C'est un beau roman

Dernières lectures d’Octobre

Le temps passé à regarder la vie parfaite des gens sur Instagram ou la colère du monde sur twitter empiète probablement sur mon temps de lecture mais les jours sans lire sont rares, si bien que j’ai du mal à partager toutes mes lectures ici. Du coup, je cède au récapitulatif plus succinct, histoire d’être « à jour »:

Il n’y a rien de mieux -sauf si votre voisine a décidé de raconter toute sa vie au téléphone au wagon entier…oui c’est du vécu -pour avancer dans ses lectures que de voyager en train. Lors d’un aller-retour Lyon-Paris, j’ai tenté de trouver l’entrée et la sortie du labyrinthique Sympathisant de Viet Thanh NGuyen mais je me suis très vite perdue. Je n’ai pas de complexe à abandonner la lecture de livres qui m’ennuient, certains m’agacent tellement que je les referme brutalement (je pense au dernier Grégoire Delacourt que j’ai trouvé insupportable de clichés) mais là je voulais aller jusqu’au bout. Ce qui m’avait attiré est que l’histoire commençait au Vietnam (et c’est cette partie trop courte que j’ai préféré) et j’espérais en apprendre plus sur ce pays. J’ai eu du mal à comprendre le rôle de ce sympathisant (agent double ?), j’ai attendu le moment où j’étais enfin dans le livre et pas sur mon siège TGV..en vain. Rencontre manquée.

N’en restez pas là : une interview de l’auteur qui vous donnera peut être envie de le lire (car l’idée sur ce blog a toujours été de donner envie de …et pas de couper l’envie de …))

Dans  Fief de David Lopez, il est question d’une bande de potes qui vit entre banlieue et campagne, qui fume beaucoup, qui boxe, qui joue aux cartes et au foot. Bref rien qui me passionne. Tout est raconté par le narrateur comme dans une phrase unique avec beaucoup de dialogues. Il parait que la force de ce premier roman est son écriture, son style. Je l’ai lu jusqu’au bout en me disant qu’à un moment il allait m’embarquer enfin avec lui. Raté.

N’en restez pas là : une critique positive de Fief

Il est aussi question de boxe dans Comment vivre en héros de Fabrice Humbert mais cette fois je n’ai pas trouvé cela chiant du tout. L’idée que le style l’emporterait sur le thème (ou rendrait lisible/intéressant des sujets qui, de prime abord, ne le seraient pas pour moi), se vérifie de plus en plus souvent. N’allez pas croire que ce roman parle de boxe : non son axe principal est comment une décision, une façon de réagir peut avoir des conséquences sur toute une vie.

Tristan, personnage principal, laisse son entraineur se faire tabasser par 3 types dans le métro et prend la fuite. Il ne digère jamais vraiment sa réaction et cette « lâcheté » (selon lui) aura des conséquences sur sa vie amoureuse, sa vie de prof, son rôle de père. Réflexion sur la violence, sur les valeurs de la société, sur la transmission, c’est intelligent et drôle parfois. Cela m’a donné envie de lire le précédent roman de Fabrice Humbert, l’Origine de la violence (il y a eu un film du même nom, mais visiblement le roman est beaucoup mieux )

Noir dehors de Valérie Tong Cuong braque son projecteur sur la vie de plusieurs New-Yorkais (tous très seuls) dont le destin va basculer quand un après midi d’été d’intense chaleur, la ville est plongée dans le noir suite à une panne générale de courant. Naomi, la jolie prostituée, Simon Schwartz, l’avocat médiatique, Canal le jeune homme recueilli nourrisson par un grand père chinois qui l’exploite, verront leur chemin se croiser. Un roman choral fort alors qu’il est très court.

Enfin je suis en train de lire Un personnage de roman de Philippe Besson, ce qui m’a valu une scène plutôt marrante. La semaine dernière j’ai accompagné mon fils à un prix littéraire et pendant qu’il délibérait, plutôt que de parler à d’autres parents (#modesauvage #modejaidumalaveclesmèresquisonttoutespersuadéesqueleursenfantssontdespetitsgénies), j’ai sorti le roman qui était dans mon sac et j’ai commencé à lire. Et là j’ai senti le regard d’une maman qui m’a catalogué « fervente macroniste » quand elle découvrait la couverture que je tenais entre les mains. Perdu. J’ai aimé la plume de Philippe Besson parfois (Son frère, Un garçon d’Italie, L’arrière saison) et j’étais curieuse de découvrir les coulisses d’une campagne électorale. L’auteur revendique sa subjectivité, on sent même une certaine admiration sans tomber dans l’hagiographie. Je ne suis pas certaine d’aller jusqu’au bout….fainéante? )

Et vous, quelles ont été vos dernières lectures ?

13 Comments

  1. Tu m’as fait rire avec le #teamsauvage, je me sens tellement moins seule (il faut me voir à la sortie de l’école, je suis un cas désespéré) ! J’aime beaucoup Valérie Tong Cuong mais pas lu celui-ci, et comme toi, je voudrais découvrir ce dernier Besson, essentiellement par curiosité #lesmamanssecachentpourlire 😉
    • eh eh eh c’est pas pour rien qu’on se sent proche )
      je me souviens avoir lu un avis sur un autre livre de Valérie Tong Cuong chez toi qui m’avait donné envie de le lire

      (si tu repasses ici j’en profite pour te poser une question : pour lire ton livre, il faut une liseuse ? je n’en ai pas )

  2. Noir dehors me tente bien… je suis plongée dans « La fille d’avant » de JP Delaney… je devrai plutôt écrire je suis suspendue à la lecture de…;
  3. Noir dehors, me tente bien! Peut-être parce qu’il se passe à New York? 😉

    J’arrive à rien lire en ce moment… Je relis Tortilla Flat de Steinbeck du coup. J’ai une grosse panne. Je lis des BD heureusement, ça compense un peu! J’ai dévoré le 1er tome de la jeunesse de Picsou!

  4. Derrière le #lesmèresquisonttoutespersuadéesqueleursenfantssontdespetitsgénies, il n’y aurait pas une part de #MesEnfantsSontForcementDesGeniesVousAvezVuLeurMere … 🙂 ?

    Bref, côté lecture, j’ai lu un roman d’aventures « Le Cercle Celtique » de Bjorn Larsson, et puis « La Maladroite » d’Alexandre Seurat, court, mais assez long, bien assez long.. Non pas à cause de l’écriture, fine et sensible, mais du sujet….
    Après ça, il me fallait un peu de « légèreté » alors je suis dans « Nos étoiles contraires » de John Green (enfin, il me reste 30 pages après le train d’hier… )

    • peut être : )
      nos étoiles contraires je l’ai lu cela m’avait plu !
      le cercle celtique pourrait le plaire, je vais regarder de quoi cela parle plus précisément
  5. Pingback: 3 livres, 3 façons de raconter la guerre - Chroniques d'une Chocoladdict

Write A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It