Si maman si

Je préfère manger à la cantine (la suite)

Il y a 3 mois, je m’inquiétais ici même de la mise en cantine de mon chérubin qui manifestait son souhait de ne pas y aller.  Si je ne me fis jamais d’illusion sur les quantités ingérées lors des repas du midi à l’école (vu son appétit au dîner et goûter), je pensais finalement que j’avais tout simplement fait un transfert, calquant mes mauvais souvenirs sur sa future adaptation. En effet le soir, le week-end, les mercredis, les vacances, de cantine il n’en était point question. Le principal intéressé allait même jusqu’à affirmer « la cantine c’est bien! » (m’étonnerait pas qu’il travaille dans la com cet enfant plus tard!).

Et puis un matin, le maître d’école, me fit une révélation qui cassa mon peu d’insouciance parentale : la prunelle de mes yeux pleurait tous les midis quand l’heure d’aller à la cantine arrivait ! et s’il ne pleurait pas, il manifestait son désaccord en râlant. Devant mon étonnement, l’instit ajouta qu’aucun enfant n’aimait la cantine si petit, car c’est bruyant, fatigant. Mauvaise mère, va !

Je me rappelais alors l’épisode dramatique de la salade rapportée par l’atsem des semaines auparavant…épisode qui changea peut-être le cour des choses à jamais. Elle avait déposé une feuille de salade dans l’assiette du chérubin car même si l’enfant n’en mange pas, c’est obligatoire (il y a une loi sur la salade en quelque part?) et mon fils avait fondu en larmes. Il y avait eu donc debriefing à la maison et on avait dédramatisé, je pensais, cette règle alimentaire.

Depuis mon fils ne cesse de me rappeler qu’il préfère manger avec papa et maman. J’avoue que je n’hésite pas à lui mentir en lui répondant que son père et moi nous déjeunons aussi à la cantine alors qu’en réalité mes quelques expériences dans ce lieu de perdition se sont terminées par des tablées non prévues avec les supérieurs hiérarchiques s’invitant derechef entraînant des repas pendant lesquels il n’est question que de boulot, ce qui entraîne forcément dans mon cas, des soucis digestifs.

L’année prochaine le chérubin rempilera…à part si je bosse à domicile par miracle, pas d’autres solutions..j’ai tenté d’adoucir sa peine en choisissant l’option sans viande dans les menus, la viande étant systématiquement servie en sauce comme dans mon enfance et la chair de ma chair montrant un intérêt tout relatif pour le poisson.

Et toi, tu déjeunes où le midi?

Edit : attention l’enfant souriant sur la photo a été rémunéré pour sa prestation !

Edit 2 : un plat à la cantine qui t’a traumatisé à vie et qui te replonge encore aujourd’hui en enfance? vite, participe au concours Saveurs d’enfance !

56 Comments

  1. J’ai de la chance car le midi je peux rentrer chez moi, sinon je vais au resto/
    Pire souvenir cantine d’enfance : le hachis Parmentier !!!!

  2. Je travaille pour un restaurant d’entreprise donc je mange au boulot et c’est gratuit par chance nous travaillons de bons produits dont on mange très bien. Le matin je prend même mon petit déjeuner sur place: pain au chocolat tout chaud à peine sorti du four, jus de fruits, café…
    Un traumatisme à la cantine: la langue de boeuf!

  3. Je travaille dans une école et je m’amène mon déjeuner parce que c’est assez cher de manger à la cantine et comme toi, je n’ai jamais aimé petite. Ceci dit, j’y suis très peu allée, j’avais la chance de pouvoir rentrer le midi…
    Mon fils n’y va pas car il est très difficile et n’y mangeait pas et comme on est dans la même école, il déjeune avec moi…
    Ceci dit dans mon école, il y a eu beaucoup d’efforts de fait et c’est plus que correct. Le fait de forcer ou pas l’enfant à manger a fait l’objet d’un long débat en conseil d’école.. Ici, ils obligent les enfants à manger un peu…

  4. Pire souvenir de cantine la brandade de morue ou la purée de pois cassés. Très mauvais souvenir de cantine, on avait un surveillant qui nous obligeait de finir notre assiette au collège(c’est idiot) et c’était infecte… Je mangeais que le pain et le dessert…

  5. j’avoue je n’ai pas mangé souvent à la cantine… et mes grands n’aiment pas particulièrement non plus !

  6. Plus que ce qu’il y a dans l’assiette, c’est la pression qui entoure l’enfant qui à ce moment doit montrer que oui il a des amis et non il mange pas seul, qui m’ennuie perso!

    Je trouve que c’est une très bonne idée d’avoir pris l’option sans viande 🙂

  7. Mes doudoux mangent à la cantine tous les jours, même le mercredi et pendant les vacances et ils ne s’en plaignent pas trop.. c’est même parfois « trop bon » d’après leurs dires 😉
    Mais c’est vrai que c’est bruyant et stressant en terme de temps pour l’enfant

  8. j’ai commencé à manger à la cantine seulement au collège, et ma foie, c’était pas mauvais ;-).
    Maintenant c’est salade devant mon écran d’ordi au bureau …

    en revanche mon petit frère en primaire a gardé un très mauvais souvenir de la acntine, qui le poursuit depuis : on l’a obligé à ingurgiter une portion de camenbert, et à tout rendu …depuis il ne touche plus au fromage à part le fromage rapé sur les pâtes!

  9. au collège, je mangeais à la cantine, c’était tellement dégueulasse que je ne touchais quasiment à rien. Comme je n’arrivais pas à manger le matin, je me goinfrais au gouter et au repas du soir (ma mère cuisine divinement bien). je n’ai jamais pu remanger d’œufs mayonnaise et de betteraves, dégoutée d’en avoir TOUS les midis pendant quatre ans. j’ai gardé cette habitude de manger tard.
    J’ai bossé dans des cantines quand j’étais étudiante. C’est terrible le gâchis. on ne peut pas forcer les enfants à manger bien sûr, mais je leur dit au moins de goûter car souvent, ils n’essaient même pas car ne connaissent pas, et finalement ils aiment !
    Beaucoup d’enfants ne mangent jamais de légumes chez eux et ne savent pas ce que c’est qu’une courgette, un avocat ! alors ils refusent de gouter quand ils en voient à la cantine..

  10. Le truc qui m’a traumatisée à vie, et ceci jusqu’à la septième génération : les salsifis. J’ai jamais pu.

  11. j’ai pas de super souvenirs de la cantine du collège
    les frites congelé a moitié cuites beurk
    actuellement je bosse en école maternelle et je mange sur place je n’ai qu’une demi heure de pause
    je mange les même repas que les enfants et ma foi c’est bien bon
    je sort de table tout les midi avec l’estomac remplis.
    il y a beaucoup de légumes, de fromages divers, de fruits
    on demande aux enfants de gouter chaque plats
    si ils n’aiment pas ils laissent
    mais au moins ils ont gouter.
    parce que tu leur sert une salade composée ‘ exemple) et direct ils te disent j’aime pas
    sans avoir gouter, alors je leur dit de gouter pour voir si vraiment ils aiment pas.
    parfois effectivement ils n’aiment pas et parfois il dévore leur assiette.

  12. Alors non, et quand tu vas me lire demain tu vas comprendre que c’est grave. Et ma réponse à ton concours chez moi aussi 😉

    Bonne nuit,

    Jane

  13. : donc tous les soirs tu cuisines pour le lendemain?

    @Pivoine : ah oui le resto U c’était particulièrement immonde

    @Christine : pourtant un hachis parmentier maison c’est bon

    @Carobo : moi aussi la langue de boeuf m’a traumatisé!

    @ange-étrange : oh mon fils aimerait bien déjeuner avec moi)

    @la bande à jules : moi aussi on m’a forcé et j’en étais malade

    @Hecatessence : c’était ma seule marge de manoeuvre)

    @MissBrownie : tant mieux si tes enfants apprécient, un souci en moins )

    @Carlota : quel idiotie de forcer à ce point !

    @Papillote : en plus les enfants passent souvent par une période de néophobie

    @La femme coupée en deux : j’aime pas les salsifis)

    @Pitch :peut-être que c’est bon à la cantine de mon fils par contre je ne comprends pas pourquoi tous les plats de viande sont servis en sauce ..et puis c’est peut-être plus l’ambiance qu’il n’aime pas que le contenu de son assiette

    @Libelul : on se ressemble je crois sur ce point )

  14. B : oh Louloute excuse-moi !)…j’ai mangé à la cantine seulement jusqu’au ce2 en ce qui me concerne mais ça m’a quand même marqué )

  15. j’ai eu la chance de pouvoir manger chez moi jusqu’en classe de 3ème!
    Ensuite, manger en collectivité m’a rarement porté peine (et j’étais interne!)
    Aujourd’hui, je regrette le temps où je pouvais poser les pieds sous la table et ne pas avoir à réfléchir, en plus du menu du soir, à ce que je vais fourrer ds mon tupperware pr le repas du lendemain…

Write A Comment

Pin It