C'est un beau roman

J’ai toujours rêvé d’être libraire…

librairie le bal des ardents (Lyon)

…parce que chaque nouveau carton de nouveautés à ouvrir serait comme un cadeau de Noël. Lorsque je reçois un livre dans ma boîte aux lettres, je suis déjà excitée comme une gamine.

…parce que je pourrais imaginer et mettre en place de supers vitrines en lien avec une saison, un évènement dans la ville, un thème

…parce que les coups de cœur de l’équipe seraient présentés sur une table avec un bandeau au graphisme original

…parce que les métiers gratifiants ne sont pas si nombreux et que transmettre son enthousiasme à des lecteurs, si tenté qu’on y arrive (mon maitre en la matière étant Gérard Collard de la Griffe Noire qui propose depuis peu une nouvelle rubrique, les déblogueurs) ça met du baume au coeur

…parce que contrairement à d’autres boutiques, je vois les librairies indépendantes comme des lieux de rencontre et d’échange

…parce que j’aurais une clientèle de fidèles dont je connaitrai peu à peu les goûts pour personnaliser choix et conseils

…parce que j’organiserais des book dating, des dégustations de vin, de thé ou du chocolat, un club de lecteurs ou des rencontres avec des auteurs

…parce que la librairie aurait un blog avec des coups de coeur, les nouveautés à ne pas louper, des jeux concours en ligne

…parce que pour les plus aventuriers, dans un coin, il y aurait des pochettes surprises comme dans certaines boulangeries avec un livre mystère à l’intérieur à découvrir en arrivant chez soi

crédit Kid’s republic

…parce que je prévoirais un espace jeunesse dans lequel les enfants pourraient s’assoir, jouer avec des objets et des meubles ludiques pendant que leurs parents choisiraient tranquillement leur bouquin

…parce que l’été je me plaindrais d’avoir une déferlante de livres de la rentrée littéraire à lire et que mes amis me regarderaient d’un oeil envieux

…parce que je ramènerais du travail à la maison sans déplaisir

Et toi, tu mets les pieds dans les libraires indépendantes, tu préfères les grandes enseignes ou acheter tes livres en ligne?

69 Comments

  1. Je serais ta première et plus fidèle cliente, au point de planter ma tente juste devant la porte sur le trottoir, jusqu’à ce que fatiguée de me voir hagarde tous les matins d’avoir lu tes derniers coups de coeur à la lueur d’une lampe frontale, tu me proposes de m’associer avec toi et je pourrais dormir DANS ta librairie!
    Mais cessons de rêver, j’habite en province, et ce type d’établissement existe certes, mais à 35 km…..
  2. La librairie chez moi étant assez nullissime de part son accueil et la disponibilité des choix, j’ai du me rabattre sur Amazon. ce qui est assez dommage parce que du coup j’ai l’impression de choisir a l’aveuglette sans avoir le plaisir de feuilleter, tourner les pages, m’impregner du bouquin…

    je regrette ma Fnac de Brest…et ma petite librairie manga!

    • bon et bien il faut que tu ouvres une librairie alors ))
      pour les romans si tu sais ce que tu veux, la vente en ligne n’est pas gênante, par contre je ne peux pas acheter un livre de cuisine sans le feuilleter idem pour les livres pour enfants
      • en général oui je sais ce que je veux, mais j’ai d’abord pu me faire un avis en les feuilletant en magasin une première fois… je passe pour une folle a tout tourner, faire les quatrième de couv et lire le prologue.. XD
        même mon homme trouve que des fois j’ai l’air d’une dingue!
  3. Je viendrais avec plaisir également! C’est vrai que j’ai tendance à commander mes livres sur internet… parce que je suis en thèse en littérature (indienne), que les bouquins dont j’ai besoin sont souvent assez obscurs en France, et du coup je mêle boulot et plaisir et du coup j’achète aussi mes livres de loisir sur le net. En revanche ce serait l’occasion de revenir à ce que j’aime le mieux, et qui est la raison pour laquelle j’ai choisi de travailler avec les livres, c’est à dire explorer, toucher, renifler, appréhender le livre… d’autant que j’ai bien envie de m’impliquer plus dans l’activité de ma ville. Et dégustations diverses, rencontres avec auteurs et clubs de lecture, ça me dit vraiment trop, et je serais au premier rang pour t’aider s’il le faut!
  4. J’avoue que j’achète en ligne pour tenter de bénéficier ‘un peu de remise, car pendant une période je commandais presque tous les mois et cela représentait un budget. A choisir, je préfère aller chez un indépendant, c’est certain!
    • la loi sur le prix du livre fait qu’il n ‘y a pas de grandes différences de prix au final mais parfois je commande aussi en ligne juste par manque de temps
  5. Ma fille qui est traductrice littéraire et qui vit à Berlin vient de « décrocher » un petit boulot dans une librairie qui vient d’ouvrir dans son quartier. Elle y sera une ou deux journées par semaine, de 12h à 20h 😉 librairie qui vend des livres en anglais et en français. Elle est ravie 😉 Et ça lui permettra d’arrondir ses fins de mois souvent difficiles. Quand j’aurai l’adresse et des photos, je vous dirai où il faut aller acheter des livres si vous passez par Berlin 😉
  6. Coucou !! Contente de vous retrouver ! Après avoir été auteur jeunesse libraire me plairait bien aussi hihi. Je suis de retour avec un nouveau blog, fini les bonbons…hé oui c’est moi hihi à très vite
  7. J’ai tendance à aller « à la facilité », donc dans les grandes enseignes. (Aussi parce que les petites librairies sont un peu plus loin du centre et que je vais de moins en moins en ville).
    Mais j’achète beaucoup aussi en braderie! J’aime les livres qui ont vécus, qui ont une odeur, pas comme les livres neufs!
    Mais j’ai encore au moins 4 ou 5 gros livres à lire avant d’en racheter, il faut que je me calme ^^
  8. Je passe énormément de temps dans les rayons livres d’une grande enseigne mais j’adore le charme tout particulier des petites librairies indépendantes, je m’y arrête dès que j’en croise une et je regrette qu’elles soient en voie de dispartition, surtout quand on a la chance de tomber sur un passionné comme Gérard Collard. Ma tante habite à côté de la Griffe noire, quand elle m’offre un livre je sais qu’il vient de chez Gérard Collard et je trouve ça génial.
    Par contre, je commande rarement sur internet, j’ai en effet une relation charnelle avec les livres, j’aime les toucher, les feuilleter et les sentir tout autant que les lire, j’ai donc besoin d’un contact direct.
    En tout cas, quand tu seras cette formidable libraire, attends toi à me voir souvent :))
  9. Même si il n’y a pas forcémment tout je préfère passer commande dans ma ptite librairie, n’en déguster que plus l’arrivée du bouquin^^ Je ne vais chez les gros qu’en dernier recours. L’ambiance, l’accueil, la transmission de cette passion, le partage aussi quand le livre est finit et que ma ptite libraire me demande ce que j’en ai pensé. Ca n’a pas de prix donc ptite librairie!!!^^
  10. Avec de telles idées, je ne comprends que personne ne t’ait encore offert une librairie clés en main où tu puisses exercer tes talents! Tu me donnerais envie de venir acheter mes livres à Lyon!
  11. Moi, je vais plutôt dans les petites librairies pour mes BD et mangas ! mais pour les livres, c’est plus souvent FNAC, vu qu’en ce moment j’achète 1 livre tous les ans :/
    Elle a l’air chouette la librairie le bal des ardents …j’irais faire un tour je pense ^^
  12. Je peux poser une question idiote ? Pourquoi tu ne l’ouvres pas ta librairie ? Parce que si elle est comme tu dis, moi je viens TOUT DE SUITE !!! J’ai exactement le même rêve que toi… J’ai toujours dit que si j’avais habité en province, j’aurais adoré avoir ce genre de librairie qui serait à la fois un lieu de rencontre et d’échange, où l’on boirait du bon thé en parlant littérature, bref tu viens de décrire la librairie de mes rêves, sauf q’en plus j’y rajouterais un joli coin papeterie avec des beaux cahiers et des jolis stylos !!! Et pour répondre à ta question, j’achète les livres partout et tout le temps, j’aime autant les grandes enseignes que les petites librairies de quartier (mais qui sont de plus en plus rares…). Par contre, je n’achète pas du tout par correspondance.
    • 1) je n’ai pas de formation de libraire et je pense que cela ne s’improvise pas, il faudrait que je m’associe à quelqu’un qui connait la compta par exemple 2) pour ouvrir une librairie il faut des sous 3) très bonne idée le coin papeterie
  13. Ben moi, je le suis, libraire. Enfin je l’étais, avant de perdre mon travail il y a 3 mois.
    C’est ce qu’on appelle un « métier passion », certes très, très intéressant, mais qui « bouffe » ton temps, et très, très mal payé (60% des libraires touchent le SMIC, et très, très peu d’entre eux dépassent les 2000 euros par mois….) alors que les libraires sont souvent très diplômés.
    La partie « conseil » ne représente qu’une infime portion du temps de travail. Il y a énormément de manutention (je ne connais pas de libraire qui n’ait le dos bousillé). Et on est parfois très mal considérés. Qui plus est, les librairies indépendantes sont menacées, notamment par le e-commerce, pour maintenir ces commerces à flot il faut souvent jongler…….
    Mais c’est vrai que c’est un bonheur immense de choisir les nouveautés avec les représentants, de trépigner d’impatience en attendant la parution de tel ou tel titre, de mettre en place ses nouveautés, d’expliquer à un client pourquoi ce livre est fabuleux, de « diagnostiquer » le besoin d’un lecteur en fonction de ses goûts, de ses besoins, de dénicher la perle rare…..
    Et quand on est droguée comme moi à cet odeur, d’entrer le matin sur son lieu de travail et de humer le doux parfum de l’encre et du papier…..
    • j’ai sûrement donné une image très naïve du métier mais je suis bien consciente de toutes les contraintes (manutention, comptabilité, grande disponibilité pas forcément compatible avec vie de famille quand les enfants sont jeunes) mais cela me fait quand même rêver
  14. J’adore les petites librairies de quartier. Nous avons la chance d’avoir une librairie jeunesse superbe qui vient de s’ouvrir à quelques mètres de chez nous, j’adore y passer du temps avec mon fils. Ils proposent des ateliers ludiques pour les enfants, c’est vraiment un endroit que j’adore.
  15. Non, je n’aime pas acheter les livres en ligne, j’ai besoin de voir et de toucher. Mes achats sont compulsifs niveau lecture.
    Que ce soit des librairies indépendantes (trop rare à la campagne) la Fnac, un vide grenier, un supermarché. J’adore trainer dans le rayon livres. Je ressors rarement sans 2 ou 3 livres.
    A tel point que ma carte bleue fait tout pour m’éloigner de ce genre d’établissement !!

    J’aime beaucoup ton idée de book dating et je signe s’il y en a dans ma région !!

  16. J ‘adorerais venir dans cette librairie de rêve et de charme !
    Moi j’achète les livres un peu n’importe où et un peu …de trop !
    Bises .
  17. J’adorerais venir dans cette librairie de « charme  » !
    Moi j’achète les livres un peu partout et un peu trop ! ( j ‘ ai beaucoup de retard dans mes lectures …)
  18. Comme Gwendolune, je suis libraire, depuis 8 ans, sans poste actuellement. Et je la rejoins tout à fait. On ne fait pas ce métier pour l’argent, la passion est le moteur de tout libraire. Maintenant, il devient difficile d’exercer son métier dans de bonnes conditions. Il y a un grand pas (souvent) entre l’idée qu’on peut avoir du métier et la réalité. Les journées n’ont que 24h. Et nos bonnes idées, notre envie de faire bouger les choses sont parfois balayées en un rien de temps (on appelle ça le « management ». Oui, et en librairie indépendante, ça existe aussi). Monter sa boîte est un parcours du combattant, surtout dans le contexte actuel. Mais certains y arrivent et ça met vraiment du baume au coeur de voir des librairies comme Maribrairie à Concarneau par exemple…
    Ce métier, même s’il est de moins en moins exercé selon ma définition, reste une formidable chance. Les nouveautés me manquent énormément !! (effectivement ce côté Noël tous les jours…). J’ai hâte de retrouver un poste. Qu’il soit en grande surface spécialisée ou autre, peu importe, du moment que j’applique mes choix et que mon enthousiasme n’est pas bridé…
    • pour l’argent je sais j’en ai déjà parlé avec des libraires c’est même la première chose qu’ils disent et vu l’investissement c’est en effet mal payé.. j’espère que tu retrouveras du boulot et que les petites libraires survivront !
  19. J’ai honte mais je vais plutôt à la fnac ou chez Virgin parce que j’ai pas envie de devoir commander un livre que le petit libraire n’aurait pas en stock… je le veux tout de suite 😉
    Ah l’impatience !
  20. Je te souhaite de réaliser ce rêve!!
    j’ai habité à St Maur et bien sûr je passais des heures à lire les avis à la Griffe Noire!
    • à part si je gagne au loto ça restera un beau rêve …chouette d’habiter juste à côté de la Griffe Noire !
  21. Alors, tu viens de décrire mon fantasme absolu, avoir un librairie à moi et encore mieux, une librairie jeunesse, non, non (« j’efface », comme les gosse 😉 ), une belle librairie indépendante avec, un beau rayon littérature, un beau rayon cuisine, un beau rayon voyage et un MEGA rayon rayon jeunesse un peu comme une ludothèque avec pleins d’animations, des conteurs, un coin thé-café … un fantasme, quoi.
    Si on me filait les sous pour investir, je planterais mon job illico !

    Sinon, (tu vois comment je suis sur Nos piles à lire …) ben j’achète partout ! Ici, les librairies (supermarché-librairies) ou indépendants sont nuls (ça, c’est dit), à part une librairie BD (j’ai failli oublier le rayon BD dans ma librairie imaginaire, l’Homme va me tuer !), donc, j’amazone beaucoup. Mais je suis gravement atteinte, j’achète des bouquins même au carrouf du coin ! (c’est quasi aussi compulsif que le thé !).

  22. Moi aussi, c’était mon rêve!!
    J’ai un rapport aux livres qui peut paraître étrange pour ceux qui n’y connaissent rien. Moi aussi je deviens folle quand j’en reçois un, quand j’en achète. Et j’ai ce besoin de les toucher…et les sentir!!!
  23. Ma poussette à Paris Reply
    J’adore les petites librairies indépendantes, avec une vraie préférence pour celles dédiés aux enfants qui sont souvent magiques !
  24. Moi je mets les pieds dans les librairies indépendantes, celles où tu seras conseillée, écoutée et tu pourras découvrir plein de nouveautés mais j’avoue des fois, je perds dans les rayons de la f…. où toutes ces multitudes de livres me font perdre la tête … de bonheur
    J’aimerais moi aussi ouvrir une librairie mais une pour enfants pour leur transmettre le plaisir de livre
  25. C’est marrant, moi aussi j’ai toujours rêvé d’être libraire!
    J’adore les livres!
    Je rêve d’une petite librairie comme dans le film: « You’ve got mail » avec une partie coffee shop et lire des histoires aux enfants le mercredi!

Write A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It