La belle est arrivée

Comment le power bike m’a fait vibrer

Récemment en croisant une fille ultra mince en train de manger un truc ultra gras, je me suis demandée si c’était son seul repas de la journée (de la semaine) ou si elle avait un métabolisme d’enfer…pas du genre apparemment à prendre deux kilos rien qu’en fixant droit dans le glaçage un éclair au chocolat comme moi. J’en suis venue tout de même à la conclusion qu’il fallait, à un moment donné, compenser sucreries et gourmandises et quand on m’a proposé de tester le power bike j’y ai même vu un signe.

Quand je suis arrivée au lieu de rendez vous, j’ai cru que je m’étais trompée. Pas de musique tonitruante, pas de gars en train d’hurler « allez on se bouge, encore un petit effort« , pas de mecs bodybuildés en train de lever de la fonte en se regardant dans un miroir, même pas une odeur de transpiration ou de pied. Au moment où je repérais les deux vélos près du canapé me suggérant que j’étais bien dans une salle de sport, un jeune homme en polo et jean s’est avancé vers moi (en même temps pour moi un homme en jogging perd 50 pour cent de son charme au moins).

Après une visite des lieux, j’ai revêtu ma tenue de sportive et je me suis rapprochée d’un des vélos, tentant de comprendre comment cet engin pouvait bien vibrer. Avant d’avoir eu un début de réponse, Jérémy, le coach qui m’avait accueilli, me questionnait prudemment sur mon activité physique actuelle .

Proche du néant depuis la naissance de mon fils..il y a 5 ans » « j’ai fait de la danse…il y a longtemps » ai-je répondu. Oui j’ai joué franc jeu, il aurait très vite démasqué l’imposture de toute façon. Il a donc réglé le power bike sur la plus faible intensité (zéro, la molette pouvait être réglée sur 1, 2, 3, 4 ou 5) pour une durée d’un quart d’heure.

Au début, j’ai cru que le pédalier déraillait…c’est la sensation la plus juste que j’ai trouvé pour t’expliquer comment j’ai ressenti la vibration du vélo (pour celles qui s’attendent à ce que cela vibre de partout, partout, la réponse est non ). Comme je ne suis pas blonde, j’ai compris que c’était fait exprès et que si les muscles de mes cuisses semblaient réagir au bout seulement de 2 minutes, c’était normal.

Pendant les 13 minutes restantes, je suis devenue bien entendu rouge comme une tomate (comme quand j’avais endurance au collège et au lycée) et j’ai plus que constaté la présence de chacun des muscles de mes cuisses. Plutôt que de regarder le chronomètre, j’ai suivi le cours de power plate (tu sais les plateformes vibrantes) qui m’a paru bien plus difficile que mes tours de pédalier.

Ce que j’ai compris : la vibration dans le pédalier entraîne un réflexe d’étirement du muscle et un travail plus en profondeur de celui-ci. Le power bike permet donc de décupler l’activité musculaire sans être obligée d’y passer des heures et les résultats sur les cuisses et les fessiers sont vite visibles. Cela permet d’affiner la silhouette, de réduire la cellulite (la vibration entraîne un effet drainant), de tonifier les jambes et les fessiers, d’activer la circulation sanguine (parfait pour les jambes lourdes) et donc de réduire la masse graisseuse.

Ce que j’ai aimé : les séances sont courtes soit 15 minutes pour le power bike et 30 minutes pour le power plate. C’est parfait pour quelqu’un qui n’a pas beaucoup de temps disponible ou qui n’est pas une fondue de sport. Les résultats sont rapides mais les deux coachs qui encadrent les cours s’adaptent au niveau de chaque personne et à sa demande (travail ciblé sur une partie du corps ou plus général). L’idée est qu’on ait envie de revenir, pas de fuir car la séance ressemble à une torture. Les prix sont affichés (15 euros pour la séance de power bike) alors que la transparence dans les salles de gym est plutôt rare il me semble (la dernière fois que j’ai tenté l’expérience dans une enseigne connue, le commercial qui m’a reçu a fait semblant d’appeler son patron pour que je bénéficie d’un prix exceptionnel si je signais tout de suite). Enfin j’ai apprécié l’honnêteté de Jérémy qui ne crie pas au miracle mais explique pourquoi on obtient de bons résultats si tenté qu’il y ait régularité et travail. Il ne m’a pas promis des mollets de coqs quand je lui ai parlé de ce complexe même si avec le power plate il existe plusieurs séries d’exercice pour les affiner.

J’ai été ravie de tester cette machine toute récente puisqu’elle est arrivée dans cette salle il y a à peine 3 mois. Un grand merci à Jérémy qui a répondu à toutes mes questions, même les plus saugrenues, avec patience et bonne humeur et à Romain qui m’a permis de connaitre Imag’in.

Et toi, le power plate ou le power bike tu connais? tu as déjà testé?

Imag’in/28 rue du plat / 69002 Lyon /

www.centre-imagin.com

26 Comments

  1. Arrête tu me donnes envie, je veux un power bike!! Pourquoi j’ai pas un power bike moi? Non mais quelle excellente idée!!!
  2. Je ne connaissais pas du tout mais je crois que c’est très à la mode ne ce moment les trucs qui vibrent (sans esprit mal placé!) : powerplate.. il parait que c’est très bien mais il ne faut pas abuser non plus pour les genoux et le dos.
    • il me semble que le step par exemple est bien plus mauvais au niveau répercutions sur les genoux que cette machine..
  3. Ça à l’air super sympa et efficace !
    Par contre 15€ la séance pour l’étudiante que je suis, je vais devoir attendre un peu ^^
    Si on veut y aller régulièrement ça commence à chiffrer.
    Mais j’imagine qu’il doit y avoir des abonnements 🙂
    • en effet pour le vélo par exemple il est conseillé de faire deux/trois séances par semaine quand on commence si on veut voir un résultat rapidement donc c’est vrai que c’est un budget plutôt pour femmes actives
  4. Tu m’as donné envie d’essayer tiens:) J’aime bien la durée des séances, et le travail qui est ciblé sur les cuisses, fessiers, cellulite, jambes lourdes, tu as prononcé les mots clés, lol! Je vais me renseigner par chez moi pour les prix! Merci!
  5. Bon je connaissais le powerplate (que je ne conseille pas du tout, mais après chacun fait ce qu’il veut :)), mais pas le powerbike, mais je ne suis pas du tout convaincue par les explications (J’ai aussi un peu zieuté à droite et à gauche). Malgré un descriptif alléchant, pour moi, le powerplate, powerbike, vibroplate, même combat, c’est du vent (ils fonctionnent tous sur le même principe, et j’en connais déjà deux). Ça peut aider pour la rétention d’eau (jusqu’à un certain point), la cellulite j’y crois moyen désolée :/, et les vibrations ne sont pas saines du tout.

    15/20 min de travail, même avec des vibrations, ça reste trop peu. Admettons que cette activité soit régulière à côté de marche, et une fois par jour, le résultat ne sera pas un affinement, mais une gonflette (du muscle + de la graisse pas partie, car le rythme cardiaque reste trop intense, pour favoriser la filière de fonte du gras 🙂
    .

    Je sais je commente peu sur les blogs, et quand je viens c’est pour râler je sais (quoi que je râle pas, mais le sujet m’a beaucoup interpellé) : (J »ai essayé d’argumenter hin).

    • n’ayant pas fait d’études de physiologie, je ne me suis pas lancée dans des explications pointues et puis ce n’était pas vraiment le but de ce billet, plutôt de parler de mon ressenti mais pour des explications plus complètes le mieux serait que tu contactes la personne qui m’a reçu et qui est diplômé d’Etat et compétente.
      Je ne crois vraiment pas que l’effet soit de la gonflette, d’ailleurs les hommes sont seulement 20% des personnes qui fréquentent cette salle car ils savent qu’ils ne vont pas « prendre du muscle » comme on dit. Les séances sur le powerbike dure 15 minutes mais sur un powerplate 30 minutes et cela ne consiste pas à attendre sur la plateforme sans rien faire mais en un enchaînements d’exercices où le corps reste statique sur une courte durée.

      J’espère que tu n’hésiteras pas à commenter quand tu aimes aussi )

      • je confirme ça ne fait pas gonfler… mais en effet l’idéal c’est de compléter les séances de power par une autre activité, course à pied, natation !
  6. J’ai fait récemment et pour cause médicale du vélo (pas power) et déjà je trouvais ça bien pour un entretien sans trop d’effort, il faut dire que je ne pouvais pas trop en faire non plus. Tu as raison il fait que ce soit très régulier. J’ai arrêté, j’aurais pu continuer c’était en kiné mais tu veux que je te dise ? Lorsque je fais mes périples parisiens, andalous et autres cela me fait autant d’effet voire plus. Conclusion, la marche pour moi ! Et budgétairement parlant… aussi ^^ Bisous Choco et merci pour ton article que j’ai beaucoup apprécié. Toujours un plaisir de te lire !
  7. J’ai testé la powerplate suite à une premiere grossesse ou j’ai pris 20 kilos et bien j’en ai été vraiment satisfaite !! par contre il faut continuer la pratique sportive quand les 30 ou 50 séances (pour ma part) sont terminées car sinon on risque de reprendre du poids fortement !! j’ai donc fait de la natation et j’etais ravie !
    La apres ma seconde grossesse (+15 kilos) je pense faire la meme chose sauf que nouveauté il y a le powerbike dans la salle ou je vais … tant mieux j’espere que j’aurai les memes resultats que la premiere fois ! pour moi qui n’ai pas bcp de temps à cause du boulot, je vais faire mes séances sur l’heure du midi et c’est parfait !!
  8. Et bien moi j’ai un abonnement !!!!! Et donc je fais 2seances de powerplate dont une avec 10mn de powerbike et vraiment vraiment je sens que mes muscles travaillent cependant il faut qu’il y ait un coach compétent qui surveille les postures et vous guide pour le powerplate quant au powerbike c’est également très physique et ça l’avantage de faire travailler la cardio non parce que ça reste du vélo quand même !!!! A la sensation c’est mon mini Paris/Roubaix ….

Write A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It