Lyon, presqu'île

Escale détente au Fourvière Hôtel

Un samedi matin d’Avril, j’ai descendu à pied ma colline de la Croix Rousse pour gravir celle d’en face, longer les Arènes et découvrir Fourvière Hôtel. La dernière fois que j’étais passée dans le parc de la Visitation, cet ancien couvent édifié entre 1854 et 1865 pour accueillir la congrégation des Visitandines (et qui a accueilli au fil du temps un pensionnat de jeunes filles, des blessés durant la première guerre mondiale, des élèves infirmières puis les Archives de l’Hôtel Dieu) était en plein chantier.

Après 5 années de réflexion, conception et travaux, Fourvière Hôtel a ouvert ses portes en Novembre 2015 mais c’était une première visite pour moi. Vous me suivez ?

Même si la façade de l’établissement ressemble plus à celle d’un édifice religieux qu’à celle d’un hôtel (au moins de loin et avant de voir, sous le auvent, l’oeuvre Forêt Fourvière de Pablo Reinoso,), j’ai marqué un temps d’arrêt en découvrant la Réception et sa banque au milieu de la chapelle néo-gothique restaurée intégralement par l’Atelier Royal de septembre 2013 à juillet 2014.

Mes yeux se sont posés au sol avant de s’envoler vers les hauteurs de la coupole, sont passés des couleurs des vitraux à l’éclairage multicolore du meuble à clefs  et en quelques minutes l’esprit des lieux s’est imposé : conjuguer l’existant avec les innovations nécessaires à cet endroit atypique, tisser un lien entre le patrimoine historique et le monde contemporain (matérialisé ici par le mobilier et l’œuvre en forme de nuage dite Fourvière Bench signé aussi Pablo Reinoso).

 

 

En arrivant dans l’ancien cloitre, les péristyles aux briques rouges et aux lignes simples mais élégantes m’ont ramené de nombreuses années en arrière à L’Hermitage Gantois à Lille où j’étais allée boire un verre. Ici l’espace inondée de lumière accueille le restaurant bistronomique de l’hôtel Les Téléphones et le Bar Les collections à l’ambiance intimiste et tamisée.

 

 

 

 

Petit déjeuner : sous la verrière ou en terrasse ?

Je n’étais plus vraiment à Lyon depuis que j’avais pénétré dans l’entrée du Fourvière Hôtel mais en découvrant la verrière où les clients peuvent prendre leur petit déjeuner, je suis tombée totalement sous le charme. Luminosité, couleurs des chaises, tommettes au sol, j’aurais bien emporté tout chez moi (non cela ne va pas passer côté superficie) d’autant plus que j’ai toujours fantasmé sur les verrières (oui à chacun ses fantasmes )).

Gâteaux maison, céréales, fruits frais, fruits secs, fromages, charcuterie, viennoiseries, choix de boissons chaudes et froides (et j’en oublie sûrement, j’étais toujours subjuguée par la verrière), devant le buffet, les plus gourmands n’ont que l’embarras du choix pour attaquer la journée.

 

A cette date, aussi fou que cela puisse paraitre, les manteaux étaient au placard et les sandales presque de sortie, aussi c’est en terrasse, avec le chant des oiseaux en seul fond sonore que j’ai savouré mon café (j’ai triché cette assiette n’est pas la mienne …non je n’étais pas malade, j’avais juste en tête le déjeuner pas si lointain). J’avais beau savoir que le Vieux Lyon n’était qu’à 10 minutes à pied j’étais ailleurs ….

 

 

Moment de détente à l’espace Spa du Fourvière Hôtel

….d’autant plus qu’après un passage dans une des suites junior pour enfiler maillot et peignoir de bain, je me suis retrouvée, début avril dans l’eau chauffée du couloir de nage extérieur  de « Fourvière Les Bains » et malgré tous mes complexes (j’étais avec 3 autres blogueuses et instagrameuse super minces )), je dois avouer que c’était très chouette.

J’en rajoute une couche si je vous dis que j’ai même fait un saut dans le jacuzzi ? (pas le temps de tester les douches sensorielles, le hammam et la fontaine à glace par contre).

 

Les 75 chambres, réparties sur 3 niveaux, s’articulent en trois catégories : les Cellules (au nombre de 35 et d’une superficie moyenne de 22m2),
les Classiques (au nombre de 22 et avec des hauteurs sous plafonds de 4m), les Suites (au nombre de 15)

 

 

 

Ce que j’ai aimé en vrac à Fourvière Hôtel

-L‘accueil chaleureux (et pour les grincheux qui m’objecteraient que le contexte était particulier, j’ai eu des échos très positifs de personnes ayant été dans ce lieu en dehors de toutes circonstances aggravantes ))

-La luminosité aussi bien dans les péristyles, sous la verrière ou au Kfé

-Le choix des matériaux (les céramiques du Beaujolais, les têtes de lit Tolix basé en Bourgogne…), du mobilier (dans la chapelle lobby la collection Laval née de la collaboration entre le fabricant de meubles haut de gamme francaise Laval et le studio de design danois OEO ou la Louisina Chair de Stella Works entre autres) et des luminaires (les lampes Gras par exemple dans les chambres)

 

 

-le sentiment d’être ailleurs qu’à Lyon tout en étant à dix minutes à pied du Vieux Lyon

-les nombreuses références à l’histoire de Lyon qu’il s’agisse des portraits de lyonnais sur chaque porte de chambre (avec une courte notice bibliographique au dos de la porte), des tableaux dans la salle du buffet du petit déjeuner, une impression d’un Atelier de Canuts ou le terrain de boule lyonnaise que l’on voit sur une de mes photos plus haut

la cohabitation harmonieuse (voulue par les concepteurs Jean-Luc Mathias et Marianne Borthayre) dans un même endroit d’un héritage historique et d’une modernité à la fois dans la décoration et les services proposés

 

J’ai eu la chance de découvrir Fourvière Hôtel le temps d’une matinée en tant que blog ambassadeur de Lyon Shop Design. Pour rappel, le concours Lyon Shop Design met en lumière les créations ou rénovations originales de magasins, réalisées par des commerçants en tandem avec des architectes/designers.

Il récompense, tous les deux ans, les commerces de Lyon qui participent à l’embellissement de la ville grâce à leur architecture commerciale.  Fourvière Hôtel fait partie des 15 finalistes de ce concours et pour voter, cela se passe ici.

Après cette matinée de détente, c’est à bord d’une 2 CV conduite par Happy 2cv que j’ai rejoint un autre finaliste de Lyon Shop Design pour  le déjeuner.

A suivre ….

12 Comments

  1. LE cadre est très joli ça me fait penser à une vieille maison de famille qu’avait mes grand-parents.
    J’irai bien bruncher et/ou faire un tour au spa (peut-on y aller sans réserver une chambre?) car je n’arriverai pas à trainer mon mari dans cet hôtel lui qui n’aime que le très moderne. Moi j’aime beaucoup le mélange ancien moderne comme ici ou le calton de Lyon.
    Bises
    • pour répondre à ta question, on peut y aller petit déjeuner sans avoir une chambre (par contre il faut appeler pour savoir si l’hôtel peut t’accueillir et pour réserver)
  2. Magnifique ! Je suis passée devant et j’ai regretté de manquer de temps pour aller y prendre un café….
    • on est tous en manque de temps, je n’arrive pas à croire que je n’étais pas retournée dans ce parc depuis plus de deux ans
  3. Le couloir de nage me tenterait bien c’est sûr ! tu as dû passer un très bon moment !
  4. Pour un prochain séjour à Lyon j’irai y prendre un petit déjeuner, c’est sublime. Ce mélange de patrimoine et de design me rappelle l’hôtel de Fontevraud près de Saumur, une réussite également.
  5. Pingback: restaurant La Forêt Noire : du décor au dessert à 15 minutes de Lyon

  6. Heureux habitants de Saint Just par cette restauration magnifique

Write A Comment

Pin It