Category

C’est un beau roman

Category

Un androïde à notre image

Imaginez que vous ayez la possibilité de programmer votre amoureux-se comme vous le souhaitez, n’auriez vous pas la tentation de le-la régler à votre image ? C’est une question que se pose Charlie, 32 ans, habitant la banlieue londonienne, le jour où il acquiert Adam, Androïde viable à la pointe de l’intelligence artificielle et à l’apparence physique humaine dans Une machine comme moi ? On voudrait bien qu’ils soient à notre imageOn voudrait bien qu’ils soient un autre soi (oui…

Lewis Trondheim lâche le crayon pour le micro

Non Lewis Trondheim, auteur de bande dessinée, ne s’est pas mis soudainement à la chanson mais dans le livre Entretiens avec Lewis Trondheim, il répond à une foule de questions. Dans l’avant propos, celui qui n’aime pas parler de lui, confie que s’il a accepté c’est parce qu’il connait très bien Thierry Groensten et que ce dernier connait très bien l’oeuvre de Lewis Trondheim (on s’en aperçoit vite vu les questions précises). Faut il avoir tout lu de Lewis Trondheim…

Les magnolias : le livre qui fait du bien sans être un feel good book

Si le mot magnolias déclenche immédiatement dans mon cerveau, la chanson éponyme de Claude François, il a une connotation nettement moins festive dans le dernier roman de Florent Oiseau puisqu’il s’agit du nom de l’Ephad où la grand mère du narrateur attend la fin de ses jours. Lui c’est Alain, un acteur dont le dernier rôle était « un rôle dans une série de télé il y a un an. J’ai joué un cadavre. » Sa vie professionnelle est aussi ratée que sa…

Lautrec : Un portrait bouillonnant

Dès la scène d’ouverture, Matthieu Mégevand donne le ton : le lecteur ne va pas s’ennuyer en découvrant la vie de Toulouse Lautrec (je ne peux en dire plus, ça gâcherait la surprise).Je ne connaissais quasi rien sur cet artiste. Ainsi j’ai découvert ses origines aristocratiques (pour une fois l’image de l’artiste vivant dans la pauvreté ne colle pas ), sa croissance stoppée très jeune à cause de la consanguinité et les conséquences que cela a non seulement sur son…

10 poches pour passer l’hiver

Le plaisir de la lecture ne connait pas de saison mais quand il fait froid, que les jours sont courts et que les envies de cocooning prennent le dessus, les têtes à tête avec un bon bouquin ont une saveur particulière. Et puis ils peuvent faire oublier les blues de saison, les débuts d’année comme des pages blanches qui filent le vertige en nous emmenant ailleurs dans le temps, dans l’espace et dans d’autres vies. C’est cette idée à l’esprit…

Ordinary people : Futurs parents s’abstenir

Sur le bandeau du livre, Diana Evans est comparée à Dolstoï et Dickens. N’étant lectrice ni de l’un ni de l’autre, je ne me lancerai pas sur cette piste. Tout ce que je peux vous dire, c’est que j’ai été bluffée par l’analyse au scalpel du couple avec enfants faite par l’écrivaine dans Ordinary People. J’ai du dire au moins 10 fois « qu’est ce que c’est bien vu ! » ou « qu’est ce que c’est bien dit ! » (oui un peu pauvre…

Pin It