C'est un beau roman

L’année où j’ai vécu selon la bible

« Si Dieu existait, pourquoi tolèrerait-il la guerre, la maladie et mon institutrice Miss Barker, qui nous avait obligés à vendre des gâteaux sans sucre à la kermesse ? » s »interroge A.J. Jacobs se définissant très jeune comme agnostique avant même d’en connaitre vraiment le sens.

Pourquoi décide-t-il alors de lire la Bible et d’en noter toutes les règles (plus de 700) pour les appliquer en sachant qu’une bonne partie de celles-ci sont contraires aux lois fédérales américaines? (tuer les magiciens par exemple..heureusement il n’a pas croisé David Copperfield)

L’auteur se justifie en disant qu’il doit écrire un livre (bon ok mais il aurait pu trouver un sujet moins complexe), qu’il veut étudier la religion mais aussi la vivre et qu’il est particulièrement intéressé par le littéralisme biblique. Pendant un an, A.J. Jacobs va donc tenter d’adopter sa vie aux règles, commandements de l’Ancien et du Nouveau Testament (il y consacre respectivement 8 et 4 mois).

A.J. Jacobs se laisse pousser la barbe pendant un an (il y a peut-être des femmes qui aiment ça, personnellement j’aurais du mal à embrasser un sosie de  ZZtop), évite de porter des vêtements de fibres différentes et fait appel aux services d’un spécialiste qui étudie toute sa penderie, s’habille en blanc, achète une sorte de bâton de berger et garde un troupeau en Israël, joue de la harpe à dix cordes , écrit les dix commandements (pas la comédie musicale hein) sur les montants de sa porte d’entrée (explique après cela à tes enfants qu’ils ne doivent pas dessiner sur les murs), ne  touche pas sa femme quand elle a ses règles, fait un sacrifice animal, rencontre les courants religieux les plus progressistes comme les plus intégristes (mais aussi les Athées de New York!)….

Comment sa femme Julie, enceinte de jumeaux, a-t-elle supporté qu’il érige soudain une tente au milieu du salon, s’assoit uniquement sur un siège portatif car elle est impure, ponctue ses phrases de « Si Dieu le veut », fasse preuve de grossièreté envers ses amis sous prétexte de ne pas mentir? Avait-elle le choix? ou peut-être comptait-elle les jours …

A.J. Jacobs a beau suivre des règles parfois très rigides, le résultat n’est jamais barbant (fallait que je la fasse celle-là) car il enchaîne les situations insolites voire absurdes. Il relève le défi de venir à bout de la résistance d’un témoin de Jéhovah, se fait envoyer des films hollywoodiens  dans une version expurgée de tout sexe ou violence par la société Cleanflicks (et le résultat est l’exact opposé de celui attendu), empêche son fils de faire une razzia de pailles dans un Starbuck café (tu ne voleras point), mange des grillons au chocolat. Son sens de l’humour évoque celui de Woody Allen : « Comment aimer son prochain quand on ne connait même pas le nom de ses voisins? »

Au terme de cette année, l’auteur a découvert au delà des règles une sagesse et a mis du sacré dans son quotidien…il déclare être devenu un agnostique fervent.

Personnellement, si je devais tenter la même expérience je préfèrerais « l’année où j’ai vécu comme Bridget Jones », ça parait nettement plus dans mes cordes )

56 Comments

  1. Ah oui moi non plus je ne tenterais pas une année comme la sienne, surtout que je suis une athée convaincue!

  2. tu as bien raison je choisirai comme toi pour les gaffes je n’aurai pas à jouer un rôle de composition…mais incroyable cette histoire.

  3. Au vu du titre, je n’aurais pas imaginé ce livre tel que tu le décrit ; ça me donne bien envie de le lire.

  4. Il n’a rien d’autre à faire ce AJ Jacobs!?
    Il ferait mieux de donner son temps à des oeuvres humanitaires et écrire un livre sur ce sujet là.
    Voilà c’etait mon coup de gueule du jour, il fait pas beau, je bosse, pas d’internet à la maison, je suis hargneuse!

  5. @Aurélie : athée aussi

    @La bande à Jules : pendant un an tu imagines?

    @Sabine : je sais bien que le titre n’est pas très vendeur )

    @Carobo : ah ben si j’avais su j’aurais mis en ligne une recette !)

  6. j’aurais du mal, en effet une année comme Bridget Jones me conveindrait mieux (genre je compterais mes clopes et porterais des culottes gainantes ;-))

  7. moi j’essaierai l’annee ou j’ai vecu comme (je cherche, je cherche) le gars de into the wild (mais la fin en moins…)?
    xo

  8. Ben heureusement qu’il n’a pas choisi de lire « meurtres en série » ou « la zoophilie pour les nuls »!!!
    Moi je passerais une année à vivre comme Robinson Crusoë (mais avec le confort de luxe) sur une île déserte et silencieuse!

  9. : je te rejoins )

    @Paristempslibre : je n’ai pas vu le film ni lu le livre mais je connais un peu l’histoire, il faut aimer être seule quand même non? intéressante en tous cas comme idée !

    @Eddie : la foi on l’a ou pas, non? cela ne gêne pas la lecture du livre

    @Mimilady : ah oui tu as raison ))…une île tout confort avec wifi alors? )

    @MadameZazaofmars : ce n’est pas forcément le but)

    @Anaïs : alors laisse toi tenter )

  10. Wifi c’est clair!!!! ça fait parti du confort et du luxe!!! c’est de toute façon in-dis-pen-sable pour une accro telle que moi!!!

  11. ah cool ! je cherchais un livre drôle-mais-pas-que à lire… on dirait que celui-là peut faire l’affaire… et j’aime bien les barbus ! (enfin, pas trop, mais quand même !)

  12. commencé hier soir ! j’attend un peu avant de dire coup de coeur, mais le début me paraît prometeur… et puis j’aime l’humour de l’auteur.
    Donc une bonne soirée en vue.
    bises

  13. Heureusement qu’il n’a pas vécu selon le Coran, qui préconise la conversion forcée des « infidèles » sous peine de mort… Enfin, moi, je suis croyante, mais j’ose espérer que ce livre est une fiction et qu’il n’a pas vraiment fait ça. Invivable pour ses proches, sinon…
    • non non ce n’est pas une fiction, il a vraiment suivi ces principes pendant la durée d’écriture de son livre

Write A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It