Category

Parler d’ma vie

Category

Quelqu’un peut m’expliquer ce qui s’est passé en septembre ? Le mois a vraiment compté autant de jours que les autres mois ? Je ne l’ai pas vu passer et d’un coup je me réveille, il fait encore nuit à 7 h du matin, la vogue aux marrons s’est installée dans mon quartier de la Croix Rousse et je supporte sans souci un foulard autour du cou. Je ne suis pas sûre que le mois de novembre défile aussi vite mais n’anticipons pas, pour le moment profitons du temps présent …

Et cette semaine il y a eu en vrac :

un samedi après midi (chaud) au parc de la tête d’Or avec cette lumière automnale particulière, un jardin botanique beaucoup plus fleuri que je ne l’aurais pensé (il y a vraiment de quoi y passer des heures), une exposition photographique sur les plantes carnivores, ces arbres immenses dont j’admire à chaque fois la beauté et la perspective de revenir bientôt quand les couleurs de l’automne seront encore plus franches (pour info le week-end du 20-21 octobre, ce sera la fête des citrouilles côté parc côté serres). 

un truc un peu étrange se cache dans cette photo, le verrez-vous ? 

-des nouveaux bijoux offerts à mon anniversaire et mis à mon poignet et mes oreilles et que j’adore (et par un heureux hasard, ils sont dans les mêmes tons).

-Un écureuil qui traverse juste devant moi dans une petit rue de mon quartier (vous êtes obligé de me croire sur parole, il bondissait si vite qu’il était impossible de le photographier)

-Les premiers thés de la gamme Détox de Palais des thés que j’ai savouré différemment vu la chute des températures

 

-l’épisode  Comment mieux s’aimer du podcast Changemavie qui rappelle, si besoin est, que dans notre société de consommation on a tendance à penser qu’on s’aimera plus le jour où on pourra partir en voyage loin comme tous ceux qu’on suit sur Instagram, le jour où on aura perdu 5 kilos parce que la plupart des modèles qu’on nous renvoie sont des filles très minces, le jour où on aura une belle maison …(ou tout ce qu’on nous vend), avec ce sentiment qu’on n’est jamais assez (fill the blank) ….comme si l’amour de soi dépendait des autres, de facteurs extérieurs

-Le prix Nobel de la paix attribué à Nadia Murad et le docteur Denis Mukwege 

Et puis je voulais revenir sur ma rencontre avec un des fournisseurs locaux de Ninkasi,  à savoir la famille Chamberon qui a une exploitation agricole à Miribel-Jonage à 10 km de Lyon. Après un tour dans les champs de pomme de terre, ces dernières se sont retrouvées dans nos assiettes, bien croustillantes, moelleuses à l’intérieur et avec un vrai goût de pommes de terre. Ce sont ces pommes de terre qui sont servies depuis presque 2 ans dans tous les Ninkasi.

 

Sur la carte de cette enseigne, 70 % des produits sont issus de la région Auvergne Rhône Alpes, développant ainsi des filières courtes depuis plus de 20 ans :

-les pains burgers (sans additif, sans conservateur) sont frais et fabriqués pour la boulangerie Thévenet, située à Oullins à 5 km de Lyon

-les galettes de lentilles vertes qui garnissent le burger veggie ( avec une tapenade de tomates séchées à la bière Ninkasi Blanche et picodon AOP, basilic frais, roquette, tomates ) sont fabriquées par le Boucher Vert, une start up drômoise. Je mange peu de viande mais je ne suis pas végétarienne. J’ai choisi le burger veggie par curiosité et avec une petite appréhension (cela va être sec !) et je me suis régalée. Testez-le !

-les saucissons à base de porc français, fourme d’Ambert AOP et bière Ninkasi Noire sont le fruit d’une association avec la maison Chambost situé à Tarare, à 40 km de Lyon

-côté boissons, Ninkasi travaille avec les sirops Crozet (situé à Thizy les bourgs…il parait que leur sirop de citron est fabuleux..à vérifier à la boutique située dans le Vieux Lyon), les jus de fruits et nectars Bissardon (Saint Paul en Jarez) et Los primos pour le café torréfié à Saint Bonnet de Mure.

-enfin pour ce qui concerne les desserts, les milshakes et sundaes sont fabriqués avec des produits de l’Arbre à Glaces (Saint Etienne).

Bref au delà du bio, je suis sensible à cette démarche locale que j’essaie aussi d’appliquer quand je le peux dans mes achats alimentaires.

Sur ce, je vous souhaite un bon dimanche soir !

Pourquoi tous les week-end me donnent l’impression d’être dans un espace temps où les heures défilent particulièrement vite ? Entre le petit déjeuner au lit servi par mes enfants ce matin pour mon presque anniversaire et cet instant où j’écris ces lignes, je n’ai pas vu passer le dimanche. Alors en avant pour les j’aime de la semaine, qui sont plutôt les j’aime du week end :

Street Food Festival édition 2018

Samedi à 11h on était déjà au Street Food Festival version 2018. Arriver avant midi a au moins deux avantages : pouvoir faire le tour tranquillement des différents espaces et foodtrucks et ne pas faire la queue partout.

Contrairement à ce que montrent les photos ci dessous, nous sommes passés par la case salée avant le dessert en goûtant :

-le mini burger au porcelet, cheese crotte, oignons caramélisées à l’érable sur le stand d’un des invités de cette année, Montréal
-le bun au pastrami du Bistrot du potager (dont la taille m’a paru plus normale)
-le hot dog façon Mère Brazier
-le fish & chips de Grégory Cuilleron pour les enfants.

Côté sucrés, on a craqué :

-pour les chichis à la fleur d’oranger nappés de praliné des marseillais Bricoleurs de Douceurs

– pour la brioche toastée servi avec un coulis caramel, des noix de pécan caramélisées et une glace caramel au beurre salé du foodtruck Page Gâteaux et Glace. Avis aux croix-roussiens : ce foodtruck est depuis fin août présent sur la petite place de la croix rousse le mercredi matin pendant le marché. Leurs glaces artisanales sont vraiment très bonnes et l’accueil super agréable.

 

Le jardin de la Belle Allemande

C’est un peu l’Arlésienne tous les ans, pour les journées européennes du patrimoine, on évoque vaguement l’idée d’aller découvrir le jardin de la Belle Allemande (qui, encore une fois, est près de chez nous à pied). Cette année, on a hésité entre le monde rue de la République pour le défilé de la Biennale de la Danse et un petit havre de paix vert et fleuri.

Je ne doute pas que le défilé ait été plein de joie et de poésie mais on a beaucoup apprécié cette visite guidée dans ce jardin que les propriétaires ont créé au fil des ans depuis leur acquisition en 1981. Rosiers, hortensias, érables, fougères (et des dizaines d’autres espèces que je ne connais pas), potager, poulailler, bassins…en pleine ville avec en prime une vue sur la Saône.

Ce jardin (plus grand que je ne l’imaginais) a un côté très apaisant, romantique…j’y serais restée bien volontiers avec un bon bouquin.

Et vous alors votre week end ? 

Je me suis mise à mon bureau pour écrire cet article et je serais tenté de sortir la crème solaire tant le soleil tape à travers la fenêtre. Tout à l’heure il faisait aussi chaud sur la terrasse qu’en plein mois d’août et j’ai du rapatrier le tiramisu-anniversaire rapidement à l’intérieur. Bref difficile de réaliser qu’une nouvelle année scolaire vient de commencer, peut être parce que l’entrée dans le grand bain s’est faite en douceur :

Une semaine à 4 jours

Après plusieurs années de semaine à 5 jours avec un vendredi après midi réservé à des activités extra-scolaires (sans aucun rapport avec l’effet d’annonce initial et payantes ), la Ville de Lyon est revenue à la semaine de 4 jours. Cela s’est accompagné de nouveaux horaires qui font débat puisque la matinée se finit à 12h (et que si votre enfant mange au second service, il ne déjeune pas avant 13h mininum), reprend à 14h15 et l’après midi se finit à 16h45 au lieu de 16h30 avant.

Cela ne fait pas l’unanimité mais en ce qui concerne ma fille qui n’est jamais tombée du lit à l’aube, la semaine de 5 jours était un rythme très fatigant pour elle. Elle a donc apprécié ce mercredi libre …..et s’est retenue de narguer son frère qui lui se lève pour aller au collège.

Le film Le jeu en avant-première

Dans le cadre de la semaine de la Comédie UGC, je suis allée voir en avant-première le film Le jeu, l’histoire d’une soirée entre amis où l’un d’entre eux décide de lancer un jeu : chacun pose son portable sur la table puis lit à tout le monde les messages qui arrivent.
Le film pose pas mal de questions sur notre rapport à cet objet très envahissant qu’est le téléphone portable mais aussi sur la transparence dans la vie (faut il tout dire à celui/celle qui partage sa vie ? à ses amis ? ou doit-on tenir à son jardin secret ?).
Le casting est excellent avec mention spéciale à Suzanne Clément (de Laurence Anyways au rire de ma mère, elle m’a toujours bluffé et touché), Stéphane de Groodt dans un registre inattendu et Grégory Gadebois qui est d’une justesse incroyable. L’originalité du film Le jeu est aussi son angle : son réalisateur Fred Cavayé a filmé et monté cette comédie (oui c’est drôle !) comme un thriller.

Les tupiniers du Vieux Lyon

J’ai beau vivre à Lyon depuis plus de 12 ans, je n’étais encore jamais allée voir ce rassemblement de potiers (plus de 140 venant de toute la France mais aussi d’autres pays) appelé Les tupiniers du Vieux Lyon (et je n’ai pas l’excuse d’un rendez vous récent puisque cette année c’était la 33e édition).

Je m’attendais à quelques stands et j’ai été surprise par leur étendue et leur nombre de la place Saint Jean à la cour de la bibliothèque du 5e avec des pièces vraiment belles.  Je ne sais pas si cela se « voit » sur mes photos ci dessous mais le Vieux Lyon avait des airs de vacances ce dimanche.

Je voulais aussi vous parler de ma visite de la maison Bernachon mais il faut que je trie mes photos et cela vaut bien un billet à part entière. A suivre…

Sur ce, je vous souhaite une belle semaine ! 

J-quelques heures avant la rentrée. Le mot est-il tabou chez vous ? est ce qu’il suscite des cris d’effroi chez les enfants (après 2 mois de vacances, les miens osent soupirer à la perspective de reprendre l’école) ? J’ai repris le travail depuis quasi un mois déjà alors pour moi, le mot rentrée ne signifie pas grand chose si ce n’est nouveau rythme et nouvelles habitudes que j’essaie de mettre en place (je vous en reparlerai peut-être). Et puis j’ai aussi un gros challenge professionnel à relever mais c’est un peu trop tôt pour en dire plus. N’empêche que ces j’aime de la semaine auront un petit goût de reprise.

Le tee-shirt de Wonderwoman (je veux le même !)

Enfant, aviez-vous des vêtements neufs le jour de la rentrée ? Moi oui et j’ai choisi une tenue avec ma fille pour sa rentrée en CM1 (comme tous les étés, elle a grandi, elle va avoir 9 ans et parfois j’ai l’impression de voir une ado !). Sa motivation pour reprendre le chemin de la primaire  a miraculeusement augmenté : ). J’ai flashé aussi sur ce tee-shirt avec Wonderwoman et elle aussi (je ne m’aventure plus à choisir des fringues sans elle, j’ai une chance sur 2 pour que cela ne lui plaise pas ).

(acheté chez Z)

Une nouvelle adresse verte

Qui dit rentrée, dit aussi nouvelles adresses et sur ma colline, la jardinerie urbaine Gloriette vient juste d’ouvrir. Les plus de cette boutique :

* plein de plantes à priori faciles à entretenir (j’écris à priori car elles n’ont pas une grande espérance de vie une fois sous mes mains)
* un accueil super souriant avec des conseils pour les néophytes comme moi
* des produits locaux (les plantes sont produites par l’oncle de la responsable de la boutique à Sathonay, les cache pots et les outils sont fabriqués dans le coin, des créatrices locales sont aussi mises en avant).

 

Du coup, depuis quelques jours, notre chez nous est un peu plus vert ( on croise les doigts pour que le chat qui, jusqu’à présent, a laissé tranquille tous mes bouquets, se fichent aussi des plantes). Si ces nouvelles venues se sentent bien, j’aimerais bien aussi mettre un peu de vert sur les balcons.

Une réunion de rentrée anti-blues du dimanche soir

Si la rentrée vous rend grognon et chafouin, je vous prescris une dose d’Alain Chabat tout de suite puis à partir du 5 septembre, date de reprise du Burger Quizz (il parait qu’il va présenter seulement quelques émissions et qu’ensuite ce sera un autre animateur..sniff). Je suis vraiment fan d’Alain Chabat : il est drôle (en tous cas son humour marche sur moi) mais jamais cynique (et le cynisme avec l’âge, je le supporte de moins en moins ). Et j’aime toujours autant, xxx années après les Nuls, ses fausses pubs.

Moins drôle mais à signaler aussi, la reprise de l’émission La grande librairie qui est désormais le mercredi soir et plus le jeudi. En parlant livres, hier matin j’ai reçu en tant que jury du Grand Prix des lectrices Elle, la première sélection de bouquins (un roman, un thriller, un document). A suivre sur @bookaddictlyonnaise.

Sur ce, je vous souhaite un bon dimanche soir et une bonne semaine !

 

 

Après une pause estivale bien méritée, les « j’aime de la semaine » reprennent du service. J’en ai noté une longue liste dans un de mes carnets entres les expos vues de cet été, les films et séries, les bonnes adresses des vacances mais la reprise se fera en douceur avec 3 j’aime :

Mon congel va craquer !

Lorsque je suis rentrée de Bretagne il y a déjà plusieurs semaines (comme mes photos sur Instagram ne me montrent pas )) il faisait 30° degrés dans l’appartement malgré des volets fermés partout, une odeur de renfermé flottait dans les pièces et deux énormes valises attendaient d’être vidées (soupir). Le retour classique de vacances en somme, les factures en moins. Mais ce retour à Lyon a été très adouci par la livraison d’un gros colis de glaces et de sorbets de la Fabrique Givrée suite à une participation à un concours.

C’est un glacier que je fréquente depuis qu’il s’est installé à Lyon et je me suis toujours régalée avec ses coupes ou ses bûches pour les fêtes de fin d’année (pas encore goûté les kiffs). Comme j’ai une préférence pour le côté crémeux des glaces, la datte fleur d’oranger a vite été entamée ainsi que la pistache (mes 2 parfums préférés jusqu’à présent). Les jours de canicule le sorbet citron gingembre un brin piquant a été très apprécié. Il reste encore plein de pots à goûter et maintenant que les températures devraient se calmer, j’ai en tête une ou deux recettes pour les déguster. A suivre !

Esprits du Japon, êtes-vous là ?

De Lost in Translation aux romans d’Olivier Adam, des grands pâtissiers qui ont, pour beaucoup, une boutique là-bas aux objets kawai, le Japon semble attiré et fasciné la plupart des gens…ce qui n’est pas mon cas (et en plus je n’aime pas le matcha). Je suis donc allée plutôt à reculons (mais en moon walk c’est plus drôle) à l’exposition présentée depuis le 7 juillet 2018 (et jusqu’au 25 août 2019) au Musée des Confluences, Yokainoshima, esprits du Japon …..et j’avais tort.

L’exposition met en parallèle dans la scénographie (toujours aussi bien pensée) les photographies de Charles Fréger de figures masquées rituelles (sans volonté sociologique de sa part) et les collections japonaises du musée. Je suis entrée dans un univers que je connais peu et j’ai découvert des rites, une spiritualité, une histoire très éloignée de nous …même si la dernière partie de l’exposition avec le cosplay (la pratique qui consiste à s’habiller comme un personnage fictif, ça m’a rappelé cette fille circulant dans les rues de Madrid « déguisée » en Pikachu, j’avais conclu à un enterrement de vie de jeune fille avant de voir quelle était seule et qu’elle était dans son « jeu »), le manga ou les jeux vidéos nous rappelle que la culture japonaise fait aussi partie de notre quotidien. Cerise sur le temple :  on a pu montrer aux enfants le jeu PacMan …non sans une certaine nostalgie 🙂

Elle changeait la vie : Le podcast de Clotilde

Je ne suis pas tombée complètement par hasard sur le postcast de Clotilde, Change ma vie dont le thème a trait au développement personnel. Il y a quelques mois encore, j’avais une image du développement personnel très proche de celle décrite pour Clotilde dans son tout premier podcast : souvent réduite par la presse à une insupportable injonction au bonheur, ramenée à des slogans que je trouvais niais et à des livres qui ne sont pas ma tasse de thé.

Et puis les circonstances de la vie (j’ai failli dire hasard, mais y a t il vraiment des hasards ? vous avez 2 h!)  m’ont donné la possibilité d’être accompagnée par une coach ( rien que le mot entraînait chez moi toute une série d’images et d’idées….fausses !). Je me suis beaucoup reconnue dans le portrait de Clotilde quand elle se présente dans son podcast 0 : une hypersensible qui peut se pourrir la journée pour une réflexion déplacée, qui cogite beaucoup, une éponge émotionnelle. J’avais aussi le sentiment de tourner en rond depuis un petit moment sur certains points : incapacité de dire non, incapacité d’oser, auto-sabordage, dépréciation systématique, dépendance à l’avis des autres. Et les incantations magiques du style « accepte-toi comme tu es » ou les réassurances de mes proches n’avaient aucun impact sur mon schéma de pensée.

Depuis quelques mois  j’ai donc commencé un travail sur moi-même pour apprendre, si je devais le résumer en quelques mots, à déplacer mon regard, à voir les choses sous un autre angle. Cela sonne de manière affreusement banale mais je vous assure que je me sens peu à peu beaucoup plus libre (et plus souvent fière de moi !).

Mon coaching n’est pas fini, je continue à faire du chemin peu à peu grâce à des exercices et à mes séances mais j’ai compris qu’alors que je suis plutôt de nature solitaire, que j’ai besoin pour certaines choses d’être accompagnée (d’ailleurs dans l’esprit des RDV gourmands, ce beau projet avec Emilie, j’aimerais monter d’autres projets avec des blogueurs food ) . Et quand je suis tombée sur le podcast de Clotilde (j’en ai 67 à écouter !)  que je connaissais avec son blog Food Chocolate et Zucchini, j’ai eu envie de le partager (sans prosélytisme !).

 

Voilà, je vous souhaite une bonne semaine et peut être une bonne reprise pour certains (mais aussi le début des vacances pour d’autres )).

Edit : je m’excuse pour la qualité des photos, pendant les vacances mon appareil photo m’a lâché et je prends depuis toutes mes photos avec mon téléphone (elles passent bien mieux sur Instagram ))

Edit 2 : en ce moment sur le blog il y a 2 pass cinéma à gagner et il reste quelques jours pour jouer

Une nouvelle version courte des ‘j’aime de la semaine » et une nouvelle fois en décalé. Ce week-en je n’étais pas à Lyon et comme je n’ai jamais aimé écrire mes billets en avance en 12 ans de blog… ce n’est pas aujourd’hui que je vais commencer. Voici donc les 3 j’aime de la semaine :

Polar en vacances : une enquête dans le jardin du Musée des Beaux Arts

Mercredi en début d’après-midi les enfants ont mené l’enquête dans le jardin du musée des Beaux Arts. Pendant qu’ils répondaient seuls à différentes énigmes leur permettant d’éliminer différentes personnes de la liste des potentiels voleurs de bijoux, j’admirais les jeux des rayons du soleil sur les parterres de fleurs. Par moment on aurait presque dit un tableau impressionniste ou pointilliste.

Les enfants ont bouclé l’enquête en un temps record (et dire que l’an dernier il fallait les aider pour chaque énigme, je mesure combien ils ont changé en un an ) et ont gagné chacun un livre. A l’année prochaine, pour une nouvelle enquête !

Les thés et infusions glacés de Torü

Potentiellement n’importe quel thé est susceptible d’être utilisé en thé glacé mais certains s’y prêtent mieux que d’autres. J’ai choisi des mélanges fruités et estivaux :

-Sous l’abricotier bio : un thé blanc (le plus délicat pour moi) parfumé pêche, abricot, melon
-Pêche -Fleur d’oranger : un mélange de Oolong, de thé blanc, de pêche et de fleur d’oranger
-Nectar royal : une infusion contenant de l’hibiscus, du sureau, du cassis, des écorces d’orange, de l’églantier, des morceaux de pêche, de pommes, d’ananas, des pétales de rose et de tournesol

Le mode d’emploi est à chaque fois le même : je mets une grosse cuillère à soupe d’infusion ou de thé dans un litre d’eau froide, j’ajoute un peu de sirop d’agave et je laisse au frigo toute la nuit. Le lendemain je filtre ou je retire le sachet si j’ai mis mon thé/infusion dans un sachet à remplir.

Un week-end prolongé en Corrèze du Sud

Vendredi j’ai pris, avec les enfants, un petit avion à 18 places (non je n’étais pas particulièrement rassurée..surtout un vendredi 13 !). Pas d’hôtesses, pas de service à bord, seulement deux rangées de sièges mais un trajet Lyon-Brive en 45 minutes, ce qui est bien entendu imbattable (en train c’est vraiment très long ).

Au programme : du vert, de la nature, le petit village médiéval de Donzenac (sous une chaleur écrasante), une re-découverte du centre ville de Brive décoré de parapluies, des tourtous au goût d’enfance achetés au marché et surtout du temps passé en famille.

Sur ce, je vous souhaite une bonne semaine déjà entamée : )

Pin It