Lyon, presqu'île

Vite et bon : les découvertes « food » du moment

Comme dans Alice au pays des merveilles, je suis en retard, en retard dans la publication de mes articles. Peut être parce que j’ai une nette tendance à la procrastination, peut être parce que je publie moins qu’avant mais de manière générale j’y passe plus de temps (trop ?), sûrement aussi parce que mes enfants me prennent beaucoup plus de temps depuis la rentrée que l’an passé, l’un comme l’autre pour des raisons différentes. Bref plutôt que de me laisser engloutir, voici un condensé des découvertes  » food » des dernières semaines :

Qu’est ce qu’on goûte ?

Dans un monde parfait, mes enfants ne mangeraient que des goûters maison préparés par mes soins. En vrai,  je ne prépare pas tous les jours des cookies, un gâteau marbré ou une brioche, il n’y a pas toujours du pain frais sur la table et même si je suis à leurs yeux une super pâtissière, mes enfants  ne poussent pas des cris d’effroi devant des paquets de biscuits.

Quand La Vie Claire m’a proposé de m’envoyer une sélection de produits phares du rayon goûter, j’ai donc dit oui. Les mini cakes ont bien plu à mon fils (ils sont sans huile de palme, on n’achète plus la fameuse pâte à tartiner depuis longtemps ) , les petits animaux nappés au chocolat au lait ont eu la préférence de la Miss, les compotes pomme cassis sont une « composante » habituelle de leur goûter, les jus de pomme ont été gardés pour l’apéro du samedi soir. Enfin les encas fruits secs pomme raisin très peu sucré ont été regardés avec méfiance par ma fille (dans la série logique, elle a récemment goûté des insectes !) mais ces encas peu caloriques peuvent être glissés dans une poche de manteau.

Jusqu’à présent, quand j’allais à la Vie Claire c’était plutôt pour trouver des farines spéciales, des sucres non raffinés, des pâtes à tartiner (je viens de voir par inadvertance qu’il proposait une purée de pistache ..malheur !) mais la sélection rayon goûter me parait aussi intéressante d’autant plus que les prix ne sont pas déments pour du bio.

Des pâtes, des pâtes oui mais des pâtes Saint Jean

Dans la série des produits qui dépannent quand les devoirs s’éternisent et qu’on ne fait pas partie de ceux qui passent leur dimanche à préparer tous les repas de la semaine pour n’avoir plus qu’à les sortir du congélateur (je ne critique pas, je trouve cela malin mais je n’arrive pas à m’appliquer une telle discipline ) j’ai nommé les ravioles Saint Jean.

Si ces derniers temps, vous avez du mal à les  trouver au rayon frais, pas d’inquiétude, vous n’êtes pas sénile. Si ces derniers temps, vous voyez les paquets Saint Jean en bleu et plus en vert, pas d’inquiétude, vous n’êtes pas devenu daltonien. La marque s’est penchée sur son histoire et sur l’histoire des pâtes fraîches. Elle a découvert que, surprise, la pâte qu’on associe forcément à l’Italie, trouve son origine en France et que c’est au 18ème qu’apparait une recette que l’on doit entièrement au raffinement français : la raviole du Dauphiné.

Saint Jean (‘qui est une marque que je connais depuis longtemps car elle est basée à Romans dans la Drôme et que la raviole chez moi était aussi courante ou presque que la galette saucisse à Saint Brieuc) est pastier depuis 1935. Elle revient avec une nouvelle identité graphique, un nouveau logo (le bleu à la place du vert ce n’était pas vous !)  mais aussi deux nouveautés par les fêtes de fin d’année : les quenelles de Haddock à la ciboulette (je les ai préparés en gratin, c’était très bon ) et les ravioles aux truffes noires du périgord.

La cuisson des ravioles est très courte et pour éviter qu’elles ne collent entre elles, je les mets dans l’eau bouillante encore congelées (en plus elles se détachent bien mieux ainsi). Je prépare souvent les ravioles traditionnelles au comté en gratin avec des courgettes râpées et un peu de crème fraiche. Je les aime bien aussi en salade après les avoir fait griller (toujours congelées) à la poêle.

Saint Jean propose aussi des quenelles (rien à voir avec les quenelles de la cantine scolaire, celles ci elles gonflent, elles sont aériennes et moelleuses) et des pâtes farcies et sur le site de la marque, vous trouvez plein de recettes produit par produit.

verrines de ravioles et courge, pesto de persil, recette d’Adrien Godreaubrochettes de raviolis aux girolles et potimarron rôti, recette d’Adrien Godreauburger de suprême soufflé végétarien, recette d’Adrien Godreau

Burger, Pizza et Cappucino

Enfin toujours dans l’idée « vite et bon » (oui oui il y a un fil conducteur à cet article) , la semaine dernière j’ai été invitée dans les locaux de la marque Cookut. Depuis 2011, elle crée des produits pour la cuisine, la table et la maison souvent décalés et innovants. Vous avez peut être déjà vu leur shaker creazy qui permet de faire une chantilly à la main en 1 minute, leur cocotte aux couleurs pastel ou bien encore leur bouchon de bouteille/tire bouchon spark.

L’équipe, qui travaille avec des designers talentueux dont Serge Atallah, est du genre à avoir une idée par minute alors ils expérimentent sur place, ils testent, ils cuisinent pour créer des produits design mais de qualité (et à des prix qui restent accessibles).

Ce soir là j’ai pu tester toute une partie de leurs innovations :

-le fameux shaker Creazy spécial chantilly (oui cela marche, il faut juste veiller à ce que votre crème liquide entière ne soit ni trop chaude ni trop froide)
-le shaker spécial milshake (je passe mon tour, je n’aime pas cela )
-le shaker spécial mayonnaise
-les sets à raclette (vendus par 2 ou par 4) qui marchent non plus à l’électricité mais à la bougie. Bêtement j’étais sceptique mais la chaleur d’une bougie est supérieure à celle de la plaque présente sur les appareils et cela fond très bien et rapidement (sans que vous, vous ne mourriez de chaud ou que votre verre de vin voit sa température grimper )


-les sets à fondue au chocolat (même principe à la bougie)

et leurs dernières nouveautés

-le burger chef qui permet de cuire en même temps (toujours sans électricité, il faut juste le poser sur la plaque de votre cuisinière ou sur votre barbecue) le steak (ou la viande, le poisson …enfin ce que vous voulez), les oignons, le pain, le fromage..tout est chaud en même temps et prêt en 5 minutes


-crispiz, la pierre à pizza dans un matériau réfractaire percé de trous pour faire cuire vos pizzas au four et avoir une pâte croustillante


-miam, le shaker à crêpes et à pancakes (0 grumeau garanti, pas de vaisselle à part le shaker)
-cappucino, le shaker à mousse de lait (reste à apprendre à dessiner dessus)

Ce qui m’a le plus plu ? le burger chef et le crispiz (et dans les produits plus anciens, je trouve leur bac à glaçons super malin et  leur bol avec poignet très pratique)

Je crois que j’ai trouvé au moins une idée cadeau originale et astucieuse pour Noël (mais chut on sait jamais , la personne en question pourrait lire le blog) et Cookut a encore plein d’idées dans ses tiroirs dont une qui sortira en janvier et qui devrait plaire à pas mal de monde.

Je voulais aussi vous parler des Canons du Vin mais ce sera pour la prochaine fois )

7 Comments

  1. Comme tu t’en doutes, St Jean s’invite souvent à la maison 🙂 J’ai d’ailleurs une commande de gratin de ravioles pour la semaine prochaine !
    Et je te rassure : ce n’est pas seulement chez toi que le goûter est loin d’être toujours maison, ou le pain toujours frais.. Et j’ai aussi quelques retards dans ce que je dois publier sur le blog…
    • il faut toujours avoir des ravioles dans son frigo ou son congélateur : )
      tu as déjà essayé un dessert au chocolat ? j’ai vu cela à la carte d’un resto lyonnais hier, cela m’intrigue
  2. c’est un coup à cramer son week-end à cuisiner pour toute la semaine, sans parler de la vaisselle que cela entraine, et de manger congelé tout le temps…Je crois que nous nous contenterons de faire comme d’hab. et de prévoir les menus pour toute la semaine, mais de les cuisiner au fur et à mesure!

Write A Comment

Pin It