L’importun d’Aude Le Corff

J’ai connu Aude sous un pseudo, quand les blogs étaient beaucoup moins nombreux qu’aujourd’hui et qu’ils suscitaient beaucoup plus d’échanges (je ne vais pas vous la jouer « c’était mieux avant » mais je me demande quand même de plus en plus si cela sert encore à quelque chose d’écrire sur un blog aujourd’hui alors que la plupart des interactions ont lieu sur les réseaux sociaux et qu’entre regarder une vidéo ou lire, la plupart des personnes à priori préfèrent la première solution).

Je n’ai jamais rencontré  Aude mais j’ai suivi la sortie de son premier roman et il y a quelques semaines, j’ai eu, L’importun, son second livre entre les mains. Avant même de le lire, je me suis dit qu’elle avait osé aller au bout de son projet, qu’elle avait accompli quelque chose sur terre et qu’elle laisserait une trace à travers cet objet.

Je me suis demandée aussi comment lui était venue l’idée de ce roman, comment était née la première phrase puis la seconde plus qu’avec un écrivain à qui je n’ai jamais parlé. Quelle part d’elle y a t il dans ce livre où la narratrice est aussi romancière ? Cette dernière s’installe dans une nouvelle maison, est en pleine écriture d’un nouveau roman, quand peu de temps après le déménagement, l’ancien propriétaire, un vieil homme particulièrement désagréable, débarque dans son salon comme s’il était encore chez lui.

Que vient il chercher auprès d’elle, visite après visite ? Pourquoi n’arrive-t-elle pas à mettre dehors cet importun qui l’empêche d’écrire et « dérange »sa vie ?

L’importun est une histoire de pères. Alors que la narratrice aide le vieil homme à avancer dans les décombres de son histoire familiale et à lever le voile sur ce qu’il a cherché à fuir une grande partie de sa vie mais qui n’a jamais cessé de le hanter, il la pousse à se confier sur ses propres relations avec son père.

C’est une histoire de confidences mais aussi de non dits : ces lourds secrets qui pèsent sur plusieurs générations, cette reconnaissance qu’on attend parfois toute une vie à travers quelques mots qui ne seront jamais prononcés, cette incapacité à dire les sentiments.

Jamais nous n’abordions les vrais sujets, dans quelles familles expose-t-on à table les joies mais aussi les malaises de chacun ? On cache ses tristesses, on garde pour soi des vérités pas faciles à dire, les épreuves n’existent plus, prière de les laisser chez soi, on badine, on complimente les cuisiniers, on fait comme si tout allait bien. Puis on prend le café, on se dit au revoir en souriant et il arrive que l’on reparte le coeur lourd, sans avoir pu évoquer les soucis.

J’ai été touchée par la plume sensible d’Aude Le Corff, par cette femme qui tente de mieux comprendre son père, par cet orphelin, animé par la colère toute sa vie et qui trouve un apaisement en laissant enfin sortir les mots qu’il a cadenassés en lui si longtemps. Touchée enfin par cette narratrice dont je me suis souvent sentie proche pendant ma lecture :

« Mes enfants me retiennent à la vie, peut être est ce une des raisons pour lesquelles je tenais tant à en avoir, pour me raccrocher à quelque chose d’essentiel, me sentir aimée pour moi et malgré mes défauts, aimer intensément jusqu’à la fin des temps et accepter de rester dans cet univers artificiel. »

 

11 commentaires
  • Virginie B
    juin 28, 2016
    moi aussi j’ai connu Aude « avant »… ça me touche tiens… et le sujet du livre aussi d’ailleurs !
    • chocoladdict
      juin 29, 2016
      oui cela fait un drôle d’effet d’avoir son livre dont les mains, je te le conseille !
  • etsinonrien
    juin 28, 2016
    Je l’ai lu également il y a quelques semaines et j’avais beaucoup aimé. J’ai connu Aude virtuellement à la même époque que toi, nous échangions souvent sur nos blogs respectifs : je l’ai félicitée pour ce parcours dont je suis évidemment jalouse 🙂
  • sophie bazar
    juin 28, 2016
    Je me fais la même réflexion que toi chaque fois qu’une blogueuse parvient à aller au bout de son projet, à se faire publier, je suis à la fois très heureuse pour elle et très envieuse… et si on se lançait 😉 ?

    PS : je ne regarde jamais les vidéos :-p

    • chocoladdict
      juin 29, 2016
      peut être que si on pouvait se voir on s’aiderait à se lancer mutuellement tout en se comprenant : )
  • MissBrownie
    juin 28, 2016
    Je crois que je n’ai jamais douté que Aude irait au bout et qu’elle finirait par écrire des romans 🙂
    En tout cas, que ce soit ici ou sur les réseaux, je te sens en plein questionnement et j’espère que tu trouveras tes réponses.
    Dans ton texte, il y a une phrase qui m’interpelle :  » qu’elle avait accompli quelque chose sur terre et qu’elle laisserait une trace »
    Pourquoi tant de gens souhaitent laisser une trace ? On accomplit tous quelque chose que ce soit dans l’ombre ou dans la lumière, à petite ou grande échelle.
    Ce qui m’embête dans cette recherche de laisser une trace, c’est que certains commettent des horreurs pour justement laisser une trace.
    Je ne crois pas qu’on soit plus heureux en laissant une trace. En vivant ses rêves et selon ses envies oui.
    Bisous
    • chocoladdict
      juin 29, 2016
      c’est vrai qu’à l’époque elle avait déjà une belle plume
      je suis toujours en questionnement, c’est ma nature, je fais partie des gens qui doutent et qui ne sont « jamais tranquille » comme le chante Jeanne Cheral, après ma tranche d’âge n’arrange peut être pas les choses

      pour la trace, je n’ai nullement l’intention de commettre des horreurs pour qu’on parle de moi…quand je parlais de traces, je pensais à toutes les personnes qui créent quelque chose (que ce soit une création culturelle, ou une société ou de l’emploi) alors que j’ai le sentiment que je n’ai jamais de bonnes idées ; )

  • lalydo
    juin 28, 2016
    Il est dans ma wihlist, je n’avais pas fait le rapprochement avec son blog… que je suivais aussi!
  • noukette
    juin 29, 2016
    J’aime énormément la plume toute en délicatesse de cette auteure…! Vivement le prochain !

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *