Category

Parler d’ma vie

Category

Qui pense qu’elle est chez elle et pas chez nous, qui nous a fait le grand jeu à son arrivée pour nous regarder de haut par la suite ? Qui est censé être un chasseur mais recule lorsqu’elle voit une araignée ? 1 an et 3 mois qu’elle a pris ses quartiers ici, cela méritait bien un glop/pas glop spécial chat !

Pas glop : On ne compte plus les articles vantant les mérites de la ronronthérapie. En gros quand votre chat se met à ronronner (j’ai regardé des vidéos sur youtube, le même bruit chez l’homme est appelé ronflement et est étrangement beaucoup moins « mignon » et toléré), cela créé chez l’humain un sentiment de détente et de bien être. Et là je dis « remboursez ! », mon chat ne ronronne pas (ou alors il faut coller son oreille sur son corps et cela a lieu 5 minutes le matin à son réveil).

Pire mon chat n’est pas câlin. Je me voyais déjà, non pas en haut de l’affiche, mais mon chat sur les genoux, tendant son cou à mes caresses. Loupé, au mieux elle se laisse faire avec une tête qui semble dire si elle pouvait parler « c’est bientôt fini ? » au pire, elle file plus loin.

Glop : Pas câline, elle est par contre, la plupart du temps, près de moi (pour surveiller toute allée venue à la cuisine bien-sûr) et j’avoue que sa présence a un côté très relaxant, apaisant. Comme elle passe la plupart de son temps à dormir (alors qu’elle n’en rame pas une), la regarder peut avoir un côté soporifique.

Pas glop : Je me suis faite totalement avoir par mes enfants qui ont mené une campagne sans répit face à ma réticence à avoir un animal de compagnie. Ils devaient s’occuper de la litière, de ses repas….et je me retrouve avec ses tâches ménagères en plus.

Pas glop : A la visite des 1 an (elle a plus d’un an mais le dernier vaccin datait d’un an), on a eu droit à un discours bien infantilisant -typique d’une certaine partie du corps médical- car elle avait pris du poids, elle jouait avec nos mains et nos pieds, elle avait les griffes trop longues. Après l’enfant roi, l’animal de compagnie roi. Sauf si elle est malade, je pense qu’on va se passer désormais des visites véto (d’autant plus qu’elle ne sort pas au delà de la terrasse !).

Glop : Le chat a à sa disposition tout un arsenal d’armes de séduction : ses 50 nuances de regards, ses pauses de stars et celles plus improbables, sa démarche féline, ses accueils de chien (en tout cas, elle, elle accourt quand on rentre, se couche juste devant nous et attend des caresses -oui là elle veut bien mais pas trop hein, faut pas déconner)….et il faut bien avouer que ça marche.

Pas glop : L’état du canapé (j’ose même plus le regarder) malgré le griffoir, le tapis

Glop : J’ai toujours entendu dire que le chat était un animal indépendant (mouais). Il est aussi super pyscho-rigide : tous les matins, après avoir mangé, elle se couche exactement au même endroit ; tous les soirs quand je commence à fermer le volet roulant de la chambre, elle veut -pile à ce moment là- sortir; elle a son petit quart d’heure de folie tous les soirs à la même heure ; elle m’attend toujours à la même place quand je suis dans la salle de bain et elle tend le cou dans l’entrebâillement de la porte quand j’ouvre celle-ci; elle me fait toujours comprendre de la même manière qu’il serait peut être temps de la nourrir (s’installer sur mon tapis de souris, se frotter à mon écran d’ordinateur, me montrer ses fesses avant d’en venir à la manière forte, me faire quasi des croche pattes si je passe devant elle …mais jamais elle ne miaule !). Si c’est un glop, c’est parce que toutes ses petites habitudes me font souvent rire.

Et vous, des glop/pas glop spécial chat ?

Après un mois de mai qui ressemblait au mois de Novembre, on est passé sans transition des manteaux aux débardeurs. Dans 15 jours, tout le monde se plaindra sûrement qu’il fait trop chaud mais en attendant voici un glop/ pas glop spécial chaleur.

Pas glop : Les navettes marseillaises homemade

Est ce le retour des températures estivales mais je serais bien partie quelques jours à Marseille pour le festival Oh les beaux jours (le romancier Pete Fromm faisait partie des invités). En plus j’ai vu sur le site d’Expedia qu’il existait des auberges de jeunesse avec chambre double ou dortoir pour 4 pour les petits budgets dans le quartier du Vieux Port ou sur la Corniche.

Pour que Marseille vienne à moi, je me suis lancée dans la réalisation des fameuses navettes marseillaises. Et là, ce fut le drame : non seulement physiquement elles ressemblaient à des bouches mais en plus elles étaient fades et dures comme du bois. Pourtant j’ai suivi mot à mot une recette d’un site que je juge fiable. Allez rassurez-moi ça vous arrive aussi de foirer totalement une recette ?

Glop : la vie en terrasse est plus belle

Dès qu’il fait vraiment beau (je suis frileuse), je passerais bien ma vie en terrasse. Quel plaisir de boire un spritz place Berthone ou de goûter une délicieuse glace eau de rose/ safran/pistache place Sathonay (Sur le bout de la langue) avec des amis.

Et puis on a petit déjeuné, déjeuné et dîné dehors autant qu’on a pu lors des 4 dernier jours et c’est tellement agréable d’avoir une terrasse pour vivre un peu dehors.

Pas glop : Les moustiques

Mais qui dit chaleur dit aussi moustiques. Un jour j’ai fait une allergie aux piqûres de moustique. Depuis dès que j’en vois un, c’est lui ou moi (et tant pis pour l’équilibre de l’éco-système). J’en ai déjà croisé (et tué) deux énormes ces derniers jours alors le soir entre vivre dans le noir fenêtres ouvertes et pouvoir lire fenêtres fermées, il faut choisir. Vous avez des trucs efficaces pour les éloigner ? (en dehors du fait de se tartiner de citronnelle et produits assimilés )

Glop : Cueillette à la ferme

On a testé pour vous la cueillette à la ferme sans avoir de voiture (je sais que cela concerne très peu de monde mais je me dis que dans quelques années, je serai tendance )). A Fleurieux-sur-Arbresle, juste à la sortie du village, un grand potager/ fruitier est ouvert à la cueillette au public plusieurs jours par semaine.
Vous passez par une petite cabane où les légumes et les fruits à ramasser à cette période sont indiqués avec leur prix. Vous récupérez cageot, panier, brouette selon ce que vous comptez ramasser. Vous lisez le plan de l’exploitation pour savoir où se situent les épinards, les radis, les salades, les pommes de terre, etc ..et puis il n’y a plus qu’à se mettre au boulot.

On a commencé par ramasser des cerises dans une allée avec un léger vent bien agréable. C’était facile et marrant. Pour les fraises abritées par des bâches, il faut se baisser, il faisait très chaud (ambiance sauna), on s’est bien rendu compte que c’était du boulot, ne serait ce que pour ramasser 500 grammes. Tout est bio et vous verrez les fruits ramassés par vos soins ont une saveur particulière.

Y aller sans voiture ? prendre le train gare de Saint Paul (ma gare préférée à Lyon même si elle ne va qu’à deux endroits proches) jusqu’à Fleurieux-sur-Arbresle (20 minutes). Ensuite il faut rejoindre le village à pied (2km, ce qui est visiblement énorme pour certaines personnes), il y a un passage protégé par des barrières en bois pour les piétons, cela monte légèrement à l’aller (mais ça descend au retour)).



lien partenaire

La vie est plus jolie quand elle est semée de petites attentions. Cela peut être un geste, quelques mots, un regard et parfois aussi un objet qui fait mouche parce qu’il correspond à vos habitudes ou à vos goûts. Voilà pourquoi aujourd’hui j’avais envie de vous parler de 4 cadeaux offerts par mes proches et qui m’ont plu.

Un carnet pastel

Peut-être qu’entre tablette, smartphone et ordinateur, la plupart des gens tapotent sur un clavier pour écrire sur un écran aujourd’hui. C’est mon cas aussi pour mon blog et les réseaux sociaux, pour les sms et les messages privés mais le papier est toujours très présent dans mes habitudes d’écriture :

-pour mes listes de choses à faire
-pour mes idées de billets, de photos
-pour les citations que je note
-pour mon agenda papier (qui est en fait un carnet vierge que je remplis sans qu’on puisse parler de « bullet journal »)
-pour mes notes de lecture pour le jury du Grand Prix des lectrices Elle
-pour toutes ces choses que d’autres retiennent sans problème et que j’ai besoin d’écrire

J’aime les carnets, les cahiers, les jolies bloc notes, les cartes postales, les stylos, les trousses…C’est sans doute pour cela, que ma fille m’a offert ce joli carnet pas encore étrenné et qui vient de la boutique Instant poétique. Entre les motifs de la couverture, son format, sa couverture rigide qui le protège et permet de l’emporter partout sans le corner, je le trouve parfait !

Des créoles colorées

Je vous ai déjà montré plusieurs bijoux provenant de la boutique Summertime de la Croix Rousse. Celle-ci propose une sélection de boucles d’oreille, colliers, bracelets mais aussi sacs de créateurs avec une gamme de prix assez large.

Certains craquent pour les chaussures ou pour les sacs à main, moi j’ai un gros faible pour les bijoux fantaisie. Cette nouvelle paire de boucles d’oreille (cadeau pour cette vilaine fête commerciale )) est une création de Christelle dit Christensen. J’aime autant leur couleur que leur forme.

Des mini rouge à lèvres nude

Depuis que j’ai découvert les rouges à lèvres MAC, leur incroyable gamme de couleurs, leur tenue, je ne mets plus que ça et avec une grosse préférence pour les teintes dites « nude » qui ont l’avantage de ne pas vieillir, marquer, donner un air de clown (oui parfois le rouge me fait cet effet sur moi), ni me rendre encore plus pâle que je ne suis.

A Noël, j’ai eu un coffret de plusieurs mini rouges à lèvres MAC nude (quelle bonne idée au passage !), je les aime tous et ils sont déjà bien entamés. Je suis allée voir sur le site de la marque et je n’ai pas trouvé ce coffret, peut être une édition limitée pour les fêtes. Dommage car cela permet d’avoir 4 teintes avec un prix qui reste raisonnable.

Des thés aux saveurs orientales

Celui qui préfère Steeve Sanders à Dylan m’a offert récemment la box Sahara de la thé box avec une sélection de thés axés sur des saveurs orientales.

Les sachets de Dammann frères m’ont tous plu et en particulier étoile du désert, un thé noir à la saveur épicée du gingembre, la fleur d’oranger et la rose ainsi que le thé de la palmeraie, un thé vert à la datte, rhubarbe, framboise, rose et fleur d’oranger. Les cônes et les sachets que vous voyez sur la photo ci-dessous accompagneront mes futures pause thé.

Et vous, quel est le dernier cadeau qu’on vous ait offert qui a fait tilt ?

Depuis quelque temps, j’ai pris l’habitude de partager les j’aime de la semaine dans une story le dimanche soir. J’avais demandé si vous préfériez le format story ou blog et la majorité avait voté pour Instagram. Si je n’ai pas arrêté le blog depuis 13 ans, c’est que j’aime plus que tout écrire et sur Instagram, je me sens assez vite limitée, contrainte et frustrée. Alors temporairement ou régulièrement, voici une version moins synthétique des j’aime de la semaine pour ceux et celles qui aiment lire.

J’ai été H.S, sans énergie, au moins jusqu’à jeudi sans que ce ne soit une grippe. J’ai encore plus « marmotté » qu’habituellement en hiver et mon chat se couchait invariablement le long de mes jambes, comme s’il sentait que je n’étais pas au mieux de ma forme. Je crois de plus en plus à une sorte de sixième sens du chat : )

******

Fou de pâtisserie vient de lancer une série de vidéos « Les chemins du goût » et dans le premier volet, le chef pâtissier Cédric Grolet explique comment il a travaillé autour de sa pâtisserie signature, les fruits sculptés. S’il y a une chose que j’aimerais pouvoir goûter un jour, c’est un de ses fruits (noisette, poire, pomme, citron ..selon les saisons).

*******

Traitez-moi de psychopathe si cela vous fait plaisir mais quand le travail d’un artiste me plait, j’ai tendance à vouloir tout lire, tout voir à son sujet, le retrouver plusieurs fois en concert. Je suis capable d’aller voir un film juste parce qu’il y a x ou y qui joue dedans.

J’ai « découvert » Mathias Malzieu non pas en tant que musicien mais en tant qu’écrivain avec Journal d’un vampire en pyjama . Dans ce livre, il racontait comment sa vie avait été bouleversée le jour où on lui avait diagnostiqué une maladie rare et très grave. Il a une façon de regarder le quotidien, le monde avec une poésie et avec des lunettes qui n’appartiennent qu’à lui. J’aime beaucoup l’histoire qu’il a imaginé dans La mécanique du coeur et la manière dont il parle de la perte d’un être cher dans Maintenant qu’il fait tout le temps nuit sur toi m’a marqué à jamais. Alors quand, un peu par hasard, j’ai vu qu’il avait réalisé un documentaire dans lequel il raconte son voyage en Norvège (lorsqu’il était malade, il s’était promis de traverser ce pays une fois sur pied), je me suis mise une note « à voir vite ! ».

Ce matin, pendant que je tentais de venir à bout d’une pile de repassage, j’ai rejoint les trolls, les rennes, un village de livres au fond d’un fjord, les paysages à la fois magiques et effrayants de la Norvège, Mathias Malzieu et les personnes qu’il rencontre (dont un Sami, peuple dont il était question dans la série Jour Polaire que j’avais beaucoup aimée ). C’est beau, c’est émouvant et je me suis retrouvée dans le côté rêveur de Mathias Malzieu.

*****

Minute de gloire : je suis dans les pages livres du dernier numéro de Elle dans le cadre du grand prix des lectrices Elle. C’est un extrait de mon avis sur « Les heures rouges » qui a été retenu.


Je continue de lire un roman, un document et un polar tous les mois puis à les noter et à les chroniquer. Pour l’instant, un roman se détache très loin devant les autres titres pour moi, je croise fort les doigts pour qu’il soit le coup de cœur des autres lectrices. Je suis plus partagée concernant les essais (est ce qu’on note le fond ou la forme ? souvent le sujet est intéressant mais l’écriture plus plate). Quant aux polars, plusieurs titres font du coude à coude dans mon esprit.

******

Je finis ce billet avec quelques photos que je n’ai pas partagées sur Instagram mais qui ont fait partie de cette semaine :

la jolie vitrine de l’Instant poétique baignée d’une lumière hivernale
Brioche as-tu du coeur ? elle n’a pas levé mais elle a quand même été mangée !
Chambre 128
mini focaccia fromage speck chez Tipicco
risotto all’isolata toujours chez Tipicco (mariage surprenant mais très savoureux romarin viande cannelle)
un coffret gourmand à gagner sur mon compte Instagram

Si je tiens ce blog depuis 13 ans, en dehors du plaisir de l’écriture, c’est aussi pour le plaisir d’échanger alors n’hésitez pas à me laisser un petit mot.

Je vous souhaite une bonne semaine !

Je crois que je vais abandonner l’idée de publier les j’aime de la semaine le dimanche soir même si cela semble logique. Le week-end, j’allume de moins en moins mon ordinateur (c’est peut être pour cela que je lis plus de 10 livres par mois, y a pas de hasard) voire pas du tout. Dimanche soir ou lundi, qu’est ce que vous préférez vous ?

DIY Attrape-rêves

Je vous livre la version « vie parfaite enfants parfaits » ou la vérité avec des tâches et des ratés ?  Allez la seconde option sera plus drôle. Comme ma fille aime beaucoup les activités créatives mais qu’une fois sur deux, quand elle veut se lancer dans quelque chose, nous n’avons jamais le matériel adéquat, j’étais à la recherche pour son anniversaire d’une box DIY (avec l’activité ET tout le matériel). Je dois avouer que je n’ai pas trouvé grand chose correspondant à son âge (9 ans) mais j’ai fini par trouver la box de la Petite Épicerie (si votre enfant a une passion inexpliquée pour le slime, ce truc qui ressemble à de la morve mais qui, selon ma fille, est super relaxant, vous connaissez forcément la petite épicerie). Alors pour son anniversaire je lui ai offert un abonnement pour 3 mois.

L’attrape rêves en broderie est la seconde box reçue. L’idée était d’avoir un petit moment toutes les 2 autour de cette activité même si MOI j’ai plutôt deux mains gauches en dehors de la pâtisserie et pas d’intérêt du tout pour la couture, le tricot, le bricolage… La première fois qu’on a ouvert la box, en voulant mettre le fil dans l’aiguille (étape 1), on a paumé l’aiguille. Pas de botte de foin dans mon salon, pourtant impossible de retrouver l’aiguille (et non je n’ai pas plein d’aiguilles chez moi, je ne couds jamais).

Mercredi dernier, après avoir retrouvé un mini kit de couture, souvenir d’une nuit d’hôtel (oui je prends les mini kit de couture et les petits savons aussi), nous avons pu fabriquer l’attrape-rêves sous le regard très intrigué de mon chat qui voulait absolument jouer avec le fil et le petit napperon. Les différentes étapes consistent à attacher le napperon au centre du cercle en bois avec du fil et une aiguille, à nouer des rubans puis à piquer différents éléments (pompons qui intéressaient énormément le chat et fleurs).

Si vous êtes une pro en DIY, vous trouverez sûrement cela trop/très facile. Nous, nous étions contentes d’y être arrivée (enfin surtout moi) et ma fille a accroché son attrape-rêves (pourquoi appelle-t-on cela un attrape-rêves alors que c’est sensé attraper les cauchemars ?) à son tipi dans sa chambre.

 

Accords mets /champagne au Chai Lombardi

Dans la série, je découvre un nouveau lieu chaque semaine à Lyon, je demande le Chai Lombardi ouvert par Stéphane Lombardi en octobre 2017 (à deux pas de la place Bellecour). L’idée ? Proposer aux amateurs de fines bulles ses champagnes via un circuit court dans un lieu cosy et leur permettre de les découvrir, acheter sans avoir besoin de se déplacer jusqu’au domaine en Champagne.

Plus qu’une cave, le chai Lombardi est un lieu de dégustation. Des accords champagnes et caviars, des accords mets/vins comme celui auquel j’ai assisté, des ateliers d’oenologie et des dégustations sont proposés régulièrement dans cet espace privatisable.

Le Champagne Lombardi vient de la région de la côte des Bar (la région la plus méridionale de la Champagne) où s’épanouissent les cépages de Chardonnay et Pinot Noir, entre vallées et forêts. Cette diversité des terroirs contribue à la typicité des vins (et cela se traduit à travers les six cuvées du champagne Lombardi).

Autres spécificités des Champagnes Lombardi : un vieillissement prolongé (minimum 3 ans, 7 ans pour la cuvée Hyménée),  la sélection des jus de première presse uniquement et un travail particulier sur le Pinot Noir (que l’on retrouve dans les Blancs de Noirs qui offrent une richesse aromatique infinie).

J’ai goûté 3 cuvées des Champagne Lombardi jeudi soir et j’ai découvert, à cette occasion, qu’il était dommage de cantonner le champagne à l’apéritif. Que ce soit avec un tartare de poisson, un poulet de bresse sauce morilles ou  du chocolat, l’accord était parfait.

Chai Lombardi 
71 rue de la république
info@champagnelombardi.com

 

Le porteur d’histoire à la Comédie Odéon

Faits divers, religions, contes que l’on raconte aux enfants, nous baignons toute notre vie dans de multiples histoires. Celles qu’on se transmet oralement, celles qu’on lit, celles qu’on entend, celles qui sont déformées. Les histoires de famille, les histoires d’écrivains, la Grande et la petite histoire.

Sur scène, vendredi soir à la Comédie Odéon cinq comédiens (tous incroyables : Khalida Azaom, Bruno Fontaine, Yvan Lecomte, Michael Maino, Lison Pennec) m’ont embarqué dans une histoire faite de mille et une histoires (même si tout se recoupe à la fin) traversant les siècles et baladant les spectateurs d’Algérie au Canada en passant par un petit village des Ardennes.

Mais comment vous raconter cette histoire ? Celle d’un homme au volant perdu en pleine forêt et cherchant la maison de son père qui vient de mourir ? Celle de deux femmes qui ont une bibliothèque riche de classiques et même d’un incunable ? Celle de la famille des Bourbons de Saxe ? Celle d’Eugène Delacroix et d’Alexandre Dumas ? Celle de deux frères qui ne se sont pas revus depuis plus de 10 ans ?

Toutes ces histoires s’imbriquent les unes dans les autres sans cafouillage ni incompréhension. J’ai été bluffée qu’avec un décor si restreint (un tableau noir sur lequel les acteurs écrivent quelques mots et 5 tabourets) et seulement quelques costumes, naissent sous nos yeux de spectateurs, des scènes qui se matérialisent aussi bien qu’au cinéma et des personnages si différents (pourtant joués par les mêmes acteurs).

Assise dans mon fauteuil, j’ai été happée par ce tourbillon vertigineux, admirative de la prouesse des acteurs et de la construction de l’intrigue.

Ce n’est pas un hasard si l’auteur du porteur d’histoire, Alexis Michalik, a reçu le prix du Meilleur Auteur francophone vivant aux Molières 2014 et je vous conseille vivement d’aller voir cette pièce jouée à la Comédie Odéon jusqu’au 2 février 2019 ( du mardi au samedi à 19h ; relâches le 25/12 et le 01/01)

Cette semaine il y a eu aussi :
-le plaisir de retrouver la série de Dix pour cent
-du brouillard dans ma tête (comme souvent)
-des madeleines faites à la dernière minute et sans bosse (mais très bonnes selon les copains des enfants)
-un premier mac cheese maison
-pas mal de chroniques écrites pour le Grand Prix du jury des lectrices Elle (j’en relais un certain nombre sur mon compte instagram dédié bookaddictlyonnaise)
-la découverte des bûches de Noël de la pâtisserie Voltige à Villeurbanne avec ma partenaire de choc Emilie

La photo en Une est sans rapport avec le contenu de cet article. C’est juste un peu ma tête le matin quand il s’agit de sortir du lit et qu’il fait gris et froid dehors (je veux bien du froid mais avec un ciel bleu s’il vous plait )). Allez courage pour les marmottes et les frileuses comme moi et bonne semaine à tous !

Est ce ma semaine d’absence, le fait d’avoir récupéré mon ordinateur mais je vous préviens je suis très bavarde pour ces j’aime de la semaine :

Tripopote pose ses couverts sur les pentes de la Croix Rousse

Vous avez peut-être déjà croisé leur tripoteur à Lyon ou peut être avez vous goûté un de leurs plats ou douceurs qu’ils proposent en tant que traiteur ? Depuis début septembre, Tripopote ont investi le 32 rue des tables claudiennes à la Croix rousse et ils ont créé une atmosphère douillette et cosy (une fois assise, je n’avais plus envie de repartir ).

Pour faire découvrir les lieux et comme en avant goût de tous les possibles à venir dans cet espace convivial (des brunchs, des déjeuners le lundi, des soirées privées …), Léa m’a convié à un petit déjeuner gourmand (carrot cake avec du potimarron, petits biscuits chocolat noisette, tartelette poires-pommes-noix, granola maison). L’occasion aussi de mettre un visage sur une aventure que je suis depuis pas mal de temps sur les réseaux sociaux. Un rayon de soleil dans un début de semaine pluvieux et gris.

 

 

Quitte à se cailler, autant que ce soit en Islande

Je vous ai déjà parlé de Ragnar Jonasson car j’ai lu les volets précédents de la vie de l’inspecteur Ari Thor muté dans un village islandais où les hivers sont particulièrement froids et hostiles.

Pourquoi j’ai aimé Sott ?

-le plaisir de retrouver un personnage dont on suit les enquêtes tout en apprenant un peu plus sur son passé et ses questionnements actuels
-le plaisir de se blottir sous la couette alors que l’action nous plonge dans le froid, sous la neige, dans la tempête
– la façon dont Ragnar Jonasson construit ses livres comme s’il avait des pièces éparpillées devant lui et qu’il retrouvait peu à peu celles qui s’emboîtent.
-l’ambiance qu’installe cet écrivain  (dans ce volet, la ville est mise sous quarantaine car on suspecte une épidémie de fièvre hémorragique)
-dans ce volet, l’enquête est à la fois mené par Ari Thor et par la journaliste Isrun, apportant plus de souffle à l’action
-encore une fois pas de meurtre abominable, pas de détails sanguinolents, mais des secrets qui resurgissent

Le seul inconvénient est que je l’ai lu très très vite.

Comment le développement personnel a changé sa vie

Quand on fait connaissance avec Marianne Power, l’auteur de Help me !, on pense quasi immédiatement à Bridget Jones. Elle vit à Londres, elle écrit des articles pour des magazines, elle est célibataire et a l’impression d’avoir raté sa vie….mais elle nous raconte cela avec beaucoup d’auto-dérision (peut être que c’est d’ailleurs la marque des anglais, être capable d’autant d’auto-dérision à leur sujet) et j’ai ri souvent en suivant sa plongée dans le développement personnel.

Marianne Power est malheureuse, elle a l’impression de se chercher, de passer à côté de quelque chose alors un jour, après une belle gueule de bois, elle décide de mettre en pratique les livres de développement personnels qui rencontrent le plus de succès. 12 mois, 12 livres, 12 « thèmes » différents mais alors que le but proclamé de tous ces livres est de la rendre plus heureuse, plus épanouie, plus sereine, les choses ne vont pas vraiment se passer comme prévu.

J’ai une attitude un peu équivoque vis à vis du développement personnel : les injonctions perpétuelles au bonheur me font frémir (surtout qu’il y a toujours l’idée derrière d’être plus efficace, plus rentable, plus riche) et cette expression recouvre bien des choses dont certaines trop ésotériques pour moi mais j’ai eu l’occasion de faire un travail sur mes croyances limitantes (le fameux je n’y arriverai pas par exemple ou je suis nulle) et sur mes valeurs. Cela a ouvert certaines portes que j’ai envie de pousser pour être tout simplement mieux dans mes baskets alors que j’ai toujours été complexée et que j’ai une grosse tendance à l’auto-dénigrement.

Ce n’est donc pas un hasard si Help me s’est retrouvé entre mes mains. Certaines choses m’ont paru pertinentes : Marianne commence par lire  » Tremblez mais osez » et se retrouve à oser des choses qu’elle s’interdisait jusqu’à présent. C’est plutôt violent parfois (enfin de mon point de vue) mais ce qu’elle en retire c’est la fierté d’avoir franchi le pas et le fait que cela vous galvanise par la suite. Un peu comme lorsqu’on ose enfin dire non. D’abord on réalise que le monde ne s’écroule pas pour autant, qu’on se respecte vraiment et qu’on vous respecte plus.

D’autres choses m’ont paru risibles. L’auteur garde son esprit critique mais en même temps elle parle de la parole des auteurs qu’elle lit comme si c’était des gourous « Machin a dit que…donc il faut le faire » et j’avoue que cela m’a parfois énervé.

Je vous laisse découvrir le détail de chaque livre que Marianne lit et quels actes s’ensuivent mais alors que le développement personnel devrait l’aider à aller mieux, elle est de plus en plus déprimée, à côté de la plaque et elle est tellement centrée sur elle-même, dans l’introspection permanente qu’elle est infernale avec tout son entourage.

Finalement la vraie révélation vient du livre Le pouvoir du moment présent, quelque chose sur lequel justement je crois qu’il faut vraiment se pencher si on est toujours dans l’attente, dans l’anticipation de choses négatives (la fameuse inquiétude), dans l’objectif permanent de perfection.

Pause café au milieu des plantes vertes

Depuis quelques années, les usages traditionnels des commerces se modifient. Des hôtels sont conçus avec une véritable pièce à vivre en plus de la salle de réception et il n’y a pas besoin d’être client de l’hôtel pour y prendre l’apéro; les hôtels de jour sont aussi apparus permettant de réserver une chambre dans la journée pour briser le quotidien, jouer au touriste dans sa propre ville ou s’offrir une parenthèse dans un décor insolite.

Côté boutiques, on voit de plus de lieux multi-fonctions (comme l’Effet Canopée). Le petit dernier qui a ouvert ses portes place Sathonay est Un brin de folie, un endroit où j’ai pris un café avec mon amie Sophie samedi matin au milieu des plantes vertes, des terrariums et des fleurs. Vous pouvez venir ici pour acheter un bouquet, une plante mais aussi assister à des ateliers botaniques. C’est vert de partout et je suis sûre que c’est bon pour le moral  !

J’arrêter de « parler » et je vous souhaite une bonne semaine !

Pin It