Un petit deuxième, pourquoi pas ? - Chroniques d'une Chocoladdict
Si maman si

Un petit deuxième, pourquoi pas ?

Je voudrais dissiper un malentendu récent : en écrivant le billet 1, 2 enfants c’est pareil, même pas vrai, je n’avais pas du tout l’intention de prôner la politique de l’enfant unique.  En réalité on devrait pouvoir s’affranchir des normes : un enfant, une famille nombreuse ou pas du tout d’enfant, chacun devrait mener sa barque comme il l’entend quelque que soit les discours, les recommandations, et les modèles environnants.

Je n’exprimais aucun regret par rapport à la naissance de ma fille ni aucune nostalgie quant à l’époque où nous n’étions que 3. Je soulignais juste le chamboulement organisationnel occasionné par cette seconde naissance et le constat selon lequel j’avais tracé une croix sur certaines choses (peut-être de manière temporaire) comme il faut, je crois, faire le deuil de certains repères ou habitudes quand on décide de lancer un couple dans l’extraordinaire aventure de la parentalité.

Si tu te poses mille questions, si le papa freine des 4 fers, si la situation semble avoir atteint un point d’équilibre formidable à 3 mais que l’envie de remettre le couvert te chatouille le bas-ventre, voici quelques raisons qui te convaincront peut-être de sauter le pas :

– avoir un autre enfant c’est répartir la pression qu’on leur met consciemment ou pas sur les épaules

– quand leur père et moi  nous serons vieux et insupportables, nos enfants pourront se téléphoner pour se plaindre de nous

– si la venue au monde de sa sœur n’a pas été forcément synonyme de joie immédiate pour le chérubin détrôné de son siège, il est aujourd’hui son plus grand défenseur…qu’un enfant s’approche trop de la poussette, que le papa ou moi grondions Miss Zen  et  c’est touche pas à ma sister !

– vu leur 3 ans d’écart, ils jouent ensemble, ils font les pitres ensemble…et toi pendant ce temps, tu quittes tes habits de gentil organisateur

– le grand est un moteur pour le second…bon ok elle ne marche TOUJOURS pas mais elle colle des gommettes depuis pas mal de temps, elle l’imite en train de dessiner, jouer à la dinette, parler, chanter..

– les discours sur le partage se retrouvent confrontés à la réalité quotidienne : ils se chamaillent, veulent souvent la même chose mais peu à peu prêter devient plus systématique et surtout quand j’achète quelque chose pour le grand, il me demande toujours si j’ai pensé à sa sœur

– un second enfant c’est l’invention après le book-crossing,  du game-crossing : les jouets ont une seconde vie et même l’aîné les redécouvre !

– les voir se câliner et s’embrasser ça me met par terre à chaque fois

– on parle souvent de régression de l’aîné à l’arrivée d’un nouveau-né…sur le long terme j’ai plutôt constaté que cela avait aidé mon fils à grandir

– même si ma fille ne supporte ni les barrettes dans les cheveux, ni les chapeaux sur la tête, je prends un plaisir fou à l’habiller (attention je ne garantis pas le sexe de l’enfant en cas de seconde grossesse)

Et toi, quelle expérience as-tu des relations fraternelles?

Edit : le point de vue de Virginie B., 3 sinon rien !

33 Comments

  1. je n’ai qu’une crevette pour le moment, mais avec mon expérience de soeur ainé, j’ai adoré avoir une soeur avec qui jouer, même si nous avons 4 ans d’écart, et qu’au moment de l’adolescence c’etait pas la superbe entente, je suis heureuse d’avoir une soeur…de là a en faire un deuxième, je ne suis pas prête du tout!!
  2. je n’ai pas de frere et soeurs, je ne peux te dire si cela m’a manqué, certainement, mais mon shéma familiale etant opressant j’ai surtout souhaité ne pas en avoir, pour qu’il ou elle ne souffre pas comme moi, bref il coulait de source pour moi que j’aurai plus d’un enfant, même si faut l’avouer avec un seul enfant tout est plus facile; mais les points que tu as ressortie sont ceux que je partage egalement. Je serais meme prete à sauter le pas pour un troisème d’ici deux ou trois ans, avoir une grande famille est quelque chose de magnifique, d’echange, de suber histoires
  3. je suis fille unique j’ai pas l’impression d’en avoir souffert et pourtant j’ai voulu une grande famille…cause à effet ?
  4. Bonjour

    Je découvre ce blog et je me retrouve dans ce que tu viens de décrire. J’ai souhaité avoir plusieurs enfants (je suis enceinte du 2ème) parce que c’est comme ça que je concevais ma famille idéale. Et c’est vrai qu’à 2 j’ai l’impression qu’on est plus armés pour affronter les soucis familiaux. Mais peut-être que j’idéalise un peu trop les relations entre frères et soeurs.

    • en effet tous les frères et soeurs ne s’adorent pas mais d’expérience c’est bien d’être au moins deux pour affronter certaines situations familiales
  5. Je suis fille unique… enfin presque… c’est un peu compliqué. Donc même si je suis plutôt contente d’avoir été fille unique, c’est vrai que les trucs que t’as décrits dans ton article, ça a manqué 🙂
  6. ma moman a fait … non pas 2… 3… 4… mais 5 enfants ! et elle est très heureuse et mes frères soeurs chiens et chats avons été très heureux comme ça !
  7. Je viens d’une famille de 3 et je voulais 3 enfants minimum. Mon homme vient d’une famille de 4 et c’est pour lui la famille idéale 😉 Après il a les pieds sur Terre et il voit avant tout le coté financier 😉
  8. Nous on était 4 enfants et j’en voulais 3 minimum. Je ne regrette absolument pas ce choix mais je suis totalement d’accord avec toi : 2 enfants ce n’est pas pareil qu’un seul.

    Personnellement, j’ai trouvé l’arrivée du 2ème beaucoup plus difficile que celle du 1er, peut-être parce qu’au 1er enfant tu sais que ta vie va complètement changer et tu te rends disponible pour… alors qu’au 2ème tu te prépares moins ?

    Et paradoxalement, le 3ème a été un moins grand bouleversement dans l’équilibre familial.

  9. Bonjour, je viens d’une famille de 3, il y a eu des hauts et des bas, entre nous et côté financier, mais maintenant je ne me verrai pas sans eux, mes parents non plus.
    Bien que nous n’ayons pas encore d’enfant, je souhaiterais en avoir 2, lui dit on verra après le premier, si on survit !! Alors on verra. 🙂
  10. Ca, ça m’a vraiment faire rire :

    – quand leur père et moi nous serons vieux et insupportables, nos enfants pourront se téléphoner pour se plaindre de nous

    !!!!

    comme c’est trop bien vu…!!!!

    Bon et sinon ça je suis aussi d’accord à 100%
    – le grand est un moteur pour le second…bon ok elle ne marche TOUJOURS pas mais elle colle des gommettes depuis pas mal de temps, elle l’imite en train de dessiner, jouer à la dinette, parler, chanter..

    et le mien non plus ne veut pas se lancer pour marcher, le bougre!!!!!!!

    Un 2eme, c’est aussi une 2eme méga dose d’amour, une autre personnalité à découvrir, double dose de bonheur, quoi!

  11. Pour moi, un enfant unique, c’était exclu.
    Au départ j’en voulais 4 ou 5 (et mon homme aussi), après 1 puis 2, tes pieds rejoignent la terre. Et l’éventualité d’un 3e a vite été écarté après les 3 ans de nuits passées à la moulinette de BB Lune. Deux c’est bien, Tu savais que les hommes qui vivent le plus vieux, sont ceux qui ont 2 enfants ?
  12. Ben nous on a passé la troisième vitesse ! mdr
    Après 2 garçons, la petite fille arrive pour cet été.
    Sinon un autre point sympa, lorsqu’on sera vieux, il y a aura plus de mini-nous pour s’occuper de nous ! A charge de revanche, mdr

Write A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It