Pause gourmande au salon de thé Un Dimanche à Paris

A chaque fois que je passe un jour à Paris, je mets un point d’honneur à tester une adresse sucrée de ma « to taste list » (plus d’une c’est difficile, et pour mon porte monnaie et pour mon estomac )) qui n’en finit pas de s’allonger étant donné l’effervescence que connait la capitale en matière de pâtisserie. Lors de mon dernier séjour, mon choix s’est porté sur le salon de thé/boutique/restaurant Un Dimanche à Paris situé juste à côté du métro Odéon dans un passage pavé « so lovely » diraient les touristes étrangers.

D’abord cette adresse permet de déguster les pâtisseries sur place, ce qui est finalement assez rare parmi toutes les boutiques sucrées.  Ensuite j’avais eu un coup de coeur pour les créations , à la fois élégantes et appétissantes, de Nicolas Bacheyre que je voyais passer via les réseaux sociaux. Enfin la personne qui a créé ce lieu , n’est autre que Pierre Cluizel et si vous me lisez ici régulièrement vous savez que je suis la maison Cluizel depuis un petit moment déjà.

Voilà comment j’ai proposé à Sophie du blog Turbigo Gourmandises (c’est un peu un rituel entre nous, à chaque fois que l’on se voit ou presque c’est autour d’une pâtisserie) de me rejoindre dans ce salon de thé que je n’ai malheureusement pas pris en photo mais dont la salle est loin d’être ordinaire car elle s’organise autour de la tour Philippe Auguste datant de 1210.

 J’ai d’abord découvert la boutique où tablettes de chocolat, inserts pour coulants, cakes de voyage et mille et un autre délices sont proposés.  Dans une vitrine, s’alignaient les pâtisseries à emporter ou à déguster sur place et c’est un euphémisme d’écrire que le choix a été difficile.

Je suis ensuite passée devant le labo où l’on peut apercevoir l’équipe travailler derrière une vitre avant d’aller m’installer dans le salon de thé.

 Round 1 : L’éclair au caramel au beurre salé et le cheesecake mangue passion

Comme j’ai créé il y a peu un blog consacré à 100% aux choux sucrés, Only Choux, et que le caramel au beurre salé a une nette tendance à faire briller mes yeux de convoitise, mon choix s’est porté sur l’éclair au caramel au beurre salé et je ne l’ai pas regretté une seconde.

 Je lisais récemment le portrait très intéressant de Sébastien Gaudard dans Libération.  Ce pâtissier est un peu à la pâtisserie ce que  Françoise Bernard est à la cuisine, en tous cas il s’est positionné sur les grands classiques, les goûts oubliés.  Dans ce papier, il réfutait l’idée assez répandue qu’une pâtisserie pour être intéressante doit proposer plusieurs textures, doit avoir de la mâche.

J’avoue que c’est pour moi un critère d’appréciation (et quand un dessert est trop mou, j’imagine souvent comment je pourrais lui apporter un peu de croquant). Bref excusez cet aparté mais le jeu de textures de cet éclair est parfait : onctuosité de la crème (et quel goût puissant du caramel, les papilles s’affolent immédiatement ! ), croquant de la pâte à chou ni trop sèche ni humide, glaçage dosé juste comme il faut, croustillant des petites tuiles dessus (que j’ai goûté à part aussi) au grué de cacao. J’ai adoré aussi le mariage entre le chocolat qu’on sent sur ces « tuiles » et le caramel,  entre le salé et le sucré. Je me demande si je mangerai un jour un éclair aussi parfait que celui ci.

 

un dimanche a paris

un dimanche a paris 2

J’avoue que j’avais beaucoup hésité devant la vitrine entre l’éclair et le cheesecake (il suffit de voir le nombre de recettes de cheesecakes que j’ai réalisées jusqu’à présent pour comprendre que cette spécialité figure parmi mes desserts préférés).

Composé d’un biscuit spéculoos et chocolat blond, d’un pain de gêne vanille et d’un confit de mangue passion, ce cheesecake dégusté par Sophie (mais que j’ai aussi goûté), est une petite merveille, à la fois ultra léger et bien fruité.  Je suis quasiment convaincue que même une personne n’aimant pas le cheesecake changerait d’avis après avoir plongé sa fourchette à dessert dans celui là.

un dimanche a paris 8

Round 2 : La tarte aux poires façon amandine et la tartelette du moment citron basilic

Vous l’avez peut être vue dans le dernier numéro du magazine Fou de pâtisserie, cette tarte aux poires composée de confit de poires et liqueur de Williams, crème d’amande et poires comice cuites.  Sa dégustation m’a replongé dans les tartes amandine de mon enfance mais en beaucoup moins compacte, en beaucoup plus aérienne et fruitée (souvent dans cette tarte le goût de l’amande l’emporte un peu trop sur le reste) avec en plus ces pousses d’atsina cress (je fais ma crâneuse mais en fait j’ai cherché ce que c’était après ) à la saveur entre anis et réglisse.

Comme Nicolas Bacheyre n’a pas confié que la photo de cette tarte mais aussi sa recette au magazine culinaire, j’ai très envie de l’essayer (en la simplifiant probablement). Par contre je ne m’engage pas à vous montrer le résultat. Face au sens du détail du chef pâtissier, ma tarte risque fort de faire pâle figure.

un dimanche a paris 7

un dimanche a paris 3

Auriez vous deviné que cette tarte est l’une des pâtisseries sans gluten proposée par Un Dimanche à Paris ? Non seulement elle est aussi belle qu’une pâtisserie « traditionnelle » mais travailler sans farine de blé signifie être capable de « reconstituer » l’élasticité de cette dernière dans une pâte à tarte et ici le pari est tenu haut la main.

La tartelette du mois au citron vert et basilic est une autre création sans gluten avec une pâte sablée amandes et noisettes.  Si vous aimez les desserts au citron, il y a des chances pour que vous fermiez les yeux de bonheur à la première bouchée, savourant le côté acidulé de cette tarte, la légèreté de la crème, répétant en boucle combien c’est délicieux.

un dimanche a paris 5

un dimanche a paris 6

J’ai eu l’occasion  d’échanger quelques minutes avec Nicolas Bacheyre (chaleureux et sympathique, comme quoi on peut être très talentueux sans avoir la grosse tête) et j’ai appris qu’il avait travaillé, entre autres, au Pavillon de la Rotonde (pas loin de Lyon, le monde étant tout petit, j’y connais  un pâtissier qui était dans l’équipe actuelle jusqu’à présent).

Ccokj-CWoAA6YEm

Il nous a confié aussi que les desserts à l’assiette (servis au restaurant d’Un Dimanche à Paris) lui permettent d’exprimer plus librement sa créativité que les pâtisseries-boutique. Voilà déjà une bonne raison de revenir.

 Et comme la tartelette au citron meringué a l’air exquise, que le chocolat se retrouve dans plusieurs créations et que la tartelette du mois change tous les mois comme son nom l’indique, il est plus que probable que je pousse à nouveau la porte d’Un Dimanche à Paris.

♥ Adresse gourmande ♥

Un Dimanche à Paris
4-6-8 Cour du Commerce Saint André
Paris 6ème
Tél: 01 56 81 18 18

12 commentaires

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *