au moins d’en tenter une. Quand j’ai su que j’accompagnais mon fils à la remise du prix du jury du Journal de Mickey dont il faisait partie et que celle-ci avait lieu à la fnac des Ternes, j’ai vite regardé quelle pâtisserie se trouvait dans le coin. Oh miracle, juste derrière, à quelques pas, se trouvait La Pâtisserie Poncelet de Cyril Lignac. Cela aurait été dommage de passer à côté d’autant plus que je salivais depuis un bon moment devant le baba, la tarte au citron et autres  créations du pâtissier.

Je ne sais pas s’il faut être originaire du Sud-Ouest pour travailler dans les boutiques de Cyril Lignac, toujours est-il que la personne qui nous a accueilli avait un accent très chantant et qu’elle était trop sympathique pour être parisienne (je viens de perdre 40 % de mes lecteurs ).

Quand on entre dans une pâtisserie et qu’on est un bec sucré, le plaisir commence bien avant la dégustation (un peu comme, pour moi, le voyage commence bien avant le départ…vive les préliminaires )). On embrasse la vitrine une première fois du regard, on parcourt les étagères toutes garnies de choses merveilleuses, parfois on a le luxe si on est seule de pouvoir prendre tout son temps avant de choisir et de discuter un peu, comme ce jour là, sur ce qui se dresse sous nos yeux.

Il y a toujours un petit déchirement à choisir, surtout lorsqu’on sait qu’on n’aura peu d’occasions de revenir et puis on pointe le doigt vers telle ou telle pâtisserie.

Il faisait un temps rêvé pour moi : ni trop chaud ni trop froid, assez doux pour s’installer en terrasse de la Pâtisserie Poncelet et profiter de l’agitation des commerces environnants. Mon fils a choisi Noisette composé d’un biscuit amande recouvert d’une  crème à la noisette, enrobé d’une fine couche craquante de chocolat au lait et amande et décoré d’une ganache au gianduja lait noisette. C’est gourmand, régressif et cela a été plébiscité par le principal intéressé.Si je n’avais du prendre qu’une seule pâtisserie, j’aurais choisi celle-là, la première pâtisserie signature de Cyril Lignac et de Benoît Couvrand, l’Équinoxe. Celle-ci est composée d’une crème légère à la vanille Bourbon, d’un cœur au caramel beurre salé sur un biscuit croustillant au spéculoos. J’en attendais beaucoup comme tout ce dont on entend parler depuis longtemps (et forcément j’avais un peu peur d’être déçue) et j’ai savouré chaque bouchée  (enfin celles que m’a laissé mon fils, on a tout partagé à 2). Gros coup de cœur avec cette association de saveurs que j’avais pas encore goûtée !

Enfin étant donné mon goût pour les pâtisseries avec une pâte à choux, je ne pouvais pas repartir sans choisir le Paris-Brest de la maison (la version non individuelle est déjà une merveille visuellement ). Pâte à choux ni trop sèche ni trop molle, onctuosité de la mousseline praliné qui renferme un praliné coulant maison aux noisettes de Piémont …sur les notes noisettes j’avoue que je préfère le Paris-Brest à la Noisette (peut être moins « léger » pour moi). Il parait que la recette se retrouve dans le livre qu’a publié il y a peu Cyril Lignac aux éditions de la Martinière. Cela se tente ?Qui a dit qu’on ne retournait jamais deux fois aux mêmes adresses étant donné le nombre de pâtisseries parisiennes ? Il faudra bien faire une exception pour plonger ma cuillère dans la crème chantilly chocolat du baba de la maison ou pour me faire avis sur le flan chocolat.

En tous cas, ce moment là, gourmand et croquant, à la Pâtisserie Poncelet, on sera deux à s’en souvenir.

♥ La Pâtisserie Poncelet  ♥
9 rue Bayen
75017 Paris

Je ne sais pas trop ce que je répondais, enfant, aux adultes qui me demandaient ce que je voulais faire plus tard. J’ai toujours aimé écrire, j’avais envie de voyager, rien de plus précis. Aujourd’hui si j’avais encore le droit, à mon âge canonique, d’énoncer  un vœu professionnel, j’inventerais un métier : auteur de guides pour becs sucrés. J’irais tester les glaciers de Rome, les scones de Londres, les pastéis de nata de Lisbonne et rêvons jusqu’au bout, je réserverais un hôtel à  New York pour goûter aux meilleures pâtisseries  de la Big Apple.

Du coup, je suis allée fureter du côté d’Instagram pour sélectionner les comptes pour becs sucrés les plus appétissants (mon critère étant que la galerie fasse envie, du coup j’ai écarté des adresses qui sont peut être incontournables mais qui, parfois, étaient tellement dans la surabondance et l’excès que cela ne me faisait pas envie). C’est parti !

1-Dominque Ansel, l’inventeur du cronut

Il est le pâtissier français pour lequel les américains sont prêts à faire la queue des heures devant sa boutique (oui cela arrive aussi à Paris pour certaines adresses et j’avoue que cela me dépasse, malgré ma gourmandise) pour goûter à son fameux cronut (croisement entre un donut et un croissant) : Dominique Ansel  a été sacré meilleur pâtissier du monde en 2017 et est réputé pour sa créativité.

2-Doug Doughnuts à Brookyn

Qui n’a jamais vu une série ou un film américain avec un flic faisant une planque dans une voiture et ouvrant une boîte en carton remplie de donuts ? Bon personnellement c’est un peu le genre de trucs qui j’ai toute la journée sur l’estomac comme tout ce qui est frit mais peut être que les donuts de Doug Doughnuts me feraient changer d’avis. 3-Levain Bakery, l’adresse dont tout le monde parle pour les cookies

Dans la vie de toute blogueuse food, un jour a lieu la quête du cookie parfait : celui extra moelleux à l’intérieur mais croquant à l’extérieur, dodu, bien garni et pas huileux. Peut-être que LA recette qui met tout le monde d’accord est celle de Levain Bakery. En tous cas, quand Émilie du blog Cinnamon and Cake a posté une photo de l’un deux, je me serais bien télétransportée.

4- Cheesecake factory : le meilleur cheesecake du monde ?

J’en ai goûté des dizaines, j’en ai préparé bien plus, pourtant à chaque fois que je tombe sur une belle photo de cheesecake, j’ai plongerais bien ma cuillère dedans. Je suis un peu perplexe quant à l’ajout de chantilly sur ceux de la cheesecake factory mais hormis ce détail, j’imagine mal aller à New York sans goûter un cheesecake.  5- Jacque Torres ou Mister Chocolate

Célèbre d’abord pour ses chocolats chauds, Jacques Torres, MOF, surnommé par les américains Mister Chocolate, propoe aujourd’hui toute une gamme de gourmandise dont  sa galerie Instagram donne un aperçu.

6- Bouchon Bakery

Non il n’y a pas que des français dans ma sélection (est ce de ma faute si on est champion du monde de pâtisserie ?)) mais il se trouve qu’à la tête de la pâtisserie de Bouchon Bakery, se trouve un pâtissier français avec un choix à la fois de grands classiques de la pâtisserie françaises et des spécialités américaines. 7-Spot dessert bar et ses desserts en trompe l’œil

C’est sur le blog d’Ingrid, Travelling Foodista  (dont j’adore son concept de Sugar rush cela me change des propos subtilement culpabilisants que je reçois régulièrement devant mon gros attrait pour la pâtisserie et le chocolat )  que j’ai découvert Spot dessert bar et ces desserts en trompe l’œil dont ce faux maïs ci-dessous m’intriguent.

8-Beard papa’s pour les fous de choux

A tout hasard, j’ai cherché s’il existait des monoboutiques à New York autour des choux et je suis tombée sur le compte de beard papa’s. Esthétiquement ils pourraient ressembler aux miens, en tous cas ils sont plutôt irréguliers. Reste à savoir s’il sont bons.

9-Lady M Cake et ses mille crêpes

Je n’ai encore jamais goûté de gâteau de crêpes et le mille crêpes est la spécialité de Lady M Cake d’où sa présence dans la sélection.10-Bubby’s pour leur pancakes

Vive les petits déjeuners tardifs, ceux qui permettent de sauter le déjeuner et de se régaler de délicieux pancakes. En la matière ceux de Bubby’s ont l’air d’être parfaits (mais j’ai vu aussi des apple pie fort appétissantes).

Est ce que vous avez eu l’occasion de tester une de ces adresses sucrées new-yorkaises ?

crédits photos : comptes Instagram mentionnés / photo de Une : Dominique Ansel

 

 

C’est la saison des bêtisiers et des best of, étant donné la haute teneur (calorique?) de ce blog, je me suis dit que j’allais vous en servir un 100% sucré. Sortez les fourchettes à desserts, éloignez les personnes au régime et c’est parti pour un mini tour de France croquant et gourmand.

à Paris

Je ne vais pas très souvent à Paris mais à chaque fois, j’essaie de tester une des adresses sucrées repérées sur les internets. C’est accompagnée de mon amie Sophie de Turbigo gourmandises, que j’ai goûté les pâtisseries si élégantes et parfaitement équilibrées de Nicolas Bacheyre au salon de thé d’Un Dimanche à Paris. Je continue de suivre ce chef pâtissier sur Instagram et chacune de ses créations me donne envie d’y revenir.

Pause gourmande au salon de thé Un @dimancheaparis (pâtisseries de @nicolas_bacheyre ) sur le blog www.chocoladdict.fr

Une photo publiée par Virginie (@chocoladdict69) le

(j’en avais parlé plus en détail ici)

Et à mes autres escapades parisiennes, j’associe :

La tarte au citron de François Perret réalisée sous mes yeux lors des scènes sucrées d’Omnivore. Non seulement ce pâtissier arrive à nous replonger en enfance tout en nous surprenant dans ses réalisations mais en plus il est drôle et sa tarte au citron toute en légèreté est un vrai bonheur.

Nina, François et les autres, retour sur les scènes sucrés du festival @omnivoreworld sur le blog www.chocoladdict.fr

Une photo publiée par Virginie (@chocoladdict69) le

La tarte aux figues de Yann Couvreur qui m’a vraiment surprise. Pourtant quand je suis rentrée dans sa boutique ouverte en 2016, c’est peut être la pâtisserie que j’aurais choisie en dernier. Il se trouve que Sophie (la même oui )) a pris cette tarte.
Ne sous estimez jamais la puissance gustative d’une tarte imaginée par Yann Couvreur : il a eu l’excellente idée d’associer la figue et les noix et  sa crème au shiso (première fois que j’en goûtais) m’ont mis une grande claque. Son kouign amann au sarrasin est excellent (alors que la plupart du temps je trouve cela trop beurré, trop gras, trop sucré, trop sec), son kouglof allie croustillant et moelleux et il est très parfumé, son baba au rhum renferme une surprise que je vous laisse découvrir. Bref un sans faute.

Aujourd’hui j ai beaucoup marché. …jusqu à la pâtisserie de @yanncouvreur 😉

Une photo publiée par Virginie (@chocoladdict69) le

Le chou Hommage Marron poires de Pierre Hermé (dont j’ai parlé sur Only Choux) qui n’est qu’équilibre des saveurs et des textures, un délice ! (et gros bonus pour moi car cela n’est pas toujours le cas, même à Lyon, la gentillesse de l’accueil qui ne vous prend pas de haut si vous ne correspondez pas à une certaine clientèle diront nous)

Les barres chocolatées de Cyril Lignac (en particulier celle aux cacahuètes qui est le meilleur remède contre tous les coups de blues du monde )

à Dijon

J’ai eu l’occasion, à l’automne 2016, d’écrire quelques articles gourmands  pour la destination Bourgogne et de retourner alors chez Pierre Hubert mais aussi de visiter son laboratoire (je me serais bien assisse dans un coin pour les regarder toute la journée, un vrai ballet) et son corner à choux à la Toison d’Or.
Le pâtissier dijonnais venait de « sortir » ces nouvelles créations saisonnières dont Le trésor de Perse (composé d’un streusel croquant imbibé d’huile d’olive, crémeux citron, mousse au citron, émulsion de citron noir) à la fois très léger et gourmand, aérien et onctueux.  A ne pas rater !

à Nantes

Je connaissais les p’tits beurres de Vincent Guerlais (mettez les très en hauteur sinon vous les finirez trop vite) mais j’ai profité d’un passage à Nantes pour ramener ses guerlinettes. C’est régressif, c’est gourmand et cela me donne envie de tester la prochaine fois ses pâtisseries.

Le prétexte du jour pour croquer dans une guerlinette ? J ai une semaine chargée : )

Une photo publiée par Virginie (@chocoladdict69) le

à Saint Brieuc

La grande découverte chocolatée de mes vacances à Saint Brieuc est le chocolatier Johann Dubois . Si je ne devais retenir qu’une seule chose (mais ce serait très réducteur) c’est son association chocolat sarrasin qui fonctionne à merveille. Non seulement ses chocolats sont très fins, équilibrés mais en plus je trouve ses prix vraiment abordables pour un artisan chocolatier (malgré le coût des matières premières).

(j’en avais parlé plus en détails ici )

à Lyon

Je vous renvoie à mon article récent sur mes 10 adresses sucrées préférées à Lyon en 2016. (j’ajouterais que le bichon au citron de Bruno Saladino, avec une petite croute sucrée qui croustille, est à tester absolument).

Et en 2017 ? J’espère découvrir de nouvelles adresses sucrées en France et peut être ailleurs (mais chut )) et les partager ici.

Enregistrer

Enregistrer

Voici  le top 10 que vous attendiez tous (et la foule en délire de répondre « oui » en s’égosillant) : mon top 10 version 2016 des adresses sucrées à Lyon (le précédent best of datant de 2014). Je précise que cette liste n’est absolument pas exhaustive, j’ai sélectionné les endroits que je fréquente et qui remuent mon coeur de bec sucré.

J’ai privilégié les adresses sucrées qui servent des pâtisseries plutôt que des gâteaux (du coup cela écarte les coffee shop) et ensuite les endroits où l’on peut s’installer parce que pour moi, une pâtisserie se déguste confortablement installée et en prenant tout son temps. Il n’y a pas de classement par préférence, l’ordre suit un parcours entre les différents quartiers de Lyon.

1-Où déguster un prince ..maori  ? la Pâtisserie Taffin

Admettons que vous arriviez à Lyon par TGV et que plutôt que de vous engouffrez dans le métro, vous décidiez de vous dégourdir les jambes et de marcher jusqu’à la belle ancienne gare des Brotteaux. A quelques pas de là, se trouve la pâtisserie Taffin où j’aime m’arrêter pour un éclair, un tigré au chocolat ou ma pâtisserie préférée à cette adresse, le fameux Prince Maori qui marie si bien poire et chocolat.

Je me souviens l’année dernière avoir admiré leurs bûches avec des petits choux sans avoir l’occasion d’y goûter, j’ai bien l’intention d’y remédier en cette fin d’année.

taffin 2

 

Je vous présente le Prince Maoh : mousse au chocolat au thé Earl Grey et gelée de poire (pâtisserie Taffin)

Une photo publiée par Virginie (@chocoladdict69) le

Pâtisserie Taffin
128 Rue Bugeaud
69006 Lyon

motif séparation

2-Où n’écouter que sa passion ? Chez Bruno Saladino

Pâtisseries, cakes de voyage, panettone, chocolats fins, tablettes, guimauves, bonbons , nougat, crème de marron, glaces et sorbets, le moins qu’on puisse dire est que Bruno Saladino ne chôme pas (et tout est fait maison même les confiseries en forme d’oeufs que je mangeais enfant) et comme si cela ne suffisait pas, pour les fêtes et les anniversaires il réalise des gâteaux sur mesure sans catalogue prédéfini et en écoutant les demandes de ses clients.

Le pâtissier n’aime visiblement ni la routine, ni l’ennui, il est audacieux dans ses créations même si on retrouve aussi chez lui quelques classiques et se lance sans cesse de nouveaux défis. Le dernier en date ? des cours de pâtisseries données par lui même dans son nouveau local, l’Annexe Chocolat dans le 6ème arrondissement.

 

bruno-saladino-4

bruno-saladino-6

bruno-saladino-5

bruno-saladino-7

Le camélia combine ganache chocolat au lait, crémeux passion, caramel à la passion et madeleine pailletée de chocolat et l’association est très réussie. Alors que je choisis de moins en moins souvent les pâtisseries au chocolat (un comble !), j’ai beaucoup aimé sa religieuse au chocolat pour l’onctuosité de sa ganache qui est bien cacaotée, pour son craquelin chocolat et son dessous caramel qui fond quand on croque le chocolat séparant le haut du bas.

Bruno Saladino change régulièrement ses propositions et j’ai une dingue absolue des Mont Blanc dans mon entourage, bref j’ai bien prévu d’y retourner.

.

bruno-saladino

bruno-saladino-3

Pâtisserie Chocolaterie Bruno Saladino
9 rue Tronchet
69006 Lyon

motif séparation

3- Où se laisser conter fleurette ? Chez Jeannine et Suzanne

Ne cherchez pas Jeannine et Suzanne derrière le comptoir ou la grande vitre qui sépare la salle des cuisines, si elles sont là, ce sera dans la vitrine puisque dans ce salon de thé où l’on peut déguster un plat salé avant de passer au dessert, toutes les pâtisseries portent un prénom féminin.

L’autre marque de fabrique du lieu est de proposer des créations dans lesquelles les fleurs sont présentes. J’avoue que j’étais un peu sceptique la première fois et j’ai été très agréablement surprise par l’équilibre de ce que j’ai goûté : les pâtisseries sont peu sucrées sans sacrifier le goût.

Si contrairement à ce que mon sous titre laisse penser, ce n’est pas THE place to be pour les têtes à têtes amoureux (pour cela, les bars à cocktail me paraissent plus appropriés ), j’aime beaucoup la seconde salle à l’ambiance tamisée où l’on peut travailler tranquille tout en dégustant une pâtisserie entourée de livres (le paradis ou presque). C’est aussi un des rares endroits qui a eu la bonne idée de proposer une carte de fidélité et qui récompense votre état de bec sucré, en vous offrant une pâtisserie quand votre carte est remplie.

jeannine-et-suzanne3

jeannine-et-suzanne

jeannine-et-suzanne-2

Jeannine et Suzanne
34 rue Saint Hélène
69002 Lyon

motif séparation

4- Où s’envoyer des desserts à l’assiette qui déchirent ? au Kitchen Café

Je vous avais déjà parlé de ce restaurant au super rapport qualité prix dans mon précédent top ten. L’eau a coulé sous les ponts mais les choses n’ont pas changé au Kitchen Café. Si comme moi vous choisissez votre restaurant en fonction du dessert et que vous ne voulez pas qu’on vous serve quelque chose que vous êtes capable de faire vous même (ce qui limite dramatiquement le choix, tant est si bien que je prends de moins en moins de dessert au restaurant), réservez sans hésitation au Kitchen Café.

Ce chocolat au lait onctueux, nougatine au grué de cacao, sorbet thym citron et mousse aérienne de lait joue avec les combinaisons de textures et de saveurs, c’est tout ce que je recherche et ce que j’aime ! C’est gourmand et pourtant léger. On en ferme les yeux de plaisir et une fois la dernière bouchée terminée, on serait prêt à en commander un autre.

kitchen-cafe

kitchen-cafe-2

kitchen-cafe-3et si vous saviez comme cette crème légère à la vanille et aux prunes, caramel salé,
glace noisette et sarrasin croustillant me fait saliver rien qu’en relisant cet intitulé

Kitchen Café
34 rue Chevreuil
69007 Lyon

motif séparation

5-Où perdre la tête avec des douceurs glacées ? La Fabrique Givrée

Je vous avais présenté la Fabrique Givrée à l’époque de l’ouverture de la boutique située dans le Vieux Lyon à côté du musée de la miniature. Si vous aimez les glaces et les sorbets comme les italiens c’est à dire toute l’année, n’attendez pas le retour des beaux jours pour goûter la datte fleur d’oranger (ma préférée !) ou un des parfums de saison (le pain d’épices, la cannelle pistache, la pomme tatin, la marron d’Ardèche éclats de marrons glacés, elles sont toutes délicieuses et toutes fabriquées artisanalement avec des produits de qualité et venant de la région dans tous les cas où cela est possible).

J’ai eu la chance d’être invitée à découvrir en avant première les bûches créées pour les fêtes de fin d’année 2016, le dessert qui passe tout seul même après un repas copieux:

Nougat Gla Gla (tout à droite sur la photo )est composée d’un biscuit pain de gêne, de nougat glacé, d’un sorbet framboise groseille, de bâtonnets de sorbet litchi et de poudre de thé matcha. C’est la plus classique, la plus consensuelle et celui qui a déjà organisé un repas de Noël comprendra tout de suite de quoi je veux parler : )

Pin Pin d’Epices associe une crème glacée pain d’épices avec une marmelade clémentine, un sorbet clémentine corse, le tout sur un streusel noisette (avec sur le dessus des cubes de pain d’épices et des cubes de sablé matcha). Je n’avais jamais goûté de la glace au pain d’épices, je n’avais jamais goûté du pain d’épices et de la clémentine et cela a été la très bonne surprise de cette dégustation.  Que c’est bon ! S’il fallait absolument élire une bûche favorite, ce serait celle ci.

En haut du Mont Blanc comme son nom le laisse supposer joue sur les accords d’une crème glacée marron, marrons glacés, d’un sorbet myrtille mûre, d’une meringue fondante et un biscuit amande. Le plaisir d’un Mont Blanc en somme en beaucoup moins sucré et plus fruité.

Bûche en bois est la bûche que je n’aurais jamais choisie si j’étais rentrée dans la boutique car je ne cours pas après les glaces au chocolat (vous allez finir par penser que je n’aime pas vraiment le chocolat). Pourtant avec son streusel cacao, sa crème glacée chocolat lait jivara, son caramel mou yuzu qui vient chatouiller le palais, son sorbet chocolat Vietnam et son glaçage méga croquant, je n’en ai pas laissé une seule bouchée. Essayez le mariage yuzu/ sorbet chocolat avant d’avoir un avis définitif sur la question.

fabrique-givree

fabrique-givree-bis

En dehors de ces bûches, la Fabrique Givrée propose des gâteaux marteaux (glacés), des pots barjots (format petit pot ) comme le carahuète avec un biscuit cacahuète grillée, mousse glacée fèeves de tonka, caramel mou et crème glacée caramel fleur de sel qui me laisse songeuse (accessoirement il est sans gluten), des coupes glacées et pour ceux qui ont peur de se geler à manger givrée, il y a aussi des bâtonnets de gaufre à déguster avec de la pâte à tartiner, du caramel ou de la crème de marron (le tout maison bien sûr ).

La Fabrique Givrée
66 rue Saint Jean
69005 Lyon

motif séparation

6- Où trouver de la lumière et entrer ?  Le Luminarium

Je tenais absolument à mettre le Luminarium dans mes adresses lyonnaises sucrées préférées même si je n’ai pas encore eu l’occasion de goûter un des gâteaux à cette adresse sucrée qui est le contre exemple parfait à l’affirmation selon laquelle le Vieux Lyon ne regorge que de pièges à touristes.

Ajoutez à cela l’extrême sympathie du drômois (oui j’avoue cela créé des liens immédiats d’autant plus quand ce drômois est aussi un grand gourmand) qui a créé ce lieu et qui confectionne la partie « gâteaux » de l’offre sucrée (la partie « pâtisserie » comme les cheesecake provenant de Piece of Cake), les jolies tasses de thé non standardisées qui viennent de Dieulefit (dans la Drôme), le corner « créateurs » avec plein de belles choses et les lampes Canopus créées dans l’atelier attenant par le principal intéressé (quand je lis sur Twitter qu’Hanouna a du « génie » alors qu’il y a plein de gens qui créent quelque chose avec passion, j’ai franchement du mal à comprendre).

Je n’y suis allée qu’une fois et ce jour là, je n’ai bu qu’un thé Mariage frères mais je compte bien aller déguster la tarte tatin maison qui a l’air à tomber ou les jus de fruits qui changent selon l’inspiration et la saison.

luminarium

luminarium-2

luminarium-4

luminarium-3

luminarium-5

luminarium

Le Luminarium
9 rue des 3 maries
69005 Lyon

motif séparation

7- Où déguster un millefeuille sans en laisser une miette ? la Pâtisserie Flochon

J’ai un problème avec la pâte feuilletée dans les pâtisseries. Que ce soit dans la galette des rois ou les millefeuilles, on se retrouve souvent avec des miettes plein la bouche, c’est sec et on risque l’étouffement (j’exagère un peu). Mais ça c’était avant de goûter l’excellent millefeuilles fraise-pistache de Guillaume Flochon qui a eu la bonne idée de caraméliser légèrement son feuilletage et de lui ajouter un petit touche d’amandes. Rien que pour ce classique, cela vaut le coup d’aller jusqu’à Vaise (et je vous laisse relire mon article complet à propos de cette adresse sucrée dont on ne parle pas assez).

guillaume flochon 17

Pâtisserie Chocolaterie Flochon
26 bis rue Masaryk
69009 Lyon

motif séparation

8- Où trouver les cookies les plus lyonnais ?chez Coney Cookies

Des pralines roses dans une des spécialités américaines vous n’y songez pas ? Amadine a osé et ainsi sont nés les dodus et délicieux cookies « lyonnais » aux pralines roses et au chocolat au lait. Elle propose d’autres parfums tous plus tentants les uns que les autres (fall cookies au chocolat noir, noix et noisette; le New Yorkais au beurre de cacahuètes, éclats de cacahuètes et chocolat noir qui sera le prochain que je goûterai), des jolis sablés décorés avec un choix dingue d’emporte-pièce et tout le matériel pour se lancer ainsi que des ateliers pour ramener à la maison d’aussi beaux biscuits que ceux présents en magasin en ayant la fierté de déclarer « c’est moi qui l’ai fait ».

coney-cookies-bis

coney-cookies

Coney cookies
14 rue Sergent Blandan
69001 Lyon

motif séparation

9- Où boire la tasse et la sucrer ? Chez Torü

Encore un salon de thé ! m’a t on dit quand j’ai publié une photo de Torü sur Instagram ? d’abord je n’ai pas l’impression qu’on croule sous les salons de thé à Lyon (les coffee shop peut être) et puis la spécificité de ce teashop est d’abord sa carte de thés avec ses 120 propositions, le fait qu’en dehors des brownies, madeleines et petits biscuits, Simon aux fourneaux propose tous les jours d’ouverture des pâtisseries « minute » comme des choux et des éclairs et que l’endroit a la bonne idée de mixer les usages (on peut y venir pour déjeuner avec un vrai plat chaud, on peut aussi acheter du thé en vrac) et donc les personnes qui le fréquentent. Bref si votre cher et tendre frémit quand vous prononcez le mot « salon de thé » et qu’il craint de se retrouver dans un univers si féminin qu’il n’est pas à son aise, Torü devrait le faire changer d’avis.

C’est la dernière adresse que j’ai testée à Lyon, si vous avez envie d’en voir un peu plus, je vous renvoie vers mon billet.

toru

 

toru23

Torü
23 rue René Leynaud
69001 Lyon

motif séparation

10 – Où être aux anges ? La pâtisserie Bouillet

Les esprits chaffouins (et ils sont nombreux) remarqueront tout de suite que contrairement aux autres adresses, la pâtisserie Bouillet faisait déjà partie de mes 10 adresses sucrées version 2014. Est ce ma faute si le pâtissier me donne toujours envie de revenir chez lui pour goûter à ses nouveautés comme ci dessous la dernière version de sa crème d’ange à la mousse de marrons et au coeur mandarine (point de mâche dans cette création mais pour moi la douceur qui passe toute seule même après un plat copieux et la sensation d’un nuage en bouche).

Je ne suis jamais déçue par ses Saint Honoré caramel ni par la facon dont il décline les choux : après le chou yuzu pomme, le kalamanzi , son choix Paris Brest avec son coeur praliné et sa nougatine noisettes est une vraie merveille de gourmandise. Quant à sa tarte dulcey passion, elle m’a donné envie de marier ses deux parfums pour mon futur dessert de fête.

D’autres nouveautés sont à venir prochainement (avant les bûches) :  cheesecake exotique,  pavlova (avec un confit framboise citron, des fruits rouges, verveine fraiche cristallisée) et purple (mousse cassis parfumée à la violette, coeur à la vanille de Madagascar, financier cassis)…au moins trois occasions de s’offrir un instant sucré.

creme-dange-mandarine

 

chou-paris-brest-bouillet

tarte-dulcey-passion-bouillet

Pâtisserie Bouillet
15 place de la Croix Rousse
69004 Lyon

motif séparation

Je n’ai pas parlé de Dorodi Pastry et de son très bon carrot cake (à chaque fois que je suis à la Part Dieu c’est pour prendre en train et plutôt dans le rush, sniff), je n’ai pas parlé du cheesecake très aérien de Laureline’s Corner, de celui très crémeux d‘Athina, des desserts  de Konditori rue Paul Bert qui valent le coup de choisir la formule plat + dessert, des éclairs de Paloma, du roulé passion chocolat de Goûter et je suis sûre d’avoir oublié encore plein d’autres douceurs dans cette liste.

Et puis il y a aussi celles que je n’ai pas encore testées : le salon de thé (récemment ouvert) du Fournil des artistes à la Croix Rousse, La marquise dans le Vieux Lyon dont j’aimerais goûter la tropézienne, les pâtisseries de la boutique Le chocolat dans tous ses éclats qui semble très récente dans le Vieux Lyon.

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

J’avoue j’ai copié. J’ai vu passer un article sur toutes les choses à faire à Paris cet été et comme j’aime beaucoup ma ville, je me suis mise au défi de trouver 50 choses à faire à Lyon cet été. Peut être que vous y puiserez une ou deux idées. La liste n’est bien entendu pas exhaustive (pour cela voir le dépliant de tout le monde dehors par exemple)), et elle est très subjective reflétant mes centres d’intérêt (il est donc beaucoup plus question de bien manger et de culture que de sport) tout en essayant de mettre en avant quelques nouveautés.

Tout l’été  glace

1-Prendre l’Apéritivo à bord du vaporetto tous les mercredis soirs (deux sessions 18h-19h et 19h30-20h30) et s’offrir une mini croisière

2-Se faire une toile sur le rooftop du Sucre autour de 7 films cultes (Flashdance, Rocky III, Basic Instinct, Poltergeist, Akira, Fight Club et Breakfast Club) à l’occasion du Rockyrama picture show. Gratuit

3-Tremper ses pieds dans le lac d‘Annecy et se balader dans ce cadre si dépaysant à 1h30 de Lyon

4-Goûter le sorbet citron menthe gingembre de la Fabrique Givrée

5-S’offrir un tour du monde en furetant dans les rayons de la librairie Raconte-moi la terre

6- Se rafraîchir au Musée des Confluences avec l’exposition Antarctica et avoir le sentiment de passer la journée avec les manchots empereurs dans la salle à 360°

7-Partir en virée dans la plaine africaine à travers l’exposition de photos proposée par les soigneurs animaliers du Zoo du parc de la tête d’Or. Gratuit

8-Boire une bière bien fraîche dans la grande cour arrière du Bieristan à Villeurbanne

9-Ne pas bronzer idiot en suivant une visite commentée sur le musée des Beaux Arts et ses chefs d’œuvre

10-Bruncher le dimanche au nouveau Away Hostel & Coffeeshop qui a ouvert le 15 juin dernier

11- Siroter un spritz dans le patio de l’Osteria Lello

12- Monter sur la tour d’observation, nouveauté du Parc des oiseaux  à Villars des Dombes (30 minutes de Lyon) pour admirer les différents espaces à 27 m du sol

13-Prendre place dans un des wagons rouges de Lyon City Tram pour découvrir les pentes de la Croix Rousse comme un touriste

14- Savoir tout ce qui se cache derrière un carreau de chocolat en visitant la Cité du Chocolat qui vient d’ouvrir au public un second étage et plein de nouvelles animations

15-Écouter du jazz en buvant un verre à l’ombre des arcades de l’Opéra de Lyon (concert gratuit, sans réservation, tous les soirs à 19h, 20h15 et 22h)

16-Sonder ses connaissances en foot avec l’exposition Divinement Foot proposé par le musée Gadagne (aucune illusion quant à mon score)

17- Se transformer en jardinier au sein des 3 espaces potagers (herbes aromatiques, légumes, fruits d’été et petits fruits) mis en place sur les terrasses du centre commercial de la Part Dieu à l’occasion des ateliers de jardinage réservés aux enfants à partir de 3 ans

18-Se prendre pour Indiana Jones avec l’exposition Archéo TERRA au Musée Gallo-romain qui permet de découvrir la richesse des découvertes archéologiques dans le monde

En Juillet

glace

19- Flâner sur le bas des pentes de la Croix Rousse lors de l’événement quartier guinguette le samedi 2 juillet

20- Jouer au patient-lecteur lors d’une séance de bibliothérapie et repartir avec sa prescription lors du festival Charivari à Villeurbanne le samedi 2 juillet et dimanche 3 juillet de 14h à 18h. Gratuit

21- S’assoir dans le cinéma de quartier Saint Denis pour les dernières séances avant la fermeture estivale

22-Choisir son camp lors du match chorégraphié par la Compagnie Propos-Denis Plassard dans la grande cour du musée Gadagne le vendredi 8 juillet à partir de 19h. Gratuit

23-Vivre la dolce vita lors de la grande soirée Italie le vendredi 8 juillet au domaine de LaCroix Laval avec bal gratuit, dégustations de vins et spécialités transalpines dans le cadre des Nuits de Fourvière

24-Aller écouter des conteurs place des tilleuls à Pérouges et profiter du charme de la cité médiévale. Gratuit

25-Tester l’afterwork de Konditori entre amis rue Paul Bert (dont la sangria maison)

26- Chiner au marché aux puces à la berlinoise installé de 16h à 19h le samedi 9 juillet sous la halle QR2 de l’ancien marché de gros à Confluence 

27-Assister au spectacle aquatique le samedi 9 juillet lors de Lac en Fête à Yzeron (à 30 minutes de Lyon, avec des navettes qui partent de Lyon). Gratuit.

28-Faire le plein de fruits et légumes de producteurs régionaux et des Monts et Côteaux du Lyonnais lors des marchés nocturnes des producteurs (18h/21h) les vendredis 1 et 8 juillet sous la halle QR2 de l’ancien marché de gros à Confluence 

29-Savourer le mille feuilles fraises & pistache de la pâtisserie Guillaume Flochon à Vaise

30-Découvrir les arbres remarquables ou le trésor architectural du Parc de la tête d’or lors des visites guidées adultes

31- Boire un mojito en happy hour à Café Cousu

32-Se laisser embarquer ailleurs par l’Orchestre symphonique de Lyon et un orchestre de jeunes musiciens de Nouvelle Zélande pour un concert de musique classique et de musique de films place des Célestins le dimanche 10 juillet de 18h à 20h. Gratuit

33-Danser lors d’un des concerts du festival « Les dimanches de l’île Barbe » le 10, 17 et 24 juillet de 15h30 à 20h dans un coin de Lyon qui ne manque pas de charme. Gratuit

34-Avoir des étoiles plein les yeux un jour avant tout le monde avec le feu d’artifice de Caluire qui a lieu le 13 juillet. Gratuit.

35- Déjeuner de smorrebrod comme au Danemark en s’asseyant au restaurant Smor & Brod

36-S’initier à la gym suédoise avec les cours gratuits qui ont lieu au parc de la tête d’Or et sur les berges du Rhône dans le cadre du Festival Tout le monde dehors

37-Apprendre à manier le sabre traditionnel corréen sur l’esplanade du Gros Caillou et au Parc de la tête d’or dans le cadre du Festival Tout le Monde dehors. Gratuit

38-Se la jouer comme dans un film en en regardant un installé au volant d’une belle Américaine lors des ciné drive-in au transbordeur

En Août

glace

39- Acheter du pain frais à Partisan Boulanger qui a la bonne idée de prendre ses congés en juillet (ne pas être en vacances en Août c’est vite la double peine à Lyon vu le nombre de commerces fermés)

40-Partir à la rencontre de Pasolini avec l’exposition Pasolini Una vita violente dans les murs de la bibliothèque de la Part Dieu jusqu’au 10 août. Gratuit

41- Piocher au hasard dans l’un des très nombreux parfums à la carte du glacier Terre Adelice (jusqu’à présent, j’ai aimé tous ceux que j’ai goûtés)

42- Chercher un coin d’ombre dans le jardin de Rosa Mir qui a rouvert en début d’été 2016. Gratuit

43- Déguster l’Abricot version pâtisserie signée Sébastien Bouillet ( mousse abricot, cœur à l’abricot parfumé de thym sur un financier amandes)

44-Prendre son pied…en photos avec le hashtag #MesChaussuresEtMoi et retrouver ses chaussures sur le social wall de l’exposition A vos pieds du Musée des Confluences

45- Craquer pour un café glacé chantilly ou une pâtisserie maison du coffee shop Le luminarium dans le Vieux Lyon

46-Plongez dans l’univers miniature de Mini World Tour, le plus grand parc de miniatures animées de France qui a ouvert ses portes le 30 juin 2016 au Carré de Soie

47-Se payer un grec …ou du moins une pita (et s’il reste de la place, tenter le cheesecake qui a l’air assez dément) au restaurant l’Athina

48- Assister à la transhumance des moutons au Domaine de LaCroix Laval le samedi 27 août à 11h lors rendez vous de l’agriculture du rhône . Gratuit

49- Savourer un thé glacé dans la petite cour intérieure du coffee shop Les Cafetiers

50-Se glisser dans les coulisses des films des frères Dardenne à travers l’exposition de photos de Christine Plenus Sur les plateaux des Dardenne, à la galerie photo de l’Institut Lumière. Gratuit

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Pin It