Benjamin Biolay aux Nuits de Fourvière : Superbe !

Laissez moi encore un peu sur mon petit nuage, celui sur lequel Benjamin Biolay m’a déposé vendredi soir lors de son concert aux Nuits de Fourvière. Je n’ai d’ailleurs pas vraiment quitté l’amphithéâtre depuis,  les albums de Benjamin Biolay tournant sur ma platine.

Le dernier album de Benjamin Biolay, Palermo Hollywood, à la fois si différent des cd différents avec ce voyage en Argentine aux allures de bande son ciné et si « Biolayen » dans l’écriture et dans la puissance mélodique, je l’avais écouté un paquet de fois déjà mais il a pris toute son ampleur sur scène à Fourvière.

Il faut dire que le chanteur lyonnais n’a pas fait les choses à moitié : pas moins d’une vingtaine de musiciens sur scène (dont une grande partie argentine), une section de cordes, violon, violoncelle, contrebasse dirigée par un chef d’orchestre, une chanteuse lyrique et un ténor, des invités (Chiara Mastroianni pour des duos plein d’élégance; Melvil Poupaud) , des jeux de lumière magnifiant l’ensemble. J’imagine que la maison Barclay appréhendait autant que les spectateurs que la pluie ne s’invite et gâche cette soirée qui restera gravée dans les mémoires (à part une averse avant de rentrer dans les arènes, il y aura à peine quelques gouttes).

Quand Benjamin Biolay arrive sur scène et prononce les paroles de Palermo Hollywood, je me souviens que c’est, assise sur ces mêmes gradins, il y a quelques années, que j’ai eu un coup de foudre musical pour lui. J’étais venue l’écouter sans le connaitre vraiment. Après le concert qui avait été comme une révélation, j’avais acheté tous ses disques.

Je ne vais pas vous faire un compte rendu chanson par chanson, je n’ai pas le talent d’un chroniqueur musical et je ne suis pas sûre que ce soit très intéressant. J’ai savouré le plaisir d’entendre Miss Miss  et la débandade dans ce lieu si particulier, j’ai eu envie de danser sur Palermo Queens alors que la chanteuse Sofia Wilhemi avec ses mouvements chaloupés faisait grimper la température des arènes de quelques degrés.

Le premier moment de grâce est venu (pour moi) avec Pas sommeil (écoutez la je vous en supplie, cette chanson est magnifique !) sublimé par la réorchestration et par les envolées des cordes.  Difficile de l’expliquer mais cela a été comme une déflagration émotionnelle. Je crois qu’à ce moment là j’ai regardé l’amie que j’avais retrouvé sur place et qu’on s’est regardé comme pour vérifier si l’autre avait ressenti la même émotion avec la même intensité. Sourire ébahi sur nos visages.

Après la très belle Ballade française, dernier titre de l’album Palermo Hollywood, Benjamin Biolay a chanté les Cerfs Volants et raconté (avec une voix qui est une pub vivante pour ne pas arrêter la cigarette !))  l’histoire de cette chanson à laquelle personne ne croyait à part lui,  Thierry Plannelle et Hubert Mounier, disparu récemment. L’hommage qu’il lui a rendu en revisitant quelques uns de ses titres, a été l’occasion de découvrir qu’au delà de Chic Planète et Tout mais pas ça, Hubert Mounier était un mélodiste de talent. J’ai fait un bon en arrière avec Mobilis in Mobile et j’ai trouvé très émouvante son interprétation du très beau titre Loin.

Et puis Benjamin Biolay m’a mise KO en se mettant au piano pour Ton héritage, La Superbe ou la moins connue mais tout aussi puissante Négatif (avec une voix plus grave et sensuelle qu’à l’époque de la sortie de cette chanson).

Benjamin Biolay jouait à domicile comme on dirait dans cette période « foot », il a quitté la scène, après quasiment 2h30 de concert, avec Lyon Presqu’île, dernière fusée dans ce feu d’artifice. J’aimais déjà ses textes et ses musiques, sa façon de parler d’amour, sa mélancolie, sa voix, son côté entier, vendredi soir, aux Nuits de Fourvière, Benjamin Biolay a révélé toute sa superbe.

crédit photo : M. Augustiniak

 

5 commentaires
  • Fais-moi croquer !
    juin 20, 2016
    Merci de nous avoir fait partager le concert vécu sur place et ton ressenti.
    Pour moi ce fut la partie du concert retransmise en direct sur France Inter et déjà une soirée magique alors en live, j’imagine bien l’émotion !

    J’ai vu Benjamin Biolay sur scène il y a 2 ans et j’ai déjà mes places pour cet automne à Paris ! En attendant, comme toi, ses disques tournent en boucle (en alternance avec mes chansons favorites de L’affaire Louis Trio dont Loin et Succès de larmes) !

  • Carole Nipette
    juin 23, 2016
    un compte rendu vibrant ! une des choses que j’envie vraiment à Lyon ce sont les Nuits de Fourvière, chaque année le programme est génial !
  • Ameluck
    juillet 7, 2016
    Je t’envie tellement! Je trouve que Benjamin Biolay à un charme tout à lui et que même si certain le disent dépressif ou que sais-je il a un truc qui fait que ses musiques sont assez authentiques et nous emporte!
    • chocoladdict
      juillet 11, 2016
      ma vie n’est pas finie (enfin j’espère) et c’est probablement le plus beau concert que j’ai vu jusqu’à présent !

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *