Voyages, voyages

Automne corrézien

J’aurais pu titrer ce billet « On va voir les vaches ? » parce que j’ai l’impression d’en avoir vu partout derrière la vitre du train ou autour de Donzenac, en Corrèze du Sud, où j’étais quelques jours et parce que je ne me sens jamais autant « citadine » que lorsque je suis en pleine campagne ; )

J’aurais aimé vous montrer la beauté des couleurs de l’automne sur les paysages vallonnés de la Corrèze, ces dégradés allant du jaune à l’orange en passant par les rouges (le Québec n’a qu’à bien se tenir )), les nuances de l’ardoise des pans de Travassac mais le ciel gris et la pluie se sont invités.

J’aurais aimé que vous sentiez l’odeur des sous bois après la pluie, celle des châtaignes et des pommes cuites au four (on les déguste avec encore plus de plaisir quand on les as ramassées soi même).

J’aurais aimé que vous entendiez les bruits des bogues qui dégringolent des hauts des arbres, celui des feuilles, à peine perceptible, qui tombent comme une fine pluie colorée, celui des rivières longées, les craquements de cette nature sans qu’on sache si le bois travaille ou si une biche vient de passer à quelques mètres et ce silence qui n’est jamais aussi long quand on habite en ville (mais bien vite rompu par les décibels des enfants ..mais pourquoi se sentent ils obligés de crier ?))

J’aurais aimé partager les tourtous, les galettes de pommes de terre et la flognarde, qui sont autant de madeleines de Proust.

A défaut de ce bouquet de sensations, voici quelques photos bien pâlichonnes (petit papa Noël, quand tu descendras du ciel, n’oublie pas de m’apporter un joli appareil photo )) de Donzenac, des pans de Travassac et de Pompadour avec son haras et son château :

 

 

 

correze-4

correze-6

correze-5

correze-1

correze-3

correze-2

Donzenac village médiéval sous le soleil ce matin

Une photo publiée par Virginie (@chocoladdict69) le

Pas de séjour en Corrèze sans miassou

Une photo publiée par Virginie (@chocoladdict69) le

correze-7

correze-8

correze-9

correze-10

correze-11

correze-12

J’aurais aimé visiter bien d’autres coins, pousser jusqu’en Dorgogne qui n’est pas très loin, flâner au marché de Brive et tester les chocolatiers, pâtissiers locaux mais j’ai repris le chemin de Lyon, chargée (dans la limite très raisonnable de la valise où j’avais laissé un peu de place) de 2 kg de miel, production familiale. Il faut bien cela pour passer l’hiver, en incorporer dans des pâtisseries, soigner les maux de gorge et pourquoi pas, comme l’explique cet article en poser en masque pour les cheveux secs et abîmés (je n’ai pas encore trouvé le produit miracle ).

J’ai ramené aussi quelques pots de confiture maison à l’abricot (la préférée du fiston) et aux mûres sauvages, de grosses poignées de châtaignes et de noix, constatant que comme à mon habitude les voyages se terminent toujours par des souvenirs gourmands.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

14 Comments

  1. Je ne connais pas la Corrèze, ça a l’air bien beau et les vaches ont l’air très sympa ! 🙂
  2. Je suis un vraie parisienne (avec ses défauts et qualités 😉 ) mais je suis aussi correzienne par mon père… Et cette part de moi on ne me l’enlèverra jamais ! J’aime tellement la Corrèze, c’est une région magnifique et tout ce que tu as décrit dans ton article ce sont autant de souvenirs qui me reviennent en mémoire.
    Merci maintenant j’ai juste envie de prendre un train et d’aller y passer quelques jours <3
  3. Tu m’as bien fait sourire avec les décibels enfantins qui viennent troubler le silence…. parce que je fais encore souvent le même constat !
    Quant aux souvenirs, ceux que je rapporte sont aussi quasi-exclusivement gourmands !
  4. Pourquoi ne pas booster un peu tes photos avec un logiciel gratuit genre Picasa ou autre d’ailleurs…en attendant que le Père Noël t’amène ton cadeau bien sûr?

Write A Comment

Pin It